Rejoignez-nous

Santé

Première mondiale à Lausanne dans le traitement par radiothérapie

Publié

,

le

Jean Bourhis, chef du service de radio-oncologie du CHUV, est venu présenter vendredi les espoirs suscités par cette nouvelle forme de radiothérapie dans la lutte contre le cancer. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne accueille une première mondiale dans la lutte contre le cancer. Un nouvel appareil de radiothérapie, qualifié de révolutionnaire, va être développé conjointement par le CHUV, le CERN et la société de technologie médicale THERYQ.

"C'est un événement majeur", a affirmé vendredi Philippe Eckert, directeur du CHUV, devant la presse et une cinquantaine d'invités. Grâce à cette collaboration entre secteurs public et privé, l'innovation s'exprime "de façon éclatante", a-t-il ajouté.

Pr. Philippe EckertDirecteur général du CHUV

Il s'est réjoui d'un "partenariat judicieux avec les meilleurs" du domaine pour développer cette nouvelle forme de radiothérapie, dite "Flash", qui consiste à utiliser des radiations à électrons à très haute énergie.

Cette technologie doit permettre de mieux soigner les cancers résistants aux traitements conventionnels. Les effets secondaires s'en trouvent également atténués. "L'irradiation rapide, réduite à quelques millisecondes, permet d'épargner les tissus sains tout en attaquant la tumeur", a expliqué Jean Bourhis, chef du service de radio-oncologie au CHUV.

Pr. Jean BourhisChef du Service de radio-oncologie du CHUV

Selon lui, la construction de ce premier appareil de radiothérapie au monde utilisant la technique Flash "pourrait complètement changer la donne". Et ainsi transformer la pratique de la radiothérapie, l'une des principales "armes" à disposition pour soigner les cancers (avec la chimiothérapie, la chirurgie et l'immunothérapie). Il observe également un engouement croissant pour cette technologie à travers le monde :

Pr. Jean BourhisChef du Service de radio-oncologie du CHUV

Traitement en profondeur

Ludovic Le Meunier, patron de THERYQ, a aussi souligné que le nouvel appareil permettrait, grâce à un surplus de puissance, d'agir plus profondément dans le corps du patient, jusqu'à 20 cm. Il a aussi vanté un traitement meilleur marché, sachant qu'il faudra moins de séances que pour une radiothérapie conventionnelle.

Du côté de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), Mike Lamont, directeur pour les accélérateurs et la technologie, s'est félicité que le laboratoire basé à Meyrin (GE) puisse partager ses connaissances. "Nous nous efforçons de trouver des applications à nos recherches en dehors du domaine de la physique des particules, au profit de la société dans son ensemble", a-t-il déclaré.

Pr. Jean BourhisChef du Service de radio-oncologie du CHUV

Premiers essais en 2025

L'appareil, basé sur la technologie du CERN et fabriqué par THERYQ, sera installé au CHUV, où un "bunker" spécial sera construit pour l'accueillir. Il doit être opérationnel d'ici deux ans, tandis que les premiers essais cliniques sont prévus à l'horizon 2025.

Cette annonce "donne de l'espoir à tous les malades dont le cancer résiste aux traitements", a relevé Rebecca Ruiz, la ministre vaudoise de la santé. La conseillère d'Etat a salué un partenariat qui permettait de maintenir Lausanne comme "centre d'excellence" en matière d'oncologie. Une innovation qui, selon elle, ne restera pas l'apanage des chercheurs mais permettra "un transfert rapide au chevet des patients". Elle permettra également des retombées pour le canton :

Rebecca RuizConseillère d'Etat vaudois en charge de la santé

Le lancement de ce projet a été rendu possible grâce au financement préalable des fondations ISREC et Biltema, via un "don exclusif" de 25,8 millions de francs.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Le LS en visite au CHUV: "On ne peut qu'apprendre de ces enfants"

Publié

le

Les enfants ont pu se dépenser en faisant quelques passes et penalty avec les joueurs du LS. ©FC Lausanne-Sport

Il y a quelques semaines, quatre joueurs du Lausanne-Sport ont rendu visite aux enfants hospitalisés au CHUV. Retour sur un après-midi riche en émotions.

Ce mercredi d'avril, le ciel est gris et on redoute une nouvelle averse. Mais, à l'étage pédiatrie du CHUV, quatre rayons de soleil sont venus réchauffer les cœurs. Antoine Bernede, Donat Rrudhani, Karlo Letica et Trae Coyle, respectivement milieux de terrain, gardien et attaquant du Lausanne-Sport, rendent visite aux enfants hospitalisés.

Une journée rendue possible grâce à la Fondation Planètes Enfants Malades. Depuis plus de 20 ans, cette structure cherche à améliorer le quotidien de ces enfants. Que ce soit par la musique, les contes ou des activités physiques adaptées, la fondation tente de créer de beaux souvenirs. "Souvent, quand les enfants parlent de leur séjour à l'hôpital, ils évoquent les choses incroyables qu'ils ont pu faire et laissent de côté les moments difficiles ou les soins", explique Paola Möhl Pignatelli, directrice de la Fondation Planètes Enfants Malades.

Et même quand les jeunes ont plutôt le coeur qui balance pour le FC Bâle, la rencontre avec les Lausannois a été appréciée. ©FC Lausanne-Sport

Avant de commencer la visite, un petit briefing s'impose. D'abord pour remercier les joueurs de leur présence. Mais aussi pour les rassurer. "Les enfants ont des pathologies plus ou moins visibles, la visite peut donc être éprouvante émotionnellement, prévient Paola Möhl Pignatelli. Si vous en ressentez le besoin, n'hésitez pas à sortir de la chambre quelques instants, ils ne vous en voudront pas." La visite peut maintenant commencer.

 

 

Continuer la lecture

Économie

La première pierre du Campus Santé est officiellement posée

Publié

le

Le chantier du Campus Santé est formellement lancé. Les autorités cantonales ont posé symboliquement posé la première pierre ce jeudi.

Véritable pôle de formation, le Campus Santé permettra aux professionnels d'allier pratique et théorie au même endroit. Il accueillera la Haute école de santé Vaud, l’Institut et Haute école de la Santé La Source, la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne et le Centre hospitalier universitaire vaudois.

On y trouvera également 500 logements étudiants proposés par la Fondation Maisons pour Étudiants Lausanne ainsi qu'un centre de vie enfantine. En tout, le Campus Santé devrait accueillir 4'000 personnes qui viendront apprendre et 1'000 qui y travailleront.

Et le Chef du Département de l'enseignement et de la formation professionnelle l'assure, l'enseignement y sera de grande qualité. Notamment grâce aux technologies et infrastructures mise à disposition.

Frédéric Borloz

Le Campus Santé a pour objectif de palier la pénurie de main d’œuvre dans les métiers de la santé. Alors, avec des technologies et des infrastructures de pointes, Frédéric Borloz espère que l'attractivité de ces professions sera revalorisée.

Frédéric Borloz

Il y a une réelle volonté d'attirer des talents étrangers sur le site. Mais n'y a-t-il pas un risque que ces étudiants ou professionnels ne viennent profiter des infrastructures pour ensuite retourner travailler dans leur pays d'origine?

Frédéric Borloz

Le projet se veut aussi à la pointe en matière de durabilité. Ainsi, on trouvera du bois local, de la récupération d'eau, un passage pour la faune ou encore des panneaux solaires. Des éléments qui ont été rajoutés au projet par la suite puisque c'était un autre Conseil d'État qui était à l'origine du Campus Santé.

Isabelle MoretCheffe du Département de l'économie, de l'innovation, de l'emploi et du patrimoine

Avec ce système de pergola solaire, posée au-dessus de la toiture végétalisée, il sera possible de produire plus d'électricité que le site n'en consommera.

Continuer la lecture

Lausanne

PFAS dans les sols et l'eau mais pas de risque pour la population

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

Le site du Centre de formation de la Rama, à Montheron (Cugy), est pollué par des PFAS. La Ville de Lausanne rassure toutefois: il n'y a pas de risque au niveau de l'eau du robinet.

Le Centre de formation de la Rama est utilisé par les sapeurs-pompiers pour des exercices. Des préoccupations ont été émises concernant les PFAS dans cette zone, car on retrouve notamment ces produits dans les mousses anti-incendie. C’est pour cela que le site de la Rama a été analysé. Des évaluations menés par le Service de l'eau, le Service de protection et sauvetage (SPSL) et l'Unité environnement de la Ville
de Lausanne, en collaboration avec la Direction générale de l'environnement de l’Etat de Vaud. Et les tests ont confirmé la présence de ces PFAS dans les sols et les eaux.

Pour rappel, il s’agit de produits chimiques polluants éternels, connus notamment pour leurs propriétés hydrofuges, antigraisse et antisalissure. Mais concernant les résultats, Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la sécurité et de l’économie, se veut rassurant.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

Il n'y a effectivement pas d'usage à risque du site, comme une place de jeu où les enfants risqueraient de porter de la terre à la bouche. Il n'y a donc pas de risque pour les sapeurs-pompiers qui s'exercent.

Une pollution qui date et qui reste

Le problème principal de ces PFAS, c'est qu'ils ne se dégradent pas naturellement. D'ailleurs, la pollution du site de la Rama ne date pas d'aujourd'hui. On l'a dit, les mousses extinctrices contiennent des PFAS. Celles comportant les substances les plus problématiques ne sont plus utilisées dans le Canton de Vaud depuis 2011, mais on peut dire que "le mal était fait".

"Ils ne perdent pas leur caractère dangereux, développe Pierre-Antoine Hildbrand. On a quelque chose qui s'accumule dans les tissus des animaux par exemple. Et nous, on est en bout de chaîne alimentaire et on risque de développer des cancers ou des maladies à force d'accumuler ces substances dans notre corps."

Le Canton de Vaud a donc inscrit le site au cadastre des sites pollués comme «site pollué, nécessite une investigation». Qu’est-ce que ça signifie? Les explications de Pierre-Antoine Hildbrand.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

D'après les observations et la topologie du site, les risques de propagations sont cependant faibles.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

De manière plus large, ces produits posent également problème du côté du droit. Il n'y a en effet pas de bases légales spécifiques au niveau fédéral pour les PFAS dans le sol. "Nous découvrons cette pollution. Les pays qui nous entourent, les pays européens, les États-Unis, la Grande-Bretagne, sont plus avancés que nous face à ce phénomène et ont mis des normes plus élevées. Il faut qu'on s'aligne sur ces normes pour continuer à bénéficier d'un environnement sain."

S'il est nécessaire de traiter cette question à l'échelle du pays, cela n'a pas empêché la Ville de s'aligner sur nos voisins européens.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

 

Continuer la lecture

Santé

L'Association suisse des fibromyalgiques appelle à l'aide

Publié

le

La fibromylagie est un trouble fréquent, se manifestant par une douleur chronique dans plusieurs parties du corps (image d'illustration). © (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Les personnes atteintes de fibromyalgie souffrent d’un manque de reconnaissance: alors que l'Organisation mondiale de la santé reconnaît la maladie, ce n'est pas le cas de l'Assurance Invalidité en Suisse.

La fibromyalgie touche entre 1 et 5% de la population dans les pays industrialisés occidentaux, et les femmes sont deux à cinq fois plus touchées que les hommes. La maladie provoque notamment des douleurs musculaires, comme l'explique Philippe Schüpbach, président de l’Association suisse des fibromyalgiques.

Philippe SchüpbachPrésident de l'Association suisse des fibromyalgiques

La fibromyalgie est reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, mais pas par l’Assurance Invalidité en Suisse. Un réel problème, selon Philippe Schüpbach.

Philippe SchüpbachPrésident de l'Association suisse des fibromyalgiques

Plus d'informations sur le site de l'Association suisse des fibromyalgiques.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

En vous dispersant comme aujourd’hui, vous allez passer à côté d'une occasion qui se trouve à votre portée. Cessez de jouer les moulins à vent et ouvrez les yeux !

Les Sujets à la Une

X