Rejoignez-nous

Lausanne

RestoBox veut remplacer les contenants à usage unique

Publié

,

le

Susan Sax, présidente de GastroLausanne, et la municipale Natacha Litzistorf présentent les récipients consignés de la ville. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
La Ville de Lausanne s'associe avec GastroLausanne pour encourager l'utilisation de récipients réutilisables pour la restauration à l'emporter. Les deux partenaires lancent une campagne qui vise à éliminer les contenants à usage unique. Sous le slogan: "RestoBox Lausanne, Emporter futé".

Lausanne veut s’affranchir des contenants à usage unique de la restauration à l’emporter. Avec GastroLausanne, la Ville lance une campagne qui vise à promouvoir les contenants réutilisables. Restobox, c’est le nom de cette initiative durable et volontaire. Parmi un réseau de restaurateurs partenaires, des contenants réutilisables consignés sont désormais mis à disposition des clients. Ces plats, propres ou sales, peuvent être ensuite rapportés chez n’importe quel membre participant. Pour l’heure, 138 restaurateurs font partie de ce réseau lausannois sur les 383 membres que compte GastroLausanne. Susan Sax, présidente de la faîtière :

Susan SaxPrésidente de GastroLausanne

Patronne du Vidy Lunch Café, Susan Sax a lancé ce système dans son établissement il y a 5 ans. Elle reconnaît que les débuts n’ont pas été simples, mais ce nouveau travail en réseau peut être une force:

Susan SaxPrésidente de GastroLausanne

Prendre part à cette initiative demande quelques efforts de la part des restaurants, take away ou boulangeries. Susan Sax:

Susan SaxPrésidente de GastroLausanne

Reconnaissables à leur couleur aubergine, les contenants sont fabriqués en Suisse et sont résistants aux machines industrielles de lavage. Natacha Litzistorf, municipale lausannoise en charge du développement durable:

Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise en charge du développement durable

RestoBox permet de responsabiliser tant les consommateurs que les restaurateurs pour Natacha Litzistorf :

Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise en charge du développement durable

Grands absents pour l’heure de la liste des participants, les géants de la restauration rapide. Natacha Litzistorf:

Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise en charge du développement durable

« RestoBoxLausanne, Emporter futé », c’est le slogan de cette initiative. Relevons enfin que les restaurants participants se sont également engagé à servir les clients dans leur contenant personnel s’ils le souhaitent. La liste peut être consultée sur lausanne-restobox.ch.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne: un jeu pour sensibiliser les jeunes à la désinformation

Publié

le

Le jeu participatif et collaboratif a été imaginé dans le contexte des réseaux sociaux qui jouent de plus en plus un rôle important dans l'information et la formation de l'opinion chez les jeunes (photo symbolique). (© Keystone/AP/KIICHIRO SATO)

La Ville de Lausanne veut sensibiliser les jeunes à la désinformation. Elle a lancé mercredi un jeu interactif et éducatif pour lutter contre les théories complotistes et les risques de radicalisation extrémistes. Créé en collaboration avec des jeunes, il vise à développer en groupe l'esprit critique chez les adolescents.

Débusquer un discours trompeur d'une vidéo TikTok ou vérifier si la CIA a bien produit une drogue ultra-puissante à base de sang d’enfants? Telles sont les bases de scénarios du jeu imaginé par la Ville de Lausanne avec des jeunes lausannois ainsi qu'avec le ColLaboratoire de l'Université de Lausanne (UNIL).

"Grâce à ce jeu, nous souhaitons donner aux jeunes les outils pour traquer les fausses informations ou les théories complotistes qui circulent sur le web, sur les réseaux sociaux ou dans leur entourage", a expliqué devant la presse Emilie Moeschler, municipale en charge des sports et de la cohésion sociale.

"Dans un contexte qui peut engendrer le repli sur soi, il s'agit de favoriser la discussion autour de ces thématiques, de développer l'esprit critique et de renforcer la cohésion sociale", a-t-elle affirmé.

"Embrouille-moi si tu peux"

Intitulé "Embrouille-moi si tu peux", ce jeu de plateau, qui possède une déclinaison numérique, se destine aux jeunes entre 12 et 20 ans. Participatif et collaboratif, il se joue en groupe autour d'un animateur.

Il propose trois scénarios différents favorisant les échanges durant et après la partie. Au choix, les joueurs doivent traquer les fausses informations ou camper le rôle d'un PDG sur le point de lancer une nouvelle ligne de vêtements potentiellement vue comme de l'appropriation culturelle. Les scénarios ont été testés avec des jeunes fréquentant la Permanence Jeunes Borde, la maison de quartier des Faverges et le Conseil des Jeunes de Lausanne.

Le jeu fait désormais partie des outils disponibles au sein des maisons de quartier pour travailler sur la prévention de la radicalisation et le développement de l'esprit critique. Il sera également disponible, dans sa version digitale, pour toute institution publique ou privée ½uvrant auprès de jeunes, souligne la Ville.

Pas d'aggravation

"Si nous ne constatons pas d'aggravation des phénomènes de radicalisation extrémiste, la prévention est essentielle dans ce domaine pour accompagner les jeunes face aux discours de haine", note, pour sa part, Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la sécurité et de l'économie.

Initialement, le projet a été lancé par la Coordination radicalisation interne de la Ville de Lausanne et coordonné par le Bureau lausannois pour les immigrés (BLI). Il a été soutenu par la Police fédérale (fedpol) et "a reçu un très bon accueil au sein de la plateforme cantonale pour les questions liées à la radicalisation et à l'extrémisme violent", relève encore la Ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Elevés par Aquatis, seize crocodiles sacrés en route pour le Maroc

Publié

le

Seize crocodiles sacrés d'Aquatis ont pris la route pour le Maroc mercredi en vue de leur réintroduction dans ce pays. (© KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Elevés par Aquatis à Lausanne, seize jeunes crocodiles sacrés ont pris mercredi la route pour le Maroc. Soixante ans après leur disparition du territoire, ils seront réintroduits progressivement dans leur milieu naturel, une première sur le continent africain.

Equipés de microchips en vue de leur passage à la douane, les reptiles ont été placés dans des compartiments individuels bien stables, a raconté mercredi à Keystone-ATS Michel Ansermet, directeur de l'aquarium Aquatis. "Tout s'est très bien passé, dans un calme total", s'est-il réjoui.

Confortablement installés, les crocodiles ont ensuite été pris en charge par un transporteur spécial dans une camionnette jusqu'à Genève, puis en avion. "L'arrivée à Agadir est prévue de nuit, ce qui permet d'éviter que les spécimens ne soient exposés à de fortes chaleurs", a relevé M. Ansermet qui les accompagne.

Et de préciser que les voyageurs du jour mesurent entre 42 centimètres et 1,06 mètre pour les plus grands. Deux sont issus d'une portée de 2019, quatorze de celle de 2022.

Acclimatation à Crocoparc

Le Crocoparc d'Agadir, un "grand centre très bien conçu" accueillera dans un premier temps les seize nouveaux pensionnaires dans un bassin spécialement aménagé. "Les deux ados et quatorze préados finiront leur croissance dans ce lieu, jusqu'à atteindre 1,30 m ou 1,40 m. Ils s'y adapteront aux températures du pays et devront apprendre à se débrouiller", explique le zoologue.

Si quelques spécimens seront conservés au Crocoparc afin de former un noyau reproducteur de l’espèce, "dans un an, en mai 2025, nous relâcherons les autres dans la nature. Ce sera au sud du Maroc dans des gueltas, à savoir des trous d'eau dans le Sahara", décrit l'expert.

Le site a été aménagé pour leurs besoins. Il a été choisi en tenant compte des intérêts des populations locales et dans un contexte de développement socio-économique durable de la zone, en accord avec le nouveau protocole de l'Union internationale pour la conservation de la nature, a précisé M. Ansermet.

Dix ans de travaux

"La réintroduction de cette espèce est une première en Afrique, une deuxième au niveau mondial. Le zoo de Cologne (D) a en effet réintroduit en 2023 des crocodiles des Philippines dans cet archipel", relève le spécialiste.

C'est aussi le fruit de dix ans de travaux, "un grand moment, un truc de fou", s'est réjoui M. Ansermet. Rien que pour les papiers du voyage, il a fallu six mois de travail, note-t-il.

"Bon caractère"

Le crocodile sacré - une espèce "qui a bon caractère et qui est moins agressive que ses congénères du Nil" - a disparu du Maroc depuis une soixantaine d'années. En grave danger d’extinction, il en resterait entre 3500 et 5000 dans le monde.

"Le Maroc s'est d'ores et déjà déclaré preneur pour la prochaine ponte. Nous sommes également en contact avec la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, qui s'intéressent à la réintroduction de ces reptiles sur leur territoire, ainsi qu'à des échanges génétiques", a souligné le directeur.

Aussi en Europe

"Ici à Aquatis, nous conservons le couple de parents Cléo, 44 ans, et Farouche, 45 ans. Ils se reproduisent environ tous les deux ans. Deux petits partiront par ailleurs prochainement pour un zoo en Angleterre afin de "remonter" la population de crocodiles sacrés en Europe.

Pour mémoire, l'aquarium-vivarium Aquatis est l’institution en charge du programme de conservation des crocodiles sacrés au niveau européen. L'institution participe à plusieurs programmes de conservation d’espèces de l’EAZA (Association européenne des zoos et aquariums).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le nouveau tracé du M3 ne convainc pas les Verts lausannois

Publié

le

Les Verts lausannois dénoncent notamment la perte de desserte du Flon dans la nouvelle version du trajet du M3. (Archives © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les Verts lausannois lancent une interpellation urgente au Conseil communal. Le parti réagit au changement de tracé pour le projet du M3 et déplore des conséquences potentiellement majeures.

Le projet du futur métro lausannois du M3 ne finit plus de faire parler de lui. Le plan initial, présenté en 2018, ne correspondait plus aux évolutions des différents chantiers, notamment de la gare.

Au mois de mai dernier, le canton de Vaud et la Ville de Lausanne présentaient une nouvelle version repensée pour les lignes de métro M2 et M3. Ils annonçaient alors que le M3 suivra finalement sa propre voie. Exit notamment la place du Flon.

Cette semaine au Conseil communal de Lausanne, les Verts déposent une interpellation urgente pour demander des explications à la Municipalité.

Le parti écologiste dénonce notamment la suppression de la desserte du Flon par le nouveau métro qui aurait des implications importantes, notamment sur le réaménagement de la place Chaudron ou les transports publics.

Le conseiller communal vert lausannois Illias Panchard estime que cette décision a été prise pour des raisons économiques. Mais elle pose de nouvelles questions.

Illias PanchardConseiller communal Vert à Lausanne

Ce changement de tracé laisse entendre que Chaudron deviendrait un nouveau HUB de mobilité au coeur de Lausanne. Cette transformation ne semble pas convaincre celui qui est également le co-président de la section des Verts lausannois :

Illias PanchardConseiller communal Vert à Lausanne

Le parti écologiste a déposé quatre résolutions lors de la séance du Conseil communal. Parmi elles, des mesures d'accompagnement afin que la place Chaudron soit également une place attractive et vivante :

Illias PanchardConseiller communal Vert à Lausanne

Les autres résolutions concernent le souhait d'une étude de projet de galerie piétonne entre la gare et le Flon, une desserte de qualité du Plateau de la Blécherette en transport public, ainsi qu'une connexion entre ce quartier et le centre ville. Les quatre résolutions ont été acceptées par le plénum communal.

Continuer la lecture

Climat

Inondation à Chavornay: le dépotoir des ruisseaux était propre

Publié

le

Une pluie abondante avait entraîné la crue de deux ruisseaux dans la région de Chavornay, le 30 mai dernier (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La crue de deux ruisseaux dans la région vaudoise de Chavornay, le jeudi 30 mai, n'est pas due à un manque d'entretien. Le dépotoir, soit l'ouvrage destiné à piéger les matériaux charriés par les crues, venait d'être contrôlé.

La Direction générale de l'environnement (DGE) a visité ce dépotoir les 9, 21 et 24 mai. Il était alors "propre et dégagé", a indiqué mardi le conseiller d'Etat Vassilis Venizelos devant le Grand Conseil, répondant à des questions orales de Pierre Dessemontet (PS) et Théophile Schenker (Vert-e-s).

Le ministre de l'environnement a toutefois indiqué que la DGE allait "analyser" si l'entretien de ce dépotoir devait être réévalué, afin "de prendre éventuellement des mesures correctrices". Il en sera de même pour la herse à bois, destinée, elle aussi, à empêcher les crues.

Pour mémoire, le ruisseau des Combes a débordé le 30 mai sur les voies de chemin de fer sur 350 m entre Chavornay et Ependes. Le passage de l'eau sous les voies a été bloqué par des troncs et branches emportés par la crue.

Le trafic ferroviaire a été interrompu jusqu'au lendemain. Non loin de là, c'est le ruisseau de Sadaz qui a inondé un quartier de Chavornay, son passage sous la route étant également obstrué.

Ces événements du 30 mai ont été "exceptionnels", tant au niveau de la pluie tombée qu'en matière de débit des cours d'eau, a rappelé M. Venizelos.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Sous l'influence bénéfique de Jupiter, vous jouissez d'une forme exceptionnelle qui vous porte vers des journées pleines de dynamisme et de joie de vivre.

Les Sujets à la Une

X