Rejoignez-nous

Vaud

Les professionnels de l'enfance en colère

Publié

,

le

Plusieurs centres vaudois de vie enfantine ont débrayé ou mis sur pied des actions mardi pour exprimer leur mécontentement face à l'assouplissement des normes d'encadrement du parascolaire. En soirée, un cortège de professionnels, parents et syndicat (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personnel de l'enfance, syndicats, parents: ils étaient nombreux mardi à pousser un coup de gueule contre l'assouplissement prévu des normes d'encadrement du parascolaire vaudois. Plusieurs établissements ont fait la grève.

Mardi soir, un rassemblement organisé dans la capitale vaudoise a réuni 9000 personnes selon un décompte de Keystone-ATS et 8000 selon la police lausannoise sous le slogan "Vaud cancre du parascolaire?". Les participants, parmi lesquels de nombreuses familles, ont scandé: "La qualité, le respect ce n'est pas sorcier. C'est pas trop tard, à nous de jouer." Sur les pancartes, on pouvait lire "L'enfant est notre priorité, pour vous c'est le blé" ou "La prise en charge des enfants n'est pas un jeu".

Durant la journée, plusieurs structures de garde ont par ailleurs débrayé ou mené diverses actions. Dans la capitale vaudoise, des mouvements de grève ont ainsi été observés aux quatre coins de la ville. "Sur la quinzaine de centres de vie enfantine municipaux, la moitié ont débrayé toute la journée. L'autre dès 16h00", indique à Keystone-ATS Maria Pedrosa, secrétaire syndicale au SSP Vaud.

Port de brassards

Au niveau des crèches privées subventionnées, certaines ont fait la grève toute ou partie de la journée. A quoi s'ajoutent des stands, la distribution de flyers ou le port de brassards. Du côté des APEMS (Accueil pour enfants en milieu scolaire de 6 à 12 ans), tous ont indiqué débrayer dans l'après-midi.

Dans le reste du canton, des établissements se sont aussi mobilisés. Certains ont fermé leurs portes pour quelques heures ou plus. "Mais un service minimum était toujours assuré", poursuit la secrétaire syndicale.

Moins de diplômés

Les manifestations s'opposent fermement à la décision de l'Etablissement intercommunal pour l'accueil parascolaire primaire (EIAP) d'augmenter le nombre d'enfants pris en charge par les professionnels. Jusqu'ici, une éducatrice diplômée pouvait par exemple encadrer 12 enfants de 6 à 10 ans. Dès le 1er janvier prochain, ils pourront être 15 sous sa responsabilité.

Pour les 10 à 12 ans, le taux d'encadrement passera d'un adulte pour 15 têtes blondes à un pour 18. Le nouveau cadre prévoit aussi de favoriser l'engagement d'auxiliaires moins formés et par conséquent moins bien rémunérés. Car c'est bien l'argument du coût que l'EIAP met en avant.

Finances plombées

Dans un communiqué, l'organisme souligne que le niveau actuel d'exigence de l'accueil parascolaire croît et pèse de plus en plus lourd sur les finances communales. Autre argument: l'offre parascolaire doit offrir aux parents des solutions leur permettant de s'adapter à un marché du travail qui exige toujours plus de souplesse et de disponibilité.

Interrogée sur l'aspect des coûts, Maria Pedrosa souligne qu'aucune évaluation chiffrée des économies que permettrait ce nouveau cadre n'a été fournie. Et puis "ce n'est pas aux enfants de payer les décisions fiscales des communes".

Possibles aménagements

La secrétaire syndicale ne se dit pas opposée à de possibles aménagements pour certaines communes, mais refuse que le cadre général soit revu à la baisse. Si le message envoyé mardi n'est pas entendu, les opposants décideront lors d'une prochaine assemblée de la suite des mesures de lutte.

Rappelons que la pétition lancée contre ce nouveau cadre avait recueilli plus de 12'000 signatures. Reste que d'après l'EIAP, elle "manque sa cible" puisque l'association a modifié certaines propositions dans le cadre de la consultation.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Des souvenirs de la Fête des Vignerons à découvrir à Vevey

Publié

le

Le Musée de la Confrérie des Vignerons à Vevey une plongée dans les souvenirs récoltés pendant les douze fêtes des vignerons (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Musée de la Confrérie des Vignerons à Vevey propose une nouvelle exposition temporaire. "Vendanges de souvenirs, Fêtes des Vignerons 1797-2019" est à découvrir dès jeudi et jusqu'au 30 novembre 2023.

Dès ses premières éditions, la Fête des Vignerons a suscité un engouement exceptionnel. Bien avant l'avènement de la photographie, gravures, dessins et premiers objets promotionnels se sont multipliés.

Nombreux sont ceux qui ont gardé précieusement leur billet d'accès aux estrades, leur programme ou les articles des gazettes décrivant l'ambiance dans la ville et le spectacle. Ces petits trésors, précieux ou modestes, ont été transmis dans les familles de génération en génération.

L'exposition en propose une sélection non exhaustive. Ils éclairent autant sur les spectacles que sur les goûts et les intérêts des générations successives qui ont vécu, joué, chanté, dansé et assisté aux douze Fêtes entre la fin du 18e et le début du 21e siècle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Un duel gauche-droite pour le deuxième tour à Nyon

Publié

le

La Verte Valerie Mausner Léger représentera la plateforme de gauche lors du deuxième tour à l'élection à la Municipalité de Nyon (VD) (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Deux candidats restent en lice pour le deuxième tour de l'élection complémentaire à la Municipalité de Nyon le 26 février. La Verte Valérie Mausner Léger et le PLR Olivier Riesen se disputeront le siège laissé vacant par la démissionnaire écologiste Elise Buckle.

Le dépôt des listes mardi n'a pas réservé de surprise. Seuls Valérie Mausner Léger et Olivier Riesen se représentent, a indiqué la Ville sur son site internet. Le tirage au sort a attribué la première place dans l'ordre de présentation des listes à la Verte et la deuxième au PLR.

Le scrutin reste très ouvert. Dimanche, la représentante de la plateforme de gauche est arrivée en tête du scrutin avec 1209 suffrages. L'avocat et président de la section locale du PLR suivait avec 961 voix.

L'UDC Sacha Soldini qui se présentait sous une étiquette indépendante a fini en troisième position avec un score de 745 voix. Il a annoncé lundi se désister afin de ne pas offrir un boulevard à la gauche et de ne pas diviser les votes de la droite. Ses suffrages pourraient donc en grande partie revenir au candidat PLR.

Report de voix incertain

Hors parti, l'ancien journaliste sportif Pierre-Alain Dupuis - qui avait été par le passé conseiller communal sous la bannière verte - avait récolté 545 suffrages. Il a jeté l'éponge sans donner de mot d'ordre à ses électeurs. Le parti du popiste Jay Reuter (341 voix) qui s'est également retiré de la course a annoncé de son côté se rallier à la candidature de Valérie Mausner Léger.

Pour mémoire, six candidats étaient en lice dimanche dernier lors du scrutin complémentaire organisé pour repourvoir le poste laissé vacant par Elise Buckle. Le mandat de l'écologiste s'était officiellement achevé en décembre, après plusieurs mois de suspension et de conflit avec les autres membres de la Municipalité nyonnaise.

Actuellement, l'exécutif, à majorité rose-verte, est composé du syndic Daniel Rossellat (hors parti), de Roxane Faraut (PLR), de Pierre Wahlen (Vert), de Claude Uldry (parti indépendant nyonnais), de Stéphanie Schmutz et d'Alexandre Démétriadès (tous deux PS).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Education numérique: députés favorables malgré certaines "craintes"

Publié

le

Le Grand Conseil vaudois a validé les crédits permettant de poursuivre le chantier de l'école numérique (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Grand Conseil vaudois a accepté de débloquer 48 millions de francs pour poursuivre le chantier de l'éducation numérique. Cette somme comprend 36 millions visant notamment à former les enseignants et 12 millions pour financer divers équipements et infrastructures (tablettes, Wi-Fi, etc).

Alors que 30 millions ont déjà été octroyés en 2019, au moment où l'éducation au numérique a été lancée dans le canton, ces deux nouveaux crédits vont permettre d'initier une deuxième phase, dite de "consolidation et déploiement".

Mardi lors du premier débat, les députés ont globalement réservé un bon accueil au projet du Conseil d'Etat. Un gouvernement représenté par le ministre de la formation, Frédéric Borloz, qui a souligné la "responsabilité" du Canton de donner "les bons outils" aux élèves face à la numérisation de la société.

Cette vision a été suivie par la grande majorité des députés, dont certains ont toutefois partagé certaines "craintes". Elles concernent notamment l'impact environnemental du projet (consommation d'énergie accrue, achats de nombreux équipements) et son effet sur la santé des élèves de plus en plus exposés aux écrans.

Des questions relatives à la sécurité des données, au coût financier et aux effets sur l'apprentissage des écoliers ont aussi été soulevées.

Rapport d'évaluation

Pour Frédéric Borloz, ces questions sont "légitimes". Il s'est ainsi montré ouvert à un amendement de la socialiste Carine Carvalho, demandant au Conseil d'Etat d'établir, avant 2025, "un rapport d'évaluation" sur les différentes répercussions du projet, du point de vue pédagogique, environnemental ou sur la santé des élèves.

"Il y a une grande adhésion sur l'objectif poursuivi par le projet, mais des zones d'ombre persistent. Si nécessaire, des mesures de correction doivent pouvoir être prises", a expliqué la députée, dont l'amendement a été largement accepté.

Au final, les deux crédits ont été plébiscités par le Grand Conseil. Un deuxième débat sera néanmoins encore nécessaire pour les valider définitivement.

Sur cinq ans

Pour mémoire, selon la feuille de route du Canton, le déploiement de l'éducation numérique est prévu jusqu'à l'année scolaire 2027-2028. D'ici la fin de l'année scolaire en cours, 52 établissements obligatoires (sur 93), soit environ 36'000 élèves et 4000 enseignants, seront déjà concernés par cette réforme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

La droite ne veut pas de "propagande syndicale" à l'école

Publié

le

La résolution de Florence Bettschart-Narbel dénonçant "la propagande syndicale" dans un gymnase lausannois a été acceptée mardi par le Grand Conseil (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le conflit entre la fonction publique vaudoise et le Conseil d'Etat s'est à nouveau invité mardi devant le Grand Conseil. En cause: "un tract de propagande syndicale" (pour la droite), "une lettre d'information" (pour la gauche), distribué dans un gymnase lausannois.

C'est une résolution de Florence Bettschart-Narbel, rédigée au nom de son parti du PLR mais aussi de l'UDC et des Vert'libéraux, qui a lancé les débats. La députée a souhaité dénoncer le "tract" utilisé "en tout cas" au gymnase de la Cité, et "vraisemblablement" aussi dans celui de Beaulieu.

Dans ce texte, le personnel gréviste de l'école explique les raisons de la contestation de la fonction publique qui, depuis plusieurs semaines, réclame au Conseil d'Etat une pleine indexation des salaires.

Pour Florence Bettschart-Narbel, ce message est "uniquement orienté du point de vue syndical" et ne permet pas de mener un débat équilibré. Elle a déploré "une propagande" en milieu scolaire, ce qu'interdit la Constitution vaudoise.

"L'école doit être un sanctuaire d'apprentissage, pas un lieu de lutte syndicale et politique", a-t-elle martelé.

"Tentative d'enfumage"

Plusieurs députés de gauche se sont offusqués de cette démarche, à l'instar de Mathilde Marendaz (Ensemble à Gauche - POP) qui a dénoncé "l'absurdité totale de cette résolution". Elle a estimé qu'il n'était pas question d'un tract, mais d'une "lettre d'information" mise à disposition à l'entrée du gymnase, que les élèves étaient libres de prendre ou pas.

Pour le socialiste Julien Eggenberger, cette résolution vise à "restreindre la liberté d'expression" des enseignants. Tandis que son collègue de parti Jean Tschopp y a vu "une tentative d'enfumage" de la droite, visant à "détourner l'attention" des revendications salariales des enseignants.

Résolution acceptée

Pour le conseiller d'Etat en charge de la formation, Frédéric Borloz, le texte incriminé peut "clairement" être considéré comme de la propagande. Un courrier a ainsi été adressé à la direction du gymnase "pour que cela ne se produise plus."

Le ministre a toutefois appelé au calme, relevant notamment qu'il n'était pas question de lancer "une chasse aux sorcières".

Au vote, la résolution - une déclaration non contraignante adressée au Conseil d'Etat - a été suivie par 82 députés, tandis qu'ils ont été 48 à s'y opposer et 7 à s'abstenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Lors d’un échange, exposez vos conceptions… L’ambiance sera bonne et vous saurez mener la discussion habilement.

Les Sujets à la Une

X