Rejoignez-nous

Vaud

Deux jeunes interpellés après des délits dans le Nord vaudois

Publié

,

le

La police a interpellé deux jeunes de 20 et 22 ans qui ont perpétré l'an dernier plusieurs brigandages dans le Nord vaudois et le Gros-de-Vaud. Ils s'en sont notamment pris, ensemble ou séparément, à la réception de l'hôpital d'Yverdon-les-Bains et à une infirmière qui quittait l'établissement.

L'un d'entre eux est soupçonné d'avoir agressé en avril une infirmière qui terminait son service. Sur le parking, il lui avait dérobé son sac à main après l'avoir frappée à la tête avec la crosse d'une arme à feu. Il serait également l'auteur d'une tentative de brigandage similaire en novembre, a annoncé jeudi la police.

En décembre, le jeune homme se serait rendu à la réception de l'établissement pour se faire remettre la caisse. L'autre jeune a été identifié comme étant l’auteur du brigandage d’une épicerie à Poliez-le-Grand en décembre. Pour commettre ce délit, il avait volé un véhicule à Echallens deux jours auparavant.

Les deux jeunes gens se connaissent. Ensemble, ils seraient impliqués dans le brigandage d'un taxi en novembre à la gare d'Yverdon-les-Bains. Ils ont été interpellés en décembre, des suites de l'enquête sur ces faits. Ils ont reconnu une majorité des faits qui leur sont reprochés et ont été incarcérés, a précisé la police.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Coronavirus - Du monde dehors mais bien moins que d'habitude et éparpillé

Publié

le

Andi Zeqiri, attaquant du FC Lausanne-Sport (à gauche), et Benjamin Antonietti, attaquant du Lausanne Hockey Club (à droite), patrouillent et informent le public à St-Sulpice lors d'une action de prévention "coronavirus" organisée par le canton de Vaud. (Keystone/VALENTIN FLAURAUD)
La police vaudoise a tiré dimanche un bilan "plutôt positif" du respect des règles de distance sociale pour le week-end dans le canton. Il y a du monde mais nettement moins que d'habitude, les gens sont éparpillés, par groupes de trois, quatre ou cinq maximum en général, constate-t-elle.

"C'est encourageant. On ne peut pas crier victoire mais les gens comprennent et connaissent les mesures édictées par l'Office fédéral de la santé publique. Il faut les appliquer et ne pas relâcher l'effort", explique à Keystone-ATS Jean-Christophe Sauterel, chef communication de l'Etat-Major Cantonal de Conduite (EMCC).

"C'est un effort sur la durée, c'est ça la difficulté. Si on relâche maintenant, on aura une deuxième vague et c'est ce que nous voulons éviter", dit-il. Les autorités vaudoises se disent globalement plus confiantes qu'inquiètes pour le week-end de Pâques qui se profile.

Trop de seniors dehors

Malgré la bonne attitude de la population dans l'ensemble, 161 amendes d'ordre ont été distribuées ce samedi, contre 188 le samedi précédent. Vingt-trois dénonciations ont été transmises au Minsitère public vaudois. Cela porte à 1040 amendes et 133 dénonciations au total, dimanche 07h00 depuis le 17 mars, détaille M. Sauterel.

Il rappelle que le canton de Vaud mise sur trois axes pour contrôler les mouvements de la population: prévention, dissuasion et répression. Actuellement, quelque 630 policiers patrouillent 24h/24h sur tout le territoire cantonal, à moto, à vélo et à pied.

Selon les observations faites par la police, il y a encore trop de personnes de plus de 65 ans qui se promènent dans des lieux publics où il y a du monde. Et il faut encore rappeler à certains jeunes de bien respecter la distance sociale et d'éviter des rassemblements, notamment sportifs ou ludiques, de plus de cinq personnes.

Jeunes et sportifs s'adressent aux jeunes

A ce titre, le canton a mis sur pied un projet-pilote samedi après-midi sur le bassin lémanique et à Yverdon-les-Bains. Trois jeunes de la Haute école de santé et trois joueurs du Lausanne Hockey Club (LHC) et du Football Club Lausanne-Sport (LS) ont sensibilisé les jeunes aux règles essentielles à respecter contre le coronavirus.

L'expérience a été jugée très bonne, selon M. Sauterel. "Le contact et le dialogue ont été favorables, le message à faire passer positif". Le canton décidera lundi s'il reconduit ce type d'actions de prévention à l'avenir.

Continuer la lecture

Vaud

Coronavirus - Vaud: 123 décès au total, soit 16 de plus

Publié

le

Image d'illustration (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Le canton de Vaud a enregistré ce week-end 16 nouveaux décès liés au Covid-19. Selon les dernières données publiées, 123 personnes sont mortes au total du virus, contre 107 vendredi. Quant au nombre d'hospitalisations, il continue de diminuer.

S'agissant des hospitalisations en cours, 375 personnes se trouvent dans les établissements du canton, dont 80 aux soins intensifs, soit 13 de moins en un jour. Le nombre de cas confirmés positifs continue de progresser, à désormais 3915 contre 3796 au dernier pointage.

Continuer la lecture

Vaud

Des joueurs du LHC et du LS pour sensibiliser les jeunes dehors

Publié

le

Actuellement, 632 policiers patrouillent 24h/24h dans tout le canton de Vaud en cette période de crise du coronavirus. (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Le canton de Vaud tente un nouveau pari pour s'adresser aux jeunes afin de lutter contre les rassemblements de plus de cinq personnes. Il a demandé à des joueurs du Lausanne Hockey Club (LHC) et du Football Club Lausanne-Sport (LS) de les sensibiliser dès ce week-end aux règles essentielles à respecter contre le coronavirus.

Avec les beaux jours qui arrivent et les vacances de Pâques qui approchent, les cantons et les autorités fédérales craignent un afflux de gens qui se remettent à sortir, voire à se rassembler. A titre de projet-pilote, le canton de Vaud a prévu samedi après-midi des actions de prévention sur tout le bassin lémanique et à Yverdon-les-Bains, selon le chef de l'Etat-Major Cantonal de Conduite (EMCC) Denis Froidevaux.

L'idée est que des jeunes et des sportifs du LHC et du LS parlent à des jeunes et de montrer ainsi qu'il y a d'autres moyens que de faire intervenir la police et mettre des amendes. Il s'agit surtout de rappeler les consignes de prévention de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), dont l'interdiction de réunion de plus de cinq personnes et l'impérative règle des deux mètres de distance.

Actuellement, 632 policiers patrouillent 24h/24h dans tout le canton de Vaud en cette période de crise du coronavirus. Près de 750 amendes d'ordre ont été données et 89 dénonciations faites au Minsitère public vaudois, selon les derniers chiffres du canton.

 

Continuer la lecture

Vaud

La Région Nord vaudois doit couper dans son équipe

Publié

le

A l'instar d'autres journaux locaux de la presse vaudoise, La Région Nord vaudois souffre de la crise du coronavirus (archives). (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
La presse locale vaudoise souffre de la crise du coronavirus. C'est le cas de La Région Nord vaudois, basé à Yverdon-les-Bains, qui doit se séparer de quatre collaborateurs ou collaboratrices, dont deux journalistes, à la suite de la chute des revenus publicitaires.

Le journal du Nord vaudois avait déjà nettement baissé sa pagination et sacrifié depuis une semaine les éditions du mardi et du jeudi (tout-ménage). Il doit cette fois réduire son équipe constituée d'une vingtaine de personnes.

Trois employés, dont un journaliste, font l'objet de licenciements économiques, en plus d'un départ volontaire d'une journaliste, a indiqué samedi à Keystone-ATS Philippe Dubath, président du conseil d'administration de La Région, revenant sur une information de 24 heures. Ces licenciements sont prévus pour fin mai et fin juin.

"On ne pouvait pas faire autrement", explique-t-il. "Il faut des mesures pour viser la survie du titre, et il faut les prendre vite. On est au début seulement d'une longue période de difficultés. Là, sans soucis supplémentaires, nous sommes capables de tenir jusqu’à fin août". Il se dit "optimiste" pour la suite. "On va se battre". Il n'est pas impossible que des personnes soient réengagées.

Cette restructuration du journal intervient malgré une opération numérique (mois d'avril gratuit et forfait 6 mois pour 50 francs dès le 1er mai), des offres de réabonnements qui ont très bien marché selon M. Dubath et une augmentation importante des avis de la Ville d'Yverdon-les-Bains.

 

Continuer la lecture

Vaud

Enseignement à distance: le flou pour la moitié des enseignants

Publié

le

Selon le sondage, près de 80% des enseignants se sentent "bien" ou "plutôt bien" durant cette période de crise du coronavirus et d'enseignement à distance forcé. Malgré ce fort pourcentage, 90% se sentent "assez, très ou un peu inquiets" face à la pandémie (photo symbolique). (KEYSTONE/DOMINIC FAVRE)
Environ la moitié des enseignants vaudois estiment que les directives du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) sur l'enseignement à distance sont floues, selon un sondage de la Société pédagogique vaudoise (SPV). L'enquête a été réalisée du 29 mars au 2 avril et plus de 1200 enseignants y ont répondu.

Elle montre que près de 60% des enseignants interrogés vivent "assez bien" l'enseignement à distance, alors que plus de 30% ne vivent "pas très bien" cette situation liée à la crise du coronavirus, indique la SPV dans un communiqué. Environ 10% disent ne pas avoir connaissance de la directive cantonale sur l'enseignement à distance.

S'agissant de la transmission du travail aux élèves, le courriel est à ce jour l'outil le plus utilisé (31%), 20% des enseignants utilisent la plateforme TeamUp et 9% le courrier postal. Plusieurs solutions sont également employées à hauteur de 40% (Klassroom, WhatsApp, blog ou autre plateforme), montre le sondage.

Il constate aussi que seul un quart des répondants n'ont pas d'élèves sans outils numériques à la maison. Cela signifie que 75% d'entre eux devraient envoyer à au moins un élève le travail par courrier postal. Et 20% d'entre eux devraient transmettre le travail par courrier postal entre trois et six élèves par classe.

SAS: manque de sécurité sanitaire

Autre indicateur: 80% des personnes sondées pensent que la SPV devrait appeler à un boycott au cas où le DFJC imposerait un nouvel outil de communication avec les parents.

Plus généralement, près de 80% des répondants se sentent "bien" ou "plutôt bien" durant cette période. Malgré ce fort pourcentage, 90% se sentent "assez, très ou un peu inquiets" face à la pandémie.

Enfin, l'enquête relève que la moitié des personnes interrogées a déjà participé au Service d'accueil scolaire (SAS). Parmi elles, un tiers pense que les directives du DFJC, là aussi, sont floues.

La mesure de sécurité qu'elles estiment comme indispensable est le nombre de personnes par classe, soit maximum quatre élèves et un adulte, comme le demande la SPV et les autres syndicats sur la base des normes édictées par l'OFSP. Près de 60% des sondés ne se sentent toutefois pas en sécurité sanitaire dans les SAS.

 

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X