Rejoignez-nous

Lausanne

L’EPFL part explorer les microbes des plus grands glaciers

Publié

,

le

Des scientifiques de l’EPFL vont parcourir durant au moins quatre ans les ruisseaux des plus importants glaciers du monde. Leur mission: récolter des microorganismes et en extraire l’ADN pour comprendre comment ils s’adaptent à leur environnement extrême.

Le projet démarre le 1er août. Il inaugure le Centre pour l’étude du changement des environnements alpins et polaires de Sion, établi sur le site EPFL Valais Wallis, a indiqué mercredi l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

Son approche: explorer l’infiniment petit au pied des glaciers du monde entier. Les scientifiques récolteront le génome de microorganismes présents dans les ruisseaux de centaines de glaciers.

En associant les sciences environnementales aux géosciences et aux sciences de la vie, les chercheurs visent à découvrir comment cette vie microbienne s’est adaptée depuis des millénaires aux conditions environnementales extrêmes de ces ruisseaux.

Les scientifiques exploreront le « troisième pôle » à travers les ruisseaux de l’Alaska, de l’Himalaya, des Andes, du Groenland, de la Scandinavie, du Pamir, du Kamtchatka, du Caucase, de Nouvelle-Zélande et des Alpes.

Récolte de biofilms

Les expéditions se concentreront en particulier sur la récolte de « biofilms », un ensemble de microbes qui forme dans les ruisseaux une fine couche visqueuse à la surface des sédiments. Grâce au séquençage de grande ampleur de leur ADN, les chercheurs de l’EPFL ambitionnent de déchiffrer la structure et le fonctionnement du microbiome de ces biofilms.

Ces données génétiques rempliront deux objectifs. Premièrement, elles permettront aux chercheurs de remonter dans le temps, car elles pourraient révéler d’anciens marqueurs génétiques ainsi que les stratégies d’adaptation que les microbes ont développées au fil du temps.

Deuxièmement, elles permettront de regarder vers le futur. Leur décryptage aidera en effet les scientifiques à comprendre comment le changement climatique et la disparition des glaciers influencent les biofilms, et, par conséquent, leur rôle dans l’écosystème et la bio-géochimie des ruisseaux alpins.

En voie de disparition

Les glaciers et leurs ruisseaux ont été longtemps abondants sur Terre. A cause du réchauffement climatique, ils sont aujourd’hui en train de disparaître. Selon les glaciologues, 50% des petits glaciers suisses auront disparu d’ici 25 ans.

« Mieux comprendre la vie microbienne de ces écosystèmes en voie d’extinction est donc notre devoir envers les générations futures », explique Tom Battin, directeur du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux de l’EPFL et directeur scientifique du projet, cité dans le communiqué.

La première expédition démarrera en février 2019. L’équipe sera guidée sur place par le géologue et expert de l’Himalaya Mike Styllas, chef d’expédition, et assisté par deux experts de la montagne du Canada et d’Italie.

La génomique se développera en partenariat avec le groupe de recherche du professeur Paul Wilmes, basé à l’Université du Luxembourg. Michael Zemp, chercheur associé à l’Université de Zurich, assistera l’équipe en glaciologie.

L’entraînement scientifique des chercheurs démarre cet été dans les Alpes suisses. Ce projet bénéficie du soutien de la fondation suisse NOMIS, qui finance exclusivement des initiatives scientifiques pionnières.

(ATS – KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Un collectif veut baisser la vitesse la nuit dans 6 quartiers

Publié

le

Un collectif citoyen veut plus de zones 30 à Lausanne. Il déposera ce vendredi six pétitions au Conseil communal, rassemblant au total 1’531 signatures. Des paraphes récoltés en 2 mois dans six quartiers.

Les Rues du Valentin, de la Pontaise, la Rue Centrale ou encore les Avenues de Béthusy, d’Echallens et de Montchoisi sont concernées.

Les pétitionnaires demandent la multiplication des zones limitées à 30 km/h pour le trafic routier entre 22 heures et 6 heures du matin au centre-ville de Lausanne. Avec pour objectif de réduire le bruit pour les riverains.

Le collectif s’est inspiré du dispositif en vigueur depuis juin 2017 sur les Avenues Vinet et Beaulieu.

Louis Dana, pétitionnaire et Conseiller communal socialiste :

Louis Dana
Pétitionnaire et Conseiller communal PS
Louis Dana Pétitionnaire et Conseiller communal PS

Depuis juin 2017, la vitesse a été abaissée à 30 la nuit sur les Avenues Beaulieu et Vinet. Une mesure demandée en 2007, via une pétition déposée par un collectif, emmené par la conseillère communale socialiste Anne-Françoise Decollogny.

Selon elle, aujourd’hui, de telles demandes seront mieux prises en compte :

Anne-Françoise Decollogny
Pétitionnaire et Conseillère communale PS
Anne-Françoise Decollogny Pétitionnaire et Conseillère communale PS

Notez que selon des relevés effectués par l’Etat de Vaud et la Ville de Lausanne, la baisse de la vitesse la nuit sur les Avenues Vinet et Beaulieu a permis d’atténuer le bruit de près de 5 décibels.

Les résultats définitifs seront présentés l’été prochain.

Continuer la lecture

Lausanne

L’aile ouest de la gare rouvre au public

Publié

le

La renaissance de l’aile ouest de la gare de Lausanne. Après 3 ans de fermeture et 2 ans de travaux, les espaces abritant notamment la Salle des Vignerons ont été inaugurés lundi soir.

Dessinée en 1916, cette partie du bâtiment était la seule à ne pas avoir encore bénéficié d’une cure de jouvence. Le rez-de-chaussée abrite le nouveau Buffet de la Gare et des surfaces dévolues au commerce de détail. Dans les étages, la Salle des Vignerons a été réaménagée. Les fameuses fresques ont aussi été restaurées. Gérald Mabboux, chef de projet immobilier au CFF :

Gérald Mabboux
Chef de projet, CFF
Gérald Mabboux Chef de projet, CFF

Pour le syndic de Lausanne, l’enjeu du chantier était non seulement patrimonial, mais aussi affectif. Grégoire Junod.

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

Budget de la transformation : un peu plus de 20 millions de francs.

 

 

Continuer la lecture

Lausanne

Le Buffet de la Gare renaît en version végétarienne signée Tibits

Publié

le

Le Buffet de la Gare version Tibits joue entre tradition et modernité (Photo: DR)

Après trois ans de fermeture, le Buffet de la Gare de Lausanne rouvrira ses portes ce vendredi. C’est l’enseigne végétarienne suisse-allemande Tibits qui a repris les rênes de ce lieu chargé d’histoire. C’est le douzième restaurant Tibits, mais le premier à ouvrir en Suisse romande. De la cuisine végétarienne dans ce qui était autrefois l’antre des spécialités vaudoises à base de viande. Pour Rolf Hiltl, copropriétaire avec les frères Frei de Tibits, buffet de la gare et végétarisme sont parfaitement compatible :

Rolf Hiltl
Copropriétaire de Tibits
Rolf Hiltl Copropriétaire de Tibits

Boiseries et fresques originales ont été restaurées et le décor respecte cette histoire tout en étant moderne. Les frères Frei et Rolf Hiltl ont dû composer avec le caractère historique du bâtiment qui date de 1916. Rolf Hiltl :

Rolf Hiltl
Copropriétaire de Tibits
Rolf Hiltl Copropriétaire de Tibits

A la carte, Tibits Lausanne inclut des spécialités vaudoises comme les malakoffs ou la tarte à la raisinée. Mais aussi des spécialités originellement à base de viande comme le papet vaudois. A Zurich, c’était l’émincé à la zurichoise que l’enseigne avait transformé en plat végétarien. Rolf Hiltl revient sur l’intérêt d’une telle opération :

Rolf Hiltl
Copropriétaire de Tibits
Rolf Hiltl Copropriétaire de Tibits

Les propriétaires ont engagé 40 personnes pour s’occuper des quelque 250 places, terrasse incluse, que compte le buffet. Ils se sont également entouré de partenaires locaux pour la matière première de la cuisine. Si l’expérience lausannoise est concluante, les propriétaires de Tibits songent déjà à ouvrir une enseigne à Genève.

Continuer la lecture

Lausanne

Le PLR demande une baisse d’impôts pour les lausannois

Publié

le

Le PLR lausannois fait part de son inquiétude. Pour le parti, le projet de budget 2019 de la Municipalité, qui sera sur la table du Conseil communal ce mardi soir, est sombre. Il prévoit un déficit de 42 millions de francs, fortement impacté par la mise en œuvre de RIE3 au 1er janvier prochain.

Au vu du caractère structurellement déficitaire de ce budget 2019 et malgré les mesures d’amélioration financières prises par la Municipalité, la majorité des élus PLR Lausannois s’abstiendra lors du vote au Conseil communal.

Pour la suite, le parti demande aussi une baisse d’impôts dès 2020.

Philippe Miauton, Président du PLRL :

Philippe Miauton
Président, PLRL
Philippe Miauton Président, PLRL

Conformément à ce qui est prévu dans l’accord canton-communes, le taux devrait baisser d’1,5 point en cas d’acceptation de la RFFA, la réforme fédérale de la fiscalité des entreprises.

Matthieu Carrel, Chef du groupe PLR au Conseil communal de Lausanne :

Matthieu Carrel
Chef de groupe PLR, Conseil communal lausannois
Matthieu Carrel Chef de groupe PLR, Conseil communal lausannois

 

À lire : 42 millions de déficit pour Lausanne en 2019

Continuer la lecture

Lausanne

Une cartographie qui peut changer le quotidien

Publié

le

C’est une mesure qui devrait faciliter la vie des personnes en situation de handicap.

A l’occasion de la journée internationale qui leur est dédiée ce 3 décembre, la Ville de Lausanne met en ligne dès aujourd’hui une cartographie de l’accessibilité des bâtiments communaux (écoles, garderies, postes de police, guichets, etc.). Près de 300 lieux ont ainsi été visités et analysés par Pro Infirmis qui a procédé aux relevés dans le cadre du projet « données numériques d’accessibilité ». Outre les pictogrammes résumant l’accessibilité, des informations détaillées sont mises à disposition des utilisateurs sous forme de commentaires et de photos des lieux référencés. Ce projet a pour objectif l’intégration d’informations sur l’accessibilité sur des plateformes numériques tous publics. Marc Butticaz, chef de ce projet à Pro Infirmis :

Marc Butticaz
Chef de projet, Pro Infirmis
Marc Butticaz Chef de projet, Pro Infirmis

Ce n’est pas la première fois que Pro Infirmis collabore avec une commune sur ce projet. Marc Butticaz :

Marc Butticaz
Chef de projet, Pro Infirmis
Marc Butticaz Chef de projet, Pro Infirmis

Ce projet a pour objectif l’intégration d’informations sur l’accessibilité sur des plateformes numériques tous publics, mais c’est aussi un pas important pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Marc Butticaz :

Marc Butticaz
Chef de projet, Pro Infirmis
Marc Butticaz Chef de projet, Pro Infirmis

Cette cartographie a également pour vocation de guider le plan d’action de la Ville de Lausanne afin d’améliorer son accessibilité. Si certains bâtiments peuvent difficilement être rendus accessibles de par leur caractère historique, ceux qui nécessitent des aménagements se verront progressivement transformés, au fil des rénovations planifiées, assure la Ville. A noter qu’un poste de coordinateur en matière d’accessibilité universelle vient d’être mis au concours par la commune. Une commission composée d’organisations représentant des publics en situation de handicap ainsi que des associations faîtières régionales sera notamment créée. De plus, des référents seront nommés au sein de chaque direction de la Ville afin de pouvoir appuyer leurs collègues lors de la mise en œuvre de nouvelles mesures.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Le Ciel est avec vous, de quoi vous donner confiance et vous transmettre l’assurance nécessaire pour aller frapper aux portes qui ne demandent qu’à s’ouvrir !

Publicité

Les Sujets à la Une

X