Rejoignez-nous

Lausanne

Les députés vaudois soutiennent la stratégie vélo 2035

Publié

,

le

Le Grand Conseil vaudois a longuement débattu mardi sur la stratégie vélo 2035, qui vise à largement augmenter les aménagements pour les cyclistes (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La petite reine a accaparé le Grand Conseil vaudois mardi. Après de longues discussions, les députés ont accepté en premier débat de valider la stratégie vélo concoctée par le Conseil d'Etat.

Présentée en novembre dernier, cette stratégie vise à ce que le vélo représente 10% des déplacements dans le canton de Vaud en 2035, contre une part de 2,2% en 2015 (derniers chiffres à disposition). Cela passera, entre autres, par un développement des aménagements réservés aux cyclistes, de 180 km actuellement à 500 km d'ici quinze ans.

Pour lancer ce vaste programme, le Conseil d'Etat a soumis deux premiers crédits au Parlement. Le premier, de 28,6 millions de francs, doit servir à financer des études, promouvoir le cyclisme et créer un Centre de compétence vélo au sein de l'Etat, doté de dix postes. Le second crédit, de 13,25 millions, constitue un subventionnement pour aménager le réseau cyclable cantonal.

Retard vaudois

"Cette stratégie 2035 est le chaînon manquant dont notre canton à besoin", a estimé le socialiste Jean Tschopp. Il a rappelé le retard vaudois avec les deux-roues, prenant l'exemple du canton de Berne où la barre des 10% de déplacements à vélo a déjà été atteinte. "Bon pour la planète et la santé", le vélo dispose d'une marge de progression "énorme" en terre vaudoise, a-t-il dit.

La Verte Alice Genoud a aussi martelé la nécessité de donner "un coup de boost" à la pratique du vélo. Cela doit se concrétiser par des montants financiers et humains "en rapport avec les enjeux". Elle a souligné l'importance de déployer une "stratégie globale" pour l'ensemble du canton, et plus seulement par "des réalisations par à-coups", afin notamment d'assurer la continuité du réseau cyclable.

"Accaparement de terres"

L'enthousiasme de la gauche n'a pas été partagé par plusieurs élus de droite, surtout dans les rangs de l'UDC. Ces députés ont critiqué le montant prévu pour les études, les dix collaborateurs que l'Etat veut embaucher pour le Centre de compétences vélo et, surtout, le remplacement de surfaces d'assolement (les terres agricoles les plus productives) par des pistes cyclables.

"Trop, c'est trop", a dit l'UDC Jean-François Thuillard, jugeant le projet "disproportionné". Rapporteur de la majorité de la commission, il a indiqué que 100 hectares de surfaces d'assolement (SDA) seraient "mangés" et que les compensations financières ne seraient pas satisfaisantes pour les agriculteurs. "C'est du vol autorisé", a-t-il affirmé.

Les autres opposants ont, eux aussi, déploré "un accaparement de terres" ou encore "le coût excessif" des études prévues. D'autres ont dénoncé une "injustice", sachant que les cyclistes n'auraient pas à payer pour les aménagements prévus pour eux. Ils ont aussi été plusieurs à relever qu'il y avait peu d'intérêt à développer un réseau cyclable en campagne, où les usagers sont, selon eux, peu nombreux.

Certaines voix à droite, malgré quelques réserves, ont suivi le Conseil d'Etat. Cela a notamment été le cas du PLR Aurélien Clerc qui a défendu la volonté de "créer de l'espace en plus" pour permettre aux cyclistes de circuler en toute sécurité. Selon l'ancien coureur professionnel, il est urgent que Vaud consacre "de gros montants sur la durée" pour rattraper son retard en matière de mobilité douce.

Taxe vélo?

Intervenant en fin de débat, la conseillère d'Etat en charge du dossier, Nuria Gorrite, a répondu aux diverses critiques. Elle a notamment relevé que l'emprise sur les SDA était nécessaire pour assurer la sécurité des cyclistes, sans rogner la place dévolue aux voitures ou aux camions. Leur utilisation demeure, par ailleurs, admissible au vu d'autres usages, par exemple pour des routes ou des constructions de bâtiments.

Pour rassurer les députés, la ministre socialiste a aussi confié que la question d'une "taxe vélo" serait examinée pour que les cyclistes contribuent, éventuellement, au financement des infrastructures.

Mme Gorrite a encore insisté sur la responsabilité des autorités de laisser aux Vaudois le choix de leur mode de déplacement. Un choix qui n'est aujourd'hui pas possible, faute d'infrastructures suffisamment sûres pour la pratique du vélo, selon elle.

Refusés en commission, les deux crédits soumis par le Conseil d'Etat ont passé la rampe devant le plénum grâce aux voix de la gauche, additionnées à celles issues de certains PLR et des Vert'libéraux. Un second débat, qui aura lieu avant les vacances d'automne, doit encore avoir lieu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Université de Lausanne: mieux comprendre les enjeux du numérique

Publié

le

Les événements se tiennent en ville ou sur le site de l'UNIL (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'Eprouvette, le Laboratoire Sciences et société de l'Université de Lausanne (UNIL), a concocté un nouveau programme de médiation scientifique dédié aux cultures numériques. Le grand public et les écoles sont conviés à des ateliers, des conférences, des cours publics ou encore des repas avec des scientifiques et des experts du digital.

Ces événements se tiennent dès octobre et sont programmés à la fois à l'UNIL et en ville, annonce lundi l'Eprouvette. Au programme: des sujets variés comme apprendre les bases de la programmation d'un jeu vidéo, discuter du stockage et des risques liés aux banques de données en ligne ou encore s'interroger sur l'impact de notre consommation numérique sur l'environnement.

Six ateliers sont offerts aux gymnases et aux écoles professionnelles du canton. Il est notamment proposé aux enseignants d'intégrer le jeu vidéo dans le programme scolaire pour mieux comprendre l'écriture et la narration, ou pour parler d'écologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: portes ouvertes aux Halles sportives de Beaulieu

Publié

le

Plusieurs sports seront à tester samedi lors de portes ouvertes aux Halles sportives de Beaulieu (photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA ANSA/RICCARDO ANTIMIANI)

La Ville de Lausanne organise une journée portes ouvertes samedi aux Halles sportives de Beaulieu. Ouvert en avril dernier, le site permet de pratiquer une dizaine de disciplines sportives.

Après le basketball, le padel, la pétanque ou encore l'escalade, les Halles sportives ont ajouté de nouvelles activités, notamment un espace dédié aux sports de forces (haltérophilie, musculation) et un autre consacré à divers sports de raquette. Un espace de 2800 m2 est aussi voué aux sports à roulettes et à plusieurs pratiques urbaines (roller, skate, etc).

Samedi de 09h00 à 18h00, la population pourra tester gratuitement ces activités. Initiations, cours collectifs et tournois sont programmés tout au long de la journée, indique lundi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Ce nouveau pôle sportif occupe sept halles situées dans le complexe de Beaulieu sur près de 12'000 mètres carrés. Ces activités animeront les Halles nord jusqu'à leur transformation en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Lausanne coulé par Zurich au 3e tiers-temps

Publié

le

Le Zurichois Dominik Diem protège son puck de l'attaque de Cory Emmerton. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A Malley, Zurich a remporté le duel des Lions de National League. Les joueurs de Rikard Grönborg ont battu Lausanne 5-1 grâce à un troisième tiers de feu enlevé 5-0.

Pour son 900e match en National League, Tobias Stephan espérait certainement une issue favorable. Mais alors qu'ils étaient plutôt bien dans leur match, les Lausannois ont sombré au début du troisième tiers.

Contraints de commencer cette troisième période en infériorité numérique, les Vaudois ont en plus vu Martin Gernat rejoindre le banc des pénalités. A 5 contre 3, Lucas Wallmark a trouvé le patin de Jelovac pour égaliser avec un peu de chance.

Mais derrière, le "Z" a continué à avancer et en 56 secondes Willy Riedi puis Christian Marti ont plongé la patinoire dans une ambiance bien morose. Paresseux et peu impliqués, les Zurichois ont été payés au tarif maximal.

Mais les Lausannois ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes pour ne pas avoir été capables de faire la différence avant. Et notamment au cours d'une période médiane dominée par les hommes de John Fust.

La fatigue, oui, mais...

Si les Vaudois ont d'ailleurs assez logiquement ouvert le score à la 32e par l'entremise de Jason Fuchs à la suite d'un puck de Gernat parti en chandelle et récupéré "à la volée" par l'ancien Biennois, ils auraient dû enfoncer le clou et profiter de ces moments. Et même avant cette réussite, les Lausannois avaient eu deux grosses chances de marquer par Pedretti en contre à la 23e et par Audette une minute plus tard.

Alors oui, les Vaudois sont rentrés de Lugano à 3h30 du matin dimanche et la fatigue a dû se faire sentir au cours du match. C'est pour cette raison qu'ils auraient dû profiter de leur domination durant les quarante premières minutes. Car une fois Zurich dans le match, les Lausannois ont paru bien timides.

Privé d'Andrea Glauser pour six semaines en raison d'une cheville fracturée, John Fust pourrait aussi devoir composer sans Jiri Sekac dès mardi pour la réception de Rapperswil. L'attaquant tchèque n'est pas réapparu au deuxième tiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne et Pully: 15'000 noctambules à la Nuit des musées

Publié

le

Environ 15'000 personnes ont afflué à la 21e Nuit des musées de Lausanne et Pully (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Nuit des musées de Lausanne et Pully a rassemblé environ 15'000 personnes. Celles-ci ont cumulé 50'000 visites dans les 26 musées partenaires, qui sont restés ouverts jusqu'à deux heures du matin dimanche.

La manifestation a proposé environ 120 animations inédites, rappellent dimanche les organisateurs dans un communiqué. Près de 20 parcours ont aussi été imaginés pour faire vivre l'événement sous un angle particulier: en musique, à pied ou à vélo, avec les papilles ou en famille.

La thématique de cette édition tournait autour de l'univers des chantiers, en référence à la fin des travaux sur le nouveau site muséal de Platforme 10.

Outre les guides des musées, des DJs ont été actifs jusqu'au bout de la nuit. La "Silent party" du TOM Café, au Musée olympique, a notamment rassemblé près de 2000 danseurs pour clôturer cette 21e édition.

Avec environ 15'000 noctambules, la Nuit des musées a retrouvé l'affluence qu'elle avait avant l'arrivée du coronavirus. Annulée en 2020, la manifestation avait réuni 9000 personnes l'an dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Raphaël Mahaim brigue l'investiture des Verts

Publié

le

Raphaël Mahaim saura le 12 novembre s'il représentera les Verts dans la course au Conseil des Etats l'an prochain (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Raphaël Mahaim se lance dans la course au Conseil des Etats. Le conseiller national vaudois brigue l'investiture des Verts après le départ d'Adèle Thorens, qui ne se représentera pas l'an prochain aux élections fédérales.

L'avocat de 38 ans a annoncé sa candidature samedi au Journal de Morges et dans une interview du Matin Dimanche, diffusée sur le site internet de 24 heures. Il est le premier Vert à se dire partant après le refus des trois autres conseillères nationales, Sophie Michaud-Gigon, Léonore Porchet et Valentine Python.

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 30 septembre chez les Verts. Une assemblée générale extraordinaire de désignation se déroulera ensuite le 12 novembre à Renens.

Depuis mars au Conseil national, où il a pris le siège du retraité Daniel Brélaz, Raphaël Mahaim dit vouloir "porter les aspirations" de sa génération, particulièrement en cette période de "tournant énergétique."

Selon le citoyen de Lussy, père de trois enfants, "il ne s'agit pas que de dénoncer mais aussi de prendre ses responsabilités et mon expérience parlementaire de 16 ans, aux trois niveaux de l'Etat, me permet de le faire", affirme celui qui, avant de siéger à Berne, a été conseiller communal à Echichens (2006-2009) et député au Grand Conseil vaudois (2007-2021).

Raphaël Mahaim veut rejoindre le Conseil des Etats "parce que cette chambre est un verrou sur la voie de la transition". Il juge que les sénateurs aux commandes "ont raté leur rendez-vous avec l'histoire" avec le retard pris en matière de sobriété énergétique et d'énergies renouvelables.

Ticket complémentaire

S'il est désigné le 12 novembre par son parti, Raphaël Mahaim devrait se retrouver sur un ticket rose-vert avec le socialiste Pierre-Yves Maillard. "Nous ne serions pas concurrents mais partenaires", estime-t-il, relevant que tous deux ont des profils "très complémentaires".

Tandis que Pierre-Yves Maillard "marque la politique suisse de son empreinte dans le domaine social, je suis profilé sur d'autres sujets: agriculture, climat, transports, fiscalité ou encore politique européenne", remarque-t-il.

Raphaël Mahaim reconnaît toutefois qu'il ne part pas dans la position du favori, "mais dans celle du challenger." Cela serait le cas dans une association avec Pierre-Yves Maillard, mais aussi pour reprendre au PLR le deuxième siège vaudois au Conseil des Etats, occupé actuellement par Olivier Français.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X