Rejoignez-nous

Coronavirus

UE: 750 milliards d'euros pour relancer une économie exsangue

Publié

,

le

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen va dévoiler un plan d'aide exceptionnelle, très attendu par les Etats éprouvés par la crise. EPA/OLIVIER HOSLET
750 milliards d'euros pour soutenir l'économie européenne mise à mal par le coronavirus: la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen va dévoiler un plan d'aide exceptionnelle, très attendu par les Etats éprouvés par la crise.

Selon des sources européennes, l'Italie et l'Espagne se taillent la part du lion dans ce plan de relance. Sur un total de près de 750 milliards d'euros de subventions et prêts combinés, l'Italie devrait récupérer 172,754 milliards d'euros, l'Espagne 140,446 milliards d'euros. La France toucherait pour sa part 38,772 milliards d'euros.

Le plan repose sur un projet révisé du budget à long terme de l'UE, auquel est adossé un nouveau fonds de relance qui serait alimenté par des emprunts à grande échelle de la Commission au nom de l'UE, d'une ampleur sans précédent.

La Commission a proposé un fonds d'un montant de 750 milliards d'euros, selon le commissaire européen à l'économie, l'Italien Paolo Gentiloni. Sur cette somme, 500 milliards seraient redistribués sous forme de subventions - un montant préconisé dans le projet franco-allemand présenté la semaine passée - et le reste en prêts aux Etats membres, selon des sources européennes concordantes.

Si elle est acceptée, cette proposition serait le plus gros plan de relance jamais lancé par l'UE. "Nous voyons potentiellement un changement radical dans la politique macroéconomique européenne (...) Cela crée un précédent important", a commenté mercredi Philippe Lambers, co-président du groupe des Verts au Parlement européen, dans l'attente de la présentation de Mme von der Leyen.

La semaine passée, l'Allemagne avait surpris en annoncant, avec la France, un changement radical de doctrine: dans une proposition commune, Paris et Berlin soutenaient un plan de 500 milliards d'euros, via un mécanisme de mutualisation de la dette européenne, une option à laquelle Berlin était jusqu'à présent hostile.

Exercice difficile

Mais obtenir l'unanimité des Etats membres, requise sur le budget, sera un exercice difficile. Déjà avant la pandémie, les 27 avaient échoué en février à se mettre d'accord sur un budget de l'ordre de 1000 milliards d'euros pour la période 2021-2027.

La tempête économique n'a pas resserré les rangs entre pays du Nord et pays du Sud, les plus éprouvés par la crise sanitaire. Les différents camps se sont regroupés autour d'une nouvelle ligne de fracture: ceux, plus rigoristes (Pays-Bas, Autriche, Danemark et Suède), qui veulent un soutien uniquement via des prêts, qui devront donc être remboursés, et ceux qui ne veulent que des subventions.

Le projet d'Ursula von der Leyen sera un panachage entre les deux options. Il "ne sera pas un copier-coller" de la proposition franco-allemande avancée la semaine passée par Angela Merkel et Emmanuel Macron, a assuré une source européenne.

Hausse des recettes

La somme allouée au fonds de relance ainsi que les conditions pour en bénéficier restent à finaliser et dépend de la capacité d'emprunt de Bruxelles. Ursula von der Leyen veut l'accroître en relevant les recettes théoriquement disponibles dans le budget - des sommes que l'UE peut légalement exiger des Etats membres - à 2% du Revenu National Brut (RNB) de l'UE, contre 1,2% actuellement, selon une source à la Commission.

A la veille de la présentation, un des vice-présidents de la Commission Maros Sefcovic a appelé à un accord politique rapide, lors du prochain sommet européen prévu le 18 juin. Par ailleurs, le nouveau budget n'entrera en vigueur qu'en 2021, il faudra donc trouver une solution pour disposer de financements dès l'automne pour soutenir les économies menacées de récession.

Le prochain budget de relance devra aussi répondre aux engagements politiques de la Commission qui a placé le numérique et la transition énergétique au coeur de la croissance du Vieux Continent. Sans oublier de développer "l'autonomie stratégique" de l'UE, afin qu'elle soit plus résistante aux crises et moins dépendante de l'extérieur, notamment de la Chine.

L'instrument de relance et le budget viendraient s'ajouter aux 240 milliards d'euros de prêts du Mécanisme européen de stabilité (MES, fonds de secours de la zone euro), aux 200 milliards du fonds de garantie pour les entreprises et aux 100 milliards de l'instrument SURE créé pour soutenir le chômage partiel.

La Commission a par ailleurs validé 2130 milliards d'aides d'Etat depuis le début de la crise, dont près de la moitié débloquée par le gouvernement allemand pour soutenir ses entreprises.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Télétravail et quarantaine maintenus jusqu'à fin février

Publié

le

Le ministre de la santé Alain Berset appelle à rester prudent vu le record de nouveaux cas de coronavirus. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Vu la situation tendue dans les hôpitaux, les mesures pour endiguer la pandémie de coronavirus sont prolongées. Le Conseil fédéral a décidé mercredi d'étendre l'obligation de télétravail et les quarantaines jusqu'à fin février, et les autres mesures jusqu'à fin mars.

La situation restera encore tendue dans les semaines à venir. Le virus circule très rapidement, a relevé le ministre de la santé Alain Berset devant les médias. Le risque d'infection est important. Et de souligner que la Suisse a connu mercredi un record jamais atteint de nouveaux cas, soit plus de 38'000. La pression reste forte sur les hôpitaux.

La Suisse se trouve peut-être à la veille d'une transition majeure vers une phase endémique, a-t-il poursuivi. Est-ce la fin de la pandémie? Le pic de la cinquième vague est-il passé? "On l'espère, mais on ne sait pas. Il faut rester modeste et prudent."

Règles revues

Les mesures actuelles se sont révélées efficaces pour réduire les contacts. "Il est encore trop tôt pour les lever entièrement", a avancé M. Berset. Suite à la consultation, le Conseil fédéral a décidé de prolonger jusqu'à fin février, et non fin mars, l'obligation de télétravail et les quarantaines. Tous les autres pays ont maintenu les quarantaines, a-t-il précisé.

Le gouvernement avait déjà revu les règles de quarantaine la semaine passée. Seules les personnes vivant dans le même foyer qu'un malade testé positif ou entretenant des relations étroites avec lui devront s'y soumettre. Le risque d'infection reste très élevé dans ces cas, estime le Conseil fédéral. Celles et ceux ayant reçu leur dernière dose de vaccin ou ayant contracté la maladie dans les quatre derniers mois en sont exemptés.

Les règles de quarantaine étant modifiées, le traçage des contacts n'est plus nécessaire. Cette obligation était encore valable pour les discothèques et certaines manifestations en intérieur jusqu'à 50 personnes. Les grandes manifestations pourront se tenir même si le canton n'a pas les capacités pour tracer les contacts.

Discussion sur des allègements

La limitation des lieux fermés aux seuls vaccinés ou guéris, les restrictions lors de rencontres privées, la règle de la 3G (pour geimpft/vaccinés, genesen/guéris ou getestet/testés négatifs) pour les manifestations en extérieur et le port du masque dans les espaces intérieurs resteront provisoirement valables jusqu'à fin mars.

Pour Alain Berset, il n'est pas nécessaire de renforcer les mesures actuelles. Le Conseil fédéral renonce à imposer l'enseignement tertiaire à distance. Les capacités pour les manifestations en extérieur ne seront elles pas réduites.

Le Conseil fédéral étudie en permanence la possibilité de lever les restrictions. Il discutera des allègements des mesures lors de sa séance du 2 février. "Notre but reste de lever toutes les mesures", a conclu le ministre de la santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Télétravail et quarantaine maintenus jusqu'à fin février

Publié

le

La période d'incubation très courte du variant omicron permet de changer les règles de quarantaine (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Vu la situation tendue dans les hôpitaux, les mesures pour endiguer la pandémie de coronavirus sont prolongées. Le Conseil fédéral a décidé mercredi d'étendre l'obligation de télétravail et les quarantaines jusqu'à fin février.

Suite à la consultation, le Conseil fédéral a renoncé à prolonger jusqu'à fin mars l'obligation de télétravail et les quarantaines. Il avait déjà revu les règles de quarantaine la semaine passée.

Seules les personnes vivant dans le même foyer qu'un malade testé positif ou entretenant des relations étroites avec lui devront s'y soumettre. Le risque d'infection reste très élevé dans ces cas, estime le Conseil fédéral. Celles et ceux ayant reçu leur dernière dose de vaccin ou ayant contracté la maladie dans les quatre derniers mois en seront exemptés.

Les règles de quarantaine étant modifiées, le traçage des contacts n'est plus nécessaire. Cette obligation était encore valable pour les discothèques et certaines manifestations en intérieur jusqu'à 50 personnes. Les grandes manifestations pourront se tenir même si le canton n'a pas les capacités pour tracer les contacts.

Fin mars

La limitation des lieux fermés aux seuls vaccinés ou guéris, les restrictions lors de rencontres privées, la règle de la 3G (pour geimpft/vaccinés, genesen/guéris ou getestet/testés négatifs) pour les manifestations en extérieur, l'extension du port du masque dans les espaces intérieurs resteront provisoirement valables jusqu'à fin mars.

Le Conseil fédéral renonce à durcir l'obligation du port du masque dans les espaces intérieurs. Par ailleurs, les étudiants des Hautes écoles pourront suivre les cours en présentiel.

Allègement des mesures

Le Conseil fédéral étudie en permanence la possibilité de lever les restrictions. Il discutera des allègements des mesures lors de sa séance du 2 février.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 38'015 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Le taux de positivité des tests s'élève à 36,4%, contre 30% il y a une semaine. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte mercredi 38'015 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 25 décès supplémentaires et 154 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 32'881 cas, soit 5134 de moins. Le même jour, il dénombrait 36 décès et 249 hospitalisations supplémentaires.

670 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 28,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 76,70%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 104'424 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 36,4%, contre 30% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,11.

Le variant Omicron représente 87,9% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 115'746 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 46'529 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 67,95% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,32%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 71,56% des personnes âgées de 65 ans et plus et 35,47% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 356'030, soit 4087,9 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 1'801'425 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'232'657 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'195 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 41'783.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Afrique du Sud: des pumas et des lions contaminés par le Covid-19

Publié

le

La transmission du coronavirus de l'Homme aux animaux représente un danger pour les grands félins en captivité (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP Blood Lions/PIPPA HENKINSON)

Deux pumas et trois lions vivant en captivité dans un zoo en Afrique du Sud ont été contaminés par le Covid-19. Le virus a vraisemblablement été transmis par des membres du personnel asymptomatiques, selon une étude publiée mardi.

La transmission du virus par l'Homme aux animaux "présente un risque pour les grands félins en captivité", met en garde l'étude menée par l'Université de Pretoria. Notamment car les tests PCR ont montré que les félins étaient positifs jusqu'à sept semaines après avoir été contaminés, suggérant que les animaux puissent être touchés par "une forme plus grave de la maladie", souligne le rapport.

L'étude a été lancée après que trois lions d'Afrique ont été testés positifs au Covid-19 l'année dernière. Ils présentaient des symptômes similaires à ceux des humains: difficultés respiratoires, écoulements nasaux, toux. Une lionne a développé une pneumonie.

Cinq employés du zoo en contact avec les animaux ont été testés positifs, laissant penser que l'origine de l'infection venait de l'Homme. Le séquençage des tests a établi qu'il s'agissait du variant Delta, alors dominant en Afrique du Sud.

Un an auparavant, deux pumas présentant des signes d'anorexie et souffrant de diarrhée et d'écoulement nasal avaient aussi été testés positifs au Covid. Ils ont été guéris au bout de trois semaines. Dans leur cas, ni la source de contamination ni le variant n'avaient pu être déterminés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

"Aucun pays n'est tiré d'affaire" avec Omicron selon l'OMS

Publié

le

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) demande de toute faire dans les prochaines semaines pour réduire la charge des centres de santé (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

"Aucun pays n'est tiré d'affaire" avec Omicron même si un pic semble avoir été atteint dans certains d'entre eux, selon le patron de l'OMS. Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé mardi à Genève à tout faire pour réduire les infections et la charge des centres de santé.

La situation va "rester critique" dans les prochaines semaines pour le personnel et le système de santé dans de nombreux pays, a-t-il dit à la presse. "Même les cas moins graves inondent les centres de santé".

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est très inquiète pour les pays où le taux de vaccination est bas. La semaine dernière, 18 millions de cas ont été identifiés mais le nombre de nouvelles victimes est resté stable.

Et lors de la réunion en ligne du Forum économique mondial (WEF), le chef du programme d'urgence de l'OMS Michael Ryan a également mis en garde sur le moment où le virus deviendra endémique. Il a rappelé que le virus pourra rester dangereux.

De son côté, l'Alliance mondiale du vaccin (GAVI) a estimé que le dispositif international d'accès équitable à l'immunisation (COVAX) pourra probablement acheminer son second milliard de doses d'ici cinq mois. Elle avait annoncé il y a quelques jours avoir distribué son premier milliard de doses environ un an après les premières.

Afrique très peu vaccinée

Environ 25 pays font face encore à des difficultés d'absorption. Mais les pays en développement sont parfois mieux préparés que les pays riches. Il faut seulement leur donner les outils pour lancer la campagne de vaccination, selon GAVI.

Aussi bien l'Alliance que l'OMS redoutent une nouvelle vague d'inéquité si un nouveau vaccin pour lutter contre tous les variants est trouvé. Il faut une collaboration entre public et privé pour anticiper ces prochains produits, selon M. Ryan. Au total, 85% des Africains n'ont pas encore reçu de première dose.

Côté tests, une étude sud-africaine laisse penser que les prélèvements salivaires sont plus efficaces que ceux antigéniques ou PCR pour identifier Omicron. Sans la commenter, une épidémiologiste de l'organisation avertit contre un "changement massif" d'approche. Selon elle, tous ces tests sont largement précis pour identifier le variant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X