Rejoignez-nous

Lausanne

L’EPFL part explorer les microbes des plus grands glaciers

Publié

,

le

Des scientifiques de l’EPFL vont parcourir durant au moins quatre ans les ruisseaux des plus importants glaciers du monde. Leur mission: récolter des microorganismes et en extraire l’ADN pour comprendre comment ils s’adaptent à leur environnement extrême.

Le projet démarre le 1er août. Il inaugure le Centre pour l’étude du changement des environnements alpins et polaires de Sion, établi sur le site EPFL Valais Wallis, a indiqué mercredi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

Son approche: explorer l’infiniment petit au pied des glaciers du monde entier. Les scientifiques récolteront le génome de microorganismes présents dans les ruisseaux de centaines de glaciers.

En associant les sciences environnementales aux géosciences et aux sciences de la vie, les chercheurs visent à découvrir comment cette vie microbienne s’est adaptée depuis des millénaires aux conditions environnementales extrêmes de ces ruisseaux.

Les scientifiques exploreront le "troisième pôle" à travers les ruisseaux de l’Alaska, de l’Himalaya, des Andes, du Groenland, de la Scandinavie, du Pamir, du Kamtchatka, du Caucase, de Nouvelle-Zélande et des Alpes.

Récolte de biofilms

Les expéditions se concentreront en particulier sur la récolte de "biofilms", un ensemble de microbes qui forme dans les ruisseaux une fine couche visqueuse à la surface des sédiments. Grâce au séquençage de grande ampleur de leur ADN, les chercheurs de l’EPFL ambitionnent de déchiffrer la structure et le fonctionnement du microbiome de ces biofilms.

Ces données génétiques rempliront deux objectifs. Premièrement, elles permettront aux chercheurs de remonter dans le temps, car elles pourraient révéler d’anciens marqueurs génétiques ainsi que les stratégies d’adaptation que les microbes ont développées au fil du temps.

Deuxièmement, elles permettront de regarder vers le futur. Leur décryptage aidera en effet les scientifiques à comprendre comment le changement climatique et la disparition des glaciers influencent les biofilms, et, par conséquent, leur rôle dans l’écosystème et la bio-géochimie des ruisseaux alpins.

En voie de disparition

Les glaciers et leurs ruisseaux ont été longtemps abondants sur Terre. A cause du réchauffement climatique, ils sont aujourd’hui en train de disparaître. Selon les glaciologues, 50% des petits glaciers suisses auront disparu d’ici 25 ans.

"Mieux comprendre la vie microbienne de ces écosystèmes en voie d’extinction est donc notre devoir envers les générations futures", explique Tom Battin, directeur du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux de l’EPFL et directeur scientifique du projet, cité dans le communiqué.

La première expédition démarrera en février 2019. L’équipe sera guidée sur place par le géologue et expert de l’Himalaya Mike Styllas, chef d’expédition, et assisté par deux experts de la montagne du Canada et d’Italie.

La génomique se développera en partenariat avec le groupe de recherche du professeur Paul Wilmes, basé à l’Université du Luxembourg. Michael Zemp, chercheur associé à l’Université de Zurich, assistera l’équipe en glaciologie.

L’entraînement scientifique des chercheurs démarre cet été dans les Alpes suisses. Ce projet bénéficie du soutien de la fondation suisse NOMIS, qui finance exclusivement des initiatives scientifiques pionnières.

(ATS - KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Une pétition dit non à la reconnaissance faciale automatique

Publié

le

Plus de 10'000 signatures ont été récoltées pour cette pétition qui veut interdire la reconnaissance faciale automatique (Photo d'illustration © Pixabay)

Une pétition munie de plus de 10'000 signatures demandant l'interdiction de la reconnaissance faciale automatique a été remise lundi au syndic de Lausanne, Grégoire Junod. Cette revendication est portée par une alliance d'ONG dans le cadre d'une campagne nationale.

"Rien dans la loi ne permet d'encadrer la reconnaissance automatique du visage et d'autres technologies de surveillance biométrique", critique l'alliance Stopper la reconnaissance faciale dans un communiqué diffusé lundi. Or celles-ci sont de plus en plus utilisées en Suisse, selon cette coalition fondée en novembre 2021 qui regroupe les organisations de la société civile AlgorithmWatch Suisse, Amnesty International Suisse et Société numérique.

"Des enquêtes ont récemment montré que certaines polices ont déjà recours à des logiciels de reconnaissance faciale hautement controversés", indique l'alliance sur son site Internet. "De là à une généralisation de la surveillance de masse, il n'y a qu'un pas", écrit-elle. Cette technologie est également utilisée par des particuliers, par exemple pour réguler l'accès des membres dans les salles de sport, ajoute-t-elle.

Et selon la porte-parole d'Amnesty International Suisse, le but n'est pas d'interdire les caméras ou la reconnaissance dans certaines situations, mais bien de poser un cadre légal strict.

Nadia BoehlenPorte-parole d'Amnesty International Suisse

Manque de transparence

"Un défi particulier réside dans le fait qu'il n'existe en principe que peu de transparence sur les lieux et les personnes qui utilisent des systèmes de reconnaissance biométrique", poursuivent ses détracteurs. "Cela constitue un obstacle de taille qui empêche un débat public factuel sur le sujet."

La porte-parole d'Amnesty International Suisse, Nadia Boehlen et le conseiller communal Benoît Gaillard étaient notamment présents lors de la remise de la pétition à Lausanne. Ce dernier a déposé en novembre un postulat visant à prévenir le déploiement des technologies de reconnaissance faciale dans la capitale vaudoise.

Benoît GaillardConseiller communal à Lausanne

L'élu communal explique pourquoi ces pétitions sont déposées dans les grandes villes de Suisse. Car outre Lausanne, les vingt plus grandes villes du pays et les chefs-lieux cantonaux recevront une copie de ce texte :

Benoît GaillardConseiller communal à Lausanne

Préoccupation "importante"

Le syndic de Lausanne Grégoire Junod juge cette préoccupation "extrêmement importante". "Il y a un vrai enjeu aujourd'hui à réglementer ces questions", tant en matière de surveillance privée que publique, a-t-il déclaré à la RTS. Citant la Chine où la reconnaissance faciale a été "généralisée" pour devenir "un outil de surveillance et de contrôle social extrêmement fort", selon lui, il a dit ne pas souhaiter se diriger vers ce type de modèle sociétal.

Benoît Gaillard donne d'ailleurs un exemple : celui de la ville française de Nice :

Benoît GaillardConseiller communal à Lausanne

La pétition sera remise au conseiller municipal zurichois Daniel Leupi mercredi. Elle sera ensuite envoyée par courrier postal aux vingt plus grandes villes suisses et aux chefs-lieux de cantons.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Lausanne

Les Musée et Jardins botaniques vaudois se mettent au "Vert"

Publié

le

Les Musée et Jardins botaniques vaudois présentent une nouvelle exposition (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les Musée et Jardins botaniques cantonaux vaudois (MJBC) présentent la nouvelle exposition "Vert - Ville et végétal en transition". Dès jeudi et jusqu'au 29 janvier 2023, elle aborde l’histoire des jardins botaniques, l'urbanisation de la Ville et l'évolution de sa flore.

En abordant ces thèmes, "Vert" parle de transition écologique. L'exposition présente ainsi des éclairages sur la mutation des milieux urbains, une problématique qui dépasse largement le cadre lausannois.

Des photographies historiques de l'inauguration du Jardin botanique de Lausanne et des aménagements paysagers seront exposées sur l'ensemble des espaces extérieurs. Elles sensibilisent le visiteur à la vision architecturale des concepteurs et mettent en exergue le développement de la végétation et les quelques nouveaux aménagements.

En parallèle, à Pont-de-Nant, le Jardin alpin "La Thomasia" se concentre sur l'essor du tourisme dans les Alpes et la création de ce jardin situé au c½ur des montagnes. Son parcours sera émaillé de photos historiques.

Une collaboration entre les Musée et Jardins botaniques cantonaux est prévue avec le Musée Historique Lausanne. Ce dernier déclinera lui aussi le thème du "vert" dès le 19 août et jusqu'au 29 janvier 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Plus de 2000 personnes ont emprunté le tunnel du LEB samedi

Publié

le

Tinetta Maystre, présidente du Conseil d'administration des tl, Grégoire Junod, syndic de Lausanne, et Nuria Gorrite, conseillère d'Etat vaudoise ont inauguré samedi le tunnel du LEB sous l'avenue d'Echallens. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le tunnel du train Lausanne-Echallens-Bercher (LEB) a été inauguré samedi après cinq ans de travaux. Plus de 2000 personnes ont pu voyager en primeur dans le nouvel ouvrage de 1,7 km sous l'avenue d'Echallens. L'exploitation commerciale démarre dimanche à l'aube.

Samedi, une fête populaire a réuni les usagers, les riverains, les autorités et les partenaires du projet à la Place de l'Europe à Lausanne. La présidente du Conseil d'Etat vaudoise Nuria Gorrite a notamment effectué le voyage inaugural aux côtés de Tinetta Maystre, présidente du Conseil d'administration des Transports lausannois (tl), et de Grégoire Junod, syndic de Lausanne.

Grand intérêt

Le public était également nombreux à monter dans les rames du LEB pour emprunter gratuitement le nouvel ouvrage jusqu'à l'arrêt Union Prilly. "Les premières rames notamment étaient bondées. Nous estimons à plus de 2000 le nombre de personnes qui ont effectué ce trajet inaugural", a déclaré Martial Messeiller, porte-parole des tl, à Keystone-ATS. Parmi elles, beaucoup de familles, mais aussi des passionnés de chemin de fer, a-t-il détaillé.

L’exploitation commerciale et la réouverture des gares du LEB à Union-Prilly, Lausanne-Flon et Chauderon, auront lieu dimanche dès 05h15. Le LEB ralliera à nouveau son terminus de Lausanne-Flon et optimisera en même temps son horaire de deux minutes entre Prilly et Lausanne.

Retour à la normale

La mise en service du tunnel marque le retour à la normale pour les voyageurs du LEB, le train circulant à nouveau sur l’entier de sa ligne. Ils pourront profiter d’une offre solide avec une cadence au quart d'heure entre Lausanne-Flon et Echallens pleinement opérationnelle, affirme le communiqué du canton.

Avant la mise en service, les équipes ont pu pendant trois semaines réaliser une série d'essais et tester tous les systèmes. Les mécaniciens, les chefs de circulation, les maintenanciers et les spécialistes de la ligne électrique ont été formés. Un exercice d'évacuation, organisé en collaboration avec les services de secours, a eu lieu le 4 mai.

Pour le canton qui a initié le projet et l’a financé avec la Confédération, pour les tl qui ont réalisé les travaux, et pour les communes de Lausanne et Prilly également partenaires, c’est la fin d'un immense chantier de cinq ans qui a permis de sécuriser les déplacements sur l’avenue d'Echallens, théâtre jusque-là de plusieurs accidents, et d’optimiser l’exploitation du LEB. Le montant des travaux s'élève à 136 millions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Auberge de Sauvabelin: guinguette plébiscitée par la population

Publié

le

La municipale lausannoise Natacha Litzistorf a révélé samedi le résultat de la consultation publique sur la rénovation de l'auberge de Sauvabelin et le nom du lauréat du concours d'architecture (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'auberge de Sauvabelin sera d'une taille réduite, avec un esprit guinguette. Le public a répondu favorablement au nouveau projet proposé par la Municipalité de Lausanne, selon une enquête. La rénovation est confiée au bureau xy-ar.ch - Fumeaux et Poncety architectes, lauréat du concours.

Après trois semaines de consultation publique, plus de 250 personnes ont répondu à l’enquête. Celle-ci révèle que le public, tout en confirmant son fort attachement au lieu, est favorable au nouveau projet proposé, annonce la Ville samedi dans un communiqué.

Les personnes souhaitent un établissement authentique, vivant et respectueux de son environnement, offrant des produits locaux et de saison, ainsi que des plats simples "faits maison" pour petits et grands. L’accessibilité en termes de prix, d'horaires, de transports, d'infrastructure et d'événements est par ailleurs aussi plébiscitée.

Sur la base de ces résultats, la commune finalisera le cahier des charges de la future exploitation, en intégrant les souhaits et doléances de la population. Un rapport les relatant sera mis à disposition du public sur "Lausanne participe". L'appel d'offres ouvert aux professionnels sera publié courant du mois de juin.

Le lauréat du concours d'architecture sur invitation est "Le phénix des hôtes de ces bois", du bureau xy-ar.ch - Fumeaux et Poncety architectes. Reprenant le volume bâti d’origine, il répond aux objectifs d'intégration grâce, notamment, à une terrasse qui retrouve une ambiance conviviale et ombragée.

Le bâtiment rénové abritera un café-restaurant au rez-de-chaussée et des salles à l’étage. Le tout en respectant les exigences de développement durable de la construction, précise le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: près de 60 ateliers d'artistes à visiter

Publié

le

"Aperti", c'est l'occasion d'entrer dans l'espace intime et expérimental des créateurs de la région de Lausanne, comme ici dans l'atelier de l'artiste sculpteur Yves Dana en 2018 (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Des artistes ouvrent les portes de leurs ateliers le week-end prochain de 12h00 à 18h00 dans la région lausannoise. "Aperti", c'est l'occasion d'entrer dans l'espace intime et expérimental des créateurs de Lausanne, Lutry, Renens, Prilly, Chavannes-près-Renens et du Mont-sur-Lausanne. Samedi et dimanche, 59 artistes accueilleront le public dans 57 ateliers.

Entre peinture, dessin, photographie, livre d'artiste, sculpture, gravure, installation, vidéo et multimédia, un large panel d'½uvres sera dévoilé les 21 et 22 mai, indique le comité d'organisation dans un communiqué. Pour participer à ces "coulisses de la création", il suffit de télécharger un passe gratuit qui sera scanné à l'entrée des ateliers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X