Rejoignez-nous

Vaud

Endettement : une campagne pour ne pas hésiter à demander de l'aide

Publié

,

le

Tout le monde peut être concerné par un problème de dettes. Le canton de Vaud a lancé lundi une campagne de sensibilisation, rappelant que le programme "Parlons cash" est là pour soutenir les personnes qui en ont besoin. (Photo prétexte © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Vaud lance une nouvelle campagne sur les réseaux sociaux pour lutter contre le surendettement. Le canton incite les personnes concernées à ne pas rester seules face à des dettes ou à une situation financière difficile. Il propose de faire appel au programme de prévention "Parlons Cash" et à sa ligne téléphonique anonyme et gratuite, qui a conseillé 1800 appelants en 2020.

"Tout le monde peut s’endetter, sans distinction d’âge, de genre, de formation, de condition sociale ou de revenu", a déclaré la conseillère d'Etat en charge du DSAS Rebecca Ruiz lundi lors d'une conférence de presse à Lausanne. "Un seul événement peut chambouler la vie et déclencher la spirale de l'endettement", a abondé Lou Tremblais, cheffe de projet au DSAS :

Lou TremblaisCheffe de projet - Département de l'action sociale

En 2020, plus de 1800 personnes ont ainsi été conseillées par la ligne "Parlons Cash" (0840 43 21 00). Porte d'entrée du dispositif cantonal de prévention du surendettement, ses vingt répondants reçoivent en moyenne de 9 à 18 appels par jour.

Le besoin en conseil augmente d'année en année: de 2015 à 2019, le nombre d'appels a doublé, notamment suite à une campagne d'information en 2018. Et 2019 a été une année record avec 2249 appels. Neuf personnes sur dix qui appellent la ligne sont déjà endettées, voire surendettées, a précisé Mme Ruiz.

Stabiliser et accompagner

Mise en place il y a 15 ans, la ligne permet de les diriger vers le programme adapté à leur situation, a rappelé la ministre. Cela limite les conséquences négatives de l’endettement pour la personne concernée, mais aussi pour toute la société.

Le volet curatif les aide à stabiliser leurs finances ou à sortir des dettes. Le préventif propose de la sensibilisation ou un accompagnement pour apprendre à gérer un budget, a-t-elle précisé.

Risques liés à la pandémie

Depuis 2020, un nombre important de personnes sans poursuites appellent pour demander une aide ponctuelle. Le risque de se retrouver dans une situation difficile pourrait augmenter avec la pandémie de coronavirus. Rebecca Ruiz :

Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de l'action sociale

Il peut exister un décalage de deux à cinq ans entre le début des problèmes et le moment où l'aide est demandée, a déclaré Olivier Cruchon, chef du secteur de l'aide sociale chez Caritas Vaud. "Souvent on ne s'adresse à nous qu'en désespoir de cause, après avoir emprunté à droite à gauche et eu recours au petit crédit".

C'est pourquoi la campagne de prévention lancée sur les réseaux sociaux sensibilise à l’importance de demander de l’aide en cas de problèmes d’argent. Ce sur un ton léger et grâce une nouvelle vidéo. Plus une personne demande de l'aide rapidement, plus il sera facile de mettre en place un désendettement, ont insisté les responsables. Un constat partagé par Rebecca Ruiz :

Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de l'action sociale

Les jeunes et les impôts

Une autre capsule vidéo informe les jeunes sur les acomptes d’impôt, à payer dès qu’ils débutent une activité professionnelle. Des activités de prévention et de communication s’adressent par ailleurs spécifiquement aux jeunes de 13 à 25 ans, a rappelé Cesla Amarelle, cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

Si les jeunes ne sont pas davantage surendettés que les adultes, la prévention est essentielle car "certaines habitudes à risque en matière de consommation et de gestion d’argent s’installent dès l’adolescence", a souligné la ministre :

Cesla AmarelleConseillère d'Etat en charge de la formation

Pour la ministre, il est important de pouvoir sensibiliser les jeunes à ces questions :

Cesla AmarelleConseillère d'Etat en charge de la formation

Selon leur âge et leur lieu de formation, les jeunes bénéficient de différentes actions. Ateliers, stands de prévention, pièces de Théâtre-forum participatifs ont permis de toucher des milliers de jeunes, année après année, au secondaire II et dans les Hautes écoles spécialisées mais aussi en milieu extrascolaire: maisons de quartiers, centres socioculturels, etc.

Nouveau concept

Un nouveau concept de demi-journée pédagogique pour l’école obligatoire (10e et 11e) sous la forme d’une pièce de Théâtre-forum accompagné de deux ateliers va être testé à Orbe dès 2022. "À la suite de l’évaluation qui sera faite de cette phase de test, l’action sera ajustée et mise à la disposition d’autres établissements intéressés", conclut la conseillère d’Etat en charge de la formation.

Cesla AmarelleConseillère d'Etat en charge de la formation

Le programme "Parlons cash" est financé par le Département de la santé et de l’action sociale (DSAS). En 2020, il y a consacré 2,1 millions, a précisé Rebecca Ruiz.

La ligne téléphonique de "Parlons cash" est ouverte du lundi au jeudi de 8h30 à 13h au 0840 43 21 00 ou sur www.parlons-cash.ch

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Marco Chiesa: "L'UDC n'est pas opposée à la vaccination"

Publié

le

Marco Chiesa: l'UDC n'est pas opposées à la vaccination. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Lors de l'assemblée des délégués de l'UDC suisse qui se tient samedi à Montricher (VD), le président de la formation Marco Chiesa a déclaré que le parti n'était "pas opposé à la vaccination". Il a en revanche fustigé "l'arbitraire" du Conseil fédéral.

"Les concepts d'hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l'ont prouvé depuis des mois", a mis en avant Marco Chiesa sous la tente ouverte où se sont réunis les délégués, afin d'éviter toute restriction sanitaire. "Le Conseil fédéral doit à présent présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise."

Le président de l'UDC a critiqué les "contradictions" de la politique sanitaire du gouvernement et la division de la société entre "bons vaccinés" et "mauvais non vaccinés". Il a rappelé que le parti n'était pas opposé au certificat sanitaire pour les voyages ou les grands événements. "Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination."

Stratégie énergétique attaquée

Dans son allocution, le Tessinois a aussi attaqué la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. "Il ne s'agit pas d'une stratégie, mais d'une navigation à l'aveugle sur fond de dogmatisme écologiste", a-t-il dit. "La Suisse sera exposée, dans un futur proche, à des pénuries d'électricité en raison de la politique menée par les roses-verts", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Estimant que cette situation menaçait l'économie suisse, Marco Chiesa a demandé une discussion "franche" au sujet de la politique énergétique. Il s'en est pris aux "ayatollahs de l'écologie qui exigent la fermeture des centrales nucléaires", une énergie "propre assurant un approvisionnement fiable et en suffisance". Quant à un accord sur l'électricité avec l'Union européenne (UE), ce n'est pas une solution, selon lui. "L'UE fait face à ses propres problèmes en terme d'approvisionnement."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Vote du 28 novembre et villes "écolo-socialistes" au menu de l'UDC

Publié

le

L'UDC Suisse se réunit en assemblée des délégués samedi matin à Montricher (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les délégués de l'UDC suisse se réunissent samedi en assemblée à Montricher (VD) en présence du conseiller fédéral du cru Guy Parmelin. Ils adopteront leurs mots d'ordre pour les votations du 28 novembre et poursuivront leur campagne contre les villes roses-vertes.

Sous une tente ouverte afin d'échapper au certificat Covid ou à d'autres restrictions sanitaires, comme l'explique le parti dans son invitation, les délégués se prononceront sur les initiatives populaires "Pour des soins infirmiers forts" et "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort". Le comité directeur préconise de rejeter ces deux textes.

Le troisième objet fédéral qui sera soumis au peuple le 28 novembre, portant sur la loi Covid 19, a déjà été refusé lors d'une précédente assemblée qui s'est tenue en août à Granges-Paccot (FR). Le non l'a emporté par 181 voix contre 23 et 4 abstentions.

Outre ces recommandations de vote, les discussions tourneront principalement autour des villes "écolo-socialistes", dont les stratèges de l'UDC font leur cible depuis cet été. Le parti exposera comment elles "arnaquent les gens des agglomérations périurbaines et de la campagne", indique le programme envoyé aux journalistes. Une résolution "face à la politique pique-assiette" de ces villes sera soumise aux délégués.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Stromae chantera le 24 juillet à Paléo

Publié

le

Stromae avait réuni 50'000 spectateurs à Paléo en 2014. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Stromae sera de retour à Paléo l'été prochain. Huit ans après un concert resté dans les annales, la star belge chantera dimanche 24 juillet à Nyon.

Le plus grand festival open air de Suisse, annulé ces deux dernières années en raison du coronavirus, a dévoilé vendredi la première tête d'affiche de son édition 2022. Et pas des moindres, sachant que Stromae vient d'amorcer un retour très attendu.

Retiré du circuit musical en 2015, le chanteur a dévoilé la semaine dernière un single inédit, "Santé", qui augure l'arrivée d'un nouvel album. Le dernier en date remonte à 2013 avec "Racine carrée", après "Cheese" en 2010.

Encensés par le public et la critique, ces deux albums avaient propulsé Stromae dans une autre dimension. Il avait aligné les tournées folles à travers le monde, s'usant physiquement et mentalement jusqu'à être victime d'un burn-out.

C'est alors en pleine gloire qu'il avait fait escale à Paléo en juillet 2014. L'interprète de "Papaoutai", "Alors on danse" ou "Formidable" avait enflammé la plaine de l'Asse, où 50'000 spectateurs s'étaient massés devant la Grande Scène, ce qui reste un record pour Paléo.

Billets le 1er décembre

Aujourd'hui âgé de 36 ans, Stromae a récemment annoncé son retour sur scène avec quelques premières dates en Belgique et en France. Le voilà désormais programmé à Nyon pour ce qui sera son seul concert en Suisse l'an prochain, indiquent les organisateurs de Paléo dans leur communiqué.

Les billets pour le 24 juillet, ainsi que les abonnements pour le festival (19-24 juillet), seront mis en vente le 1er décembre à midi. Concernant la crise sanitaire, le festival relève que les conditions d'accès dépendront des mesures en vigueur l'été prochain.

Les noms des autres artistes de l'édition 2022 seront dévoilés lors de l'annonce du programme, normalement à la fin de l'hiver. On rappellera que le concert de Céline Dion, annulé en 2020 et 2021, a finalement été reporté à 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Maurice Mischler veut un duo vert au Conseil d'Etat vaudois

Publié

le

Maurice Mischler propose un ticket vert à deux pour le Conseil d'Etat vaudois (archives). (© KEYSTONE/IMAGIE)

Un deuxième Vert est sur les rangs pour l'élection au Conseil d'Etat vaudois en mars 2022. Après le favori Vassilis Venizelos, l'ancien syndic d'Epalinges Maurice Mischler a déposé sa candidature. Les Verts vaudois décideront le 20 novembre de leur stratégie.

Maurice Mischler, 55 ans, est candidat à la candidature. Il souhaite que les Verts présentent deux candidats aux prochaines élections pour mieux faire passer les revendications écologistes. Le gouvernement compte actuellement une élue, Béatrice Métraux, qui ne se représente pas.

"J'ai bien réfléchi et j'ai hésité. En cette période de dérèglements climatiques, si des gens ne se mettent pas à disposition avec comme programme principal de s'occuper de ça, ils ne prennent pas leurs responsabilités", a-t-il expliqué vendredi à Keystone-ATS.

Enjeu climatique

Pour le député et mathématicien, "l'enjeu est beaucoup trop important pour ne rien faire. C'est presque une obligation morale. Je me lance pour au moins susciter un débat: cela permet aux gens d'avoir un choix", a-t-il expliqué, même s'il sait que ses chances sont "relativement faibles" de faire passer un double ticket vert.

La direction du parti milite pour lancer un seul candidat, a rappelé le président Alberto Mocchi. Le Vert figurerait sur une liste commune avec les trois conseillères d'Etat sortantes socialistes dès le premier tour. L'assemblée des Verts du 20 novembre prochain tranchera entre les différentes stratégies possibles.

Alliance en danger

Lancer deux candidats écologistes au premier tour pourrait mettre en danger cette alliance avec le PS qui a permis à la gauche de gagner la majorité au gouvernement, dès 2011. "C'est ce qu'on me dit, mais je ne le pense pas", affirme Maurice Mischler, qui défendra en assemblée un ticket avec trois socialistes et deux écologistes.

Le député et municipal d'Epalinges - qui n'a pas été réélu cette année à la syndicature après un mandat de dix ans - veut apporter sa voix combative dans la course au Conseil d'Etat vaudois. Mais il promet de se retirer si une femme verte se présente.

Autres candidatures

Le premier tour de l'élection au gouvernement vaudois se tiendra le 20 mars prochain. Après la candidature au début du mois d'octobre du député yverdonnois et urbaniste Vassilis Venizelos, deux Verts sont désormais en lice. Les socialistes devraient avaliser le 13 novembre la candidature de leurs trois sortantes Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz.

Pour mémoire, dans les autres partis vaudois, le PLR présentera la sortante Christelle Luisier ainsi que les conseillers nationaux Isabelle Moret et Frédéric Borloz. L'UDC partira avec Michaël Buffat. Les plus petits partis n'ont pas encore annoncé de candidats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Modernisation de la STEP sur les rails à Yverdon

Publié

le

Brenda Tuosto, municipale à Yverdon, a présenté jeudi le projet de modernisation de la STEP, en vue notamment de traiter les micropolluants. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Ville d'Yverdon-les-Bains s'apprête à moderniser sa station d'épuration. Comme pour plusieurs autres STEP du canton de Vaud, l'objectif consiste à lutter contre les micropolluants.

Pour y parvenir, le Conseil communal a octroyé début octobre à la municipalité un crédit de 14 millions de francs. La nouvelle installation yverdonnoise devrait être opérationnelle en automne 2024 avec "un système de traitement à base de charbon actif en micro-grains, méthode sûre et éprouvée", indique jeudi la cité thermale dans un communiqué.

La charge nette pour le chef-lieu du Nord vaudois se monte à 3,5 millions de francs, sachant que le projet est également financé par la Confédération et plusieurs communes avoisinantes.

Les installations continueront d'être développées durant plusieurs années pour arriver, d'ici 2040, à une STEP qui traitera les eaux de 70'000 habitants. La STEP englobera les localités de l'association intercommunale de Grandson ainsi que les communes déjà raccordées de Montagny-près-Yverdon, Chamblon, Treycovagnes, Pomy, Cheseaux et Essertines.

Pour mémoire, les micropolluants sont des substances de synthèse - médicaments, hormones, herbicides, insecticides, cosmétiques et autres produits agroalimentaires - qui ne sont que partiellement éliminées dans les STEP actuelles. Leur action peut être toxique pour les consommateurs d'eau et l'environnement.

Le canton de Vaud a lancé ces dernières années un Plan cantonal micropolluants. Plusieurs projets régionaux sont désormais sur les rails, à l'instar de celui d'Yverdon.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X