Rejoignez-nous

Économie

La place financière neuchâteloise fête son centenaire

Publié

,

le

L'anniversaire de l'Association cantonale des banques neuchâteloises a été marqué en présence de son président Mirko Mandola, à gauche, et du conseiller d'Etat Alain Ribaux. (© Copyright Guillaume Perret)

La place financière neuchâteloise fête cette année son centenaire. Le secteur bancaire cantonal, qui emploie plus de 600 personnes, veut mieux se faire connaître et davantage promouvoir ses métiers, dans une région à vocation industrielle et exportatrice.

L'anniversaire a été marqué jeudi par la tenue d'une conférence de presse à Neuchâtel. Point d'orgue des commémorations, l'Association cantonale des banques neuchâteloises (ACBN) accueillera le 15 septembre la "Journée des banquiers", événement-phare de la finance helvétique.

La traditionnelle manifestation, organisée d'ordinaire à Zurich, Genève ou Bâle, verra aussi la venue à Neuchâtel du conseiller fédéral Guy Parmelin. "L'ACBN est la seule entité réunissant toutes les banques du canton", a indiqué son président Mirko Mandola, responsable de la clientèle privée Neuchâtel-Jura chez UBS.

Rôle sociétal

Ce dernier a mis en exergue le rôle des banques durant la pandémie de coronavirus, avec la fourniture de liquidités à l'économie. Le secteur a besoin de main-d'oeuvre qualifiée, sachant que la banque est une industrie de personnel. D'où l'idée de se concentrer sur la relève. "Fini les bretelles, place aux baskets", a lancé M. Mandola.

L'activité est soutenue, reste à dépoussiérer l'image, en mettant en valeur la diversité des métiers. De son côté, le conseiller d'Etat Alain Ribaux, en charge de l'économie, a souligné le rôle sociétal pour les particuliers et les entreprises. "Des compétences qui constituent un atout pour un canton avant tout industriel."

"Neuchâtel est une terre d'innovation", a rappelé Alain Ribaux, en mentionnant encore l'essor de la technologie de la blockchain, où le canton occupe une place forte, avec Zoug et Genève. Pensant à l'avenir, la place financière neuchâteloise s'est offerte une toute nouvelle image pour ses 100 ans.

Trois projets

Nouvelle identité graphique, site en ligne et stratégie de communication: la faîtière y loue la diversité des métiers par le biais notamment de vidéos explicatives tournées dans chaque banque et relayées sur les réseaux sociaux. Au-delà, l'ACBN a annoncé la mise sur pied de trois projets à l'intention de la relève.

Le premier est destiné aux étudiants de l'Université de Neuchâtel et de la Haute Ecole Arc (HES-SO). Il offre la possibilité à plus de 150 étudiants de participer à un concours en travaillant sur des sujets proposés par l'ACBN (fintech, cryptomonnaies, finance durable).

Les gagnants se partageront 12'000 francs lors d'une grande soirée de gala organisée le 8 septembre à Microcity/EPFL sur le thème du métavers.

Neuf banques

Le deuxième projet s'adresse à la population et lui propose de partir à la découverte des banques de l'association en déambulant en ville de Neuchâtel. Via l'application Totemi, les participants découvriront les métiers et des anecdotes sur les banques tout en participant à un concours leur permettant de remporter une montre de la marque d'un horloger loclois.

Le troisième projet consistera à mettre à disposition un big airbag lors du festival des sports de Neuchâtel en août.

Créée en 1922, l'ACBN réunit aujourd'hui neuf banques, à commencer par les quatre membres fondateurs (BCN, Bonhôte, Credit Suisse, UBS). Les autres sont BPS (Suisse), Banque Cler, Banque Migros, Raiffeisen et Valiant. La faîtière emploie 612 collaborateurs, 43 apprentis ou stagiaires, dans 38 succursales à travers le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Économie

La Bourse de Moscou plonge au plus bas depuis le début de la guerre

Publié

le

La chute de la Bourse de Moscou intervient sur fond de mobilisation partielle pour renforcer les troupes engagées en Ukraine et au moment où des "référendums" d'annexion sont en cours. (archives) (© KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV)

La Bourse de Moscou plongeait lundi matin de 10%, à son plus bas depuis le début de l'offensive contre l'Ukraine fin février, sur fond de tensions dans de nombreuses régions sur la mobilisation partielle.

L'indice principal Moex (en roubles) était en baisse de 10,25% à 10H10 GMT à 1873,55 points, passant brièvement sous la barre des 1900 points pour la première fois depuis le 24 février.

Le RTS (libellé en dollars) chutait lui de 8,59% à 1043,70 points.

Ces fortes chutes interviennent sur fond de mobilisation partielle pour renforcer les troupes engagées en Ukraine et au moment où des "référendums" d'annexion sont en cours jusqu'à mardi dans quatre régions de l'Est et du Sud de l'Ukraine contrôlées par Moscou.

Le risque de nouvelles sanctions occidentales contre la Russie perturbe aussi les marchés.

L'action du géant russe Gazprom, contrôlé majoritairement par l'Etat russe, s'enfonçait ainsi lundi de 6,11%.

Le rouble, qui s'est renforcé depuis plusieurs mois, n'évoluait toutefois pas par rapport au dollar et à l'euro, s'échangeant toujours autour d'un dollar pour 58 roubles à 10H40 GMT.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Allemagne: le moral des entrepreneurs poursuit sa chute

Publié

le

L'industrie allemande, moteur de l'économie outre-Rhin, est particulièrement touchée par l'envolée des prix de l'énergie (archives). (© KEYSTONE/EPA/ERIK S. LESSER)

Le moral des entrepreneurs a reculé en septembre en Allemagne, pour le quatrième mois consécutif, sur fond de craintes de récession cet hiver en raison de la crise énergétique, selon le baromètre IFO publié lundi.

L'indicateur, réalisé via un sondage mensuel auprès de 9000 entreprises allemandes et donnant un avant-goût de l'actualité économique, recule de 4,3 points à 84,3 points, a indiqué l'institut dans un communiqué.

Il s'agit du quatrième mois consécutif de chute pour l'indicateur.

La composante du baromètre mesurant la confiance dans la situation actuelle atteint 94,5 points, en baisse de 3,0 points.

"Le pessimisme à l'égard des prochains mois s'est accru considérablement" et "l'économie allemande tombe en récession", commente Clemens Fuest, président de l'institut IFO, dans un communiqué.

Si une récession est "inévitable", cependant, contrairement aux chutes précédentes du PIB comme pendant la crise financière ou la pandémie, "l'économie allemande ne semble pas tomber comme une pierre mais plutôt glisser dans une longue récession hivernale", commente Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Selon l'IFO, une récession technique pourrait en effet se produire dès le premier trimestre 2023 avec une chute de 0,4% du PIB, après un recul de 0,2% au quatrième trimestre de 2022, alors que les usines risquent d'être à court d'énergie.

Le géant russe Gazprom a réduit drastiquement ses livraisons de gaz ces derniers mois vers l'Allemagne, à travers le gazoduc Nord Stream, avant de les arrêter totalement début septembre, sur fond de bras de fer entre Moscou et l'Union Européenne concernant la guerre en Ukraine.

L'Allemagne, qui s'approvisionnait à 55% en Russie avant la guerre, doit donc se fournir ailleurs, à des prix beaucoup plus élevés.

L'industrie, moteur de l'économie allemande, est particulièrement touchée. Le moral des entrepreneurs du secteur a ainsi plongé à -14,2 points, contre -6,8 le mois dernier.

"Les attentes (des entrepreneurs) sont en mode panique (...). Il est grand temps que la politique prenne des mesures de stabilisation", commente Jens Oliver Niklash, analyste pour LBBW.

Le gouvernement prépare un nouveau paquet de mesures mais d'une ampleur qui ne sera "pas comparable à celles (octroyées) pendant la pandémie", selon le ministre des Finances Christian Lindner.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Zurich Insurance projette de s'implanter sur le marché indien

Publié

le

Le groupe Zurich Insurance, dirigé par Mario Greco, a des ambitions en Inde (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le groupe Zurich Insurance veut étendre au marché indien sa présence dans l'assurance dommages.

Dans le cadre d'une procédure de faillite, l'entreprise a fait une offre conjointe avec Primal Group pour reprendre l'indien Reliance General Insurance, a rapporté "The Economics Times" dans son édition dominicale.

Selon le journal économique indien, les deux partenaires se seraient portés acquéreurs chacun de la moitié de la société. Le délai pour la remise d'offres fermes pour la filiale financière du plus gros conglomérat industriel privé indien court encore jusqu'au 30 octobre.

L'assureur zurichois a confirmé lundi à AWP avoir déposé une offre en vue de l'acquisition d'une participation, précisant cependant que les conditions d'une éventuelle transaction faisaient encore l'objet de négociations et qu'il n'y avait aucune garantie que celle-ci aboutisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Les maçons vont faire grève en novembre à Genève

Publié

le

Les maçons genevois avaient déjà fait grève en octobre 2018. Ils feront à nouveau grève les 7 et 8 novembre prochain pour protester contre le démantèlement de leurs conditions de travail (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les relations sociales se durcissent dans le secteur de la construction. Les maçons ont voté deux jours de grève sur les chantiers, les 7 et 8 novembre prochains, annoncent lundi les syndicats. Ils exigent de meilleures conditions de travail.

Les maçons genevois s'opposent au nouveau modèle d'organisation du travail voulu par la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Selon les syndicats, cette flexibilisation du temps de travail constituerait "un recul social" et une "atteinte grave à la santé et la sécurité des travailleurs".

Pour la SSE, ce modèle permettrait au contraire un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les négociations menées jusqu'à présent en vue d'une nouvelle convention nationale (CN) n'ont pas permis de rapprocher les points de vue. Les syndicats revendiquent aussi une hausse des salaires.

A l'initiative des trois syndicats Sit, Syna et Unia, un vote a été organisé sur les lieux de travail pour décider des mesures de lutte à venir. Sur 2632 votants, 2105 ont opté pour deux jours de grève, soit 82%, précisent les syndicats dans un communiqué. Suite à ce résultat net, ils appellent à une grève générale sur les chantiers les 7 et 8 novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Adecco regroupe deux divisions sous la bannière LHH en Suisse

Publié

le

Adecco intègre deux divisions sous la bannière LHH en Suisse (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Adecco intègre deux divisions, Badenoch + Clark et Spring Professional, sous la marque LHH Recruitment Solutions, un changement opéré en Suisse et dans le reste du monde.

"Cette consolidation intervient en réponse à l'évolution encore difficile du contexte suisse, où les entreprises sont confrontées à des changements toujours plus nombreux de postes de travail", souligne lundi le spécialiste de l'emploi temporaire, citant par exemple "un nombre élevé de postes vacants dans presque toutes les catégories professionnelles".

LHH est décrit par Adecco comme une plateforme disposant de services de ressources humaines "entièrement intégrés", réunissant les offres Solutions de recrutement, Transition de carrière et mobilité, Apprentissage et développement.

Badenoch + Clark et Spring Professional existent depuis 1978 et sont présentes dans 12 pays d'Europe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Vous êtes impatient de connaître la suite ! Mais rien ne sert de courir, la sagesse l’emportera sur l’action.

Les Sujets à la Une

X