Rejoignez-nous

Vaud

Vevey: première séance de Municipalité à 4 depuis 10 mois

Publié

,

le

Les deux municipaux de Vevey libre Michel Agnant et Jérôme Christen ont retrouvé mercredi leurs bureaux après leur suspension. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les deux élus de Vevey Libre Jérôme Christen et Michel Agnant ont repris mercredi leurs fonctions à la Municipalité de Vevey. Le collège exécutif "a siégé dans un climat serein", en présence de Roland Berdoz, préfet du district Riviera-Pays-d’Enhaut.

La Municipalité de Vevey a pris acte de l’arrêt rendu le 7 octobre dernier par la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal. Les municipaux Michel Agnant et Jérôme Christen ont ainsi réintégré le collège exécutif mercredi, écrit l'Exécutif dans un communiqué.

Une séance de Municipalité extraordinaire a été organisée dans l’après-midi en présence du médiateur Roland Berdoz. Elle a permis de réattribuer aux élus les mêmes dicastères ainsi que les représentations municipales. Ces décisions entrent en vigueur avec effet immédiat.

Retour au calme souhaité

La Municipalité a par ailleurs pris congé mardi de Michel Renaud et de Jacques Ansermet, municipaux ad intérim. Elle les a remerciés pour leur dévouement et leur engagement quotidien pendant plus de neuf mois.

Le collège exécutif aspire désormais à un retour au calme. Il souhaite appréhender les défis à venir dans un esprit constructif afin d’assurer un climat de travail positif. Les municipaux se sont engagés à respecter les directives municipales ainsi que le cadre légal, et à faire preuve d’ouverture et de respect mutuel, précise le communiqué.

Jugement favorable

Mardi, Jérôme Christen et Michel Agnant ont annoncé que leurs recours avaient été acceptés et que la justice annulait "ex nunc" leur suspension qui avait été prolongée par le Conseil d'Etat vaudois à fin juin. Une décision qui a impliqué que le duo pouvait reprendre immédiatement son travail au sein du collège.

A la demande de la Municipalité de Vevey, le Conseil d'Etat avait prononcé la suspension des deux élus en décembre 2018. Ils étaient poursuivis pour violation du secret de fonction, suite à des fuites de documents dénoncées au Ministère public.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Karine Meylan prend la tête du Musée romain de Lausanne-Vidy

Publié

le

Karine Meylan entrera le 15 juin prochain dans sa fonction de nouvelle directrice du Musée romain de Lausanne-Vidy. (© Ville de Lausanne)

Une femme va prendre la direction du Musée romain de Lausanne-Vidy. La Municipalité lausannoise a nommé vendredi Karine Meylan, actuelle conservatrice à l'ArchéoLab de Pully. Elle remplacera dès le 15 juin Laurent Flutsch à la suite de son départ à la retraite.

"Son expertise dans les disciplines de la muséologie, de l'archéologie et de la médiation culturelle lui permettra de poursuivre l'excellent travail mené par M. Flutsch au musée ces vingt dernières années et de faire face aux futurs enjeux notamment en matière d’accès à la culture", écrit la Ville dans un communiqué.

Née en 1981, Karine Meylan est titulaire d'un Master à l'Université de Lausanne en archéologie gallo-romaine, histoire ancienne et histoire ainsi que d'un certificat en pratique muséale de l'International Council of Museums (ICOM). Elle termine actuellement un doctorat en archéologie à l'Université de Lausanne, spécialisée dans le domaine de la médiation des sciences historiques.

Elle dispose d'une grande connaissance du domaine muséal de l'archéologie pour avoir travaillé plus de dix ans commeconservatrice à l'ArchéoLab et comme commissaire d'exposition, notamment à la Villa romaine d'Orbe-Boscéaz, au Musée des Arts et des Sciences de Sainte-Croix et à l'UNIL, détaille la Municipalité.

Hommages à Laurent Flutsch

La Municipalité de Lausanne témoigne aussi à Laurent Flutsch sa vive reconnaissance pour avoir, depuis plus de vingt ans, permis au Musée romain de Lausanne-Vidy de se positionner comme une institution de premier plan dans le domaine de l'archéologie en Suisse romande.

"Les nombreuses expositions présentées sous sa direction ont attiré et émerveillé des générations d'écoliers et marqué un public de tous âges par le caractère unique de l'expérience qui leur était offerte, en alliant intelligence, humour, originalité et rigueur scientifique", salue-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le canton propose la vaccination de rappel aux 12-15 ans

Publié

le

Vaud recommande la vaccination de rappel aux jeunes âgés de 12 à 15 ans (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Le canton de Vaud offre aux jeunes de 12 à 15 ans la possibilité de se faire injecter en rappel une dose de Pfizer contre le coronavirus. Les autorités sanitaires proposent ce "booster", uniquement sur rendez-vous, via les filières pédiatriques existantes dans les centres de vaccination du CHUV (Lausanne), de l'HRC (Rennaz), de l'HIB (Payerne), les eHnv (Yverdon), l'EHC (Morges) et du GHOL (Nyon).

Cette vaccination de rappel est recommandée aux jeunes âgés de 12 à 15 ans par l'OFSP et la commission de vaccination, pour "augmenter leur protection contre une infection bénigne et contre d'autres répercussions négatives (quarantaine, isolement) et de réduire le risque de transmission à des contacts étroits (personnes vivant sous le même toit), en particulier à des personnes qui présentent une immunodéficience sévère et qui sont moins bien protégées malgré la vaccination", rappelle vendredi le canton.

Par ailleurs, les autorités politiques et sanitaires annoncent aussi que le centre de tests de Beaulieu à Lausanne sera également ouvert aux personnes asymptomatiques dès lundi. Uniquement sur rendez-vous. Le canton dit vouloir répondre à la forte demande de tests PCR pour ces personnes-là dans la perspective des vacances de février.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

LS : les fans s'insurgent, le directeur sportif s'explique

Publié

le

Attaqué de toutes parts, Souleymane Cissé réagit. (@KEYSTONE/MAXIME SCHMID)

Depuis quelques temps, il ne fait pas bon être dirigeant de la formation lémanique. Après une première moitié de saison manquée, Souleymane Cissé en tête est maintenant confronté aux critiques (justifiées ?) liées au mercato de son club.

Souleymane Cissé monte au créneau. Le directeur sportif du club doit faire face aux nombreuses critiques visant sa gestion et ses transferts, notamment. Premier épisode épineux du mercato hivernal, le départ de l’incontournable Cameron Puertas en première division belge.

Aurait-il été possible de retenir un joueur dont la clause libératoire de plus d’un million de francs a été levée ?

Souleymane CisséDirecteur sportif du LS

En début de semaine, les fans vaudois ont pris un nouveau coup sur la tête avec le départ de Gabriel Barès vers Montpellier. Tout comme Puertas, le milieu de terrain est issu du centre de formation du LS. Un LS qui ne comptait visiblement plus sur lui :

Souleymane CisséDirecteur sportif du LS

Quid des valeurs du club ?

En se séparant de Cameron Puertas et Gabriel Barès, le Lausanne-Sport a dit « au revoir » à deux enfants du club.

Depuis l’été 2020, une dizaine de joueurs formé au LS ayant joué avec la première équipe ont emprunté un nouveau chemin. Une surprise si l’on tient compte de la volonté des dirigeants de donner au club une identité locale avec de jeunes talents du crû :

Souleymane CisséDirecteur sportif du LS

L'Ivoirien de 44 ans ne compte changer de fusil d'épaule, lui relève le cas de Stéphane Cueni, joueur sur lequel il veut compter dans les années à venir. Propriété du LS, le milieu de terrain évolue cette saison sous les couleurs du SLO, en prêt. Souleymane Cissé le confirme cependant, il ne veut pas tomber dans l'utopie :

Souleymane CisséDirecteur sportif du LS

A noter que le LS est à la recherche d’un milieu de terrain d’ici la fin du mercato. La reprise du championnat est quant à elle prévue dimanche pour les Bleus et Blancs qui recevront Saint-Gall à la Tuilière.

 

 

Continuer la lecture

Économie

Région de Morges: nouveau dépôt pour les bus MBC

Publié

le

Selon des prévisions, la part modale des transports en commun dans le district de Morges pourrait tripler à l'horizon 2030. Pour les MBC, la compagnie régionale de trains et de bus, cela correspond à une augmentation du nombre de courses de 130% (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil d'Etat vaudois demande au Grand Conseil d'accorder une garantie d'emprunt de 66,6 millions de francs pour construire un nouveau dépôt pour les Transports de la région Morges Bière Cossonay (MBC) à Denges. Remplaçant l'actuel dépôt à Tolochenaz, il servira au stationnement et à l'entretien des bus de toute la région morgienne.

Selon les prévisions, la part modale des transports en commun dans le district de Morges pourrait tripler à l'horizon 2030, explique jeudi le gouvernement dans ses décisions hebdomadaires. Pour les MBC, la compagnie régionale de trains et de bus, cela correspond à une augmentation du nombre de courses de 130%. Et à un quasi doublement du nombre de véhicules, dont une majorité de bus articulés, pour assurer le trafic urbain et régional.

C'est dans ce contexte de forte progression que les MBC veulent construire à Denges un nouveau dépôt pour l'entretien et le stationnement des bus de la région. Il viendra remplacer le dépôt de Tolochenaz, dont la capacité n'est plus suffisante et qui ne permet pas la maintenance des bus articulés, précise le Conseil d'Etat.

Budget total de 83 millions

La mise à l’enquête a été faite en automne 2020 et l'autorisation de construire a été délivrée à la fin 2021. Le budget du projet s'élève à près de 83 millions de francs. Le canton soutient cette démarche avec une garantie d'emprunt. En plus de celle-ci, les MBC bénéficieront d'une garantie d'emprunt fédérale, leur permettant d'accéder à des taux préférentiels sur le marché des emprunts.

Le nouveau projet prévoit la construction de deux bâtiments reliés en sous-sol, destinés à l'entretien et au stationnement d'une centaine de bus. Dans la perspective du développement d'une flotte de bus électriques, il sera possible d'équiper le site d'une infrastructure pour l'approvisionnement énergétique.

Des bureaux et locaux sont également prévus, tout comme le réaménagement de la route cantonale en bordure du site. L'actuel dépôt de Cossonay reste en activité, pour les bus qui sont mis en service dans la région du Pied-du-Jura. Quant au dépôt de Tolochenaz, il sera vendu, indique encore le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Le SSP dénonce les "mensonges" de la Municipalité de Nyon

Publié

le

La Municipalité de Nyon et son syndic Daniel Rossellat sont notamment accusés de "mensonges" par le SSP dans la crise qui secoue actuellement l'administration communale (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le SSP s'en prend avec virulence à la Municipalité de Nyon (VD), coupable selon lui de vouloir "étouffer" la crise que traverse son administration. Il a publié des extraits d'un rapport d'enquête pour dénoncer les "mensonges" de l'exécutif. Daniel Rossellat dément.

Le Syndicat des services publics (SSP) reproche aux autorités nyonnaises d'avoir protégé son secrétaire municipal, dont le comportement serait à l'origine de cette crise. "La Municipalité déclare inlassablement que le terme de mobbing n'apparaît pas dans le rapport. Or les constats que fait l'enquêteur correspondent bel et bien à la définition de mobbing et de harcèlement psychologique", indique jeudi le SSP dans un long communiqué.

Selon les extraits publiés par le syndicat, le rapport, gardé secret jusque-là, évoque un comportement du secrétaire municipal "contraire à ses devoirs de fonction". L'enquêteur, l'ancien juge cantonal Pierre Muller, y parle notamment de propos "potentiellement blessants, dénigrants ou humiliants."

Il ajoute que "la communication" du secrétaire municipal n'est "pas acceptable" et que les autorités nyonnaises auraient dû intervenir. "On voit mal pour quelles raisons la Municipalité devrait la tolérer plus longtemps", est-il écrit dans le rapport.

Le SSP estime que la Municipalité, en laissant faire son secrétaire municipal, s'est rendue "complice d'un système qui brise et isole" les employés de l'administration.

Le syndicat accuse aussi l'exécutif de "manipulation de l'opinion publique" en présentant cette crise comme un simple "combat de coqs", "un conflit entre deux chefs", à savoir entre le secrétaire municipal et le chef des ressources humaines.

Accusations "choquantes"

Le syndicat s'attaque particulièrement au syndic Daniel Rossellat, épinglé pour régler les affaires selon "une voie officieuse" en matière de ressources humaines. Le syndic et le secrétaire municipal, qui lui est subordonné, empiéteraient sur le service compétent des Ressources humaines, "sans en respecter les règles et les devoir", estime le SSP.

Contacté par Keystone-ATS, Daniel Rossellat a réagi "à chaud" en parlant d'accusations "choquantes" de la part du SSP. "Le syndicat dévoile des éléments partiels, selon un angle subjectif. Ces attaques ne sont pas correctes", relève-t-il.

Daniel Rossellat estime que le SSP a "pris parti dès le début du conflit". Il regrette aussi l'aspect "asymétrique" de ces attaques, la Municipalité étant tenue au secret de fonction et ne pouvant pas s'exprimer sur les personnes impliquées dans le conflit. "Ce n'est pas de cette manière que l'on résoudra la crise", souligne-t-il.

Le syndic tient également à "réfuter complètement" les accusations de laxisme de la Municipalité. "Nous avons lancé une enquête durant l'été. Elle a démontré qu'il y avait eu des comportements inacceptables. Des sanctions sont prévues", explique-t-il. "La Municipalité n'acceptera jamais des comportements inadéquats" au sein de l'administration, ajoute-t-il.

Séance extraordinaire

Daniel Rossellat et les autres membres de la Municipalité devront désormais s'expliquer lundi soir lors d'une séance extraordinaire du Conseil communal, convoquée spécialement pour aborder la crise. Cette séance sera publique.

Pour mémoire, les tensions qui règnent actuellement à Nyon ont aussi débouché, peu avant Noël, sur le dépôt d'une plainte pénale des membres de la Municipalité à l'encontre de leur collègue Elise Buckle, en charge des ressources humaines. Ils lui reprochent d'avoir fait fuiter des informations confidentielles, dans le cadre de l'enquête administrative menée par Pierre Muller. Une demande de suspension a aussi été adressée au Conseil d'Etat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Quelle que soit votre job, attendez-vous à devoir rediriger vos actions vers des cibles carrément inédites ! Que du tout bon !

Les Sujets à la Une

X