Rejoignez-nous

Culture

A Lausanne, Vincent Perez laisse éclater sa passion pour le 7e art

Publié

,

le

Le festival créé en 2018 par l'acteur, réalisateur et scénariste originaire de Lausanne propose de voir ou revoir sur grand écran des chefs-d'oeuvre de l'histoire du 7e art et de rencontrer des réalisateurs et des acteurs (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 5e édition des Rencontres du 7e Art à Lausanne débute ce week-end sur le thème "Miroir, Miroir, le cinéma face à lui-même". Son fondateur et président, Vincent Perez, se confie sur sa passion pour le cinéma et son enthousiasme pour un festival sans compétition.

Jusqu'au 20 mars, une cinquantaine de films qui ont "marqué l'histoire du cinéma ou l'oeuvre d'un cinéaste" sont proposés. "Le cinéma que je veux célébrer, c'est celui qui fait partie de l'oeuvre d'un auteur, d'un acteur ou d'une actrice, celui qui leur ressemble", affirme à Keystone-ATS Vincent Perez.

Le festival créé en 2018 par l'acteur, réalisateur et scénariste originaire de Lausanne propose en effet de voir ou revoir sur grand écran des chefs-d'oeuvre de l'histoire du 7e art et de rencontrer des réalisateurs et des acteurs. "Sans compétition. On sort du circuit de la vente et de la promotion. Juste pour la beauté et l'importance du cinéma comme mémoire de l'humanité", clame-t-il.

Réflexion et éclectisme

"J'aime ce concept de festival pédagogique et événementiel. C'est excitant, c'est formidable et ça fait du bien", s'enthousiasme le cinéaste qui habite à Paris. Projections, rencontres, tables rondes, conférences et masterclasses: "pour la passion et le plaisir du cinéma", répète-t-il à l'envi.

Pour cette 5e édition, le thème choisi est "Miroir, Miroir, le cinéma face à lui-même". "Ça m'est venu à l'esprit en prenant conscience qu'il existe de nombreux films qui racontent des histoires de cinéma. C'est donc le cinéma qui raconte le cinéma, le cinéma vu par ceux qui le font", explique le comédien qui a joué dans "Cyrano de Bergerac" de Jean-Paul Rappeneau, "Indochine" de Régis Wargnier, "La Reine Margot" de Patrice Chéreau, "Chacun sa vie" de Claude Lelouch ou encore "J'accuse" de Roman Polanski.

"C'est moi qui choisis le thème pour chaque édition. Ça vient d'une idée, puis ça devient une obsession, j'en discute ensuite autour de moi, je teste la thématique auprès de mon équipe", poursuit-il. "J'aime la réflexion qu'il y a autour d'une thématique qui permet en plus d'être très éclectique".

"Trésor" lausannois

Comment voit-il l'avenir de ces rencontres? "On est là pour rester, à Lausanne, et pour durer. On a fait le plus dur avec ces cinq premières éditions. C'est un travail laborieux chaque année, on souffre parfois pour trouver des fonds. Mais au final, j'ai la certitude que ces rencontres vont perdurer longtemps. Après cinq ans, la situation financière du festival est saine", relève-t-il.

Vincent Perez aime à souligner le cadre particulier de Lausanne. "Les invités viennent par passion mais aussi pour la beauté des paysages et l'accueil. Ils aiment la Suisse". Le cinéaste loue aussi un "trésor" dans la capitale vaudoise: la Cinémathèque suisse. "Notre festival se veut d'ailleurs une caisse de résonance pour accompagner la Cinémathèque suisse, sixième plus grande au monde".

Willem Dafoe à l'honneur

Cette année, c'est l'acteur américain Willem Dafoe qui est l'invité d'honneur. Il a joué dans plus d'une centaine de films, à Hollywwod comme dans le cinéma d'auteur. A Lausanne, l'acteur et réalisateur donnera une masterclass et présentera quatre films en public, dont "La dernière tentation du Christ" de Martin Scorsese. Le prix Think Cinema devait lui être remis samedi soir lors d'une cérémonie au Chaplin's World à Vevey pour célébrer l'ensemble de sa carrière.

Les acteurs et réalisateurs Gilles Lellouche et Daniel Brühl, les acteurs Jean Dujardin, Irène Jacob, Anne Brochet et Jean-Luc Bideau ainsi que le cinéaste Roland Joffé seront également de la partie. Sans oublier des compositeurs - Gabriel Yared et Jean-Benoît Dunckel - et des écrivains comme Anne Berest et Laurent Gaudé.

Le festival se déroule dans plusieurs cinémas et écoles (ECAL et EJMA) et à la Fondation Jan Michalski, à Montricher. Mais sans le cinéma Capitole, encore en travaux pour deux ans. Les rencontres et masterclasses sont diffusées sur le site, la chaîne Youtube et la page Facebook des rencontres du 7e Art.

Cinq coups de coeur

Vincent Perez livre ses quelques coups de coeur à l'affiche de cette édition 2022: "Sunset Boulevard" de Billy Wilder, "Huit et Demi" de Federico Fellini, "Bellissima" de Luchino Visconti, "Rêve de Mouette" d'Anne Brochet (en première mondiale) et le documentaire "Bombshell: The Hedy Lamarr Story" d'Alexandra Dean.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La star colombienne Shakira jugée en Espagne pour fraude fiscale

Publié

le

"Je ne dois rien au fisc", affirme Shakira. La star colombienne est accusée par la justice espagnole de fraude fiscale (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Accusée d'avoir soustrait 14,5 millions d'euros au fisc espagnol entre 2012 et 2014, la star colombienne Shakira va être jugée pour fraude fiscale, ont annoncé mardi les autorités judiciaires espagnoles. La date de ce procès doit encore être fixée.

Clamant son innocence, Shakira, âgée de 45 ans, avait fait savoir fin juillet qu'elle refusait de sceller un accord avec le parquet. Elle préfère la tenue d'un procès à cette procédure.

Le parquet avait indiqué quelques jours plus tard qu'il demanderait une peine de plus de huit ans de prison et une amende de près de 24 millions d'euros contre l'interprète de titres comme "Hips don't lie", "Waka Waka" ou "Loca".

Selon l'accusation, Shakira vivait en Espagne depuis 2011, année où sa relation avec le footballeur du FC Barcelone Gerard Piqué a été rendue publique. Mais elle avait maintenu sa résidence fiscale aux îles Bahamas, considérées comme un paradis fiscal, jusqu'en 2015. Le couple, qui a deux enfants, a annoncé sa séparation en juin.

La défense de Shakira affirme pour sa part que jusqu'en 2014, ses revenus provenaient principalement de ses tournées internationales ou de sa participation à l'émission "The Voice" aux Etats-Unis. Elle ajoutait que la star ne vivait pas plus de six mois par année en Espagne, condition requise pour établir sa résidence fiscale dans le pays.

Shakira réfute les accusations

La chanteuse a fait en outre valoir qu'elle avait déjà versé 17,2 millions d'euros au fisc espagnol et qu'elle n'avait donc plus aucune dette à son égard.

"Ces accusations sont fausses", a martelé Shakira la semaine dernière dans une interview accordée au magazine ELLE. Elle assure qu'elle était à cette époque en tournée la majeure partie de l'année et ne pouvait donc pas être considérée comme résidente fiscale en Espagne.

"Les autorités fiscales ont vu que j'étais en couple avec un citoyen espagnol et ont commencé à saliver. Il est clair qu'ils voulaient cet argent sans se soucier de comment ils allaient le faire", a-t-elle ajouté.

"Je ne dois rien au fisc et je suis certaine d'avoir suffisamment de preuves pour soutenir mon dossier et faire en sorte que la justice se prononce en ma faveur", a encore dit la chanteuse.

Le nom de Shakira figure par ailleurs parmi ceux cités dans les Pandora Papers, une vaste enquête publiée fin 2021 par le Consortium international des journalistes d'investigation, accusant plusieurs centaines de personnalités d'avoir dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment à des fins d'évasion fiscale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Gospel et reggae en vedette au festival 1066 d'Epalignes

Publié

le

Le rappeur Youssoupha se produira vendredi à Epalinges au côté du Sinfonietta de Lausanne (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le festival 1066 d'Epalinges (VD) revient cette fin de semaine pour une 8e édition. Parmi les concerts programmés à la salle de la Croix Blanche, un projet inédit associera vendredi le rappeur français Youssoupha au Sinfonietta de Lausanne pour une prestation aux accents gospel.

Pour la soirée du samedi, les organisateurs se réjouissent dans leur communiqué de la présence de "légendes vivantes" du reggae, à savoir The Twinkle Brothers, considérés comme l'un des cinq plus prestigieux groupes rasta jamaïquains.

Lancé en 2013, le festival 1066 - le code postal d'Epalinges - avait été annulé ces deux dernières années en raison du coronavirus. Lors de sa dernière édition en date en 2019, il avait attiré plus de 2000 personnes en deux soirs, avec notamment Goran Bregovic en tête d'affiche. L'association qui gère le festival est présidée par Guillaume "Toto" Morand.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Opex", l'album posthume d'Arno sort cette semaine

Publié

le

Un album posthume du chanteur belge Arno, "Opex", sort cette semaine. Photo: Arno au Paléo en 2002, où il y reviendra une ultime fois en 2015. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Janvier 2022, le chanteur Arno, atteint d'un cancer, apprend qu'il lui reste entre trois et six mois: le Belge accélère le tempo et jette ses dernières forces dans "Opex", ultime album à son image, émouvant et ébouriffé.

Ces derniers mois en forme de baroud d'honneur de l'artiste, décédé le 23 avril à 72 ans, furent retracés il y a quelques jours par ses compagnons de route les plus proches, lors d'une rencontre avec la presse à Bruxelles.

La scène-clé se passe backstage après un concert à la radio publique flamande le 12 janvier, où Arno, éternel costume noir, tignasse grise en bataille, a chanté assis, déjà affaibli, le visage creusé, la voix plus rocailleuse que jamais.

Une fois les lumières rallumées, au moment de débriefer, il répercute à son entourage professionnel la mauvaise nouvelle du médecin. Cet horizon qui se rétrécit. Et la conclusion tombe: "Au boulot les gars! Je veux faire encore des concerts et un album".

De fait, frustré de contacts avec son public pendant deux années creuses (en raison de la pandémie de Covid et de sa propre maladie), il remonte sur scène en février. A Bruxelles et à Ostende, sa ville natale.

Sans oublier d'honorer, en parallèle, l'autre partie du challenge: le travail en studio sur ce dernier disque pour lequel "il a tout donné" et "jeté ses dernières forces dans la bataille", décrit Damien Waselle, directeur de la branche belge du label Pias.

A partir de janvier, "un processus d'urgence s'est mis en place", ajoute-t-il. "Cette urgence lui a donné de la force et de l'énergie", complète Mirko Banovic, le bassiste et "bras droit" d'Arno. Le chanteur dépose le micro le 26 mars dans le studio bruxellois ICP, et n'y reviendra plus. Il meurt quatre semaines plus tard.

Outre Banovic, Pias a convoqué ce jour-là pour évoquer Arno son ami de cinquante ans et photographe attitré des pochettes, Danny Willems, l'ingénieur du son Michel Dierickx, et le frère cadet du chanteur, Peter Hintjens, saxophoniste. Tous réunis à l'Archiduc, bar art-déco du centre de Bruxelles dont le Tom Waits belge était un habitué.

Un duo avec Mireille Mathieu

Dans un sourire, Peter Hintjens explique qu'il a été pour ainsi dire sommé par son aîné de signer avec lui un titre du disque, leur seconde collaboration seulement en un demi-siècle.

Sur "I'm not gonna whistle", son saxophone répond à l'harmonica d'Arno, sur un arrangement évoquant la new wave des années 80, composé par l'un des fils de l'artiste flamand.

C'est le morceau "familial" d'"Opex" (album qui sort vendredi, du nom d'un quartier d'Ostende), où Arno renoue avec les guitares blues-rock après l'intimiste "Vivre" réalisé en duo avec le pianiste lillois Sofiane Pamart. "Il aimait alterner un disque doux et un dur", dit-on chez Pias.

Mais l'album est surtout éclectique. Il recèle un ultime duo voix-piano avec Pamart, un titre qui n'avait pas été retenu auparavant. Et une improbable rythmique reggae pour accompagner la reprise en duo avec Mireille Mathieu de "La Paloma Adieu", un des grands succès de la chanteuse, sorti en 1973.

"C'était un grand fantasme pour Arno d'enregistrer un jour un morceau avec Mireille Mathieu, il avait une admiration sans borne pour elle, même s'il l'exprimait en faisant souvent des blagues", raconte Damien Waselle.

Les circonstances ont fait que la collaboration a mis du temps à prendre forme, et que leur rencontre n'aura finalement jamais eu lieu.

Le Belge et la Française ont enregistré leur voix chacun de leur côté pour ce duo, et, triste coïncidence, Mireille Mathieu a achevé sa partie dans un studio de son Vaucluse natal le jour même du décès d'Arno.

"Il n'aura jamais entendu la version finale et le mix de leurs deux voix", regrette le dirigeant de Pias.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Près de trois quarts des Suisses en faveur d'une nouvelle "expo"

Publié

le

Le monolithe de l'Arteplage de Morat avait été l'une des attractions phares d'Expo.02. Un sondage indique que 79% de la population suisse souhaite qu'une partie des projets de la future exposition nationale reste en place après la fin de la manifestation. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Quelque 74% des Suisses sont favorables à une nouvelle exposition nationale. C'est ce qu'indique lundi un "sondage représentatif" mené auprès de 1027 personnes de 15 à 79 ans, par l'institut intervista, sur mandat de "Nexpo - la nouvelle expo".

Près de deux tiers des sondés (62%) souhaitent que la manifestation "contribue à améliorer la cohésion entre les Suisses" et 61% qu'elle "favorise la découverte de régions suisses encore méconnues", précise Nexpo dans un communiqué. En revanche, la promotion de l'image du pays n'est importante que pour 33% de l'échantillon.

Parmi les personnes en faveur de la manifestation, 79% souhaitent que "la population soit impliquée dans son organisation". Une même proportion des sondés aimerait qu'une partie des projets reste en place après la fin de la manifestation, tandis que 83% d'entre eux se disent en faveur d'une expo "climatiquement neutre".

Les sondés souhaitent également que la prochaine exposition revienne moins cher qu'Expo.02, qui avait coûté 1,58 milliard de francs. Un cinquième d'entre eux souhaite même qu'elle n'engendre "pas de coûts du tout".

"Ce sondage nous permet d'affiner notre concept", a déclaré Christina Hanke, directrice commerciale de Nexpo, qui prépare actuellement son dossier de candidature. Plusieurs projets ont actuellement pour objectif d'organiser une exposition nationale en 2027 ou dans les années suivantes. "Nexpo - la nouvelle Expo" est l'initiative des dix plus grandes villes de Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L'acteur oscarisé Eddie Redmayne au Zurich Film Festival

Publié

le

L'acteur britannique Eddie Redmayne était dimanche au Zurich Film Festival pour présenter son dernier film "The Good Nurse" mais aussi recevoir un Oeil d'or. (© Keystone/ENNIO LEANZA)

L'acteur oscarisé Eddie Redmayne n'a pas chômé dimanche au Zurich Film Festival (ZFF): le Britannique a parlé de son travail, reçu un Oeil d'or et présenté son nouveau film "The Good Nurse". Selon lui, le ZFF a été le premier à croire en lui.

Il y a 15 ans, l'acteur de 40 ans était déjà venu au ZFF présenter "Savage Grace", dans lequel il jouait au côté de Julianne Moore. "C'était le premier festival de cinéma auquel j'ai assisté", a déclaré Eddie Redmayne dans son discours dimanche soir.

Et il l'a remercié pour l'encouragement qu'il avait alors ressenti. "A l'époque, je travaillais déjà comme acteur, mais, en même temps, je travaillais aussi dans un pub". Le Zurich Film Festival l'a soutenu alors qu'il ne croyait pas encore en ses capacités, a-t-il expliqué.

Entre-temps, Eddie Redmayne a reçu en 2014 l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle de Stephen Hawking dans "The Theory of Everything" (Une merveilleuse histoire du temps) et possède de nombreux autres trophées. Il a souligné que l'Oeil d'or récompensant l'ensemble de sa carrière signifiait néanmoins beaucoup pour lui. "Le ZFF aura toujours une place spéciale dans mon c½ur".

Redmayne joue un tueur en série

Eddie Redmayne tient le rôle principal dans le thriller "The Good Nurse" (Meurtres sans ordonnance) de Tobias Lindholm, qui revient sur l'histoire vraie de Charles Cullen, le tueur en série le plus dangereux de l'histoire du New Jersey. Lorsqu'il travaillait comme infirmier, il a assassiné des centaines de patients par surdose. Le film était montré en première européenne à Zurich.

Eddie Redmayne partage l'affiche avec Jessica Chastain. L'actrice américaine incarne Amy, une infirmière qui découvre les agissements de Charles Cullen et risque sa vie pour découvrir la vérité.

Dans l'après-midi déjà, alors qu'Eddie Redmayne parlait de son travail dans le cadre d'une master-class, des célébrités du cinéma foulaient le tapis vert du Zurich Film Festival. Les acteurs Liam Neeson et Diane Krüger sont venus présenter leur dernier film "Marlowe". Ce thriller noir de Neil Jordan se déroule dans le Hollywood des années 1930 et traite de la mystérieuse disparition de l'ex-amant d'une riche héritière.

D'autres stars sont attendues d'ici à la fin de cette 18e édition du Zurich Film Festival le 2 octobre. Lundi, Charlotte Gainsbourg recevra un Oeil d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Jeudi, ce seront deux artistes oscarisés, l'acteur Sir Ben Kingsley et la compositrice Rachel Portmann, qui seront récompensés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Une belle entente et des marques de tendresse vous apporteront le réconfort dont vous avez besoin !

Les Sujets à la Une

X