Rejoignez-nous

Suisse Romande

Simplon: l'Initiative des Alpes exige que le gouvernement tranche

Publié

,

le

Si le scénario de la vidéo de l'Initiative des Alpes est réaliste, la substance a été artificiellement colorée afin de montrer son expansion dans le cours d'eau. Tout a été créé virtuellement, souligne l'association. (© Initiative des Alpes / Capture d'écran de la vidéo)

L'Initiative des Alpes exige que le Conseil fédéral interdise le transport de marchandises dangereuses par le col du Simplon dès cet automne. Elle publie mercredi une vidéo simulant un accident-catastrophe pour lui "rappeler la nécessité de trancher rapidement".

A la hauteur du pont de Ganter, un camion-citerne défonce les grilles de sécurité, s'écrase en contrebas au bord de la Saltina et se met à brûler. Son chargement de matières toxiques, en l'occurrence de l’épichlorhydrine, s'échappe et se répand jusqu'au Léman. Voilà l'accident mis en scène dans la vidéo.

"Notre scénario-catastrophe est réaliste", indique à Keystone-ATS Floriane Kaiser, porte-parole de l'association. Le tronçon sur lequel a été simulé l'accident est déjà considéré comme problématique par le Conseil fédéral, ajoute-t-elle. Quant à l'épichlorhydrine, quelque 13'468 tonnes de ce composé incolore chimique hautement réactif ont transité par le Simplon en 2018. Une substance qui peut provoquer le cancer des voies respiratoires, des ½dèmes pulmonaires ou encore des lésions rénales et affecter le sang.

Catastrophique pour l'environnement

Chaque jour, 40 camions chargés de produits toxiques transitent par le col, rappelle l'Initiative des Alpes. La plupart de ces véhicules ont pour destination les industries chimiques du Valais ou de la région lémanique. "Laisser encore passer 11'000 camions-citernes remplis de matières dangereuses par année par ce col est inconscient, dangereux et dépassé", réagit le conseiller national Emmanuel Amoos (PS/VS), cité dans le communiqué de l'association.

L'accident simulé aurait causé en très peu de temps des dommages au-delà des frontières cantonales et ses conséquences seraient catastrophiques pour l'environnement et la population, écrit aussi l'Initiative des Alpes. Par cette vidéo, l'association appelle le Conseil fédéral à mettre fin à l'exception du Simplon et à transférer de la route au rail, le transport des marchandises dangereuses, comme c’est déjà le cas aux cols du Grand-Saint-Bernard, du Gothard ou encore du San Bernardino.

Un sujet récurrent au parlement

La date de lancement de cette campagne n'est pas un hasard. "Le gouvernement publiera en novembre, comme tous les deux ans, un rapport sur le transfert du trafic transalpin. En 2019, il appelait l'industrie à l'origine du transport de marchandises dangereuses et l'Etat du Valais à mener des pourparlers sur une base volontaire. La priorité doit, peut-on lire dans le document, aller au transfert des marchandises pouvant polluer les eaux.

"Cette année, le gouvernement fédéral doit trancher: soit, il interdit ce transit par la route, soit il fixe une date butoir aux acteurs impliqués", estime Floriane Kaiser. Le cas du col du Simplon est un sujet récurrent au parlement fédéral. Plusieurs interventions ont été déposées au fil des années, notamment par deux figures valaisannes, à savoir Viola Amherd, devenue depuis conseillère fédérale, et Mathias Reynard, qui siège désormais au Conseil d'Etat valaisan.

Pour améliorer la sécurité sur le seul col à ciel ouvert en Europe qui permet le transport de matières dangereuses, le Valais, a renforcé en novembre 2020 les contrôles des véhicules circulant sur cette route. Cette mesure ne vise toutefois pas particulièrement les véhicules transportant des substances dangereuses.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

SolarStratos reçoit l'ambassadrice du projet spatial Mars One

Publié

le

L'Américaine Alyssa Carson a rendu visite à Raphaël Domjan sur la base de SolarStratos à Payerne. (© KEYSTONE/LAURENT MERLET)

La mission SolarStratos a reçu lundi, sur sa base de Payerne (VD), l'une des espoirs de la conquête spatiale, l'Américaine Alyssa Carson. La jeune femme de 21 ans est l'ambassadrice du projet de vol spatial privé Mars One.

Candidate d'une mission humaine vers la planète rouge, Alyssa Carson est étudiante en astrobiologie, conférencière, femme d'affaires et influenceuse de renom, avec notamment un demi-million d'abonnés sur Instagram.

En visite pour trois jours en Suisse, elle a été accueillie lundi à Payerne par Raphaël Domjan, instigateur et pilote de la mission SolarStratos. Vol en avion électrique et simulateur de vol ont notamment été organisés pour elle. Des repérages ont aussi été effectués au-dessus des Alpes, où Raphaël Domjan cherchera ce printemps les courants favorables devant lui permettre d'établir un record d’altitude.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Coups de feu et course-poursuite entre Grandson et Bienne

Publié

le

Les policiers vaudois se sont fait tirer dessus lorsqu'ils ont voulu arrêter deux suspects à Grandson (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Deux personnes ont été arrêtées lundi après une course-poursuite avec la police entre Grandson (VD) et Bienne (BE). Les policiers ont essuyé des coups de feu, mais personne n'a été blessé.

La gendarmerie vaudoise a repéré ces deux individus suspects tôt lundi matin, vers 04h15 à la gare de Grandson. Ces deux personnes ont alors pris la fuite à bord d'une voiture.

Peu après un giratoire, un occupant de la voiture a fait feu en direction de la patrouille à plusieurs reprises, sans en blesser les occupants, indique la police cantonale vaudoise dans son communiqué. De nouveaux coups de feu ont encore été tirés entre Onnens et Corcelles-Concise.

Les suspects ont ensuite repris leur course à vive allure en direction de Neuchâtel. Les polices fribourgeoise, neuchâteloise et bernoise ont été alertées, et un important dispositif coordonné a été mis en place.

Deux hélicoptères

Un hélicoptère des forces aériennes suisses et un autre de la police cantonale vaudoise ont permis de repérer la voiture qui roulait en direction de Bienne. Celle-ci a finalement été stoppée lors d'une collision avec deux véhicules des polices fribourgeoise et neuchâtelois, peu avant Bienne, sur la rue de Neuchâtel.

Lors de la fouille de la voiture, une arme longue a été retrouvée. Les suspects ont, eux, été acheminés au centre de police de la Blécherette à Lausanne pour la suite de la procédure. Des contrôles sont en cours pour identifier formellement les deux suspects interpellés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Géothermie: les sous-sols de Lausanne sous la loupe

Publié

le

La campagne de prospection menée grâce aux camions vibreurs doit s'achever cette semaine (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Des camions vibreurs cartographies les sous-sols lausannois. Cela fait plus d'une semaine ce lundi qu'ils se baladent toutes les nuits dans les rues de la capitale vaudoise. L'espoir de la Ville: alimenter le chauffage à distance en partie grâce à la géothermie.

Lausanne analyse ses sous-sols. Des camions vibreurs sillonnent les rues de la capitale vaudoise depuis plus d’une semaine à la recherche d’eau chaude. La Ville espère ainsi pouvoir identifier des sites propices à la géothermie. L’objectif : alimenter le chauffage à distance lausannois avec de l’énergie de plus en plus verte. La Ville s’est fixée d’atteindre les 75% d’énergie renouvelable d’ici 2050.

Une fois les sites propices à la géothermie identifiés, la Municipalité pourra commander des forages exploratoires pour confirmer le potentiel et ainsi espérer les transformer en forages productifs. Quand Lausanne pourra-t-elle compter sur cette nouvelle source d’énergie ? La réponse de Xavier Company, municipal chargé des services industriels.

Xavier CompanyMunicipal chargé des services industriels

75 millions de francs pour le chauffage

Et combien coûte une campagne de prospection comme celle menée en ce moment à Lausanne ? On retrouve le municipal.

Xavier CompanyMunicipal chargé des services industriels

La campagne de prospection doit durer deux semaines en tout.

Continuer la lecture

Vaud

Plus de 25'000 personnes pour voir les ballons à Château-d'Oex

Publié

le

Malgré une bise persistante, le festival international des ballons de Château-d'Oex tire un bilan très positif de sa 43e édition. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La 43e édition du Festival international de ballons de Château-d'Oex, qui s'est achevée dimanche, a attiré plus de 25'000 personnes. Les organisateurs tirent un bilan "très positif", malgré une bise persistante qui a un peu chamboulé le programme.

Sur les neuf jours du festival, huit jours ont permis de réaliser des décollages et vols en ballon, principalement durant les matinées. Au total, les 60 montgolfières présentes ont pu prendre 379 fois leur envol au départ de Château-d'Oex, soit 498 heures de vol sur la durée du festival, indiquent lundi les organisateurs.

La bise a certes nécessité "beaucoup de flexibilité et d'adaptation", et causé une grosse frayeur à Bertrand Piccard, dont le ballon s'est couché juste avant un décollage. Malgré tout, la manifestation s'est globalement déroulée dans un "décor féérique digne d'une carte postale" avec la neige fraîche, le soleil et un ciel bleu, poursuit le communiqué.

Au niveau de la programmation, les habituels compétitions, vols captifs pour les enfants et démonstrations en tout genre ont rencontré "un vif succès". De même que les deux nouveautés proposées cette année: un cycle de conférences "Personnalités au sommet" et des projections des films primés au Festival international du film alpin des Diablerets.

Evénement phare du Pays-d'Enhaut, la manifestation attire chaque année entre 15'000 et 35'000 spectateurs. Elle avait été annulée ces deux dernières années en raison du Covid-19. La prochaine édition est d'ores et déjà prévue du 20 au 28 janvier 2024.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Deux personnes disparues en Valais localisées

Publié

le

De nombreux moyens terrestres et aériens sont déployés depuis l’annonce des disparitions de ces deux personnes en Valais, indique lundi la police cantonale valaisanne (archives/image symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les deux personnes portées disparues depuis mercredi 25 janvier dans les montagnes sises entre Ovronnaz et Fully ont été localisées. La police cantonale valaisanne indique avoir retrouvé des éléments concrets sur les lieux d'une avalanche.

"Au vu du nombre de jours écoulés et les éléments retrouvés, les recherches en mode sauvetage sont terminées", indique lundi à Keystone-ATS un porte-parole de la police cantonale. Mais celle-ci poursuit ses efforts pour récupérer les corps.

De nombreux moyens terrestres et aériens sont déployés depuis l’annonce des disparitions. L'opération a permis "de retrouver des éléments concrets sur une avalanche s’étant déclenchée dans la région du Chavalard au-dessus de Fully", précisent les forces de l'ordre dans un communiqué. Le secteur concerné étant particulièrement dangereux, la police "interdit à quiconque de s’approcher du site".

La police cantonale avait été avertie mercredi par des tiers de la disparition de ces deux personnes, une ressortissante française domiciliée dans le canton de Vaud ainsi qu’un ressortissant belge domicilié en Valais, tous deux âgés de 42 ans. Le Ministère public a ouvert une instruction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X