Rejoignez-nous

Vaud

Les serpents de Lavaux prennent des vacances

Publié

,

le

Les serpents de Lavaux prennent des vacances. Jusqu’à la fin de l’été, 56 vipères et autres couleuvres ont été déplacées de leurs tas de bois et de pierres de long des voies de chemin de fer.

Une mesure prise pour préserver les reptiles durant les travaux sur la ligne CFF Lausanne – Puidoux-Chexbres… Pour y parvenir, l’ex-régie fédérale a fait appel à l’études et conseils en environnement Hintermann & Weber. Les explications de l’un de ses herpétologues, Johan Schurch :

Johan SchurchHerpétologue

La démarche vise à protéger les serpents, mais aussi les ouvriers. Johan Schurch :

Johan SchurchHerpétologue

L'herpétlogue nous explique quels types de serpents ont été attrapés :

Johan SchurchHerpétologue

Pouvait-il imaginer qu’autant de serpents vivaient près des rails ? Johan Schurch :

Johan SchurchHerpétologue

Les serpents seront relâchés après les travaux, à la fin septembre.

 

 

 

 

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Vaud: un premier abri PCi réquisitionné pour accueillir les migrants

Publié

le

L'abri de Clarens est réquisitionné dès mercredi. Image prétexte. (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Le canton de Vaud est saturé. La place manque afin d’accueillir les migrants qui sont attribués au Canton par la Confédération. Conséquence: les autorités vont devoir, comme annoncé début novembre, recourir aux abris de protection civile. Une structure va être ouverte ce mercredi sur le sol montreusien. Il s’agit de l’abri de Vinet, à Clarens.

Saturé, le canton de Vaud renforce ses capacités d’accueil. Le Conseil d’Etat a annoncé début novembre qu’il sera nécessaire de recourir à des abris de protection civile afin de faire face à l’afflux de migrants, notamment venus d’Ukraine. Et s’il n’avait pas précisé quelles communes seraient concernées, on sait désormais que Montreux fait partie des sites sélectionnés. La commune mettra à disposition l’abri de Vinet, à Clarens dès ce mercredi. Selon Jacqueline Pellet, municipale chargée de la cohésion sociale, le choix du canton et de l’EVAM s’est porté sur Montreux presque naturellement. Elle nous explique pourquoi.

Jacqueline PelletMunicipale montreusienne chargée de la cohésion sociale

Une cellule "accueil"

Montreux est donc déjà rôdée à l’exercice de l’hébergement avec son expérience de 2015. La commune s’est d’ailleurs dotée d’une cellule « accueil ».  Jacqueline Pellet.

Jacqueline PelletMunicipale montreusienne chargée de la cohésion sociale

En complément de l’abri montreusien, l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants mettra une autre structure à disposition pendant la journée. Les précisions d’Erich Dürst, directeur de l’EVAM.

Erich DürstDirecteur de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants

Pas d'autre abri prévu

Les capacités d’accueil du canton étant à saturation, l’ouverture d’autres abris sera-t-elle nécessaire ? On retrouve une dernière fois Erich Dürst.

Erich DürstDirecteur de l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants

Continuer la lecture

Vaud

Un virus virulent pour la tomate fait son apparition sur Vaud

Publié

le

Inoffensif pour l'homme, cette maladie apparue en 2021 en Suisse peut entraîner une perte totale de rendement pour le producteur.(Image prétexte © KEYSTONE/Gaetan Bally)

Le virus du fruit rugueux brun de la tomate, appelé aussi "virus de Jordanie", a fait son apparition dans le canton de Vaud, ont indiqué mardi les autorités sanitaires. Inoffensif pour l'homme, il s'attaque aux tomates, poivrons, aubergines et certaines adventices. Cette maladie apparue en 2021 en Suisse peut entraîner une perte totale de rendement pour le producteur.

Elle a été mise en évidence début septembre sur Vaud lors d'échantillonnages effectués dans le cadre de la surveillance du territoire par l'Inspectorat phytosanitaire cantonal, précise ce dernier dans un communiqué. "Les moyens de lutte déployés actuellement contre cette maladie consistent à éliminer les plantes malades et à augmenter les mesures sanitaires sur l'exploitation par une désinfection systématique afin d'éviter toute dissémination".

A la suite d'une infestation par le virus, les fruits développent généralement des taches brunes et ridées, subissent une altération de la coloration (marbrures, zones avec retard de maturation) et ne peuvent plus être commercialisés. Selon les situations, la plante finit par mourir et la perte de rendement peut atteindre 100%, explique l'Inspectorat.

Détecté en 2014 au Proche-Orient

Le Tomato Brown Rugose Fruit Virus (ToBRFV) est une maladie originaire de Jordanie et d'Israël, où elle a été détectée pour la première fois en 2014, d'où sa dénomination de "virus de Jordanie". Des épidémies ont éclaté dans plusieurs zones de production de tomates dans le monde. En Europe, la maladie est apparue pour la première fois en 2018 en Allemagne. Grâce à des mesures de quarantaine et d'éradication, le virus a pu être éliminé.

Depuis janvier 2020, l'agent pathogène est considéré en Suisse comme un organisme de quarantaine potentiel et il est surveillé par les services phytosanitaires cantonaux. Le virus a été détecté pour la première fois en Suisse en 2021 dans le canton de Thurgovie.

A la suite de la découverte de la maladie sur le territoire vaudois, un groupe de travail piloté par l'Inspectorat phytosanitaire cantonal avec l'Office technique maraîcher (OTM Vaud et Genève), Agroscope à Changins et l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) a été mis sur pied pour gérer ce premier cas, indique-t-on encore.

"Les mesures urgentes ont immédiatement été prises en collaboration avec le producteur concerné. L'objectif est de mettre en œuvre, sur l'exploitation, toutes les actions pour limiter l'expansion du virus et empêcher sa dissémination en vue de son éradication", affirme le Canton.

Continuer la lecture

Économie

Le vaudois Bétontec dépose le bilan, collaborateurs et usine repris

Publié

le

Les 25 employés du site de Villeneuve devraient pouvoir conserver leur emploi auprès du repreneur (photo symbolique). (© Keystone/GAETAN BALLY)

La concurrence d'outre-Rhin, des pertes liées à la pandémie de Covid et le renchérissement des matières premières auront eu raison de Bétontec Gram. L'entreprise basée à Villeneuve spécialisée dans la production d'éléments préfabriqués en béton va mettre la clé sous la porte à la fin de l'année.

"Nous ne pouvions plus concurrencer les gros acteurs présents en Suisse alémanique produisant des volumes dix fois plus élevés que les nôtres", explique mardi dans les colonnes de La Liberté son administrateur délégué Julien Lasserre. En 2021, Bétontec avait déjà dû se séparer de près de la moitié de ses 40 collaborateurs et cesser de produire les piliers préfabriqués en béton qui étaient sa spécialité.

L'entreprise est cependant parvenue à céder - pour un montant non dévoilé - son usine au Neuchâtelois MFP Préfabrication. "La vente de nos actifs va nous permettre de faire face à tous nos engagements et de développer de nouveaux produits sur notre site français", a poursuivi le responsable. Le groupe suisse LSR Bétons Holding, propriétaire de Bétontec depuis 2012, possède également un site de production en France voisine.

Les 25 employés du site de Villeneuve devraient pouvoir conserver leur emploi auprès du repreneur. "Cela faisait deux ans que nous cherchions un lieu où étendre nos activités", a confié au quotidien fribourgeois Noémie Carera, codirectrice de MFP Préfabrication.

L'acquisition du site de 30'000 m2 devrait permettre à l'entreprise sise à La Tène d'accroître sa production de moitié et "à moyen terme, doubler le nombre de collaborateurs sur place tout en conservant tous les postes actuels", assure la responsable. Le groupe neuchâtelois s'est spécialisé dans les éléments de façade, un produit très demandé et pour lequel la concurrence est nettement moins forte, à en croire Mme Carera.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Affaire Ambros Baumann: le recours de Julius Baer est admis

Publié

le

La décision du Tribunal fédéral libère la banque Julius Baer de toute responsabilité vis-à-vis des anciens clients du financier Ambros Baumann (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Tribunal fédéral admet le recours de Julius Baer dans son conflit avec des investisseurs lésés par Ambros Baumann. Ces derniers estiment que la banque a failli à son devoir en ne détectant pas les transactions douteuses effectuées par l'homme d'affaires bâlois.

Dans un arrêt publié mardi, la 1ère Cour de droit civil annule une décision de la justice genevoise tendant à un complément d'instruction. Cette dernière estimait qu'après avoir été sollicitée par les autorités bâloises en 2006, la banque aurait dû réaliser "le caractère insolite des transactions accomplies sur les comptes" ouverts par Ambros Baumann.

Le Tribunal fédéral rappelle qu'aucune action illicite engageant la responsabilité de la banque n'a pu être établie dans la mesure où aucune intention délictueuse ne peut être reprochée à ses collaborateurs. Pour que l'établissement ait à répondre des dommages subis par les clients d'Ambros Baumann, il aurait fallu que des employés aient volontairement agi de manière illégale.

Un simple gérant de fortune

Ambros Baumann avait ouvert deux comptes auprès de Julius Baer en 1999 et en 2004. Il avait prétendu que ces comptes serviraient à recueillir les commissions de son activité de gérant de fortune indépendant. En aucun cas, ils ne devaient accueillir les avoirs de ses clients. La banque avait classé le financier comme une relation à faible risque dans son système informatique de surveillance.

En réalité, le financier bâlois pratiquait l'escroquerie à large échelle, finançant les intérêts dus à ses premiers clients par les dépôts des nouveaux selon le système de la "boule de neige". Les pertes subies par les investisseurs se sont élevées à plus de 70 millions de francs. Le décès d'Ambros Baumann le 30 décembre 2007 a mis un terme à l'action pénale.

En 2003 déjà, La Poste avait fait part de ses soupçons au Bureau de communication en matière de blanchiment (MROS). Une procédure pénale avait été ouverte l'année suivante par les autorités de Bâle-Campagne qui avait débouché en 2006 par une demande de renseignement auprès de la banque Julius Baer.

Obligation de diligence

Après une enquête interne approfondie, l'établissement s'était dénoncé spontanément auprès de la Commission de surveillance chargée de faire respecter l'obligation de diligence des banques. Cette dernière avait prononcé une amende de 230'000 francs pour violation de la Convention de diligence.

La commission soulignait qu'un système de surveillance incapable d'identifier la nature insolite des transferts effectués par un client tel qu'Ambros Baumann ne remplissait pas les exigences de la convention. L'enquête avait révélé en effet que plus de 1300 entrées et sorties totalisant plus de 50 millions de francs avaient été effectuées sur les deux comptes entre 2003 et 2007.

Dès 2014, plusieurs dizaines de clients lésés par le financier ont attaqué la banque Julius Baer devant la justice genevoise. Ils avaient été déboutés en première instance, avant que la Cour de justice n'ordonne un complément d'instruction, lequel a été attaqué avec succès par l'établissement devant le Tribunal fédéral. (arrêt 4A_503/2020 du 16 novembre 2022)

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Faillite d'une société de taxis - Lancement d'un appel d'offres

Publié

le

ll a été décidé de soumettre à la procédure d'appel d'offres 15 concessions individuelles et 10 concessions pour les compagnies de taxis (archives). (© Keystone/OLIVIER MAIRE)

A la suite de la faillite d'une des quatre compagnies de taxis de la région lausannoise, un appel d'offres pour 25 concessions de taxis a été lancé mardi. Le délai pour la remise des offres est fixé au 3 janvier 2023, a indiqué l'Association de communes de la région lausannoise pour la réglementation du service des taxis.

Par décision du Tribunal d'arrondissement de Lausanne, la société Taxis Royal SA a été déclarée en faillite le 17 novembre 2022, précise l'association dans son communiqué. Cette société basée à Renens, une des quatre compagnies rattachées à la centrale d'appel"Taxi Services Sàrl", possédait 20 concessions.

Pour les réattribuer le plus rapidement possible, le comité de direction a choisi de lancer un appel d'offres pour 25 concessions au total. Il a été décidé de soumettre à la procédure d'appel d'offres 15 concessions individuelles et 10 concessions pour les compagnies. L'annonce sera publiée vendredi dans la FAO, puis dans deux médias régionaux et locaux, détaille l'association.

En décidant de réattribuer 25 concessions, le comité de direction répond au v½u des chauffeurs de taxis et au central d'appel. Il a en outre décidé d'organiser, avant Noël, avec l'Office régional du placement et la caisse chômage, une séance d'information pour les chauffeurs qui travaillaient pour la société en liquidation.

"C'est un événement malheureux qui touche potentiellement une quarantaine de chauffeurs", avait récemment réagi auprès de 24 heures Pierre-Antoine Hildbrand, président du comité de direction de l'association de communes et municipal lausannois de l'économie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X