Rejoignez-nous

Lausanne

A Lausanne, les premiers réfugiés sont accueillis à Beaulieu

Publié

,

le

Le site de Beaulieu peut actuellement accueillir 200 réfugiés ukrainiens. Il peut encore étendre sa capacité. (© Keystone/VALENTIN FLAURAUD)

Le Canton de Vaud a accueilli entre mercredi et jeudi ses premiers réfugiés dans la structure d'hébergement d'urgence sur le site de Beaulieu à Lausanne, qui peut accueillir 200 personnes. Une dizaine de migrants sont déjà sur place, des femmes et enfants surtout.

A la crise sanitaire succède la crise humanitaire dans la halle 35 de Beaulieu. En moins d'une semaine, celle-ci s'est transformée d'un centre de vaccination puis de testing en un centre temporaire d'hébergement des réfugiés en provenance de l'Ukraine en guerre.

"Nous faisons face à une urgence humanitaire et la situation est extrêmement grave sur le plan humain. C'est une crise sans précédent depuis l'invasion de la Tchécoslovaquie en 1968", a déclaré jeudi sur place et devant la presse le conseiller d'Etat Philippe Leuba, la mine grave. Le canton se doit d'être prêt et il est prêt, travaillant d'arrache-pied, a-t-il ajouté en substance.

Jusqu'à 6000 réfugiés

Le ministre de l'économie a rappelé le nombre de 60'000 réfugiés que la Suisse pourrait accueillir selon la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter. Le canton de Vaud pourrait être amené à en accueillir le 10% environ, soit quelque 6000 réfugiés, selon M. Leuba. Le gouvernement s'attend jusqu'à 100 arrivées par jour donc 700 par semaine. Pour 80%, il s'agira de femmes et d'enfants, selon lui.

La structure d'urgence permet d'offrir le gite et le couvert 24h/24 aux personnes en quête de protection arrivant dans le canton le temps de leur trouver une solution d'accueil et d'hébergement de longue durée. Les personnes qui y seront logées ne resteront donc en principe que quelques jours sur le site de Beaulieu.

Mais personne ne sortira du site de Beaulieu avant d’être redirigé sur des lieux d'accueil de longue durée, a précisé M. Leuba. Des sites sont d'ailleurs en train d'être organisés sous la conduite de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM).

Au moins trois foyers prêts

Trois foyers sont actuellement prêts, dont un à Ollon. Les deux autres seront tout prochainement annoncés par les communes concernées, a expliqué M. Leuba. Tous sont chapeautés par l'EVAM. Aucun placement ne se fera en abri PCi souterrain, a-t-il assuré.

Entre dix et quinze emplacements sont actuellement dans le radar, avec chacun potentiellement entre 400 et 500 lits, a indiqué de son côté Erich Dürst, directeur de l'EVAM. "Nous recherchons aussi des solutions via des immeubles libres, des salles ou des terrains avec possibilité de construire du provisoire", a-t-il souligné.

Le directeur de l'EVAM a aussi relevé que 300 personnes d'Ukraine avaient déposé une inscription, dont 63 qui avaient déjà la permis S et 38 qui étaient déjà hébergés pour une longue durée. Mais c'est sans compter tous les réfugiés arrivant sur sol vaudois et qui ne s'annoncent pas, car accueilli par exemple dans leur famille ou chez des privés. A terme, tous devront passer par le centre fédéral de Boudry pour être enregistré et obtenir le permis S.

Le gouvernement vaudois a aussi sollicité l'armée suisse pour du matériel et veut demander au Conseil fédéral la possibilité de mettre à disposition des cantonnements miliaires sur sol vaudois.

Espace pour les enfants

Dans la halle 35, l'immense espace est divisé en deux secteurs: un réfectoire pour boire et manger et la partie couchage avec une vingtaine de box composé de huit à dix lits de camping et autant de chaises avec chacune une lampe de chevet posé dessus.

La halle dispose aussi d'un coin pour les enfants avec des jeux, jouets et une petite télévision. Des tables de ping-pong sont aussi disponibles. Plus loin, les sanitaires, avec douches et WC, ainsi qu'une infirmerie. Un petit coin au calme pour les prières a aussi été aménagé.

Pour l'instant, le site compte 200 lits mais sera amené à s'agrandir. Dix astreints à la Protection civile (PCi) encadrent les réfugiés durant la journée et cinq durant la nuit. A terme, ce nombre augmentera à raison de dix personnes pour 100 réfugiés, selon le commandant de la PCi vaudoise Louis-Henri Delarageaz.

Une trentaine de personnes de la PCi ont mis en place ce centre en quelques jours. La Ville de Lausanne a été activement associée à l'opération.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Géothermie: les sous-sols de Lausanne sous la loupe

Publié

le

La campagne de prospection menée grâce aux camions vibreurs doit s'achever cette semaine (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Des camions vibreurs cartographies les sous-sols lausannois. Cela fait plus d'une semaine ce lundi qu'ils se baladent toutes les nuits dans les rues de la capitale vaudoise. L'espoir de la Ville: alimenter le chauffage à distance en partie grâce à la géothermie.

Lausanne analyse ses sous-sols. Des camions vibreurs sillonnent les rues de la capitale vaudoise depuis plus d’une semaine à la recherche d’eau chaude. La Ville espère ainsi pouvoir identifier des sites propices à la géothermie. L’objectif : alimenter le chauffage à distance lausannois avec de l’énergie de plus en plus verte. La Ville s’est fixée d’atteindre les 75% d’énergie renouvelable d’ici 2050.

Une fois les sites propices à la géothermie identifiés, la Municipalité pourra commander des forages exploratoires pour confirmer le potentiel et ainsi espérer les transformer en forages productifs. Quand Lausanne pourra-t-elle compter sur cette nouvelle source d’énergie ? La réponse de Xavier Company, municipal chargé des services industriels.

Xavier CompanyMunicipal chargé des services industriels

75 millions de francs pour le chauffage

Et combien coûte une campagne de prospection comme celle menée en ce moment à Lausanne ? On retrouve le municipal.

Xavier CompanyMunicipal chargé des services industriels

La campagne de prospection doit durer deux semaines en tout.

Continuer la lecture

Culture

Prix de Lausanne: 87 jeunes danseurs en compétition pour les 50 ans

Publié

le

C'est parti pour une nouvelle édition du Prix de Lausanne, qui fête cette année son 50e anniversaire. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'édition 2023 du Prix de Lausanne, qui fête cette année les 50 ans du concours international de danse, a débuté dimanche au Palais de Beaulieu à Lausanne. Au total, 83 jeunes de 16 pays participent à cette compétition. La finale se déroulera samedi.

Après deux années délocalisées à Montreux en raison de travaux, le Prix a retrouvé son écrin historique dans la capitale vaudoise. Créé en 1973, le prestigieux concours est destiné aux jeunes danseurs âgés de 15 à 18 ans.

Son objectif est de repérer, promouvoir et aider les meilleurs jeunes talents du monde. Au total, en 50 ans, il a couronné plus de 450 lauréats, offert plus de 500 bourses et aidé financièrement plus de 1000 danseurs à travers le monde.

Cette année, ce sont 44 danseuses et 39 danseurs qui ont été invités au Prix de Lausanne et qui seront observés et jugés jusqu'à samedi. Ils ont été sélectionnés sur la base de vidéos envoyées par 429 candidats de 39 pays différents (335 filles et 94 garçons).

Jugés sur plusieurs critères

Comme à chaque édition, la semaine est divisée entre les exercices de danse classique (du lundi au jeudi), sous l'oeil de professeurs et de coachs de renom, et les variations classiques et contemporaines préparées par les candidats (vendredi et samedi).

Le potentiel des danseurs est évalué selon plusieurs facteurs: aisance technique, talent, aptitude à réagir à la musique et à reproduire des mouvements, entre autres. Ils doivent aussi maîtriser à la fois le répertoire classique traditionnel et des créations contemporaines. En général, ils sont une vingtaine à se qualifier pour la finale.

Un gala des étoiles

Si le concours est identique cette année, son 50e anniversaire est ponctué d'événements spéciaux. Le clou du spectacle sera le Gala des étoiles dimanche après-midi, au lendemain de la finale. Des performances d'anciens lauréats du Prix, pour la plupart devenus des premiers danseurs et étoiles dans le monde entier, seront proposées sur scène.

Dimanche également, le film-documentaire "Le Prix", réalisé par Alain Wirth et Nuria Manzur-Wirth, sera projeté en avant-première. Le long-métrage suit quatre candidats venus du monde entier dans leur aventure jusqu'au concours. La projection sera suivie d'une séance de discussion et de questions-réponses avec les réalisateurs.

Photos grand format sur le Grand-Pont

Les événements spéciaux ont déjà débuté la semaine passée avec une exposition de Gregory Batardon, le photographe officiel du concours depuis 2011. L'artiste a sélectionné pour l'occasion une série de photographies "coup de coeur". Elle est à découvrir jusqu'au 31 mars au Beau-Rivage Palace à Lausanne.

Depuis lundi dernier et jusqu'au 6 février, une exposition grand format se tient sur le Grand-Pont de la capitale vaudoise. Les photographies de Julie Masson, photographe "carte blanche" de l'édition 2022 du concours, sont ainsi visibles en extérieur.

Lundi a par ailleurs eu lieu l'inauguration du projet d'archives en partenariat avec le Laboratoire de Muséologie expérimentale de l'EPFL. Une installation numérique permettant d'accéder aux 50 années d'archives multimédia du Prix de Lausanne ("Linear Navigator") a été dévoilée au public.

Enfin, à l'issue de la finale, le Prix de Lausanne honorera le danseur cubain Carlos Acosta, directeur du Birmingham Royal Ballet depuis 2020. Il avait été médaillé d'or du concours en 1990. Depuis sa consécration à Lausanne, sa carrière a pris une ampleur internationale, invité notamment au sein de compagnies prestigieuses telles que l'American Ballet Theatre, le Houston Ballet ou encore l'English National Ballet.

www.prixdelausanne.org

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Vaud: une quatrième session des jeunes

Publié

le

Les 18 et 19 mars, ce sont les jeunes Vaudois qui débattront sur différentes thématiques avec les députés du Grand Conseil (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une nouvelle session cantonale des jeunes est programmée les 18 et 19 mars dans le canton de Vaud. Les adolescents débattront à Lausanne avec des députés du Grand Conseil et des experts sur les quatre thématiques retenues par la Commission des jeunes: climat, santé mentale, formation et transports publics.

La session sera ouverte par Vassilis Venizelos, le conseiller d'Etat en charge de la jeunesse. A l'issue du week-end, les jeunes remettront les propositions adoptées par les participants à Séverine Evéquoz, présidente du Grand Conseil. Celle-ci les transmettra ensuite aux différents groupes politiques, indique lundi l'Etat de Vaud dans un communiqué.

La session des jeunes se déroule pour la quatrième fois après deux ans d'interruption due à la pandémie. Plusieurs propositions des jeunes issues des éditions précédentes ont été reprises par des députés sous forme d'interpellations ou postulats.

La session est ouverte aux jeunes de 14 à 20 ans établis dans le canton de Vaud. Une campagne de communication, menée notamment dans les lieux de formation, a été lancée lundi pour les inciter à participer. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 6 mars.

Peu représentés dans les législatifs du canton, les jeunes ont "peu l'occasion de contribuer au débat sur des questions d'intérêt public et d'apporter leurs idées et solutions, surtout s'ils sont encore mineurs", poursuit le communiqué.

www.cdj-vaud.ch.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le troisième derby fut le bon pour le LS

Publié

le

Les joueurs du LS célèbrent face au Kop Sud, groupe d'ultras du club. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Après un nul et une défaite, les joueurs de Ludovic Magnin ont pris le meilleur sur l'autre club lausannois de Challenge League, le FC Stade-Lausanne Ouchy. Retour sur la rencontre avec Thomas Castella et Anthony Braizat.

Deux doublés et le Lausanne-Sport réussit sa reprise. Grâce à des buts de Dominik Schwizer et Toichi Suzuki, les Bleus et Blancs ont décroché trois points importants dans la course à la promotion en Super League dimanche.

Succès 4-2 acquis contre le FC Stade-Lausanne Ouchy, à la Pontaise. Un succès précieux pour de multiples raisons :

Thomas CastellaGardien du LS

Les joueurs de Ludovic Magnin se sont imposés hier soir 4 buts à 2 contre leurs voisins de Stade-Lausanne, à la Pontaise. Redéfinie à quatre défenseurs, la tactique du coach vaudois a-t-elle surpris les joueurs stadistes ? Réponse de son homologue du SLO :

Anthony BraizatCoach du SLO

Le haut du tableau se resserre quelque peu après ce week-end de reprise. En tête, on retrouve Wil et Yverdon avec 35 points, suivent le SLO et le LS avec respectivement 34 et 31 unités au compteur. 

 

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: la 9e édition de Ciné au Palais prévue les 4 et 5 février

Publié

le

Pour la 9e fois, le Palais de Rumine accueille un petit festival de films documentaires, Ciné au Palais, gratuit et pour tous les âges (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Palais de Rumine à Lausanne accueille le week-end du 4 et 5 février une série de films documentaires. La 9e édition de Ciné au Palais propose 16 projections gratuites pour tous les âges, sur le thème des animaux avec lesquels la cohabitation n'est pas toujours facile, qui fascinent et font peur. Chaque film s'accompagne d'une rencontre avec le réalisateur ou un spécialiste.

Le public pourra découvrir "Eliott et les loups", racontant une rencontre avec ce prédateur à travers les yeux d'un enfant ou "Lynx", film récent sur ce félin réintroduit depuis les années 1970 en Suisse, présentent les organisateurs dans un communiqué. "Alerte Glaciers" tente de saisir les enjeux climatiques et géologiques du réchauffement.

Les femmes seront aussi à l'honneur avec "Sages-femmes, voir le jour" sur le miracle de la naissance ou, plus sombre, "A mort la sorcière", film sur une persécution de masse qui a mené des milliers de personnes au bûcher.

L'édition 2023 invite aussi au voyage, dans le temps et l'espace, avec des documentaires sur les dinosaures, sur le site de Carnac et ses menhirs ou encore sur l'histoire d'un arbre amérindien qui survit depuis 200 millions d'années.

Organisé par les musées cantonaux de botanique, de géologie, de zoologie, d'archéologie ainsi que par la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, Ciné au Palais se veut être accessible pour tous. Il proposera plus de la moitié des films aux personnes malentendantes.

www.cineaupalais.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X