Rejoignez-nous

Suisse Romande

Un jeune romand sur huit consomme fréquemment des puffs selon une étude

Publié

,

le

Deux instituts vaudois et valaisan ont interrogé 1362 jeunes romands en août dernier. Plus de la moitié (59%) avoue avoir déjà consommé des puffs au moins une fois, indique leur sondage. (© Keystone/PETER KLAUNZER)

En Suisse romande, un jeune de 14 à 25 ans sur huit consomme fréquemment des cigarettes électroniques jetables, dites aussi puffs. C'est ce que révèle un sondage d'Unisanté et Promotion santé Valais publiés jeudi. Tous deux prônent un renforcement des règlementations.

Les deux instituts ont interrogé 1362 jeunes en août dernier. Les données ont été récoltées par un questionnaire en ligne. Plus de la moitié (59%) avoue avoir déjà consommé des puffs au moins une fois, indique le sondage. L'étude montre aussi que 91% de ces jeunes disent connaître les puffs et que 12% en consomment fréquemment, c'est-à-dire plus de dix jours au cours du dernier mois.

Ce chiffre peut être mis en perspective avec la cigarette normale. En Suisse, 19% des 15-24 ans fument quotidiennement, selon des statistiques de 2017. Dans leurs conclusions, les auteurs du sondage notent d'ailleurs que "bien que de nombreux jeunes rapportent avoir déjà testé ces puffs, la majorité n'en consomme pas fréquemment". Et moins de la moitié des participants (40,9%) n'a jamais consommé de puff.

Goût, pas d'odeur et facilité d'usage

Conçu pour un public jeune, l'attrait pour ces cigarettes électroniques jetables repose sur les goûts (63%), l'absence d'odeur de tabac (40%) et la facilité d'utilisation (30%), indiquent les réponses des jeunes sondés. Elles sont surtout consommées dans les soirées ou les fêtes (59%), ainsi qu'à domicile (40%).

Autre indicateur intéressant: la moitié (49,4%) des participants à l'étude ayant déjà consommé une puff a rapporté que leurs parents sont au courant de leur usage de puffs.

Le sondage met en lumière une autre problématique: les jeunes ont facilement accès aux puffs. Plus de la moitié (54%) relatent avoir acheté leur dernière puff dans un kiosque, sans différence notable entre les cantons ayant restreint ou non la vente de cigarettes électroniques aux mineurs, souligne l'enquête.

Par ailleurs, une jeune sur cinq rapporte consommer des puffs dont le taux de nicotine dépasse le maximum légal (20 mg/ml). "La nicotine pouvant engendrer rapidement une forte dépendance, ces résultats rappellent la nécessité de mettre en place des réglementations et des contrôles visant à protéger la jeunesse", affirment Unisanté à Lausanne et Promotion santé Valais.

Les deux tiers veulent arrêter

Les réponses analysées montrent aussi qu'un jeune sur deux a déjà été confronté à la publicité pour des puffs, majoritairement sur les réseaux sociaux. Les 14-17 ans y sont davantage exposés que les 18-25 ans, indiquent-elles.

Le sondage relève également que les trois quarts des jeunes sont conscients des risques pour la santé, du potentiel de dépendance et de l'impact environnemental des puffs. Parmi les consommateurs, deux tiers souhaitent arrêter.

En Suisse, tous les cantons romands ont franchi le pas de l'interdiction des puffs pour les mineurs. Seul le Canton de Vaud doit encore soumettre au Grand Conseil son projet de modification de trois lois afin que ces produits soient soumis au même cadre légal que les cigarettes normales et le tabac.

Au niveau national, un projet de révision de la loi sur les produits du tabac souhaite interdire toute publicité pour le tabac susceptible d'atteindre les mineurs. Il fait suite à l'initiative populaire "Pour la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac", acceptée en votation populaire en février 2022. L'entrée en vigueur de la loi est prévue pour début 2024.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Vaud

Une plateforme suisse pour transmettre sa ferme

Publié

le

Depuis 2021, Gala et Fabien Berlie (à gauche) ont repris l'exploitation du domaine de Gisèle et Jean-François Burnet, grâce à une location. Ils se sont rencontré via l'association. (© Association des Petits Paysans)

L'Association des petits paysans veut faciliter la transmission de terres et d'exploitations. Elle a lancé une plateforme pour faciliter les échanges et les rencontres, intégrée dans un centre de compétence pour la remise de fermes hors du cadre familial. Un exemple de transition réussie a été présenté, à Aubonne.

Depuis janvier 2021, Gala et Fabien Berlie sont les exploitants de la ferme de la Croix-De-Luisant à Aubonne. Une exploitation qui appartient depuis plus de 200 ans... à la famille Burnet. Ces derniers, la retraite approchant, cherchaient des repreneurs. Impossible dans le cercle familial, ils ont finalement loué leur terrain au jeune couple.

C'est grâce à l'Association des petits paysans, active depuis 2014, que la succession a pu se faire. Elle tente, depuis maintenant une décennie, de promouvoir l'accès à la terre, la diversité des structures et le changement de générations dans le domaine. Car, si près de 500 exploitations agricoles suisses ferment chaque année, ce n'est pas le manque de repreneurs potentiels qui fait défaut.

Mirjam BühlerResponsable du projet pour l'Association des Petits Paysans

Pour être plus efficace, depuis le début avril, le Point de contact pour remise de ferme extra-familiale de l'Association propose une plateforme numérique. Elle permet de mettre en lien les personnes qui cherchent une ferme, ainsi que ceux qui en cèdent.

Mirjam BühlerResponsable du projet pour l'Association des Petits Paysans

La plateforme souhaite également mettre en avant un grand choix de formes de transmissions possibles. Bail à ferme, achat, collaboration, ou location comme ce fut le cas pour le domaine de la Croix-de-Luisant.

Mirjam BühlerResponsable du projet pour l'Association des Petits Paysans

Exemple réussi

La présentation de la plateforme s'est déroulée à Aubonne, sur le domaine de la Ferme de la Croix-De-Luisant. Un exemple d'une transmission extra-familiale réussie. Jean-François et Gisèle Burnet n'ont pu transmettre au sein de la famille. Ils ont donc dû trouver une autre solution, venue à eux par l'intermédiaire de l'Association. Le couple souhaitait pouvoir rester habiter sur le domaine, et ne souhaitait pas le vendre. La solution de la location s'est donc présentée.

Jean-François BurnetAncien exploitant du domaine de la Croix-de-Luisant

Avant d'arriver à cette situation, il a fallu malgré tout la préparer. Plusieurs rencontres se sont succédées, avant même que la famille Berlie travaille à 100% sur l'exploitation pour en apprendre son fonctionnement. Une situation qui a permis à Fabien et Gala d'accéder à des terres, avant même la fin de leurs études.

Fabien BerlieRepreneur du domaine de la Croix-de-Luisant

Cela a aussi permis à Fabien et Gala Berlie de découvrir et assimiler d'autres compétences, qu'ils n'avaient pas forcément imaginer dans un premier temps, comme par exemple l'élevage de chèvres.

Fabien BerlieRepreneur du domaine de la Croix-de-Luisant

Le site et la plateforme sont disponibles ici. Le site contient également des conseils ou la possibilité de placer des annonces.

Continuer la lecture

Climat

La route Sierre-Vissoie pourrait rouvrir début mai

Publié

le

La route cantonale Sierre-Vissoie est fermée depuis la nuit du 23 au 24 mars (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un système d'alarme sera installé sur la route Sierre-Vissoie, fermée depuis fin mars à cause d'un éboulement. Après une période de test et en fonction des résultats, la route cantonale pourrait rouvrir début mai.

Le canton du Valais relève lundi que la masse rocheuse surplombant la route à la hauteur de la galerie des Croisettes est toujours instable. Il compte ainsi mettre en place un système d'alarme relié à des feux de signalisation. Ceux-ci se déclencheront automatiquement en cas de mouvement de terrain.

Après une période de tests du système, la réouverture de la route pourrait intervenir au début mai 2024, poursuit le communiqué. Une fois la route à nouveau ouverte, les travaux de réfection de la galerie des Croisettes pourront être entrepris sans toucher le trafic.

En attendant, la déviation par Chalais-Vercorin reste en place. La gestion active du trafic sera renforcée durant les heures de pointe afin "de fluidifier au maximum la circulation."

Dans cette optique également, et en fonction des conditions météorologiques et des observations du terrain, le trafic poids-lourds pourra être ponctuellement autorisé sur la route Sierre-Vissoie, avec le concours de la police cantonale, précisent encore les autorités valaisannes.

Pour mémoire, un éboulement avait entraîné la fermeture de la route cantonale Sierre-Vissoie durant la nuit du 23 au 24 mars. Quelques jours plus tard, le 29, la chute d'un bloc de plus d'une tonne avait transpercé la galerie routière de protection.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

La Chaux-de-Fonds: plantation du premier arbre offert par Genève

Publié

le

Le maire de Genève, Alfonso Gomez et le président de La Chaux-de-Fonds Jean-Daniel Jeanneret (au centre) ont planté symboliquement un chêne offert par la Ville de Genève. (© KEYSTONE/LAURENT MERLET)

La Ville de Genève a offert une dotation permettant de planter plus de 400 arbres à La Chaux-de-Fonds (NE), dévastée le 24 juillet par une tempête. Un chêne pédonculé a été planté lundi dans le square de la gare par les autorités communales des deux cités.

Le chêne pédonculé, d'une hauteur de plus de 4 mètres, sera bientôt entouré d'un anneau arborisé selon le principe de la microforêt Miyawaki: une plantation dense de plants arbustifs et de jeunes arbres destinés à être rapidement autosuffisants, ont indiqué les deux villes. Plusieurs dizaines d'enfants ont contribué à la démarche de ré-arborisation en plantant de petits arbres dans le square.

"Cet événement, signe fort de la solidarité qui règne entre les villes suisses, est l'occasion de mettre en avant les nombreux liens qui unissent Genève et La Chaux-de-Fonds. Toutes deux sont des cités fortement marquées par l'horlogerie et font partie des sites Le Corbusier", ont précisé les deux métropoles.

"La Ville de Genève a été la plus généreuse", a déclaré à un vidéaste de Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, président du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds. "Nous avons été très sensibles et très touchés par l'événement qui s'est produit il y a bientôt une année", a précisé Alfonso Gomez, maire de la Ville de Genève.

Soutien unanime

Un état d'esprit d'entraide est également au centre des relations entre les deux villes. En février 1985, alors que plus de 50 centimètres de neige avaient recouvert Genève, le Service de la voirie de La Chaux-de-Fonds avait mis à disposition du matériel et du personnel pour dégager les routes genevoises.

Dès les premiers jours après la tempête du 24 juillet, le Service d'incendie et de secours de Genève était à La Chaux-de-Fonds avec une vingtaine de collaborateurs pour aider à la sécurisation de l'espace public. Constatant les nombreux dégâts causés aux arbres, le Conseil administratif genevois a ensuite sollicité un crédit de 600'000 francs auprès du parlement de la Ville pour un soutien exceptionnel devant permettre la replantation de 400 des 1500 arbres abattus sur l'espace public.

Le crédit a été accepté à l'unanimité et la plantation symbolique du 1er arbre marque le début d'une campagne de ré-arborisation qui s'étalera sur quelques années et dans différents lieux de la ville. Une plaque marquant ce soutien a également été installée au pied de l'arbre.

La cérémonie de la plantation de l'arbre s'est tenue en présence du maire de Genève, Alfonso Gomez, de Christina Kitsos, vice-présidente du Conseil administratif, ainsi que du Conseil communal in corpore de la Ville de La Chaux-de-Fonds.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Chant du Gros dévoile le programme de sa 32e édition

Publié

le

Francis Cabrel sera sur la scène du Chant du Gros pour la soirée d'ouverture du festival le 5 septembre (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Chant du Gros a dévoilé lundi la programmation de sa 32e édition qui se déroulera du 5 au 7 septembre au Noirmont (JU). Les styles musicaux vont de la chanson française au rap. Parmi les artistes invités figurent Francis Cabrel, Pascal Obispo ou Joey Starr.

Le festival s'ouvrira jeudi avec le groupe corse I Muvrini. Cette même soirée verra monter sur scène Francis Cabrel et le chanteur-accordéoniste français Claudio Capéo. Le rap sera aussi bien présent avec Hugo TSR et le Jurassien Sim's.

Vendredi, le Chant du Gros accueillera Pascal Obispo pour sa tournée d'anniversaire marquant ses 30 ans de carrière. Autres artistes français à se produire vendredi soir, le rappeur Joey Starr et l'auteur-compositeur Saez.

Les spectateurs pourront écouter samedi soir Patrick Fiori, Slimane ou, dans un autre registre, les soeurs Camille et Julie Berthollet. L'année dernière, plus 42'000 spectateurs avaient fait le déplacement pour Le Noirmont. La billeterie démarre mercredi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Période de restructuration professionnelle qui vous plonge dans des domaines inconnus mais attractifs. Vous enchaînez les découvertes captivantes !

Les Sujets à la Une

X