Rejoignez-nous

Vaud

La nouvelle gare de Renens rayonne grâce à sa passerelle verte

Publié

,

le

Christian Maeder, syndic d'Ecublens, Tinetta Maystre, municipale de l'urbanisme de Renens, Stéphane Rezso, syndic de Crissier, Vincent Ducrot, CEO des CFF, Jean-François Clément, syndic de Renens, Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois, et Jean-Pierre Rochat, syndic de Chavannes-près-Renens, coupent le ruban lors de l'ouverture de la passerelle piétonne "Rayon Vert" de la gare CFF de Renens. (©KEYSTONE/Cyril Zingaro)

La vieille gare de Renens fait définitivement partie du passé. Celle qui a longtemps été critiquée pour son manque de sécurité et son côté lugubre n’est plus. Symbole de ce renouveau, l’inauguration ce matin de la nouvelle passerelle piétonne "Rayon Vert".

C’est une nouvelle ère qui commence pour la gare de Renens. La troisième gare de Suisse romande a inauguré ce matin sa nouvelle passerelle piétonne "Rayon Vert". Longue de 150 mètres, cette structure métallique relie les places nord et sud de la gare en passant par-dessus les voies. Sa construction a demandé 14 ans de travail, a duré quatre ans et a coûté 18,5 millions de francs. Le canton en a assumé les trois quarts, le solde étant réparti entre les communes de Renens, Chavannes-près-Renens, Ecublens et Crissier. Et l'ouvrage est dorénavant en main des CFF qui en assureront l'entretien. Présent ce matin, le patron des CFF Vincent Ducrot a souligné l’importance de cette passerelle:

Vincent DucrotDirecteur des CFF

Le patron des CFF s'est, par ailleurs, rappelé que la gare de Renens avait longtemps traîné "une sombre réputation", notamment en matière de sécurité avec ses quais trop étroits. Aujourd’hui, il estime qu’elle est un modèle à suivre.

Vincent DucrotDirecteur des CFF

A l’heure des célébrations, les autorités communales et cantonales ont salué la transformation d'une simple gare en un véritable centre de mobilité qui verra bientôt défiler 27'000 voyageurs par jour. Pour Vincent Ducrot, Renens compte désormais parmi les grandes gares.

Vincent DucrotDirecteur des CFF

Pour la présidente du Conseil d’Etat vaudois Nuria Gorrite, la gare de Renens et son "Rayon Vert" vont participer à la transformation durable de la mobilité des Vaudois, et même des Romands.

Nuria GorritePrésidente du Conseil d’Etat vaudois et cheffe des Infrastructures

C’est une ère de modernité qui commence pour la troisième gare de Suisse romande. Tinetta Maystre, municipale de Renens en charge de l’Urbanisme et des Travaux:

Tinetta MaystreMunicipale de l’Urbanisme et des Travaux, Renens

Et si la gare est en territoire renanais, sa rénovation est une plus-value pour les villages alentours. C’est ce que souligne le syndic de Crissier Stéphane Rezso:

Stéphane RezsoSyndic de Crissier

Mais au-delà du volet mobilité, le "Rayon Vert" est aussi un élément rassembleur entre les communes de Renens, Chavannes-près-Renens, Ecublens et Crissier qui ont travaillé durant 14 ans sur ce projet. C’est en tout cas l’avis de Tinetta Maystre:

Tinetta MaystreMunicipale de l’Urbanisme et des Travaux, Renens

Si c’est une grosse étape qui a été franchie, un certain nombre de travaux sont encore attendus ou en cours aux abords de la gare de Renens.

Tinetta MaystreMunicipale de l’Urbanisme et des Travaux, Renens

Et alors que les travaux de Renens arrivent peu à peu à terme, d’ici un mois, ce sont ceux de la gare de Lausanne qui vont être lancés. Là encore, un immense chantier de plusieurs années va être amorcé.

Nuria GorritePrésidente du Conseil d’Etat vaudois et cheffe des Infrastructures

Avec l'inauguration de la passerelle "Rayon Vert", le projet initial prévoyait également le lancement du tram reliant le centre de Lausanne à la gare de Renens. Projet qui a pris du retard, mais les autorités ont annoncé ce matin, le franchissement prochain d’une étape d’importance.

Nuria GorritePrésidente du Conseil d’Etat vaudois et cheffe des Infrastructures

A noter que le patron des CFF a, à nouveau, confirmé ce matin que les projets de CFF Immobiliers à Renens et Prilly-Malley auraient bien lieu dans les temps. On le rappelle, les CFF avaient annoncé en début d’année leur gel pour respecter leur plafond à l'endettement. Sous pression des autorités vaudoises, ils avaient finalement fait marche arrière.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Minimaliste, Lausanne se défait d'Ajoie

Publié

le

L'attaquant lausannois Tim Bozon entre en contact avec le portier ajoulot Tim Wolf sous les yeux de Jordan Hauert. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Lausanne a enchaîné un deuxième succès de rang lors de cette soirée de National League. Les Lions ont dominé Ajoie 2-0 dans leur antre.

La dernière visite des Jurassiens dans l'enceinte lausannoise s'était soldée par une magnifique victoire en Coupe de Suisse en février 2020, juste avant que la pandémie ne vienne chambouler le monde.

Mais point de 7-3 et de fête pour les joueurs de Gary Sheehan cette fois-ci, même si le retrait du numéro 61 de Florian Conz, ancien junior d'Ajoie, a fait de ce match un petit événement.

Fait rare cette saison, Gary Sheehan a pu aligner quatre étrangers sur la glace. Il a ainsi choisi de faire confiance au quatuor Devos-Asselin-Fortier-Wannström. Mais ce carré d'as n'a pas su prendre en défaut la défense vaudoise.

Ajoie a d'ailleurs clairement loupé le coche entre la fin de la première et le début de la deuxième période lorsque Michael Frolik s'est fait chasser pour cinq minutes à la suite d'une mise en échec contre la bande. Surtout que Cody Almond a écopé de deux minutes alors que le Tchèque avait encore 2'30 à purger. Mais durant cette double supériorité numérique, les Jurassiens n'ont jamais été en mesure de mettre les trois Lausannois hors de position.

Et dès que les Vaudois ont pu retrouver un bloc complet sur la glace, Ajoie n'a plus eu voix au chapitre. Mais les joueurs de John Fust n'ont pas su concrétiser cette domination territoriale. Alléchante sur le papier, la ligne Bertschy-Fuchs-Riat a mis du temps à se trouver. Très certainement talentueuse, elle n'a pas semblé se comprendre, hormis sur une action dans le tiers médian.

C'est pourtant le talent qui a permis au LHC d'ouvrir la marque après quatre secondes en supériorité numérique. Bien servi, Martin Gernat a transpercé Tim Wolf (7e). Le 2-0 est tombé à la 29e des suites d'une pataugée en défense de la part des Ajoulots. Si le staff vaudois avait entouré cette partie pour prouver que le club était sur la bonne voie, il s'agira de recommencer vendredi pour la venue d'un Davos humilié chez lui par Langnau.

John Fust pourra se satisfaire en se disant que les situations spéciales ont été bien négociées et pour le blanchissage de Luca Boltshauser.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Paquet de neuf mesures adopté pour le climat au Grand Conseil

Publié

le

Le Grand Conseil vaudois a largement soutenu mardi un paquet de neuf mesures d'impulsion, destinées à lutter contre l'urgence climatique (Archives © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les députés vaudois ont plébiscité mardi un nouveau volet du Plan climat cantonal. Cette enveloppe de 5,1 millions de francs doit permettre de financer neuf mesures d'impulsion.

Cela va de l'encouragement à des plans de mobilité dans les entreprises à l'élaboration de plans d'actions pour les sols et l'évacuation des eaux. Il est également prévu de repenser la restauration au CHUV pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Des mesures sont aussi prévues pour promouvoir des cabinets médicaux "verts", à l'impact carbone réduit. Un projet-pilote de revenu de transition écologique figure aussi parmi ces différentes mesures.

La ministre de l'environnement Béatrice Métraux a reconnu l'aspect "peu conventionnel" de ce projet de décret, qui englobe cinq départements. "Ce travail transversal est toutefois nécessaire pour appréhender la complexité du sujet et agir sur plusieurs fronts", a-t-elle relevé.

La conseillère d'Etat a ajouté que ce paquet devait aussi permettre de mener plusieurs études pour trouver "des outils d'aide à la décision." Il vise encore à lancer les travaux préparatoires pour la 2e génération du Plan climat, notamment son volet participatif, a-t-elle indiqué.

Cette enveloppe de 5,1 millions de francs (sur 173 millions pour l'ensemble du Plan climat vaudois) a été acceptée par une très large majorité du Grand Conseil (107 oui, 2 non, 10 abstentions).

Continuer la lecture

Lausanne

Grandir, rassembler, adapter : les piliers de la législature lausannoise

Publié

le

La Municipalité de Lausanne, élue en mars dernier et entrée en fonction le 1er juillet, a dévoilé ce mardi son programme de législature 2021-2026. (Archives © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

S'adapter, grandir, rassembler: telle est la politique que veut poursuivre la Municipalité de Lausanne ces cinq prochaines années. L'exécutif de la capitale vaudoise a dévoilé son programme de législature basé sur ces trois axes, avec, sans surprise, une part très importante laissée aux enjeux climatiques et sociaux.

C'est soudée et souriante que la Municipalité in corpore a présenté ce matin son programme de législature pour la période 2021-2026. Une Municipalité qui a gardé le ton de couleurs de la législature précédente, ouvrant ses portes à deux nouvelles têtes : celles d'Emilie Moeschler et de Xavier Company.

Principal défi pour ces prochaines années: s'adapter en permanence. Il s'agit à la fois gérer des dossiers à moyen et long terme, tels que la politique climatique et les grands enjeux de politique urbaine et en même temps, d'avoir une ville "agile" qui s'adapte extrêmement vite pour répondre aux besoins de la population, note le syndic. Et de citer en exemple le Covid-19 et son impact extrêmement fort sur toutes les politiques de la ville, ainsi que sur ce programme.

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

Des dossiers à moyen et long terme qui ont forcément teinté le programme de législature. On pense à la ville de demain, et on s’y prépare du côté lausannois. On retrouve Grégoire Junod, syndic de Lausanne :

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

En matière de lutte contre le réchauffement climatique, la Municipalité porte un programme "extrêmement ambitieux, pour que la ville soit vivable demain". Le syndic a notamment mentionné le défi de la décarbonisation des bâtiments et du chauffage à distance, une politique "lourde qui va générer quelques chantiers".

Ne pas grossir pour grossir

Deuxième grand axe: grandir. "Nous revendiquons une ville qui se développe", a souligné M. Junod. La ville est un lieu fortement impacté par les enjeux climatiques, la pollution, mais en même temps elle est la solution: les enjeux climatiques et du non-étalement urbain exigent de développer la ville en ville :

Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise en charge de l'environnement

L'écoquartier des Plaines-du-Loup sera un vrai laboratoire de la ville de demain, a-t-il décrit. Et de rappeler que l'exécutif veut un urbanisme différencié sur des sites prioritaires, tels que les Boveresses, Beaulieu, Sébeillon ou la gare. Lausanne veut également des parts de logements abordables dans tous les projets urbains.

Nombreux chantiers

Une ville qui grandit passe également par le développement des activités économiques et des places de travail. Là aussi, des noyaux stratégiques sont prévus à Beaulieu, la Rasude et en lien avec les CHUV et les hautes écoles.

En ce qui concerne la mobilité, Lausanne sera affectée par de très nombreux chantiers: LEB, M3, gare de Lausanne. Une situation qui devrait permettre de repenser la mobilité lausannoise, comme le confirme Florence Germond :

Florence GermondMunicipale lausannoise en charge de la mobilité

Avec autant de travaux et de nuisance sur les routes, comment garantir une mobilité fluide au coeur de la commune ? On retrouve Florence Germond :



Florence GermondMunicipale lausannoise en charge de la mobilité

Sans oublier l'apaisement de la circulation avec en ligne de mire un 30 km/h de jour sur certains axes, les projets de mobilité douce et la tarification des transports publics.

Intégration et aide aux victimes

Enfin dernier point, la capitale vaudoise se veut rassembleuse. Près de 150’000 personnes y habitent, dont plus de 40% d’étrangers. La politique d'intégration est une "marque de fabrique de la Municipalité". Lausanne a su garder une mixité sociale, estime le syndic. La ville va d'ailleurs beaucoup investir pour l'accueil des enfants pendant cette législature.

L'accent sera également posé sur une thématique un peu nouvelle, la lutte contre les violences domestiques. La volonté de la ville est de développer une relation police citoyen axée sur l'aide aux victimes, avec une attention particulière pour les minorités sexuelles. Egalement au chapitre des nouveautés, la promotion de l'intégration et de l'égalité par le sport.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Vaud

Gland: les habitants devraient s'exprimer sur la tour Swissquote

Publié

le

La banque en ligne Swissquote qui compte 600 employés dont 500 à Gland, souhaite construire un troisième bâtiment, une tour de quinze étages, pour étendre ses activités. (Images d'archives - ©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le référendum pour ou contre la tour de 60 mètres de la banque en ligne Swissquote à Gland (VD) devrait avoir lieu. Le gouvernement vaudois a admis mardi le recours du comité référendaire "AvenirGland" qui s'oppose au projet "démesuré". Après instruction, il s'avère que les 1303 signatures nécessaires (15% des électeurs) ont bel et bien été obtenues.

En août dernier, après vérification de l'administration glandoise, celle-ci annonçait qu'il manquait quatre paraphes pour valider le scrutin. Le nombre de signatures valables était de 1299, selon elle. Le comité référendaire avait pourtant déposé 1420 signatures au greffe municipal de Gland.

Le référendum communal "Une tour démesurée à Gland? Non merci!" avait été lancé le 10 juin dernier en opposition au préavis relatif au plan d'affectation "La Crétaux" et son règlement. Accepté par le Conseil communal, il prévoit la construction d'une tour de 60 mètres destinée à l'extension de Swissquote.

"AvenirGland", qui s'insurge contre les proportions inacceptables du projet, avait utilisé son droit de recours. Les opposants contestaient le décompte final de leur récolte de signatures, enregistré par les autorités de la ville de la Côte. Les 121 signatures invalidées ont ainsi fait l'objet d'un nouveau contrôle.

Encore un recours possible

La décision du Conseil d'Etat est tombée mardi: il admet le recours déposé contre la décision de la Municipalité de Gland de rejeter la demande de référendum communal. Selon les résultats de l'instruction réalisée, le gouvernement constate que le référendum a réuni 1303 signatures valables, soit le nombre de paraphes requis.

"A l'issue d'une instruction en deux temps, menée d'abord par la Préfecture, puis par la Direction générale des affaires institutionnelles et des communes (DGAIC), il apparaît que quatre signatures invalidées par la commune devaient bel et bien être comptabilisées", explique-t-il dans un communiqué. Le référendum a donc abouti, selon le Conseil d'Etat.

Sous réserve du dépôt d'un nouveau recours, à la Cour constitutionnelle du Tribunal cantonal cette fois-ci et dans un délai de dix jours, les citoyens de Gland seront donc invités à se prononcer sur le plan d'affectation communal "La Crétaux" et la tour controversée.

Interrogée par Keystone-ATS, la Municipalité n'a pas encore pris sa décision de faire recours ou non. "Nous devons d'abord examiner dans le détail la décision du Conseil d'Etat", a indiqué la syndique de Gland Christine Girod-Baumgartner.

La banque en ligne Swissquote qui compte 600 employés dont 500 à Gland, souhaite construire un troisième bâtiment, une tour de quinze étages, pour étendre ses activités. L'établissement vaudois prévoit de tripler ses effectifs d'ici 2030.

Continuer la lecture

Vaud

Plan d'action pour renforcer l'attractivité du latin et du grec

Publié

le

La conseillère d'Etat vaudoise en charge de la formation, Cesla Amarelle (à gauche), et la déléguée départementale aux langues anciennes, Emilie Suter (à droite), discutent avec des élèves de 11e Voie prégymnasiale (VP) qui suivent un cours de latin à La Tour-de-Peilz. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le canton de Vaud veut valoriser les langues anciennes. Sous la férule de la ministre des écoles Cesla Amarelle, il lance un plan d'action sur quatre ans pour renforcer l'attractivité de l'apprentissage du latin et du grec. Un poste de déléguée aux langues anciennes est ainsi créé au sein du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC).

Ce plan vise à sensibiliser le corps enseignant, les élèves et leurs parents, dès les cycles primaires et jusqu'au degré secondaire II, à la plus-value apportée par l'étude du latin et du grec. "Les langues anciennes permettent de comprendre en profondeur le sens des mots, elles accroissent notre capacité d'expression et apportent l'esprit de rigueur et d'analyse dont on a tant besoin aujourd'hui", a dit Mme Amarelle mardi dans une école à La Tour-de-Peilz.

Leur apprentissage apporte non seulement des compétences linguistiques, étymologiques et syntaxiques incontestables et utiles à la compréhension et au maniement de la langue française, mais il permet aussi de stimuler des compétences transversales comme l’expression orale, la rigueur, la curiosité ou encore l’esprit critique, estiment les services de la conseillère d'Etat socialiste.

Concours cantonal

Les autres objectifs du plan visent à renforcer l'information délivrée aux élèves aux moments charnières de leur formation, favoriser l'ouverture des groupes de latin et de grec sans effectif minimal et offrir des moyens d'enseignement numériques complémentaires.

L'idée est aussi de recenser l'offre culturelle en lien avec l'Antiquité pour faciliter l'accès au riche patrimoine archéologique vaudois et romand, souligne le canton.

Pour mettre en avant les compétences acquises par les élèves latinistes et hellénistes du secondaire 1, un concours cantonal de latin et de grec sera mis sur pied. Sa première édition se déroulera au printemps 2022 et portera sur le thème de la santé et de la médecine dans l'Antiquité, annonce le gouvernement.

La supervision et la mise en œuvre du plan d'action cantonal sont placées sous la responsabilité d'une déléguée aux langues anciennes. Emilie Suter a été désignée à ce poste nouvellement créé. Cette enseignante de latin, de culture antique et de français exerce au gymnase du Bugnon à Lausanne depuis 2006, après cinq ans au secondaire 1. Elle est engagée pour quatre ans.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X