Rejoignez-nous

Culture

La succession de Karl Lagerfeld atteint 12 millions d'euros

Publié

,

le

Un autoportrait du couturier a été acquis pour 107'250 euros alors qu'il était estimé entre 2000 et 3000 euros (Photo prétexte). (© KEYSTONE/AP/Gregorio Borgia)

La vente d'une partie de la succession du couturier Karl Lagerfeld qui s'est achevée lundi chez Sotheby's à Monaco, a totalisé 12 millions d'euros, soit quatre fois les estimations.

La première partie de la vente de la succession de l'ancien directeur artistique de la maison Chanel, qui s'est tenue en salle et en ligne à partir de vendredi, s'est conclue lundi sur "un triomphe", selon Sotheby's.

L'intégralité des 582 lots proposés ont été dispersés, avec des enchères totales de 12 millions d'euros contre une estimation de 2 à 3 millions d'euros.

Plus de 1400 enchérisseurs s'étaient inscrits à la vente qui s'est déroulée "dans une ambiance électrique", selon Pierre Mothes, vice-président de Sotheby's France, cité dans un communiqué.

Parmi les pièces, dont 96% ont été vendues au-dessus de l'estimation haute, un "Portrait de Karl Lagerfeld" par l'artiste japonais Takashi Murakami est parti pour 292'100 euros, contre une estimation de 80'000 à 120'000 euros et une oeuvre du peintre français Guy-Pierre Fauconnet, "Vache et sa Laitière", datant de 1920, a été adjugée 152'400 euros, contre une estimation comprise entre 4000 et 6000 euros.

Art Déco

Les biens mis en vente, dont de nombreux objets de mobilier, étaient issus des résidences du couturier, dont un appartement Quai Voltaire à Paris.

Passionné par la période Art Déco, le styliste possédait de nombreuses créations et meubles des Français Louis Süe et André Mare, parmi les artistes fondateurs du mouvement dans les années 1920.

Ainsi une paire de fauteuils et ottoman datant de 1925, estimée entre 20'000 et 30'000 euros a été acquise pour 114'300 euros et une coiffeuse estimée entre 7000 et 10'000 euros est partie pour 88'900 euros.

Parmi les objets personnels de Lagerfeld, un Autoportrait a été acquis pour 107'250 euros (estimé entre 2000 et 3000 euros) tandis que trois carnets d'inspiration du couturier, estimés entre 3000 et 5000 euros, ont trouvé preneur pour 152'400 euros.

"Dom Pérignon Balloon Venus", sculpture de Jeff Koons, a été acquise pour 38'100 euros, juste au-dessus de l'estimation et une Rolls Royce Phantom de 2018, estimée entre 300'000 et 350'000 euros a atteint 439'000 euros.

La seconde partie de la vente, en ligne, se tiendra à Paris du 6 au 16 décembre avant une vente à Cologne, en mars prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un film serbe récompensé au festival Black Movie

Publié

le

Le festival Black Movie dirigé par Maria Watzlawick a attiré plusieurs milliers de spectateurs supplémentaires cette année à Genève (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le film serbe "Have You Seen This Woman ?" de Matija Glu¨čević et Du¨an Zorić remporte le Prix de la critique de Black Movie à Genève. La 24e édition du festival international de films indépendants a attiré près de 30'000 personnes, environ 5000 de plus sur un an.

La manifestation "a pu savourer le retour à la normalité post-pandémie", ont dit dimanche les organisateurs. Mais le coronavirus a élargi l'approche du festival. Près de la moitié des films étaient aussi montrés en ligne.

Pendant dix jours, le public a pu apprécier 91 productions de plus de 50 pays. Outre les films, des discussions, ateliers ou concerts ont agrémenté la rencontre genevoise.

Les organisateurs relèvent l'attrait "persistant" pour les oeuvres sud-coréennes. Les cinéastes iraniennes et iraniens invités ont attiré un large public. Autre succès selon les organisateurs, le Petit Black Movie a plu aux grands comme aux petits.

Le Prix de la critique, doté de 5000 francs, a été remis à Matija Glu¨čević et Du¨an Zorić. Leur film met à l'honneur une femme "marginalisée dans notre société", dit le jury. Une mention spéciale a été attribuée au film rwandais "Father’s Day" de Kivu Ruhorahoza.

Le Prix des jeunes de 1000 francs a récompensé le film vietnamien "Children of the Mist" de Hà Lệ Diễm. Celui du Petit Black Movie, doté du même montant, a été attribué au court métrage "Ice Merchants" du Portugais João Gonzalez. Une mention spéciale a honoré le film "A White-White Day" de Vasily Tchirkov. De son côté, le Prix des enfants a salué le court métrage chinois d'animation "Beyond the Fog" de Xue Feng et Han Xu. La prochaine édition aura lieu du 19 au 28 janvier 2024, selon les organisateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: la 9e édition de Ciné au Palais prévue les 4 et 5 février

Publié

le

Pour la 9e fois, le Palais de Rumine accueille un petit festival de films documentaires, Ciné au Palais, gratuit et pour tous les âges (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Palais de Rumine à Lausanne accueille le week-end du 4 et 5 février une série de films documentaires. La 9e édition de Ciné au Palais propose 16 projections gratuites pour tous les âges, sur le thème des animaux avec lesquels la cohabitation n'est pas toujours facile, qui fascinent et font peur. Chaque film s'accompagne d'une rencontre avec le réalisateur ou un spécialiste.

Le public pourra découvrir "Eliott et les loups", racontant une rencontre avec ce prédateur à travers les yeux d'un enfant ou "Lynx", film récent sur ce félin réintroduit depuis les années 1970 en Suisse, présentent les organisateurs dans un communiqué. "Alerte Glaciers" tente de saisir les enjeux climatiques et géologiques du réchauffement.

Les femmes seront aussi à l'honneur avec "Sages-femmes, voir le jour" sur le miracle de la naissance ou, plus sombre, "A mort la sorcière", film sur une persécution de masse qui a mené des milliers de personnes au bûcher.

L'édition 2023 invite aussi au voyage, dans le temps et l'espace, avec des documentaires sur les dinosaures, sur le site de Carnac et ses menhirs ou encore sur l'histoire d'un arbre amérindien qui survit depuis 200 millions d'années.

Organisé par les musées cantonaux de botanique, de géologie, de zoologie, d'archéologie ainsi que par la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, Ciné au Palais se veut être accessible pour tous. Il proposera plus de la moitié des films aux personnes malentendantes.

www.cineaupalais.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Yverdon: les sorcières au coeur de la nouvelle exposition du CACY

Publié

le

L'artiste vaudoise Maëlle Gross veut "investiguer et sublimer" la figure mythique de la sorcière, longtemps associée à une symbolique négative (archive). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Les sorcières sont en vedette au Centre d'art contemporain d'Yverdon-les-Bains (CACY). Dès dimanche prochain et jusqu'au 23 avril, une exposition de l'artiste lausannoise Maëlle Gross cherche à "investiguer et sublimer" cette figure mythique, longtemps associée à une symbolique négative.

Intitulée "Malefica", l'exposition comprend deux pièces textiles monumentales, une sculpture sonore, un diptyque vidéo et un mural. Autant de créations inédites imaginées spécialement pour l'occasion.

Dans un communiqué, le CACY indique que Maëlle Gross s'est basée sur des faits juridiques documentés et la littérature issue des études de genre pour imaginer ses oeuvres. Elle a notamment rencontré des spécialistes de diverses universités romandes.

Swiss Art Award en 2021

Un programme de médiation accompagnera l'exposition. Il permettra d'aborder la figure de la sorcière "sous des angles allant du scientifique au festif".

Le CACY rappelle encore que, de tout temps, les sorcières ont dérangé. "Perçues comme affranchies, déviantes, savantes, puissantes, sexuelles et souvent maléfiques, ces créatures effraient car elles défient l'ordre établi et remettent en question les discours dominants", poursuit le communiqué.

Agée de 34 ans, Maëlle Gross a déjà participé à de nombreuses expositions, dont quelques-unes étaient individuelles. L'ancienne étudiante de la Haute école d'art et de design de Genève (HEAD) a aussi reçu plusieurs prix, dont un Swiss Art Award en 2021.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Chanson douce", Goncourt 2016, adapté en série avec Nicole Kidman

Publié

le

Nicole Kidman figurera au casting de la future série, dont elle sera aussi une des coproductrices exécutives (archives). (© KEYSTONE/EPA/DAVID SWANSON)

La chaîne de télévision américaine HBO va adapter en série le roman "Chanson Douce" de la Franco-Marocaine Leïla Slimani, inspiré d'un fait divers survenu à New York en 2012 et couronné du prix Goncourt en 2016. L'actrice Nicole Kidman figurera à l'affiche.

HBO a conclu un accord avec la société de production Legendary Entertainment "pour développer et coproduire une série basée sur le livre de Leïla Slimani 'Chanson douce' ('The perfect nanny', en anglais, ndlr)", a annoncé samedi le géant américain de la télévision HBO dans un communiqué.

Au casting de la future série, la star australo-américaine Nicole Kidman et l'actrice américaine Maya Erskine, qui en seront également les coproductrices exécutives.

Il s'agit de la deuxième adaptation à l'écran du roman "Chanson douce" pour lequel Leïla Slimani avait obtenu en 2016 le prix Goncourt. L'ouvrage, vendu à plus d'un million d'exemplaires en France, a déjà été adapté au cinéma en France par la réalisatrice Lucie Borleteau avec dans les rôles principaux Leïla Bekhti et Karin Viard.

Le roman retrace l'assassinat de deux enfants en bas âge par leur nourrice, une femme expérimentée et étrange auxquels les parents des enfants s'étaient attachés. Il s'inspire d'un crime commis en 2012 à New York qui avait coûté la vie à deux enfants de deux ans et six ans. La meurtrière a été condamnée en mai 2018 à la perpétuité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Milo Rau prend la tête du Festival de Vienne

Publié

le

Le metteur en scène suisse, Milo Rau, va diriger le Festival de Vienne, les Wiener Festwoche. (© KEYSTONE/APA/APA/HANS KLAUS TECHT)

Le metteur en scène suisse de théâtre Milo Rau sera le nouveau directeur du Festival de Vienne, les Wiener Festwochen. Il sera déjà responsable de l'édition 2024 de cet important festival européen d'art et de culture.

Milo Rau, 45 ans, devrait prendre en charge la direction artistique du festival à partir de juillet. Son contrat est prévu pour une durée de cinq ans, ont indiqué les Wiener Festwochen en fin de semaine.

Milo Rau quitte son poste de directeur du théâtre NTGent en Belgique. Il occupait ce poste depuis la saison 2018/19. Ce n'est pas possible de mener de front les deux activités, a déclaré le metteur en scène lors d'une conférence de presse à Vienne.

La conseillère municipale en charge de la culture, Veronica Kaup-Hasler, a annoncé la décision vendredi à l'hôtel de ville de Vienne. Elle considère Milo Rau comme l'un des metteurs en scène internationaux les plus importants.

Des éloges pour "l'artiste qui pense politiquement"

En tant qu'"artiste à la pensée politique", Milo Rau travaille dans différents domaines, du théâtre au cinéma en passant par l'opéra, et dispose d'un excellent réseau international, a-t-elle déclaré: "c'est à nouveau une personnalité artistique au fort rayonnement qui est à la tête du festival de Vienne".

Elle souhaite que Milo Rau touche un public plus large. Elle n'a pas voulu donner de chiffres à ce sujet. Dernièrement, les Wiener Festwochen ont déploré une baisse de fréquentation.

Milo Rau ne connaît aucune autre ville "qui brûle autant pour le théâtre que Vienne", a-t-il répondu. Il est impatient de renouer avec la grande tradition des Wiener Festwochen et de créer "une fête du théâtre mythique, énorme et controversée". Il a promis "un théâtre mondial polyphonique, formellement diversifié, passionné et combatif. Une fête pour Vienne et le monde".

Par analogie avec son manifeste de Gand, Milo Rau veut également rédiger un manifeste viennois et élaborer ce dont cette ville et l'Europe a besoin. Le manifeste doit être très concret et rendre compréhensible ce qui a fonctionné et ce qui n'a pas fonctionné. Milo Rau a déclaré qu'il se concentrait sur le théâtre de textes d'intérêt international, avec des "crossovers" dans d'autres domaines comme le théâtre musical ou les expositions.

De nombreuses candidatures

L'intérêt pour la direction des Wiener Festwochen était grand : après un appel à candidatures international, 36 personnes ont été retenues et six invitées à des auditions.

Milo Rau est né en 1977 à Berne. Il a étudié la sociologie, la philologie allemande et la philologie romane à Paris, Zurich et Berlin. Plusieurs de ses ½uvres ont déjà été jouées lors des Wiener Festwochen.

Le directeur actuel, Christophe Slagmuylder, avait décidé l'année dernière de mettre fin prématurément à son contrat et de rejoindre le centre culturel Bozar dans sa ville natale de Bruxelles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / apa

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X