Rejoignez-nous

Suisse Romande

Un jeune romand sur huit consomme fréquemment des puffs selon une étude

Publié

,

le

Deux instituts vaudois et valaisan ont interrogé 1362 jeunes romands en août dernier. Plus de la moitié (59%) avoue avoir déjà consommé des puffs au moins une fois, indique leur sondage. (© Keystone/PETER KLAUNZER)

En Suisse romande, un jeune de 14 à 25 ans sur huit consomme fréquemment des cigarettes électroniques jetables, dites aussi puffs. C'est ce que révèle un sondage d'Unisanté et Promotion santé Valais publiés jeudi. Tous deux prônent un renforcement des règlementations.

Les deux instituts ont interrogé 1362 jeunes en août dernier. Les données ont été récoltées par un questionnaire en ligne. Plus de la moitié (59%) avoue avoir déjà consommé des puffs au moins une fois, indique le sondage. L'étude montre aussi que 91% de ces jeunes disent connaître les puffs et que 12% en consomment fréquemment, c'est-à-dire plus de dix jours au cours du dernier mois.

Ce chiffre peut être mis en perspective avec la cigarette normale. En Suisse, 19% des 15-24 ans fument quotidiennement, selon des statistiques de 2017. Dans leurs conclusions, les auteurs du sondage notent d'ailleurs que "bien que de nombreux jeunes rapportent avoir déjà testé ces puffs, la majorité n'en consomme pas fréquemment". Et moins de la moitié des participants (40,9%) n'a jamais consommé de puff.

Goût, pas d'odeur et facilité d'usage

Conçu pour un public jeune, l'attrait pour ces cigarettes électroniques jetables repose sur les goûts (63%), l'absence d'odeur de tabac (40%) et la facilité d'utilisation (30%), indiquent les réponses des jeunes sondés. Elles sont surtout consommées dans les soirées ou les fêtes (59%), ainsi qu'à domicile (40%).

Autre indicateur intéressant: la moitié (49,4%) des participants à l'étude ayant déjà consommé une puff a rapporté que leurs parents sont au courant de leur usage de puffs.

Le sondage met en lumière une autre problématique: les jeunes ont facilement accès aux puffs. Plus de la moitié (54%) relatent avoir acheté leur dernière puff dans un kiosque, sans différence notable entre les cantons ayant restreint ou non la vente de cigarettes électroniques aux mineurs, souligne l'enquête.

Par ailleurs, une jeune sur cinq rapporte consommer des puffs dont le taux de nicotine dépasse le maximum légal (20 mg/ml). "La nicotine pouvant engendrer rapidement une forte dépendance, ces résultats rappellent la nécessité de mettre en place des réglementations et des contrôles visant à protéger la jeunesse", affirment Unisanté à Lausanne et Promotion santé Valais.

Les deux tiers veulent arrêter

Les réponses analysées montrent aussi qu'un jeune sur deux a déjà été confronté à la publicité pour des puffs, majoritairement sur les réseaux sociaux. Les 14-17 ans y sont davantage exposés que les 18-25 ans, indiquent-elles.

Le sondage relève également que les trois quarts des jeunes sont conscients des risques pour la santé, du potentiel de dépendance et de l'impact environnemental des puffs. Parmi les consommateurs, deux tiers souhaitent arrêter.

En Suisse, tous les cantons romands ont franchi le pas de l'interdiction des puffs pour les mineurs. Seul le Canton de Vaud doit encore soumettre au Grand Conseil son projet de modification de trois lois afin que ces produits soient soumis au même cadre légal que les cigarettes normales et le tabac.

Au niveau national, un projet de révision de la loi sur les produits du tabac souhaite interdire toute publicité pour le tabac susceptible d'atteindre les mineurs. Il fait suite à l'initiative populaire "Pour la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac", acceptée en votation populaire en février 2022. L'entrée en vigueur de la loi est prévue pour début 2024.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse Romande

Le rôle de Boudry dans les infractions neuchâteloises

Publié

le

Selon les autorités neuchâteloises, "nous avons affaire à un très petit nombre d'auteurs extrêmement prolifiques" au centre de Boudry (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le canton de Neuchâtel a enregistré une hausse de 4% des infractions en 2022. Une minorité de requérants "extrêmement prolifiques" hébergés au centre fédéral d'accueil (CFA) de Boudry contribue à une large part des infractions.

Dans le contexte de la publication des chiffres annuels de la criminalité, les autorités neuchâteloises ont fait le choix de consacrer une conférence de presse à la thématique sécuritaire du centre d'accueil fédéral de Boudry.

"Cette problématique touche de très près la population et a été fortement débattue ces derniers temps. Il est donc important pour nous de parler des chiffres sans tabou et de mettre en lumière l'activité de la police en lien avec ces phénomènes", a expliqué le conseiller d'Etat Alain Ribaux, chef du Département de l'économie, de la sécurité et de la culture, lundi devant les médias.

Pour rappel, les nombreuses incivilités d'une minorité de requérants créent un climat anxiogène dont se plaignent les habitants des environs du centre de Boudry et de la ville de Neuchâtel. Les députés ont demandé dans une recommandation urgente d'engager les ressources et mesures nécessaires en termes d'accompagnement et de sécurité, en collaboration avec les autorités communales et fédérales.

Une minorité, mais prolifique

Commandant de la police neuchâteloise, Pascal Lüthi confirme : "Ce sentiment d'insécurité est objectif, car on a bien un phénomène à traiter, et un phénomène croissant".

Sur les 13'600 infractions commises en 2022 sur l'ensemble du canton, 2931 ont été commises sur le Littoral. Parmi elles, la part des infractions avec auteur connu imputées à des auteurs de type requérants d'asile s'élève à 48%, dont 38% des auteurs provenant du centre de Boudry.

"Mais les chiffres ne disent pas tout du message que l'on peut tirer des statistiques. Je tiens à préciser que si ces chiffres sont effectivement élevés, nous avons en fait affaire à un très petit nombre d'auteurs extrêmement prolifiques", souligne Pascal Lüthi.

Et de relever que "97% des requérants hébergés à Boudry n'ont rien à voir avec le moindre aspect de criminalité". Pour le procureur général Pierre Aubert, "3% des requérants déséquilibrent l'image que l'on se fait de l'asile".

Des mesures "à tous les étages"

Pour améliorer la situation sécuritaire aux abords du centre de Boudry, les autorités prennent des mesures "à tous les étages". Le ministère public engage des procédures accélérées tandis que le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) veille à diminuer la capacité d'accueil et à renforcer l'offre d'activités à l'intérieur du centre.

De son côté, le canton a dernièrement octroyé cinq équivalents plein temps supplémentaires à la police neuchâteloise. Cette dernière annonce quant à elle renforcer la coordination avec les partenaires et la visibilité sur les zones concernées.

Moins de violences domestiques

Outre les infractions commises par les délinquants de rue non-résidents, la statistique policière de la criminalité 2022 pour le canton de Neuchâtel fait état d'une augmentation de la cybercriminalité.

Escroqueries aux petites annonces, arnaques au faux support technique et autres "sextorsions" sont en hausse de 22% dans le canton alors que cette augmentation est plus modeste en Suisse (10%). La Police neuchâteloise annonce la mise en place prochaine d'une brigade dédiée aux cyberenquêtes.

Enfin, Neuchâtel enregistre un recul de 33% de l'ensemble des violences domestiques observées sur les cinq dernières années. Une baisse qui s'élève à 5% entre 2021 et 2022 alors que ces violences sont pourtant en augmentation de 3% en Suisse sur la même période. Une conférence de presse dédiée à cette thématique se tiendra fin avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Criminalité : un retour aux chiffres d'avant la pandémie

Publié

le

Trois nouveaux venus dans leur fonction, Sylvie Bula, commandante de la Police cantonale vaudoise, Vassilis Venizelos, conseiller d'Etat et Eric Kaltenrieder, procureur général, ont présenté le bilan 2022 en matière de criminalité dans le canton. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les autorités vaudoises ont tiré lundi un bilan "plutôt positif" de la criminalité 2022, avec une "légère" hausse de 3% et un retour à la situation d'avant la pandémie. Les forces de l'ordre s'inquiètent d'une hausse des escroqueries sur internet (+17%) et de l'explosion des cas liés à la cyberpornographie (+61%).

La nouvelle commandante de la police cantonale Sylvie Bula a relevé que ces deux types de cybercriminalité étaient en hausse en comparaison avec la moyenne de 2021 et 2022. Ces augmentations récurrentes nous forcent à mettre la priorité sur ces délits, a-t-elle déclaré lundi devant la presse.

Concernant les escroqueries sur internet, "une fois le délit commis, c'est toujours un peu tard et difficile de réparer l'infraction", a-t-elle constaté. D'où l'importance des campagnes de prévention, mais aussi de la répression: la brigade spécialisée en cybercriminalité a été renforcée.

Sylvie BulaCommandante de la Police cantonale vaudoise

Sylvie Bula s'est également inquiétée de l'explosion des infractions en matière de cyberpornographie, notamment chez les jeunes. En octobre dernier une centaine de personnes ont été interpellées par la task force spéciale en matière de cyberpédophilie: parmi elles, 15% étaient mineures, a-t-elle rappelé.

Dans les classes et sur les réseaux

"Au-delà de la banalisation et des personnes qui consomment ou collectionnent, il y a toutes celles qui font suivre les images, cela pose un vrai problème". Les efforts de répression vont s'intensifier au vu de l'ampleur du phénomène", a-t-elle indiqué.

Sylvie BulaCommandante de la Police cantonale vaudoise

En matière de prévention, la police poursuit ses efforts avec des conférences dans les classes, les 8P notamment sur les thématiques de sexting, e-réputation, harcèlement, échanges d'images, notamment. Et de citer également la présence sur les réseaux sociaux de "l'e-cop François" qui fait passer des messages de prévention avec humour et décalage.

Sylvie BulaCommandante de la Police cantonale vaudoise

Légère augmentation

Pour le reste, les chiffres 2022 montrent un total de 51'935 infractions enregistrées. Parmi elles, 84% au Code pénal (42'500 en 2021), soit 3% d'augmentation.

"Après la période du Covid-19, un peu particulière, nous retrouvons la situation d'avant la pandémie, a observé Vassilis Venizelos, chef du Département de la jeunesse, de l’environnement et de la sécurité. Même si une légère augmentation est constatée, les infractions ont diminué de 60% par rapport à 2012 qui avait connu un pic, s'est-il réjoui.

Les infractions à la Loi sur les stupéfiants ont diminué de 8%, chiffre le plus bas enregistré ces dernières années. Cette baisse ne reflète pas forcément une diminution de la consommation et de la vente de drogue, les seuils de tolérance étant par exemple plus élevés en ce qui concerne le cannabis, constate M. Venizelos.

Vassilis VenizelosConseiller d'Etat vaudois en charge de l'environnement, de la jeunesse et de la sécurité

Concernant le deal de rue, les polices constatent une détérioration de la situation, malgré les efforts consentis.

Vassilis VenizelosConseiller d'Etat vaudois en charge de l'environnement, de la jeunesse et de la sécurité

Le nombre de prévenus (9410) est lui en hausse de 12%, illustrant les résultats positifs des investigations policières, estime le conseiller d'Etat.

Vie nocturne

Parmi les autres chiffres, l'augmentation des cambriolages (+11%) est à inscrire dans un phénomène de retour à une certaine normalité, de même que la hausse de vols de véhicules (+5%) et de vélos électriques (+45%), a décrit le chef de la communication Jean-Christophe Sauterel.

Une hausse particulière est constatée en matière de lésions corporelles simples, avec 334 cas, soit plus 49,8%, après plusieurs années de baisses notables; ces situations sont principalement liées à la vie nocturne et surviennent essentiellement entre minuit et 6 heures du matin.

A la baisse en revanche, les violences domestiques (-9%). Sur près de 1500 affaires, près d'un tiers des auteurs ont été expulsés. Les chiffres ne rendent "malheureusement" pas compte de l'ampleur du phénomène, bon nombre de cas n'étant pas annoncés, a relevé M.Sauterel.

Jean-Christophe SauterelDirecteur communication et relations avec les citoyens de la Police cantonale vaudoise

Vols et brigandages

Au niveau du Ministère public également, le volume d'activité se rapproche de celui de 2019, avec près de 20'000 nouvelles affaires (+8,1% par rapport à 2021), a déclaré le nouveau procureur général Eric Kaltenrieder. Il a ajouté que 8367 dossiers étaient en cours (+10,1%).

Parmi les augmentations significatives, les vols et les brigandages (+28,3%), en raison de la réouverture des frontières et les infractions à la circulation routière (15,6%), là aussi en raison de la fin des mesures Covid et de la baisse du télétravail.

Quant aux diminutions, elles touchent les stupéfiants (-19,6%), les cas de blanchiment (-23%) et, logiquement, les crédits Covid (-11,3%). S'agissant des durées, 83% des enquêtes sont closes en moins de douze mois.

Lena Vulliamy avec Keystone ATS 

Continuer la lecture

Vaud

Yverdon: le projet Sport 5 enterré

Publié

le

Le projet Sport 5, porté par le président d'Yverdon Sport Mario Di Pietrantonio, est abandonné (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

La Municipalité d'Yverdon-les-Bains (VD) enterre définitivement le projet Sport 5 qui prévoyait de regrouper des activités culturelles et sportives dans ce site en friche au bord du lac. Les tentatives de conciliation entre l'investisseur privé, Mario Di Pietrantonio, et les opposants au projet ont échoué.

Présenté fin 2020, Sport 5 a fait l'objet d'une opposition de deux associations locales, Le Castrum et Ici. Ce projet public-privé a aussi donné lieu à des querelles politiques entre la gauche et la droite yverdonnoise.

Ces bisbilles avaient poussé Mario Di Pietrantonio à annoncer son retrait du projet dans lequel il prévoyait investir 26,2 millions de francs. Le président d'Yverdon Sport avait ensuite affirmé qu'il restait ouvert à la discussion.

"La Municipalité s'est employée à trouver un compromis entre l'investisseur et les opposants. Au terme de ce processus, les positions des un-e-s et des autres sont apparues irréconciliables", écrivent lundi les autorités yverdonnoises dans leur communiqué. Elles ajoutent qu'elles ont informé M. Di Pietrantonio "que le projet tel que présenté en 2020 ne pourra pas être réalisé."

Désormais, un groupe de travail doit décider des critères d'attribution des locaux. Un appel à candidatures sera ensuite lancé ce printemps auprès des acteurs de la vie associative sociale, culturelle et sportive yverdonnoise. L'objectif est de pouvoir animer les différentes zones du site dès le 1er septembre.

A plus long terme, la Municipalité dit vouloir "évaluer la faisabilité constructible sur le site". Selon elle, malgré l'abandon du projet de 2020, il est toujours envisageable, d'ici "quelques années", de transformer cette friche urbaine de 15'000 m2.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Vaud a désigné son délégué cantonal à la transition énergétique

Publié

le

Dès le 1er avril, François Vuille assumera la fonction de délégué cantonal à la transition énergétique (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Vaud a désigné son délégué cantonal à la transition énergétique: François Vuille, actuel directeur de l'énergie (DIREN), occupera cette fonction dès le 1er avril et sera rattaché au directeur général de l’environnement (DGE).

François Vuille a dirigé le Centre de l’énergie de l’EPFL avant de prendre la tête de la DIREN en 2018 et de devenir responsable détaché à la gestion du risque de pénurie. "Son expérience professionnelle très riche lui a permis de développer une vision stratégique du secteur de l’énergie", écrit le canton lundi dans un communiqué.

L'expertise de François Vuille constituera un atout pour permettre à l’Etat de développer des énergies renouvelables ainsi que des mesures d’efficacité énergétique. Une mission qui passera en premier lieu par la révision totale de la loi vaudoise sur l’énergie.

M.Vuille conseillera et appuiera Vassilis Venizelos, chef du Département de la jeunesse, de l’environnement et de la sécurité (DJES), en matière d’énergie. Il représentera le canton au sein des organismes et instances intercantonaux et pilotera le dispositif de gestion des risques de pénurie d’énergie hors plan catastrophe ORCA.

De son côté, Marc Roulin, actuel directeur adjoint, quittera l’administration cantonale le 1er avril également. Aline Clerc, ingénieure au sein de la Division approvisionnement et planification énergétique qui seconde Marc Roulin depuis février, a été nommée directrice ad intérim de la DIREN en remplacement de François Vuille. Le poste sera mis au concours dans les prochaines semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X