Rejoignez-nous

Culture

La vie et les morts de Maria Callas, dans l'Athènes de sa jeunesse

Publié

,

le

Maria Callas, ici avec Tito Gobbi, après une représentation au Royal Opéra de Londres en 1965. (© KEYSTONE/AP/ROBERT DEAR)

Athènes se plonge le temps d'une semaine dans la trépidante vie de Maria Callas. Elles se sont mises à deux pour incarner la diva: la comédienne Monica Bellucci et la performeuse Marina Abramovic.

De son vivant, Maria Callas regrettait d'être "au centre d'innombrables commérages". Quarante-quatre ans après sa mort, la diva ressuscite le temps d'une semaine dans l'Athènes de son adolescence pour "clarifier" sur scène sa vie et ses "sept morts", à travers deux stars contemporaines.

"J'ai vu le jour à New York, sous le signe du sagittaire", déclame Monica Bellucci, revêtue d'une authentique robe noire de Maria Callas. Sur la scène du théâtre antique Herodes Atticus d'Athènes, la comédienne italienne "rentre dans l'âme" de la cantatrice grecque, en récitant les "Lettres et Mémoires" de la diva.

"Sagittaire comme" la Callas, la performeuse Marina Abramovic, "fascinée par la personnalité, la vie voire la mort" de la célébrissime soprano, a "voulu rejouer" à l'Opéra national de Grèce, "sept morts" que la tragédienne avait vécues sur scène avant elle. Car "comme bon nombre des héroïnes d'opéra qu'elle créa sur scène, elle aussi est morte d'amour. Elle est morte d'un coeur brisé", confiait l'artiste serbe à l'AFP.

La Callas considérait que la Grèce était à l'origine de son extraordinaire ascension dans le chant lyrique, auquel elle a été formée dès l'âge de 13 ans au conservatoire national à Athènes.

C'est en Grèce, où la virtuose cosmopolite a vécu une dizaine d'années avec sa mère, à la séparation de ses parents grecs, qu'elle interpréta certains de ses grands rôles de La Traviata de Verdi, à Madame Butterfly de Puccini, dont Marina Abramovic scénarise les fins tragiques à l'Opéra.

"J'étais déclarée à l'état civil Sophia Kalogeropoulou. Ma mère ne me permettait pas de le citer plus de 5 minutes devant un miroir, je devais travailler, je ne pouvais pas perdre mon temps avec des bêtises, disait-elle", susurre Monica Bellucci en lisant en français les émouvantes lettres intimes scénographiées par Tom Volf.

"Les lettres sont tellement belles (...) c'était impossible de pas rentrer dans l'âme de cette artiste merveilleuse", a déclaré à la presse Monica Bellucci, peu avant le spectacle joué pour la première fois cette semaine à Athènes.

"Fière et combattive"

La Callas écrivait avoir "vu le jour à New York un matin du 2 ou du 4 décembre". "Mon passeport indique que je suis née le 2 alors que ma mère soutient m'avoir mise au monde le 4, moi je préfère le 4 décembre (...) parce que c'est le jour de sainte Barbara, une sainte fière et combattive".

De l'enfance de la diva à New York à ses années en Grèce, dont elle a pris la nationalité en 1966, des premiers pas de sa carrière à son mariage et à son histoire d'amour tragique avec l'armateur grec Aristote Onassis, Monica Bellucci interprète avec émotion les mémoires de l'icône internationale.

De la Grèce, sa véritable patrie auto-proclamée, la Callas se "souvient de l'hiver 1941, la Grèce envahie par les Allemands et depuis plusieurs mois la population réduite à la famine", rapporte l'actrice. "Celui qui n'a jamais connu la misère de l'occupation et la faim ne peut savoir ce que signifie la liberté", écrivait la cantatrice décédée d'une crise cardiaque à l'âge de 53 ans à Paris.

Tragédie grecque

Dans son appartement parisien reconstitué à Athènes, la Callas ressuscitée par Marina Abramovic s'éteint, en soupirant: "Ari, c'est moi", en référence à Aristote Onassis, décédé avant elle.

"J'avais 14 ans quand je l'ai entendue à la radio dans la cuisine de ma grand-mère; j'ai pleuré tellement j'ai été touchée par la beauté de sa voix", disait en août à l'AFP la papesse de l'art performatif aux longs cheveux noirs.

Dans "Les sept morts de Maria Callas", la performeuse invite sept sopranos à chanter les airs célèbres de la diva pendant que, sur un écran à l'arrière-scène, elle réinvente, avec audace et modernité, "la mort" des héroïnes d'opéra, de Tosca, qui plonge dans le vide, à Carmen poignardée, que la Callas avait incarnées. A la manière d'une tragédie grecque.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Twitter: Elon Musk accusé d'avoir "manipulé le marché"

Publié

le

Des actionnaires de Twitter ont porté plainte contre Elon Musk, qu'ils accusent d'avoir manipulé le marché pour faire des économies dans son opération de rachat du réseau social. (© KEYSTONE/AP/Matt Rourke)

Des actionnaires de Twitter ont porté plainte contre Elon Musk, qu'ils accusent d'avoir manipulé le marché pour faire des économies dans son opération de rachat du réseau social.

D'après les documents remis à un tribunal californien mercredi, les plaignants reprochent au patron de Tesla d'avoir retardé le moment où il révélait être monté au capital de Twitter, une obligation légale au-delà de certains seuils.

Le multimilliardaire a ainsi économisé quelque 156 millions de dollars, estiment-ils, car s'il avait informé le marché dans les temps impartis, il aurait payé plus cher une partie des actions.

"En retardant la publication du montant de sa participation dans Twitter, Musk a manipulé le marché et acheté des parts à un prix artificiellement bas", assurent les avocats des investisseurs, emmenés par William Heresniak.

"Semer le doute"

Depuis début avril, la valeur de la plateforme en Bourse fluctue au gré des informations officielles et tweets du fantasque multimilliardaire. Quand il a annoncé avoir atteint plus de 9% du capital de Twitter le 4 avril, l'action a décollé de 25%.

Il devait rejoindre le conseil d'administration (CA), et puis finalement non, avant d'annoncer son intention de racheter le groupe basé à San Francisco, pour une valeur totale de 44 milliards. Le CA s'y est opposé, avant de céder. Elon Musk a dit suspendre l'opération, puis continuer.

"Musk a fait des déclarations, envoyé des tweets et mené d'autres actions conçues pour semer le doute et faire baisser substantiellement l'action de Twitter pour se créer une marge de manoeuvre qu'il espérait utiliser pour se retirer de la transaction ou renégocier le prix", affirme la plainte.

Les avocats rappellent qu'une partie du financement réuni par l'homme le plus riche au monde consistait en des prêts adossés à ses titres Tesla, qui ont perdu beaucoup de valeur dans la foulée.

Retiré de la Bourse après le rachat

Mercredi, Elon Musk a porté à 33,5 milliards de dollars la somme apportée directement par lui-même et ses partenaires pour le rachat de Twitter, abaissant le montant emprunté à des banques. L'annonce a plu au marché : l'action de Twitter a repris 5% dans la soirée, et a continué à progresser jeudi.

L'entrepreneur aux multiples casquettes (Tesla, SpaceX, Neuralink...) a déjà eu maille à partir avec le gendarme boursier à cause de sa propension à tweeter des informations qui font bouger les cours de ses sociétés cotées.

Suivi sur Twitter par plus de 95 millions de personnes, il a prévu de retirer le réseau social de la Bourse quand il en sera propriétaire.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Rave sauvage à Montagny FR: majorité des fêtards partis

Publié

le

Des fêtards sont contrôlés par des policiers lors d'une opération d'évacuation du rassemblement illégal à Montagny FR. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La majorité des fêtards qui se sont rendus à Montagny-les-Monts FR pour une rave sauvage ont quitté les lieux. La police, qui était intervenue en nombre jeudi, était toujours sur place vendredi matin pour s'assurer de la remise en état des lieux.

Vers 22h00, la plupart des personnes avaient quitté les lieux, a indiqué vendredi matin à Keystone-ATS Martial Pugin, chef de la communication à la police cantonale fribourgeoise.

Et d'ajouter que la police a "gardé le site sous surveillance" durant la nuit et veillera à ce que les quelques dizaines de personnes encore présentes, dont les organisateurs, démontent les infrastructures mises en place et remettent le site en état. Il précise que les personnes qui n'étaient pas en état de quitter les lieux ont été autorisées à passer la nuit sur place.

Musique coupée

La police a été avertie jeudi vers 01h20 de la tenue de cette fête illicite dans la forêt "Chanea". Elle a alors dépêché plusieurs patrouilles sur les lieux. Plusieurs tentatives de négociation ont été effectuées.

Certains participants se sont montrés particulièrement hostiles à l’intervention des agents, leur jetant notamment des pierres et des bouteilles. Un véhicule de police a été endommagé.

Vers 16h00 jeudi, lorsque la police a mis hors service l'installation de musique, qui diffusait à haut volume, plusieurs centaines de fêtards, provenant de plusieurs cantons, mais également d’autres pays d’Europe se trouvaient sur les lieux.

Riverains et nature impactés

Informé, le Préfet de la Broye a ordonné l’arrêt de cette manifestation non autorisée. Des renforts du Groupement de maintien de l’ordre romand ont également été sollicités. D'après la police, les organisateurs planifiaient l’arrivée de plus de 3'000 personnes pour le week-end.

Personne n’a été blessé. Du matériel utile à l’enquête a été séquestré sur ordre de l’autorité compétente.

Au total une centaine d’appels sont parvenus au 117 faisant état de nuisances sonores. Les habitants et riverains des communes avoisinantes ont été impactés, tout comme la faune et la nature. Les organisateurs risquent des amendes pouvant aller jusqu'à plusieurs milliers de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Trafic d'antiquités: soupçon sur un ancien président du Louvre

Publié

le

Jean-Luc Martinez, l'ancien directeur du musée du Louvre est sous le coup d'une enquête de la justice sur un vaste trafic d'antiquités pillées au Proche et Moyen-Orient. De nombreux objets viendraient d'Egypte. (© KEYSTONE/EPA/KHALED ELFIQI)

L'enquête de la justice sur un vaste trafic d'antiquités pillées au Moyen-Orient s'intéresse au rôle de l'ancien président-directeur du musée du Louvre, Jean-Luc Martinez. Il a été inculpé mercredi pour blanchiment et complicité d'escroquerie en bande organisée.

A la tête du plus grand musée du monde pendant huit ans, Jean-Luc Martinez avait été placé en garde à vue lundi dans les locaux de l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels, selon une source proche du dossier.

Il a été mis en examen mercredi en fin d'après-midi pour "complicité d'escroquerie en bande organisée et blanchiment par facilitation mensongère de l'origine de biens provenant d'un crime ou d'un délit", a indiqué jeudi une source judiciaire. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

M. Martinez, 58 ans, "conteste avec la plus grande fermeté sa mise en cause dans ce dossier", ont réagi auprès de l'AFP ses avocats Me Jacqueline Laffont et Me François Artuphel. "Il réserve pour l'heure ses déclarations à la justice et ne doute pas que sa bonne foi sera établie", ont-ils ajouté.

L'ancien dirigeant du Louvre de 2013 à l'été 2021 est aujourd'hui ambassadeur pour la coopération internationale dans le domaine du patrimoine.

Deux égyptologues libérés

Deux éminents égyptologues français, qui avaient également été placés en garde à vue lundi, ont quant à eux été libérés sans poursuites à ce stade, a précisé la source judiciaire.

Selon l'hebdomadaire français Le Canard enchaîné, qui avait annoncé les gardes à vue, les enquêteurs cherchent à savoir si M. Martinez aurait "fermé les yeux" sur de faux certificats d'origine de cinq pièces d'antiquité égyptiennes acquises "pour plusieurs dizaines de millions d'euros" par le Louvre Abu Dhabi, l'antenne du musée parisien dans la capitale des Emirats arabes unis.

Parmi ces pièces figure une stèle en granit rose gravé au nom du roi Toutankhamon, "un objet exceptionnel", selon l'égyptologue Marc Gabolde cité par le quotidien français Le Monde.

C'est lui qui avait alerté les deux autres égyptologues sur la provenance douteuse de la stèle, dans une note début 2019, selon le journal. Les deux spécialistes auraient ensuite transmis le document à M. Martinez. Sollicitée par l'AFP, la direction du Louvre n'a pas souhaité réagir.

Centaines de pièces pillées

Une enquête préliminaire portant sur des soupçons de trafic d'antiquités provenant du Proche et Moyen-Orient avait été discrètement ouverte en juillet 2018 par le parquet de Paris.

Depuis février 2020, un juge d'instruction est chargé d'une information judiciaire ouverte pour recel de vol en bande organisée, association de malfaiteurs, blanchiment et escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux ainsi qu'omission de mention par le vendeur sur le registre des objets mobiliers.

Ce trafic concernerait des centaines de pièces et porterait sur plusieurs dizaines de millions d'euros, selon des sources proches à l'époque. Les faits avaient été révélés lors d'un coup de filet retentissant dans le milieu feutré du marché de l'art et des antiquaires parisiens en juin 2020.

Un expert en archéologie méditerranéenne, Christophe Kunicki, et son mari Richard Semper, marchand, avaient été inculpés et placés sous contrôle judiciaire. Ces deux figures respectées du monde des antiquités de la capitale française sont soupçonnées d'avoir "blanchi" des objets archéologiques pillés dans plusieurs pays en proie à l'instabilité depuis le début des années 2010: Egypte, Libye, Yémen ou Syrie.

En mars dernier, Roben Dib, propriétaire d'une galerie à Hambourg (Allemagne), a également été mis en examen et placé en détention provisoire.

L'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels cherche à déterminer les conditions d'acquisition par le Louvre Abu Dhabi, par l'intermédiaire de ce galeriste germano-libanais, des cinq antiquités sorties illégalement d'Egypte, d'après le Canard enchaîné.

Les noms de M. Kunicki et M. Semper avaient déjà été cités dans l'affaire du sarcophage du prêtre Nedjemankh, vendu au "Met" de New York en 2017 pour 3,5 millions d'euros par M. Kunicki.

Une enquête avait établi que l'objet avait été volé en 2011, année du soulèvement contre le président Hosni Moubarak. Ce sarcophage a finalement été rendu solennellement à l'Egypte en 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Les musées yverdonnois ouvrent leurs portes samedi soir

Publié

le

Les institutions culturelles yverdonnoises, ici avec la Maison d'Ailleurs, ouvrent leurs portes samedi soir pour une nouvelle Nuit des musées (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Yverdon-les-Bains (VD) accueille samedi une nouvelle Nuit des musées. La manifestation, gratuite, se déroulera de 15h00 à 23h00 dans cinq institutions culturelles de la cité thermale: Château, Maison d'Ailleurs, Centre d'art contemporain, galerie Kaminska & Stocker et centre Pro Natura.

En plus des expositions actuelles, diverses animations sont prévues (ateliers de dessins, jeux, visites guidées). Le public sera aussi invité à résoudre des énigmes et à récolter les pièces d'un mystérieux disque, le Tournicotis. "Une surprise à déguster" est promise à celles et ceux qui parviendront à assembler ce disque, promettent les organisateurs.

Pour relier les différents sites, les tuk-tuk de l'Office du tourisme et les vélos en libre-service de Donkey Republic seront mis gratuitement à disposition sur la place Pestalozzi.

Parmi les nouveautés de cette édition 2022, une balade est proposée du centre-ville jusqu'au parc des Rives autour de l'art dans l'espace public. Deux projets artistiques, "ELEMENTS" et "Cabines d'expression", seront dévoilés durant ce trajet.

A noter que la manifestation démarrera même dès 11h00 au sein du Château. Un "mini-cinéma" et une exposition réalisée par 200 élèves autour du cadavre exquis seront notamment proposés aux visiteurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Théâtre Vidy-Lausanne: un spectacle décalé au club d'aviron

Publié

le

Augustin Maillefer (deuxième depuis la gauche) a participé aux Jeux olympiques de Rio (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Théâtre de Vidy, à Lausanne, propose de partir à la découverte de l'aviron. Dès mardi, Frédéric Ferrer dévoilera un spectacle loufoque mais bien documenté. Pour rire et s'instruire avec la complicité du rameur suisse Augustin Maillefer.

Frédéric Ferrer vient à Lausanne pour une nouvelle étape de son cycle de conférences décalées dédiées à l’olympisme. Le spectacle se tient hors les murs - sur scène et sur l'eau - au club d'aviron de la capitale olympique, à quelques longueurs de rames du CIO.

Depuis 2018, le scientifique touche-à-tout et acteur expert en boniments logiques s'est attaqué à une série de disciplines des Jeux olympiques (JO), dont le 400 mètres, le lancer du disque ou encore le saut en hauteur. Sur les rives du Léman, quatre soirs durant, il s'intéressera à la discipline du "quatre de couple sans barreur", soit un bateau de quatre athlètes avec deux rames chacun.

Avec un athlète des JO

Comme à chaque fois, un athlète prend part au spectacle, pour un échange et une démonstration. A Lausanne, ce sera le Renanais Augustin Maillefer, 29 ans, qui a participé aux Jeux olympiques de Londres en 2012 et de Rio en 2016. Titulaire d'un master en sciences du sport, il étudie actuellement à la Haute Ecole pédagogique.

Entre absurde et rigueur scientifique, Frédéric Ferrer livre un regard inédit sur le sport. Cette approche séduit autant les amateurs de bons mots que les spécialistes: "Le Lausanne-Sports Aviron se réjouit d'accueillir un tel événement culturel, qui met en lumière et interroge notre discipline, souvent peu connue", relève Romain Loup, président du club, cité dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X