Rejoignez-nous

Vaud

Pas dangereuse, la décharge de "La Vernette" est nécessaire

Publié

,

le

La Conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro rappelle la "nécessité" de la décharge de "La Vernette". (©KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Daillens ne veut toujours pas d’une décharge cantonale sur son sol. Le projet de La Vernette, qui fait partie du plan vaudois de gestion des déchets, est prévu sur un terrain à cheval sur les communes de Daillens et d'Oulens-sous-Echallens. Elle doit stocker les scories des usines d'incinération de Tridel à Lausanne et de la Satom à Monthey (VS), et doit être exploitée par le groupe de construction Orllati.

Lors d’un vote consultatif en mars dernier, les Daillenais ont dit NON à ce projet à plus de 90%.

Alors que la mise à l’enquête de cette décharge est en cours, cette semaine, l’Etat de Vaud en a rappelé la nécessité. Les acteurs du projet, communes comprises, ont été réunis autour de la Conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro pour faire le point. Si le canton juge l’ouverture de la Vernette « indispensable », sur place, à Daillens, l’opposition reste forte. La Municipalité va d’ailleurs faire opposition.

Mais le canton le dit haut et fort : les décharges actuellement en exploitation seront remplies à l'horizon 2024.

La Conseillère d’Etat en charge du territoire et de l’environnement, Jacqueline de Quattro :

Jacqueline de QuattroConseillère d'Etat, VD

Dans les faits, la décharge de La Vernette doit accueillir les résidus de terre de construction. Mais également 30'000 tonnes par année de mâchefers : les résidus solides créés par l’incinération des déchets à Tridel. C’est-à-dire ce que les Vaudois mettent dans leurs poubelles.

Explications de Jean-Daniel Lüthi, Président du Conseil d’administration de TRIDEL :

Jean-Daniel LüthiPrésident du Conseil d'administration, TRIDEL

Notez que le projet des Echatelards, près de Grandson a provoqué 1400 oppositions lors de sa mise à l’enquête. La décharge de la Vernette, à Daillens, est elle à l’enquête publique jusqu’au 12 juin.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Daillens toujours farouchement opposé à la décharge "La Vernette" | Radio LFM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Théâtre du Jorat: une saison 2024 entre rêves et utopies

Publié

le

Ariane Moret, directrice du Théâtre du Jorat à Mézières (VD). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La saison 2024 du Théâtre du Jorat se décline en 15 spectacles, du 24 mai au 20 septembre. La Grange Sublime, à Mézières (VD), propose un cocktail artistique allant de la danse au théâtre, en passant par la musique et les choeurs.

Plusieurs concerts sont au programme: Daniel Auteuil interprétera des musiques et des textes de son cru, Camille et Julie Berthollet fusionneront musique classique et pop, avec des morceaux de Queen ou des Beatles et Dominique A revisitera 30 ans de son répertoire accompagné des 40 musiciens de l'Orchestre de Chambre de Genève.

La saison 2024, plus courte et intense, s'ouvre le 24 mai avec "20'000 lieues sous les mers" de Jules Verne, un spectacle pour acteurs et marionnettes de Chistian Hecq et Valérie Lesort. Suivront "Fantasio" qui réunit une bande de jeunes acteurs puis, en août, "Désalpe", d'Antoine Jaccoud, où trois comédiennes et quatre musiciens racontent la détresse des hôteliers et moniteurs de ski face à la disparition de l'or blanc.

Plusieurs créations

Avec "Chapitres de la chute: la saga des Lehman Brothers", Thierry Romanens et les musiciens de Format A'3 raconteront avec truculence l'épopée capitaliste des frères Lehman. Le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui présentera "Nomad", une pièce créée en 2019 où dix danseurs explorent la difficulté de vivre dans le désert.

Plusieurs créations jalonneront cette saison, la deuxième sous la houlette d'Ariane Morin: "INRI" du musicien André Hahne qui réinvente la Passion selon Saint Jean de Bach, en version jazz, avec des danseurs, un choeur et le Sinfonietta, "Graals" de Luc Birraux en coproduction avec Le Grand Théâtre de Genève et la Haute Ecole de musique et une oeuvre chorale "Me voici nue".

La Grange Sublime, bâtiment de 1908 classé monument historique, est en cours de restauration jusqu'au printemps 2025. Cette année, les travaux se concentrent sur les jardins, où un pavillon avec terrasse et une arrière-scène modernisée sont en construction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Interdire toute relation sexuelle profs-élèves au postobligatoire

Publié

le

Les relations sexuelles entre enseignants et élèves majeurs ne sont pas interdites à l'école postobligatoire dans la plupart des cantons romands. Seul le canton de Genève applique une tolérance zéro à ce sujet et a édicté une directive claire en la matière (photo symbolique). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Dans le canton de Vaud, une motion veut interdire toute relation sexuelle entre enseignants et élèves majeurs à l'école postobligatoire. Porté par le député écologiste Yannick Maury et soutenu par des élus de tous partis, le texte a été déposé cette semaine au Grand Conseil.

"La situation actuelle est objectivement intolérable. C'est quand même un problème grave de ne rien avoir à ce sujet dans la loi", dit à Keystone-ATS Yannick Maury. A ses yeux, une telle interdiction est un "élément fondamental de la relation pédagogique."

La motion demande précisément au Conseil d'Etat "d'interdire explicitement au corps enseignant du secondaire 2 d'entretenir des relations intimes avec des élèves". Il s'agirait donc de modifier la loi sur l'enseignement secondaire supérieur (LESS) ou de procéder par voie de directive comme le Canton de Genève.

"Effet préventif évident"

"Une inscription noire sur blanc de cette interdiction pourrait en plus avoir un effet préventif évident, et permettre ainsi de contenir certains passages à l'acte", poursuit le député des Vert-e-s.

Les relations sexuelles entre enseignants et élèves majeurs ne sont pas interdites à l'école postobligatoire dans la plupart des cantons romands, rappelle le motionnaire. Seul Genève applique une tolérance zéro à ce sujet et a édicté une directive claire en la matière.

Le Département genevois de l'instruction publique (DIP) précise en effet que "le personnel enseignant doit adopter une distance adéquate eu égard au rôle d'autorité qu'ils et elles exercent sur les élèves" et que "tout comportement, même consenti, touchant l'intégrité sexuelle est proscrit".

Avantages et emprise

Si les élèves de l'école obligatoire sont de fait tous mineurs et que de telles relations y sont de facto proscrites, les élèves du postobligatoire atteignent la majorité en cours de scolarité, souligne encore M. Maury, lui-même enseignant.

"Si une liaison sexuelle librement consentie entre deux personnes adultes est tout à fait inattaquable sur le plan juridique, elle pose problème lorsque celle-ci a lieu dans le cadre d'un rapport hiérarchique direct ou indirect. En plus d'un ascendant évident qu'il existe dans cette situation, le risque de biais quant aux notes données ou décisions prises au sujet des élèves remet en cause la probité des instituts de formation dans leur ensemble", écrit-il.

"En effet, comment ne pas imaginer que celui ou celle qui partage une vie intime avec son élève ne l'avantage pas durant la correction de certaines épreuves, en plus d'exercer possiblement une certaine emprise sur cette personne?", questionne l'élu écologiste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Ed Wige, de l'EPFL au prix suisse de littérature

Publié

le

Artiste touche à tout, Ed Wige n'hésite pas à performer ses textes sur scène. ©Elena Gazzarrini

L'autrice basée à Renens Ed Wige a reçu un prix suisse de littérature. Son livre “Milch Lait Latte Mleko” mêle fiction et éléments autobiographiques. Rencontre.

Ces prix littéraires sont décernés par l’Office fédéral de la culture. Ed Wige a été récompensée aux côtés de 8 autres auteurs pour “Milch Lait Latte Mleko”, une novella qui mêle fiction et éléments autobiographiques.

"C'est l'histoire d'une petite fille qui arrive en Suisse avec sa maman à cause d'une guerre en Ex-Yougoslvie, raconte Ed Wige. On suit son parcours, les combines qu'elle doit mettre en place, l'accueil qu'on lui fait et comment elle va trouver un nouvel équilibre dans cette situation nouvelle."

Un livre qui s'inspire de la véritable histoire d'Ed Wige.

Ed WigeAutrice

"Créer sans se préoccuper de comment je vais vivre"

Adepte de l’écriture collective depuis plusieurs années, la Vaudoise signe avec ce livre sa première publication solo. Elle nous explique le processus.

Ed WigeAutrice

Les lauréats des Prix suisses de littérature ont été annoncés le 15 février. Dans le milieu culturel, pouvoir vivre de ses créations n'est pas toujours aisé. La littérature n'y échappe pas. Alors, quel est l’impact d’une telle distinction?

Ed WigeAutrice

Du "sérieux" à l'écriture

Si l'écriture et l'art ont toujours fait partie de sa vie, ce n'est que dans un deuxième temps qu'Ed Wige, de son vrai nom Danica Hanz, s'est autorisée à en faire son travail. "J'ai longuement hésiter à m'inscrire dans une école d'art, se souvient l'autrice. Mais comme toute bonne migrante qui voulait rassurer ses parents, je voulais quelque chose de sérieux, de solide."

Elle a notamment performé "Milch Lait Latte Mleko" avec Sarah Marie. ©Michel Bertholet

Elle s'est ainsi lancée dans des études en informatique à l'EPFL, puis en relations internationales. "À un moment donné, j'avais des jolis diplômes, qui rassuraient tout le monde. Et j'ai vu passé un appel pour l'Institut littéraire suisse."

Ed Wige, qui travaille dans un think tank dans les relations internationales à cette période, postule. "Et c'est passé. Alors il a fallu décider: est-ce que je change complétement de voie? Je me suis dit 'oui, tiens, pourquoi pas'", raconte-t-elle.

Guidée par l'instinct, elle a commencé à écrire, à rencontrer d'autres auteurs. "Je me suis sentie alignée avec mes envies", confie-t-elle. Aujourd'hui, Ed Wige se définit comme une explor-autrice. Mais ça veut dire quoi exactement?

Ed WigeAutrice

Elle affectionne particulièrement l'écriture à plusieurs mains. Elle fait partie de collectifs comme Particules, minikri ou AJAR. Mais Ed Wige est surtout touche à tout. Livres, théâtre ou encore vidéopoèmes font parties de son répertoire. Une manière d'éviter la routine?

Ed WigeAutrice

Ed Wige est peut-être revenue à ses premières amours en se lançant dans l'écriture. Mais son expérience dans les relations internationales transparait toujours dans son travail.

Ed WigeAutrice

"J'ai aussi compris que j'étais très suisse." Qu'entend l'autrice par là?

Ed WigeAutrice

Image : Julien Chavaillaz | Design graphique et direction artistique : Online

Avec le collectif AJAR, Ed Wige travaille en ce moment sur un projet en collaboration avec des auteurs basés à Hong Kong et Shangaï. Elle s'y rendra d'ailleurs à la mi-mars après des séances d'écriture via visioconférence. 

Elle travaille également sur d'autres textes, en solo. "Mais quand on écrit un texte, on est sur un temps long, c'est un marathon, explique l'autrice. Faut y travailler, puis le refroidir pendant quelques mois. Certains textes sont voués à exister, d'autres pas, donc c'est toujours dur de parler des textes à venir. On verra, conclut-elle, mais il y a plein de projets."

En attendant, “Milch Lait Latte Mleko” est disponible en librairie aux éditions Paulette Éditrice.

Continuer la lecture

Vaud

Un autre voyant au vert pour le gymnase du Chablais

Publié

le

Le projet du gymnase du Chablais arrivera prochainement entre les mains de l'ensemble du Grand Conseil vaudois (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le projet de gymnase du Chablais, à Aigle, convainc. On l’a appris jeudi, la commission du Parlement cantonal chargée d’analyser le dossier en amont des débats politiques est unanime. Elle souhaite accorder au Conseil d’Etat le crédit de plus de 80 millions de francs demandé. Un signal plus qu'encourageant en vue des discussions au Grand Conseil.

Un autre voyant au vert pour le gymnase du Chablais. On l’a appris ce jeudi, la commission du Parlement cantonal chargée d’analyser le dossier en amont des débats politiques est unanime. Elle souhaite accorder au Conseil d’Etat le crédit de plus de 80 millions de francs demandé. Un signal plus qu’encourageant en vue des futures discussions au sein du Grand Conseil vaudois. La réaction de Grégory Devaud, qui est non seulement syndic d’Aigle mais aussi député et membre de la commission qui a statué.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

Ce gymnase pourrait ouvrir ses portes en 2027… Et il est très attendu dans le Chablais, qui se voit actuellement contraint d’envoyer ses élèves dans d’autres régions. On écoute le syndic d’Aigle et député PLR Grégory Devaud.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

Reste maintenant à obtenir l’aval du Grand Conseil dans son ensemble pour réellement débloquer les plus de 80 millions de francs nécessaires. Le syndic d’Aigle et député PLR Grégory Devaud estime que les discussions ne devraient pas être très animées.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

On ne sait pas encore quand le dossier atterrira finalement sur la table du Grand Conseil.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Vous avez transcendé vos préjugés amoureux et désormais, vous évoluez avec habileté et confiance, prêt à dévoiler enfin vos émotions les plus profondes.

Les Sujets à la Une

X