Rejoignez-nous

Suisse Romande

La Fête des vendanges va de l'avant malgré la tourmente

Publié

,

le

Le corso fleuri est une des traditions de la Fête des vendanges (archives). (© KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO)

La Fête des vendanges va de l'avant, malgré une enquête pour gestion déloyale contre deux membres de la direction. La 95e édition, qui aura lieu du 23 au 25 septembre, veut remettre au centre l'essentiel de sa tradition, avec la création d'un village de vignerons.

Dix-sept chalets, installés à la rue du Seyon à Neuchâtel, proposeront de déguster des boissons (vins, absinthes, bières) et des produits du terroir neuchâtelois ainsi que quelques spécialités vaudoises et valaisannes. "L'an prochain, on devrait pouvoir agrandir ce village", a déclaré mercredi à Hauterive (NE) Mireille Bühler, directrice de Neuchâtel Vins et Terroir.

"Les vendanges qui devraient avoir lieu fin août-début septembre devraient être derrière, ce qui va simplifier la tâche des vignerons, qui doivent déjà assurer les livraisons d'autres stands", a ajouté Mireille Bühler. Certains se sont associés à des sociétés locales, comme le FC St-Blaise, pour tenir leur stand au village des vignerons.

La seconde grande nouveauté de cette édition sera la redynamisation de la place Numa-Droz. Une scène prendra place sur les marches du Collège latin afin de promouvoir la culture neuchâteloise au travers de la danse et de la musique. La tête d'affiche sera Loris, qui a été finaliste à l'émission "The Voice".

Cashless: peu de mécontents

Les autres nouveautés importantes de cette édition seront l'introduction de verres réutilisables. La fête en a acquis un million. Pour relever la logistique qu'impose cette nouveauté, la manifestation a choisi la solution du "cashless" (sans argent liquide).

Pour payer ses consommations, chaque personne sera munie d'un bracelet à puce électronique qui permettra la gestion des encaissements et la remise des consignes. Si la Braderie à La Chaux-de-Fonds a renoncé au bracelet au profit d'une carte de crédit dédiée plus facilement transmissible, la Fête des vendanges continue de miser sur le bracelet, qui a fait que 5% de mécontents, a déclaré Eric Leuba, porte-parole.

Arcinfo annonçait vendredi que deux membres de la direction de la Fête des vendanges à Neuchâtel étaient prévenus de gestion déloyale et avaient été mis sous enquête du Ministère public. L'instruction porte sur les rémunérations de membres de la direction. L’association a répliqué en portant plainte contre une procureure et un policier pour violation du secret de fonction.

Confiance intacte d'un sponsor important

Laurent Von Moss, membre de la direction du fournisseur énergétique Viteos, sponsor officiel de la fête, a déclaré qu'il gardait intact la confiance envers les organisateurs de la manifestation. Cette affaire complique néanmoins l'organisation de cette édition car des fournisseurs demandent à être payés d'avance.

Après deux annulations en raison de la pandémie, la prochaine Fête des vendanges est prévue du 23 au 25 septembre. La manifestation attire plus de 300'000 personnes par édition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Yvan Rytz nommé directeur général de l'environnement

Publié

le

Agé de 40 ans, Yvan Rytz sera le nouveau directeur général de l'environnement (DGE) au sein des services du conseiller d'Etat Vassilis Venizelos. (© Etat de Vaud/Jeremy Bierer)

Le Conseil d'Etat vaudois a désigné jeudi son nouveau directeur général de l'environnement (DGE). Il s'agit d'Yvan Rytz, actuel secrétaire général du Département de la jeunesse, de l'environnement et de la sécurité (DJES) du ministre écologiste Vassilis Venizelos. Il remplacera Cornelis Neet qui a fait valoir son droit à la retraite en date du 30 avril 2024 et entrera en fonction au plus tard le 1er juillet 2024.

"Son expertise des différentes thématiques environnementales et énergétiques, son expérience étendue dans la conduite de projets transversaux et complexes, sa fine connaissance des institutions et de l'administration cantonale vaudoise, ainsi que son style managérial et son leadership lui permettront de mettre en ½uvre une politique énergétique et environnementale cohérente et efficace", écrit le Canton dans un communiqué.

Agé de 40 ans, Yvan Rytz est titulaire d'une licence en géographie et sciences de l'environnement de l'Université de Genève, d'un master en sciences holistiques de l'Université de Plymouth - Schumacher College et d'un CAS en management et gestion du changement de la HEIG-VD, détaille le gouvernement.

Secrétaire général du DJES depuis le 1er août 2022, M. Rytz a occupé différents postes au sein du département depuis son engagement à l'Etat. Il a été collaborateur personnel de la conseillère d'Etat Béatrice Métraux de 2016 à 2020 puis délégué cantonal au Plan climat vaudois de 2020 à 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Journaliste accusé d'avoir diffamé Tariq Ramadan condamné en appel

Publié

le

Le journaliste accusé d'avoir diffamé l'islamologue Tariq Ramadan, ici à l'image, a été condamné en appel (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le journaliste du Point accusé d'avoir diffamé l'islamologue Tariq Ramadan a été reconnu coupable par la Chambre pénale d'appel et de révision de Genève. Il a été condamné à une peine pécuniaire de 90 jours-amende avec sursis.

Dans l'arrêt révélé jeudi par Léman Bleu, les juges estiment que le journaliste "est allé trop loin". "Dans l'impossibilité d'appuyer ses affirmations sur une base suffisante, il devait s'abstenir", relève la Chambre pénale d'appel et de révision.

"Cet arrêt consacre le fait que notre mandant a été diffamé (par le journaliste, ndlr) et pose les jalons des devoirs de tout journaliste sérieux, lesquels ont ici été sacrifiés", indiquent Yaël Hayat, Guerric Canonica et Théo Badan, les avocats de Tariq Ramadan.

Le journaliste poursuivi pour calomnie et diffamation avait été acquitté en première instance. L'affaire devrait se poursuivre au Tribunal fédéral. Nicolas Capt, l'avocat du journaliste estime qu'à première vue un recours paraît inévitable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Malgré les nouvelles règles, Vaud ne tirera qu'un loup

Publié

le

©KEYSTONE/AP U.S. Fish and Wildlife Service/GARY KRAMER

Les conditions pour tirer le loup changent dès vendredi 1er décembre. Les modifications apportées à l’ordonnance de la loi fédérale sur la chasse autorisent à présent les tirs préventifs. 

Jusqu’ici, le tir du loup n’était autorisé que de manière réactive. C’est à dire qu’il fallait attendre que l’animal ait fait des dégâts pour pouvoir éventuellement l’éliminer. À partir du 1er décembre, l’ordonnance de la loi fédérale sur la chasse change. Les tirs préventifs pourront notamment être autorisés. Les explications de Vassilis Venizelos, Chef du Département de l'environnement.

Vassilis VenizelosChef du Département de la jeunesse, de l'environnement et de la sécurité pour le Canton de Vaud

Avec ces nouvelles règles, la politique du Canton de Vaud va-t-elle changer ? Selon Vassilis Venizelos, il n’est pas question de tirer le loup à tout va.

Vassilis VenizelosChef du Département de la jeunesse, de l'environnement et de la sécurité pour le Canton de Vaud

Les demandes de tir doivent toujours être adressées à l’Office Fédéral de l'Environnement. Pour le moment, le Canton de Vaud a demandé à pouvoir tirer le mâle reproducteur de la meute du Mont Tendre, ce qui a été accepté. C’est le seul individu que les autorités avaient en vue pour le moment. Il est en effet à l’origine de la majorité des dégâts recensés. Comment expliquer ce phénomène?

Vassilis VenizelosChef du Département de la jeunesse, de l'environnement et de la sécurité pour le Canton de Vaud

Selon un communiqué, l'OFEV a autorisé le tir de douze meutes complètes dans tout le pays. Des tirs préventifs auront lieu dans lescantons des Grisons, du Valais, de Vaud, de Saint-Gall et du Tessin.

Continuer la lecture

Culture

La cheffe du Service des affaires culturelles part à la retraite

Publié

le

Nicole Minder (au centre) avait assuré l'intérim entre le départ de Tatyana Franck et l'arrivée de Nathalie Herschdorfer à Photo Elysee (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Nicole Minder, cheffe du Service vaudois des affaires culturelles, partira à la retraite au 31 juillet 2024. Avant d'entrer à l'Etat de Vaud en 2016, elle avait travaillé comme conservatrice au Cabinet cantonal des estampes puis directrice du Château de Prangins.

Le Conseil d'Etat vaudois a "pris acte" du souhait de Nicole Minder, née en 1962, de faire valoir ses droits à la retraite. Dans un communiqué publié jeudi, il salue "son engagement et sa détermination sans faille au service de la culture".

Sous sa direction, le Service des affaires culturelles (Serac) s'est réorganisé et étoffé pour mettre en oeuvre les nouvelles lois sur la culture et le patrimoine. Elle a également accompagné la mise en oeuvre d'une politique muséale d'envergure, avec la création de Plateforme 10, le nouveau quartier des arts, rappelle le canton.

Avec l'intégration du Musée monétaire au sein du Musée d'archéologie et d'histoire et, plus récemment, le regroupement des musées de botanique, géologie et zoologie au sein du nouveau Muséum des sciences naturelles, le paysage muséal vaudois est désormais consolidé en trois pôles: art, histoire et sciences naturelles.

Durant la crise Covid, Nicole Minder et son équipe ont su faire preuve d'une "grande agilité" pour assurer leurs missions fondamentales tout en accompagnant les milieux culturels dans la mise en oeuvre des ordonnances fédérales pour indemniser les pertes. Elle a également assuré en 2022 la direction par intérim de Photo Elysée, durant les mois précédant l'ouverture du musée, rappelle le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X