Rejoignez-nous

Élections cantonales vaudoises

Le POP Vaud lance deux candidats pour le Conseil d'Etat

Publié

,

le

Vincent Keller et Céline Misiego se lancent dans la course au Conseil d'Etat vaudois. (©Christophe Grand)

Le POP Vaud lance Céline Misiego et Vincent Keller pour l'élection au Conseil d'Etat de mars prochain. Ils feront campagne autour de thèmes chers à leur parti: gratuité des transports publics, salaire minimum, caisse maladie publique et taux d'impôt communal unique.

Céline Misiego et Vincent Keller siègent actuellement au Grand Conseil et au Conseil communal de leur ville, respectivement à Lausanne et Renens. Anaïs Timofte, la présidente du POP vaudois, a vanté lundi devant la presse une liste "crédible et combative", composée de "deux personnalités politiques engagées de longue date."

Interrogée sur l'absence d'alliance avec l'autre formation de la gauche radicale, Ensemble à Gauche (EàG), Anaïs Timofte a expliqué que des discussions avaient eu lieu, mais qu'aucun accord n'avait pu être trouvé sur la "bonne formule" à adopter. Tandis qu'EàG lance cinq candidats, les popistes ont préféré présenter une liste resserrée autour d'un binôme "bien ancré dans le paysage politique vaudois."

Anaïs Timofte a toutefois assuré que l'entente était bonne entre les deux formations qui, par exemple, feront liste commune pour le Grand Conseil dans l'arrondissement de Lausanne.

Initiative sur le point d'aboutir

En matière de programme, Vincent Keller a reconnu que le POP revenait toujours avec "les mêmes salades", mais que cette persévérance était nécessaire pour changer les esprits. Il a pris l'exemple de l'initiative populaire sur la gratuité des transports publics dans le canton de Vaud, dont la récolte de signatures n'a "jamais été aussi facile", a-t-il noté. "Nous arriverons aux 12'000 signatures et le peuple pourra se prononcer", a-t-il dit.

Parmi les autres axes du programme, Céline Misiego a relevé qu'il était "grand temps" que le canton de Vaud se mette au salaire minimum, face notamment à "l'ubérisation de plusieurs corps de métier." Elle a aussi soutenu une caisse maladie publique pour mettre fin au système actuel, qu'elle a jugé "désuet et nocif". La campagne du POP défendra aussi des hôpitaux publics et de proximité, a-t-elle ajouté.

Autre "combat de longue date", le taux unique d'imposition communal doit mettre fin "aux disparités colossales" selon les communes, a relevé Vincent Keller. Il a rappelé, à ce titre, que le Grand Conseil devait encore se prononcer sur son initiative parlementaire, déposée fin 2020.

Avec ces différentes thématiques, le POP souhaite proposer "une alternative à 20 ans de majorité dite de gauche au Conseil d'Etat", a résumé Anaïs Timofte. Des autorités qui, selon elle, n'ont pas amélioré le pouvoir d'achat de la grande majorité de la population, ni répondu à l'urgence climatique.

Avant le POP, plusieurs autres partis ont dévoilé leurs candidats. Le PS présente ses ministres sortantes Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz, qui feront liste commune avec le Vert Vassilis Venizelos. Le PLR lance Christelle Luisier, Isabelle Moret et Frédéric Borloz, tandis que l'UDC mise sur Michaël Buffat. EàG part avec Elodie Lopez, Taraneh Aminian, Gabriella Lima, Mathilde Marendaz et Hadrien Buclin.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Élections cantonales vaudoises

Les Libres vaudois visent aussi le château Saint-Maire

Publié

le

La conseillère communale de Bex et membre du Grand Conseil Circé Barbezat-Fuchs se lance dans la course au château Saint-Maire. (Archives © KEYSTONE/Valentin Flauraud)

La période des annonces de candidatures au Conseil d'Etat vaudois continue. C'est au tour du rassemblement indépendant des Libres de partir à la course au château Saint-Maire en lançant une députée au Grand Conseil et conseillère communale.

Les Libres lancent donc également une candidate au Conseil d’Etat. La députée et conseillère communale de Bex Circé Barbezat-Fuchs sera la représentante de ces mouvements indépendants dans la course au Château Saint-Maire. Elue au Grand Conseil, l’archéologue de formation fera campagne sous le drapeau des rassemblements indépendants. Circé Barbezat-Fuchs, candidate au Conseil d’Etat

Circé Barbezat-FuchsCandidate des Libres au Conseil d'Etat

Conseillère communale à Bex, les relations entre cantons et les communes sont forcément importantes dans le programme de Circé Barbezat-Fuchs :

Circé Barbezat-FuchsCandidate des Libres au Conseil d'Etat

L’archéologue de formation de 32 ans fera campagne tout en étant enceinte. Elle attend son premier enfant pour fin février. Un obstacle ni pour la candidate, ni pour les Libres.

Circé Barbezat-FuchsCandidate des Libres au Conseil d'Etat

Le premier tour des élections cantonales vaudoises se dérouleront le 20 mars 2022.

Continuer la lecture

Élections cantonales vaudoises

Le Centre lance Valérie Dittli pour la course au Conseil d'Etat

Publié

le

Valérie Dittli, présidente de la section vaudoise du Centre, se lance sur le ticket de la droite au Conseil d'Etat. (Archives © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Valérie Dittli est la candidate du Centre pour l’élection au Conseil d’Etat vaudois. Hier soir, la juriste d’origine zougeoise et présidente de la section cantonale a été désignée par la base du parti. Elle rejoint ainsi le ticket de droite, aux côtés des candidats du PLR et celui de l’UDC.

Le Centre lance donc sa présidente cantonale dans la bataille pour le Conseil d'Etat. C'est Valérie Dittli, 28 ans, qui représentera le parti, déjà annoncé sur un ticket commun de la droite. Une stratégie qui vise à renverser la majorité de gauche au Château Saint-Maire.

Un ticket qui va permettre au parti de se montrer et de présenter ses idées. Valérie Dittli, candidate du Centre au Conseil d’Etat

Valérie DittliCandidate du Centre au Conseil d'Etat

Valérie Dittli le souligne : elle a moins de 30 ans. Elle souhaite par cette candidature représenter les jeunes, et amener sa vision au ticket de la droite :

Valérie DittliCandidate du Centre au Conseil d'Etat

Le Centre veut aussi profiter de ces élections de mars prochain pour reprendre des sièges au Grand Conseil.

Valérie DittliCandidate du Centre au Conseil d'Etat

Le parti du Centre ne dispose actuellement d’aucun élu au Grand Conseil vaudois. Valérie Dittli espère pouvoir conquérir au moins cinq sièges :

Valérie DittliCandidate du Centre au Conseil d'Etat

Valérie Dittli rejoint ainsi sur le ticket de droite l'UDC Michaël Buffat ainsi que les PLR Isabelle Moret, la sortante Christelle Luisier ainsi que Frédéric Borloz. Le premier tour est fixé au 20 mars 2022.

Continuer la lecture

Élections cantonales vaudoises

Trois Vert'libéraux se lancent dans la course au Conseil d'Etat

Publié

le

Les Verts'libéraux ont choisi Cloé Pointet, Jerome De Benedictis et Graziella Schaller pour la course au Conseil d'Etat vaudois.

Ils sont trois. Trois Vert’libéraux à se lancer dans la course au Conseil d’Etat vaudois. Graziella Schaller, Cloé Pointet et Jerome De Benedictis ont été choisis hier soir lors d'une assemblée générale à huis clos.

Les Vert’libéraux vaudois en veulent. Le parti lance trois candidats dans la course au Conseil d’Etat de mars prochain. Graziella Schaller, Cloé Pointet et Jerome De Benedictis ont été choisis hier soir lors d'une assemblée générale à huis clos. Il y a les deux députées Graziella Schaller, 65 ans, et Cloé Pointet, 22 ans. Quant à Jerome De Benedictis, il est, à 32 ans, syndic d'Echandens depuis 2018. Avec une liste de trois membres, le parti cantonal, qui a bien réussi ses élections communales cette année, fait une offensive remarquée. Claire Richard, présidente des Vert'libéraux vaudois:

Claire RichardPrésidente des Vert'libéraux vaudois

Pour la candidate Graziella Schaller, partir à trois, n’est pas un pari particulièrement osé:

Graziella SchallerDéputée au Grand Conseil et candidate au Conseil d'Etat vaudois

Sur la question des alliances, là aussi, le parti a tranché. Claire Richard, présidente des Vert'libéraux vaudois:

Claire RichardPrésidente des Vert'libéraux vaudois

On le rappelle, en 2017, le ticket commun de l’UDC Jacques Nicolet et de la Vert’libérale Isabelle Chevalley au second tour n’avait pas porté ses fruits.

Nouvelles figures de proue

Avoir des candidats "locomotive", c’est un peu ce qui manque au parti. Notamment au regard de la retraite politique de la figure de proue et co-fondatrice des Vert’libéraux vaudois Isabelle Chevalley cette année. Oui, mais c’est en train de changer selon la présidente des Vert’libéraux vaudois Claire Richard:

Claire RichardPrésidente des Vert'libéraux vaudois

Active en politique depuis de nombreuses années, Graziella Schaller siège depuis 2012 au Grand Conseil. Pourquoi se lancer maintenant dans la course à l’exécutif cantonal?

Graziella SchallerDéputée au Grand Conseil et candidate au Conseil d'Etat vaudois

Le groupe du Grand Conseil est formé de neuf Vert’libéraux aujourd’hui. Le parti espère grimper à une quinzaine de sièges après les élections.

Pour rappel, quinze autres candidats se sont déjà engagés dans la course au Conseil d'Etat. Le PS présente ses ministres sortantes Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz. Elles feront liste commune avec le Vert Vassilis Venizelos. Le PLR lance pour sa part Christelle Luisier, Isabelle Moret et Frédéric Borloz, tandis que l'UDC mise sur Michaël Buffat. Le POP fait confiance à Céline Misiego et Vincent Keller, alors que l'autre formation de la gauche radicale, Ensemble à Gauche, part avec Elodie Lopez, Taraneh Aminian, Gabriella Lima, Mathilde Marendaz et Hadrien Buclin.

Continuer la lecture

Élections cantonales vaudoises

Le programme empreint de liberté et de durabilité des PLR

Publié

le

Frédéric Borloz, à gauche, Christelle Luisier, au centre, et Isabelle Moret, à droite, les trois candidats posent lors du lancement de la campagne électorale du PLR Vaud pour les élections cantonales vaudoises. (©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les trois candidats PLR au Conseil d'Etat vaudois ont présenté les grandes thématiques qui vont rythmer leur campagne jusqu'aux élections de mars prochain. Un programme dominé par l'urgence climatique.

Christelle Luisier, Isabelle Moret et Frédéric Borloz. Les trois candidats PLR au Conseil d'Etat vaudois ont donné le coup d’envoi de leur campagne. Vendredi, ils ont présenté les grandes thématiques qui vont rythmer leur campagne jusqu'aux élections de mars prochain. Avec pour valeur-phare la liberté, ils plaident pour une croissance qualitative. Définition de la liberté selon les PLR avec les trois candidats au Conseil d’Etat vaudois:

Christelle LuisierConseillère d’Etat en charge des institutions et du territoire et candidate à sa réélection, VD
Isabelle MoretCandidate au Conseil d’Etat et conseillère nationale, VD
Frédéric BorlozCandidat au Conseil d'Etat et conseiller national, VD

Mobilité, numérisation, système de santé ou conciliation entre vie familiale et professionnelle sont quelques-unes des thématiques que porteront les trois candidats durant la campagne. Pour la Conseillère d’Etat en charge des institutions et du territoire et candidate à sa réélection Christelle Luisier, la durabilité doit figurer au coeur de l'ensemble des politiques publiques:

Christelle LuisierConseillère d’Etat en charge des institutions et du territoire et candidate à sa réélection, VD

Devant la presse, c’est l’agriculture qu’a choisi de défendre Frédéric Borloz, candidat au Conseil d'Etat et conseiller national PLR:

Frédéric BorlozCandidat au Conseil d'Etat et conseiller national, VD

Quant à Isabelle Moret, elle s'est positionnée sur la santé. Un domaine dont les coûts ne cessent de fâcher la population. On écoute la candidate PLR au Conseil d’Etat et conseillère nationale:

Isabelle MoretCandidate au Conseil d’Etat et conseillère nationale, VD

C'est à l’espace de coworking de Gotham qu'ils ont lancé la campagne. En quoi cet endroit est-il symbolique de ce qu’ils veulent défendre?

Isabelle MoretCandidate au Conseil d’Etat et conseillère nationale, VD

Objectifs du parti

Pour la première fois depuis longtemps, le PLR va devoir faire une élection cantonale sans les deux figures de proue Pascal Broulis et Philippe Leuba, respectivement 20 ans et 15 ans de Conseil d’Etat vaudois au compteur. Quels sont les objectifs de ces cantonales, c’est la question posée à Quentin Racine, vice-président du PLR Vaud:

Quentin RacineVice-président du PLR Vaud

Au printemps de cette année, les PLR n’avaient pas rempli leurs objectifs lors des communales, notamment dans les grandes villes. Sont-ils inquiets?

Quentin RacineVice-président du PLR Vaud

Le premier tour de l'élection au Conseil d'Etat se tiendra le 20 mars prochain. On ne sait pas encore si le PLR partira seul, ou s'il s'alliera avec une autre formation, par exemple l'UDC, les Vert'libéraux ou le Centre.

Les candidats PLR seront notamment opposés au ticket rose-vert, composé des trois socialistes sortantes Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz ainsi que du député des Verts Vassilis Venizelos.

Continuer la lecture

Élections cantonales vaudoises

Vassilis Venizelos seul Vert en lice pour le Conseil d'Etat vaudois

Publié

le

Les Verts lancent Vassilis Venizelos dans la course au Conseil d'Etat vaudois (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les Verts lancent Vassilis Venizelos dans la course au Conseil d'Etat vaudois. A une écrasante majorité, ils ont renoncé samedi à présenter un ticket à deux. L'écologiste fera liste commune avec les trois socialistes sortantes pour conserver une majorité de gauche.

Le parti a plébiscité cette formule à 3 + 1 - trois PS plus un Vert - qui a permis à la gauche de déternir la majorité au Conseil d'Etat depuis dix ans. La direction, et les alliés socialistes, militaient pour cette stratégie en vue de l'élection du 20 mars.

Expérimenté et rassembleur, Vassilis Venizelos, 44 ans, était le favori pour briguer la succession de Béatrice Métraux, qui ne se représente pas. Il a été choisi par 151 voix sur 174. Le député Maurice Mischler était également sur les rangs.

"Le temps presse"

Vassilis Venizelos a énuméré ses priorités environnementales et sociales. Avec en premier lieu, l'urgence climatique: "le temps presse, nous devons faire plus", a déclaré l'Yverdonnois, député depuis 14 ans et conseiller communal depuis 25 ans.

Le candidat soutient un renforcement du service public, en particulier du système de santé, qui a joué un rôle-clé lors de la pandémie. Il veut s'engager pour une "égalité de fait, et lutter contre le sexisme, le racisme, l'homophobie ou la transphobie", a-t-il déclaré. "Avec mon coeur, mes idées, je suis prêt à entrer en campagne. La défaite n'est pas une option, nous avons une obligation de résultats", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Davantage d'ambition

Quelques voix se sont élevées pour demander que le parti, poussé par la vague verte, fasse preuve de davantage d'ambition et présente deux candidats. Le député et ancien syndic d'Epalinges, Maurice Mischler, s'était mis à disposition. Vu l'urgence climatique, il a fait valoir que deux Verts n'étaient pas de trop pour défendre les valeurs écologistes. Glissant au passage que "le gouvernement actuel n'est pas satisfaisant en matière environnementale".

Cette stratégie n'a pas convaincu, car jugée trop risquée. Les trois conseillères d'Etat sortantes présentent un bon bilan et pourraient passer dès le premier tour, laissant potentiellement les deux Verts seuls au deuxième tour, a relevé la cheffe de groupe Rebecca Joly qui a demandé de "privilégier la sécurité".

Les délégués l'ont suivie par 157 voix contre 12 et 3 abstentions. Pour certains membres, il était en outre inconcevable que les Verts présentent deux hommes à cette élection.

Progresser au Grand Conseil

En 2022, l'enjeu principal est de renforcer la députation verte au Grand Conseil, où la gauche a une "réelle chance" de remporter la majorité, ou en tout cas de progresser, selon le président de parti Alberto Mocchi. Les Verts ont cinq ans pour préparer l'avenir et présenter deux candidats en 2027, ont réclamé quelques voix.

Carmen Tanner, co-syndique d'Yverdon-les-Bains, a plaidé pour l'alliance avec les socialistes. "J'entends l'urgence climatique actuelle, mais elle ne doit pas nuire à notre capacité fédératrice. Nous devons ensemble rafler la mise", a-t-elle dit à ceux qui critiquaient la tiédeur verte de certains élus socialistes.

Avec les socialistes

La semaine dernière, les socialistes ont relancé, par acclamation, leurs trois sortantes dans la course au Conseil d'Etat. Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz devraient facilement repartir pour un tour au sein de l'exécutif.

Le PLR, qui détient actuellement trois sièges, présente trois candidats: la sortante Christelle Luisier ainsi que les conseillers nationaux Isabelle Moret et Frédéric Borloz. L'UDC part avec Michaël Buffat. Ensemble à Gauche (EàG) lance cinq candidats. Premier verdict le 20 mars, après le premier tour.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Certains solitaires sont sur le point de faire une rencontre des plus passionnée. Quelque chose d’inoubliable se prépare…

Les Sujets à la Une

X