Rejoignez-nous

Lausanne

Un nouveau label pour les cafés historiques de Lausanne

Publié

,

le

Le syndic de Lausanne Grégoire Junod (à gauche) a symboliquement remis mercredi la plaque bleue "Café historique de Lausanne" au gérant de La Bavaria Graziano De Luca (à droite). (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne compte 44 cafés historiques. C’est en tout cas le nombre de cafés, restaurants, bistrots, brasseries ou pintes historiques que la Ville considère comme tels. Objectif de cet inventaire : identifier, protéger et valoriser ces endroits.

La Ville de Lausanne mise ses cafés historiques. Avec pour objectif de valoriser le patrimoine, la Ville a lancé une étude en 2018 pour mettre à jour l’inventaire de ses cafés, restaurants, bistrots, brasseries ou pintes historiques. Au final, 44 endroits ont été retenus pour figurer dans la liste. Une étiquette qui leur permettra d’aborder une plaquette officielle. Parmi ces lieux, on retrouve la Bavaria, la Pinte Besson, l’auberge de l’Abbaye de Montheron, le Grütli ou encore le Chalet des Enfants. Quels critères de sélection ont été pris en compte ? Martine Jacquet, déléguée à la protection du patrimoine bâti à la Ville de Lausanne:

Martine JacquetDéléguée à la protection du patrimoine bâti, Ville de Lausanne

Cette liste est en fait une mise à jour d’un recensement établi entre 1993 et 2006. Il y avait 122 cafés-restaurants. Ils sont 44 aujourd’hui. Que s’est-il passé ?

Martine JacquetDéléguée à la protection du patrimoine bâti, Ville de Lausanne

La liste est donc appelée à évoluer au fil du temps. Elle doit surtout servir à plusieurs actions à venir. Grégoire Junod, syndic de Lausanne:

Grégoire JunodSyndic de la Ville de Lausanne

Pour obtenir le label "Café historique de Lausanne", les 44 lieux sélectionnés devaient répondre à des critères d'authenticité et d'ancienneté, soit la présence d'éléments anciens, de décors et d'aménagement d'origine. Définition de ce caractère historique et ancien avec la déléguée à la protection du patrimoine bâti à la Ville de Lausanne, Martine Jaquet:

Martine JacquetDéléguée à la protection du patrimoine bâti, Ville de Lausanne

Ces établissements recevront un label sous forme de plaque et ils figureront dans un livre à paraître au printemps. En partenariat avec Lausanne à Table, Lausanne Tourisme et Gastro Lausanne, ces 44 cafés seront en plus mis en valeur à travers une campagne de promotion et un programme d'animations. Un vrai bonus. Pour quelles obligations en retour ?

Grégoire JunodSyndic de la Ville de Lausanne

A relever enfin qu’une mention spéciale a été créée pour les établissements qui n’étaient pas à l’origine des cafés et qui se trouvent dans des bâtiments historiques de grande valeur. Martine Jaquet:

Martine JacquetDéléguée à la protection du patrimoine bâti, Ville de Lausanne

En partenariat avec Lausanne à Table, Lausanne Tourisme et Gastro Lausanne, ces 44 cafés seront notamment mis en valeur à travers un programme d'animations pour découvrir leurs richesses. Une "Nuit des cafés historiques" et des parcours gourmands de dégustation sont notamment envisagés.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne pose une plaque commémorative pour Renée Delafontaine

Publié

le

Lausanne pose une nouvelle plaque commémorative pour honorer les femmes qui ont marqué son histoire (photo d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Ville de Lausanne pose une plaque commémorative pour rendre hommage à Renée Delafontaine (1921-2006). La pédagogue s'est fait connaître pour son travail dans l'accompagnement des personnes handicapées.

Avec la pose de cette plaque, qui fait suite à celles consacrées à Jaquette de Clause et Anne Cuneo, Lausanne vise à "réhabiliter la place des femmes dans l'histoire et l'espace public lausannois", écrit la Municipalité dans son communiqué. La plaque de Renée Delafontaine a été placée sur le mur d'entrée de l'avenue des Bergières 35, lieu de création de sa Fondation.

Née à Puidoux, Renée Delafontaine a ouvert en 1955 à Lausanne le premier externat pour personnes en situation de handicap mental, les Matines, future Fondation Renée Delafontaine. Elle a ensuite continué son action en ouvrant plusieurs ateliers protégés.

"Son action influence la mise sur pied, dans le canton de Vaud, de l'enseignement spécialisé et de la formation des professionnelles et professionnels de l'action sociale", poursuit le communiqué.

En 1981, Renée Delafontaine a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université de Lausanne. Elle est ensuite devenue, en 1997, la première femme à se voir décerner le Prix de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Plan directeur de Lausanne: la Commission veut plus d'ambition

Publié

le

La question de la mobilité divise toujours autant gauche et droite à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La commission du Conseil communal de Lausanne, chargée de se pencher sur le Plan directeur communal (PDCom), a livré son verdict après huit séances. Une majorité de ses membres souhaite que la Ville en fasse davantage, notamment en matière de mobilité, tandis qu'une minorité regrette une politique des transports qui défavorise la voiture.

Présenté en mars 2021 par la Municipalité, le PDCom dessine les grands principes du développement urbain de la capitale vaudoise à un horizon de dix à quinze ans. La commission du Conseil communal y a toutefois apporté "des modifications importantes", indique vendredi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Sur les questions d'urbanisation, les commissionnaires proposent "d'intégrer plus systématiquement la création de logements abordables et la protection des locataires dans les projets d'urbanisme". La mixité sociale et la "répartition juste" des équipements publics ont également été inscrites comme objectifs.

Aéroport de la Blécherette visé

En matière d'environnement, la commission propose aussi d'ajouter des mesures supplémentaires. Comme par exemple "la nécessité de réduire les nuisances sonores et polluantes de l'aéroport de la Blécherette", poursuit le communiqué.

Sur la mobilité également, la majorité de la commission aimerait davantage d'ambition du PDCom. Les itinéraires piétons devraient, par exemple, pouvoir se développer sur des parcelles privées, "si c'est nécessaire pour des cheminements courts et directs".

La commission dit aussi attendre une "offensive associant rues cyclables, augmentation et généralisation du stationnement, amélioration du marquage et du balisage". Les transports publics devraient, eux, être plus rapides par "une priorisation aux carrefours".

"Absence de vision" dit la droite

Quant à la place utilisée par le transport individuel motorisé, elle doit tendre "à être réduite en faveur des autres modes et d'autres usages de l'espace public". Sens uniques, blocs de quartiers sans aucun transit possible, limitation à 30 km/h sur l'ensemble du réseau sont d'autres mesures avancées par la commission.

Le PLR et l'UDC ont déposé conjointement un rapport de minorité, qui conteste plusieurs modifications du PDCom. Les deux partis de droite dénoncent notamment "une absence totale de vision globale de la mobilité à Lausanne", poursuit le communiqué de la Ville. Selon les opposants, avec la diminution de la place consacrée à la voiture, le libre choix de mode de transport n'est pas respecté.

La minorité estime aussi que Lausanne n'a pas la compétence de généraliser le 30km/h sur l'ensemble de son territoire puisque lavitesse routière demeure de compétence cantonale. Cette vision n'est toutefois pas partagée par le reste de la commission, relève le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le Centre de formation professionnelle de Vennes inauguré

Publié

le

Avec sa collègue Isabelle Moret, le conseiller d'Etat Frédéric Borloz a inauguré vendredi le nouveau Centre de formation professionnelle de Vennes (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois nouveaux bâtiments en bois donnent naissance au Centre de formation professionnelle de Vennes, sur les hauts de Lausanne. Ils ont été inaugurés vendredi par les conseillers d'Etat vaudois Frédéric Borloz, en charge de la formation, et Isabelle Moret, responsable des constructions. Le chantier n'aura duré qu'une année pour un coût total de 16,64 millions de francs.

Il permettra à la fois de poursuivre le développement du Centre d'orientation et de formation professionnelles (COFOP) et de mettre à disposition de nouveaux locaux pour les apprenties et apprentis en informatique de l’Ecole technique - Ecole des métiers de Lausanne (ETML), a indiqué vendredi le Canton dans un communiqué.

Le COFOP occupe ce site du nord de Lausanne avec pour voisins le Biopôle et la Maison de l'Environnement. Grâce à ces nouvelles installations, il peut désormais se développer en accueillant 30 apprenties et apprenties supplémentaires (+10%), notamment dans les métiers de bouche, explique le Canton.

Ces bâtiments permettent aussi aux élèves de l'ETML, futures informaticiennes et informaticiens, de bénéficier de nouveaux locaux. Le nombre de places dans cette filière très demandée va ainsi progressivement augmenter de 150 places en 2022 à près de 200 dès 2025, souligne-t-on. Au total, ce nouveau site de la formation professionnelle vaudoise accueillera plus de 500 jeunes en formation.

Troisième site en bois

Le Centre de formation professionnelle de Vennes est composé de trois bâtiments en bois avec une structure en sapin et épicéa des forêts cantonales et des façades en mélèze, est-il précisé. Pour une utilisation minimum du béton, seules les fondations sont dans cette matière.

La surface utile de plancher est de 3200 m2, comprenant notamment 17 salles de classe et un restaurant. La signalétique extérieure reprend de manière originale le design des panneaux routiers suisses.

Il s'agit du troisième site de l'Etat de Vaud construit quasiment exclusivement en bois en moins d’une année, après l’extension du Gymnase de Burier et la Maison de l’environnement, inaugurées en 2021, rappelle-t-il. Avec ses panneaux photovoltaïques sur les toits et sa production de chaleur par sondes géothermiques, le nouveau site de formation de Vennes a décroché un label de construction durable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Un projet de décharge sur le site de Pra Riondet à Puidoux

Publié

le

La décharge devrait recevoir des matériaux de chantier peu pollués, comme des briques ou des tuiles (photo symbolique). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

La commune vaudoise de Puidoux devrait accueillir à moyen terme une décharge cantonale sur son territoire, sous réserve de l'aboutissement de la procédure de Plan d'affectation cantonal (PAC). Le site de Pra Riondet permettra le dépôt d'environ un million de m3 de déchets sur une surface de 10,5 hectares, pour faire face aux besoins du canton.

Le gouvernement va lancer prochainement la procédure de PAC plan qui vaut comme permis de construire, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué. Une mise à l'enquête publique interviendra ensuite, avec le possible dépôt d'oppositions.

La décharge prévue est de type A (matériaux d'excavation non pollués) et B (matériaux inertes, soit des déchets de chantier faiblement pollués, comme des briques, des tuiles ou du verre), précise le Canton.

Fin 2021, les projets de décharge à Grandson et Daillens/Oulens-sous-Echallens avaient suscité de très nombreuses oppositions. Ces deux sites doivent recevoir des déchets nettement plus sensibles, de type D (scories issues des usines d'incinération) et E (terres polluées).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Un nouveau directeur pour le Conservatoire de Lausanne

Publié

le

Le Conservatoire de Lausanne a un nouveau directeur (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Norbert Pfammatter a été nommé directeur du Conservatoire de Lausanne. Le trompettiste et directeur d'ensembles à vent prendra ses fonctions le 1er février 2023. Choisi parmi le corps enseignant, il doit ramener le calme dans l'institution.

Ce pédagogue confirmé et initiateur de nombreux projets artistiques est reconnu et apprécié par ses pairs, indique jeudi le Conseil de Fondation. Ce dernier s'est dit "particulièrement heureux d'avoir trouvé le profil idéal".

"Nous sommes convaincus que cette nomination sera favorable à un nouveau dialogue avec l'environnement institutionnel du Conservatoire et propre à instaurer un climat de travail serein auprès de ses collaborateurs", relève Josiane Aubert, présidente du Conseil de fondation, citée dans le communiqué.

Crise qui s'enlise

Le Conservatoire fait face à une crise qui s'enlise. Celle-ci a éclaté lorsque la direction a annoncé, début 2021, baisser certains salaires et augmenter les écolages pour assurer sa survie financière. Cela avait entraîné la démission en bloc des six doyens. Soutenus par l'association des professeurs, ils dénonçaient une gouvernance "inconséquente, autoritaire et dangereuse".

Pour tourner la page, un nouveau programme stratégique - baptisé Conservatoire 2030 - a été lancé en juin dernier. Il prévoit une autonomisation de la gouvernance de l'institution. Le directeur sera entouré de trois coordinateurs adjoints à temps partiel.

Le nouveau directeur lancera cet automne le processus de recrutement de ces coordinateurs. Né en 1979 dans le Haut-Valais, Norbert Pfammatter est diplômé du Conservatoire et de la Haute Ecole de musique de Lausanne. Il dirige depuis 2010 le Brass Band de Crissier et enseigne depuis dix ans la trompette au Conservatoire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X