Rejoignez-nous

Suisse Romande

Un budget 2018 équilibré pour l’Etat de Vaud

Publié

,

le

60'300 francs. C’est l’excédent de revenus affiché par le projet de budget 2018 de l’Etat de Vaud, premier de la nouvelle législature. Il a été présenté ce mercredi matin à la presse et aux députés de la Commission des Finances.

Le budget 2018, une nouvelle fois équilibré, affiche des charges en croissance de près de 2,5%, à plus de 9 milliards et demi de francs. Les domaines liés à la démographie et l’action sociale connaissent les plus fortes hausses. 34 millions de francs supplémentaires sont par exemple prévus pour le revenu d’insertion. À ce sujet, l’impact lié à la migration pose problème, selon le grand argentier vaudois Pascal Broulis. Au bout de 5 ans, les migrants se retrouvent à l’aide cantonale et, selon le ministre, la Confédération ne fait pas sa part :

Pascal BroulisConseiller d'Etat, DFIRE, VD

Face à cela, les recettes fiscales progressent d’1,4%, malgré une stagnation des impôts sur le bénéfice. À ce propos, depuis 2012, aucune nouvelle entreprise de plus de 50 personnes ne s’est implantée dans le canton de Vaud :

Pascal BroulisConseiller d'Etat, DFIRE, VD

Pascal Broulis milite ainsi pour une solution rapide dans le domaine de la fiscalité des entreprises pour mettre fin à l’incertitude. Le Projet Fiscal 17, successeur de la RIE3 fédérale, est actuellement en consultation. Autre enseignement de ce budget 2018, la croissance des recettes s’appuie largement sur des revenus non fiscaux. Ainsi, pour la première fois, le canton a inscrit au budget 62 millions de francs de recettes provenant de la répartition attendue du bénéfice de la BNS. Sans cela, le projet ne serait même pas équilibré. Le signe d’une certaine fragilité ?

Pascal BroulisConseiller d'Etat, DFIRE, VD

Les différents partis politiques ont accueilli ce budget 2018 de manière variée : pour le PS, le canton est en développement maîtrisé et poursuit sa politique cohérente de soutien aux vaudois. Pour le PLR, le capital-santé de l’Etat se réduit comme peau de chagrin. Les Verts regrettent le manque d’ambition en termes de protection du climat.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La Suisse gagne à l'OMC contre les Etats-Unis sur l'acier

Publié

le

Le tribunal d'arbitrage de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné raison à la Suisse dans sa plainte contre les Etats-Unis (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Suisse a été entendue à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) après sa plainte en 2018 contre les tarifs américains sur l'acier et l'aluminium. Dans la décision publiée vendredi à Genève, le tribunal d'arbitrage lui donne largement raison.

Comme huit autres acteurs, la Suisse avait reproché la politique protectionniste de l'ancien président américain Donald Trump. Celui-ci avait décidé de tarifs douaniers sur certains produits, dont l'acier.

Pour Berne, cette requête était "importante". Elle ne constituait que la seconde qu'elle lançait en plus de 20 ans d'Organisation mondiale du commerce (OMC). L'ambassadeur suisse auprès de l'institution Didier Chambovey avait dénoncé en 2018 des mesures de sauvegarde unilatérales que "rien ne justifie".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Education numérique: nouvelle phase et nouveaux crédits

Publié

le

L'éducation numérique entre dans une nouvelle phase dans le canton de Vaud (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil d'Etat vaudois sollicite 48 millions de francs pour poursuivre le chantier de l'éducation numérique. Cette somme, soumise au Grand Conseil, comprend un crédit destiné à la formation des enseignants de 36 millions de francs et un autre pour les infrastructures de 12 millions.

Ces nouveaux financements s'ajoutent aux 30 millions déjà octroyés en 2019, date à laquelle l'éducation au numérique a été lancée dans le Canton de Vaud. Place désormais à une deuxième phase, dite "de consolidation et déploiement", indique vendredi le Conseil d'Etat dans un communiqué.

Il relève que cette nouvelle étape va se dérouler "sur un tempo apaisé", alors que la réforme a suscité jusqu'ici de nombreuses critiques, à l'encontre notamment de l'ancienne ministre de l'éducation Cesla Amarelle. Le nouveau chef de l'école vaudoise, Frédéric Borloz, ne compte toutefois pas tirer la prise alors que les syndicats ont demandé, en octobre dernier, un moratoire sur ce projet.

"Le département de la formation a la responsabilité de donner aux jeunes la capacité de s'insérer dans la société de manière adéquate", écrit-il dans son communiqué. Et d'ajouter que l'éducation numérique "participe à l'égalité des chances et sensibilise les élèves" comme futurs citoyens numériques.

Trois projets de décret

Dans le détail, les 36 millions de francs visent à poursuivre la formation du corps enseignant, à concevoir des ressources pédagogiques et à mener des études de durabilité.

Les 12 millions seront, eux, dédiés à divers équipements et infrastructures. De quoi, par exemple, offrir un wifi performant à chaque école et des dispositifs permettant de répliquer, sur grand écran, l'affichage des tablettes.

A noter qu'un troisième décret sera soumis au Grand Conseil, "un crédit d'inventaire qui permettra l'achat du matériel pour les années à venir", précise-t-on.

Jusqu'en 2027-2028

D'ici la fin de l'année scolaire en cours, 52 établissements obligatoires vaudois (sur 93), soit envion 36'000 élèves et 4000 enseignants, sont concernés par la réforme. Celle-ci doit se déployer, selon la feuille de route du Canton, jusqu'en 2027-2028.

Le Conseil d'Etat note que le projet continuera de s'adapter aux retours des enseignants. "Celles et ceux qui ont participé au premier pilote et après quelques années de pratique considèrent à une large majorité (84%) les technologies numériques utiles pour l'apprentissage", souligne le gouvernement.

Les retours immédiats après la formation ont aussi été largement positifs: 86% des personnes interrogées l'ont jugée "riche et intéressante", avec 8% d'indécis et 6% d'avis contraires.

Soutien des hautes écoles

Le Conseil d'Etat relève finalement "le rôle essentiel" joué jusqu'ici par l'EPFL, l'Université de Lausanne et la HEP Vaud dans la mise en route de la réforme.

Il précise notamment que la mission de l'EPFL va désormais changer, même si la collaboration reste encore à définir. L'école polytechnique devra notamment assurer "une veille dans le domaine des sciences informatiques pour que les contenus et les approches pédagogiques mises en ½uvre restent à la pointe", indique encore le Canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Mathilde Crevoisier Crelier succède à Elisabeth Baume-Schneider

Publié

le

Mathilde Crevoisier Crelier va siéger au Conseil des Etats. (© KEYSTONE)

La socialiste jurassienne Mathilde Crevoisier Crelier siègera au Conseil des Etats en remplacement d'Elisabeth Baume-Schneider. Colistière de la nouvelle conseillère fédérale lors des élections de 2019, la citoyenne de Porrentruy a accepté son élection.

Comme le canton du Jura élit ses sénateurs au système proportionnel, c’est le ou la “vient ensuite” de la liste qui entre en fonction en cas de vacance, a indiqué le Parti socialiste jurassien (PSJ). La Bruntrutaine a annoncé vendredi au Gouvernement jurassien qu'elle acceptait son élection.

Mathilde Crevoisier Crelier, âgée de 42 ans, travaille actuellement comme traductrice au secrétariat général du Département fédéral de l'intérieur. Elle connaît ainsi "très bien le fonctionnement" des instances fédérales, a ajouté le PSJ.

La nouvelle conseillère aux Etats a été élue cet automne au Conseil municipal de Porrentruy. "Fortement engagée pour l’égalité, notamment, elle siège au comité directeur des Femmes socialistes suisses depuis 2018", a ajouté le PSJ.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Nuit agitée pour les pompiers genevois à cause de la neige

Publié

le

Les pompiers du SIS sont intervenus à 57 reprises dans la nuit de jeudi à vendredi et vendredi matin pour des problèmes causés par la neige (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, les pompiers ont connu une fin de nuit agitée à cause de la neige qui a recouvert le canton. De minuit à 10h30, le Service d'incendie et de secours (SIS) est intervenu à 71 reprises, dont 57 opérations liées à la neige, a fait savoir vendredi son porte-parole, le lieutenant Nicolas Millot.

Les pompiers ont été appelés pour dégager des arbres sur les routes et pour treuiller des bus des Transports publics genevois (TPG) bloqués en travers sur les routes. Lors d'une intervention, un sapeur-pompier professionnel a été blessé à une jambe par la chute d'une branche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le traditionnel cortège des élèves fait son grand retour en ville

Publié

le

Les jeunes ont pu lâcher prise lors du traditionnel cortège déguisé de l'Escalade qui a déferlé vendredi matin dans les rues de Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Annulé deux ans de suite à cause du Covid-19, le Picoulet était de retour vendredi dans les rues enneigées du centre-ville de Genève. Près de 2500 élèves du secondaire II ont participé au traditionnel cortège déguisé de l'Escalade.

La manifestation s'est déroulée sans aucun incident, a indiqué Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police genevoise. Du point de vue des forces de l'ordre, "cette édition était parfaite". Le Picoulet est organisé par les jeunes qui gèrent toute la logistique.

Les premiers élèves sont partis du Collège Ecole de commerce (CEC) André-Chavannes, rapidement rejoints par les collégiens de Rousseau. Le cortège a pris de l'ampleur au fur et à mesure avec l'arrivée des élèves du Collège Sismondi, de l'Ecole de culture générale Henri-Dunant et du CEC Nicolas-Bouvier.

Les jeunes suivaient en dansant des vélos-cargos musicaux. Dans cette foule déguisée, de nombreux cow-boys, des super-héros et des personnages de Noël. Comme chaque année, les batailles de mousse à raser ont beaucoup amusé les jeunes. Moins les automobilistes coincés dans les bouchons.

Le Picoulet s'est terminé à la mi-journée au parc des Bastions. Les services sanitaires étaient présents pour prendre en charge les élèves alcoolisés ou frigorifiés. Les examens semestriels qui débutent lundi risquent d'être difficiles pour certains.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X