Rejoignez-nous

Économie

Unigestion se dote d'un nouveau CEO avec Christophe de Dardel

Publié

,

le

Le gestionnaire d'actifs Unigestion, à Genève, sera dirigé à compter du 1er janvier par Christophe de Dardel. Ce dernier prendra la succession de Fiona Frick, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires (illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le gestionnaire d'actifs Unigestion, à Genève, sera dirigé à compter du 1er janvier par Christophe de Dardel. Ce dernier prendra la succession de Fiona Frick, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires.

Après douze années à la tête d'Unigestion et 32 en tout dans l'entreprise, Mme Frick a décidé de se consacrer à des activités de conseils, notamment dans le domaine de la durabilité, a indiqué mercredi l'établissement genevois. M. de Dardel est présent au sein de l'entreprise depuis 22 ans. Il a supervisé l'intégration d'Akina dans les activités de placement privé d'Unigestion en 2017.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

La BCV voit son bénéfice progresser en 2022

Publié

le

L'exercice 2023 s'annonce dans la continuité de ces dernières années pour la BCV. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La BCV a vu ses recettes d'exploitation progresser en 2022. La rentabilité a également été au rendez-vous, ce qui permet à l'établissement de dégager le meilleur bénéfice net de ces quinze dernières années. L'exercice 2023 s'annonce dans la continuité.

Les recettes d'exploitation ont progressé de 3% à 1,04 milliard de francs, indique la Banque cantonale vaudoise (BCV) jeudi dans un communiqué. Le résultat opérationnel s'est quant à lui accru de 4% à 448 millions, soit davantage que les charges d'exploitation qui se sont inscrites en hausse de 2% à 516,7 millions.

Dans le détail, le résultat net des opérations d'intérêt, principal pilier du modèle d'affaires de la BCV, est resté stable à 464,5 millions de francs grâce à des correctifs de valeur, alors que le résultat brut s'est contracté de 2%. Le résultat des commissions a souffert de la faiblesse des marchés boursiers et s'est replié de 4% à 343 millions. Enfin, les revenus du négoce ont bondi de 32% à 189 millions grâce à la gestion active du bilan et au nombre élevé de transactions de la clientèle dans le contexte de volatilité des devises.

Au final, la banque dégage un bénéfice net en progression de 3% à 388,3 millions de francs.

Le conseil d'administration proposera de verser aux actionnaires un dividende de 3,80 francs par action, contre 3,70 francs au titre de 2021. Sur les 327 millions qui seront distribués, le canton de Vaud touchera 219 millions, auxquels s'ajoutent 28 millions d'impôts cantonaux et communaux.

L'établissement reconduit sa politique de distribution de ces quinze dernières années pour une nouvelle période de cinq ans. A partir de l'exercice 2023, il prévoit de verser un dividende compris entre 3,80 et 4,20 francs, sauf changement brutal de l'environnement économique.

Nouvel administrateur

La masse sous gestion s'est contractée de 4% à 108,9 milliards de francs, sous l'effet du recul de 7,0 milliards de francs des valorisations dû à la baisse des marchés. Les apports de fonds net ont progressé de 3% à 3,0 milliards.

Les fonds propres se sont accrus de 2% à 3,7 milliards, pour un ratio de fonds propres CET1 de 17,6%.

Un changement se prépare par ailleurs au conseil d'administration, avec la nomination de Stefan Fuchs à partir du 1er juillet 2023. Il succédera à Peter Ochsner, qui se retirera après sept ans d'activité.

Au chapitre des perspectives, l'exercice 2023 s'annonce dans la continuité de ces dernières années, pour autant que la situation économique et les marchés financiers ne connaissent pas de modifications significatives, écrit la BCV.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Credit Suisse subit une lourde perte en 2022

Publié

le

Credit Suisse a subi une perte abyssale l'année dernière, conséquence de ses déboires financiers et de la vaste restructuration amorcée en 2022. Les actionnaires devront se contenter d'un dividende de 5 centimes, après 10 centimes un an plus tôt. (archives) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La banque Credit Suisse a subi une perte abyssale l'année dernière, conséquence de ses déboires financiers et de la vaste restructuration amorcée en 2022. Les actionnaires devront se contenter d'un dividende de 5 centimes, après 10 centimes un an plus tôt.

Le numéro deux bancaire helvétique a enregistré une perte nette de 7,29 milliards de francs en 2022, le plus lourd débours depuis la crise financière de 2008, et après avoir déjà inscrit un résultat net négatif de 1,65 milliard en 2021, a annoncé l'établissement zurichois jeudi.

Le produit net s'est contracté de 34% à 14,92 milliards et la perte avant impôts a atteint 3,26 milliards, contre -600 millions un an plus tôt.

Au seul quatrième trimestre, la banque aux deux voiles a cependant réduit sa perte nette à 1,39 milliard, après -2,1 milliards un an plus tôt, ce qui en fait néanmoins la cinquième perte trimestrielle d'affilée. Ce résultat n'est pas une surprise, puisque la société avait averti en novembre dernier s'attendre à une perte avant impôts d'environ 1,5 milliard au dernier partiel.

Ces chiffres trimestriels sont supérieurs aux prévisions des analystes interrogés par l'agence AWP.

Ces résultats "ont été très fortement affectés par l'environnement tant macroéconomique que géopolitique difficile, qui a généré de l'incertitude sur les marchés et une aversion au risque chez les clients. Cet environnement a eu un impact défavorable sur l'activité clientèle dans toutes nos divisions", a expliqué l'établissement.

Le groupe a aussi fait face à de vastes sorties d'argent nouveau. Ces reflux ont atteint 123,2 milliards sur l'ensemble de l'année. Credit Suisse avait précédemment fait état, sur les premières semaines d'octobre, de retraits avoisinant les 84 milliards, dont 64 milliards pour la seule activité de gestion de fortune. Les actifs sous gestion ont quant à eux reculé de 19,8% à 1294 milliards.

Malgré ces difficultés, la banque est parvenue à améliorer sa capitalisation, le ratio de fonds propres durs (CET1) montant à 14,1% au quatrième trimestre 2022, contre 12,6% au partiel précédent.

"Un plan clair"

"2022 a été une année cruciale pour le Credit Suisse. Nous avons annoncé notre plan stratégique pour créer une banque plus simple, plus ciblée, axée sur les besoins de ses clients et depuis octobre nous le mettons en oeuvre à un rythme soutenu", a indiqué le directeur général Ulrich Körner, cité dans un communiqué.

Face à ses nombreux déboires, Credit Suisse avait annoncé l'année dernière un vaste plan de relance comprenant une "restructuration radicale" de sa banque d'affaires et une réduction des coûts se soldant par 9000 emplois supprimés. Ses actionnaires ont par ailleurs validé une augmentation de capital de 4 milliards de francs.

Selon le patron, la banque dispose désormais "d'un plan clair pour créer un nouveau Credit Suisse". Le groupe veut "continuer à mener à bien (sa) transformation stratégique sur trois ans en redéfinissant les contours de (son) portefeuille, en réallouant le capital, en réduisant la taille de (sa) base de coûts et en tirant parti de (ses) activités 'leaders'", a-t-il ajouté.

Concernant sa future spin-off CS First Boston, qui doit comprendre les activités de banque d'affaires, Credit Suisse a annoncé l'acquisition de The Klein Group pour 175 millions de dollars.

En guise de perspective pour 2023, Credit Suisse a averti s'attendre à une perte avant impôts "substantielle", sans détailler de chiffre. La banque table sur des charges de restructuration de 1,6 milliard cette année et de 1,0 milliard la suivante. D'ici 2025, elle vise un ratio CET1 de 13,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Zurich Insurance soigne son résultat opérationnel et le dividende

Publié

le

Zurich Insurance a enregistré l'année dernière une progression de ses affaires et augmenté sa rentabilité opérationnelle. Le bénéfice net s'est nettement étiolé, affecté par la contreperformance des marchés financiers, ce qui n'empêchera pas les actionnaires d'être récompensés. (archives) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Zurich Insurance a enregistré en 2022 une progression de ses affaires et augmenté sa rentabilité opérationnelle. Le bénéfice net s'est nettement étiolé, affecté par la contreperformance des marchés, ce qui n'empêchera pas les actionnaires d'être récompensés.

Le bénéfice net s'est fixé à 4,60 milliards de dollars (4,23 milliards de francs), en recul de 11,5%, indique jeudi le géant zurichois de l'assurance. Le conseil d'administration propose néanmoins le versement d'un dividende de 24 francs par action, contre 22 francs l'année précédente. L'assemblée générale du 6 avril aura le dernier mot.

Les primes brutes dans l'assurance dommages (P&C) ont augmenté de 8,0% à 43,34 milliards de dollars. Le ratio combiné de cette activité, soit le rapport entre les primes encaissées et les prestations versées, est resté stable à 94,3%, selon le groupe.

Dans l'activité assurance vie (Life), les primes se sont contractées de 9% à 25,89 milliards de dollars, alors qu'une progression de 9% est enregistrée pour les affaires avec le partenaire américain Farmers, à 26,52 milliards.

Le bénéfice opérationnel (BOP) du groupe a gonflé de 12,3% à 6,45 milliards de dollars. Dans son communiqué, Zurich Insurance revendique une amélioration de la rentabilité dans tous les "segments opérationnels".

Poursuite de la hausse des primes

Au bilan, les fonds propres du géant zurichois ont atteint 26,63 milliards de dollars, ce qui représente un tassement de 4,1%. Le taux de solvabilité SST a néanmoins gagné trois points de pourcentage pour se fixer à 265%.

Les chiffres publiés par Zurich ne répondent que partiellement aux attentes de la communauté financière. Les primes brutes P&C sont dans la cible, tout comme le dividende, attendu par les analystes à 23,80 francs. Le ratio combiné, le BOP, les fonds propres et le taux SST ont déçu les prévisions. Le bénéfice net est meilleur qu'escompté.

Pour 2023, la direction s'attend à la poursuite de la hausse des primes. Du côté des Farmers, le niveau de croissance des primes devrait se normaliser sous les 5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Credit Suisse subit une lourde perte en 2022

Publié

le

Alerte Info (© )

La banque Credit Suisse a subi une perte abyssale de 7,3 milliards de francs l'année dernière, conséquence de ses déboires financiers et de la vaste restructuration amorcée en 2022. Les actionnaires devront se passer de dividende.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : awp / ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Vous devez répondre présent sur tous les fronts ! Organisez-vous pour travailler davantage en équipe et acceptez de déléguer !

Les Sujets à la Une

X