Rejoignez-nous

Culture

La vie et les morts de Maria Callas, dans l'Athènes de sa jeunesse

Publié

,

le

Maria Callas, ici avec Tito Gobbi, après une représentation au Royal Opéra de Londres en 1965. (© KEYSTONE/AP/ROBERT DEAR)

Athènes se plonge le temps d'une semaine dans la trépidante vie de Maria Callas. Elles se sont mises à deux pour incarner la diva: la comédienne Monica Bellucci et la performeuse Marina Abramovic.

De son vivant, Maria Callas regrettait d'être "au centre d'innombrables commérages". Quarante-quatre ans après sa mort, la diva ressuscite le temps d'une semaine dans l'Athènes de son adolescence pour "clarifier" sur scène sa vie et ses "sept morts", à travers deux stars contemporaines.

"J'ai vu le jour à New York, sous le signe du sagittaire", déclame Monica Bellucci, revêtue d'une authentique robe noire de Maria Callas. Sur la scène du théâtre antique Herodes Atticus d'Athènes, la comédienne italienne "rentre dans l'âme" de la cantatrice grecque, en récitant les "Lettres et Mémoires" de la diva.

"Sagittaire comme" la Callas, la performeuse Marina Abramovic, "fascinée par la personnalité, la vie voire la mort" de la célébrissime soprano, a "voulu rejouer" à l'Opéra national de Grèce, "sept morts" que la tragédienne avait vécues sur scène avant elle. Car "comme bon nombre des héroïnes d'opéra qu'elle créa sur scène, elle aussi est morte d'amour. Elle est morte d'un coeur brisé", confiait l'artiste serbe à l'AFP.

La Callas considérait que la Grèce était à l'origine de son extraordinaire ascension dans le chant lyrique, auquel elle a été formée dès l'âge de 13 ans au conservatoire national à Athènes.

C'est en Grèce, où la virtuose cosmopolite a vécu une dizaine d'années avec sa mère, à la séparation de ses parents grecs, qu'elle interpréta certains de ses grands rôles de La Traviata de Verdi, à Madame Butterfly de Puccini, dont Marina Abramovic scénarise les fins tragiques à l'Opéra.

"J'étais déclarée à l'état civil Sophia Kalogeropoulou. Ma mère ne me permettait pas de le citer plus de 5 minutes devant un miroir, je devais travailler, je ne pouvais pas perdre mon temps avec des bêtises, disait-elle", susurre Monica Bellucci en lisant en français les émouvantes lettres intimes scénographiées par Tom Volf.

"Les lettres sont tellement belles (...) c'était impossible de pas rentrer dans l'âme de cette artiste merveilleuse", a déclaré à la presse Monica Bellucci, peu avant le spectacle joué pour la première fois cette semaine à Athènes.

"Fière et combattive"

La Callas écrivait avoir "vu le jour à New York un matin du 2 ou du 4 décembre". "Mon passeport indique que je suis née le 2 alors que ma mère soutient m'avoir mise au monde le 4, moi je préfère le 4 décembre (...) parce que c'est le jour de sainte Barbara, une sainte fière et combattive".

De l'enfance de la diva à New York à ses années en Grèce, dont elle a pris la nationalité en 1966, des premiers pas de sa carrière à son mariage et à son histoire d'amour tragique avec l'armateur grec Aristote Onassis, Monica Bellucci interprète avec émotion les mémoires de l'icône internationale.

De la Grèce, sa véritable patrie auto-proclamée, la Callas se "souvient de l'hiver 1941, la Grèce envahie par les Allemands et depuis plusieurs mois la population réduite à la famine", rapporte l'actrice. "Celui qui n'a jamais connu la misère de l'occupation et la faim ne peut savoir ce que signifie la liberté", écrivait la cantatrice décédée d'une crise cardiaque à l'âge de 53 ans à Paris.

Tragédie grecque

Dans son appartement parisien reconstitué à Athènes, la Callas ressuscitée par Marina Abramovic s'éteint, en soupirant: "Ari, c'est moi", en référence à Aristote Onassis, décédé avant elle.

"J'avais 14 ans quand je l'ai entendue à la radio dans la cuisine de ma grand-mère; j'ai pleuré tellement j'ai été touchée par la beauté de sa voix", disait en août à l'AFP la papesse de l'art performatif aux longs cheveux noirs.

Dans "Les sept morts de Maria Callas", la performeuse invite sept sopranos à chanter les airs célèbres de la diva pendant que, sur un écran à l'arrière-scène, elle réinvente, avec audace et modernité, "la mort" des héroïnes d'opéra, de Tosca, qui plonge dans le vide, à Carmen poignardée, que la Callas avait incarnées. A la manière d'une tragédie grecque.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Lausanne: plongée dans les collections du Naturéum et du MCAH

Publié

le

L'exposition "Spécimens 24" propose une plongée dans les collections du Naturéum et du MCAH. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Naturéum (Muséum cantonal des sciences naturelles) et le MCAH (Musée cantonal d'archéologie et d'histoire) explorent leurs collections dans une nouvelle exposition. "Spécimens 24" se dévoile jusqu'au 30 mars 2025 au Palais de Rumine et au Jardin botanique cantonal de Lausanne, mais aussi dans d'autres lieux du canton.

Cette exposition vise à interroger le rôle des musées scientifiques aujourd'hui et à rappeler l'importance des spécimens, "au coeur des collections muséales de sciences", indiquent les deux institutions vaudoises. Quelles sont les raisons d'être des collections scientifiques, autant anciennes que récentes? Quels critères doivent guider la sélection des spécimens? Telles sont quelques-unes des questions qui sont abordées dans "Spécimens 24".

Le parcours de l'exposition est centré sur "trois fonctions cardinales": se souvenir, étudier et transmettre. Ce parcours est complété par un volet consacré aux tourbières, "un environnement naturel très spécifique", présenté dans les espaces publics du conservatoire du Jardin botanique cantonal, poursuit le dossier de presse.

Les visiteurs pourront prolonger l'exposition sur d'autres sites, des partenariats ayant été conclus avec Plateforme 10, les Sites et Musée romains d'Avenches et l'Université de Lausanne. Différents artistes y présenteront leurs oeuvres pour faire "dialoguer arts et sciences".

"Spécimens 24" s'accompagne aussi d'un programme de médiation: visites guidées, débats, conférences, ateliers pour enfants et adultes, projections et contes pour enfants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Plus de soixante spectacles à l'affiche de Beausobre à Morges

Publié

le

Sophie Marceau est l'une des têtes d'affiche de la nouvelle saison du théâtre de Beausobre (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le Théâtre de Beausobre a dévoilé jeudi l'affiche de sa prochaine saison, riche d'une soixantaine de spectacles. Plusieurs figures de la scène théâtrale et musicale française défileront à Morges (VD), à l'instar notamment de Sophie Marceau et Renaud.

Comme chaque année, Beausobre accueillera plusieurs pièces des théâtres parisiens. Outre Sophie Marceau, qui partage la scène avec François Berléand dans "La Note", Yvan Attal, Stéphane de Groodt, Jonathan Lambert, Alessandra Sublet, Florence Pernel, Stéphane Freiss, Régis Laspalès, Michel Fau, Christiana Reali, Lionel Abelanski, Camille Cottin, Julien Aluguette ou encore Virginie Lemoine sont annoncés.

Côté musical, les programmateurs promettent des concerts "multiculturels dans des styles variés et colorés." Ibrahim Maalouf, Angélique Kidjo Christophe Willem, Kimberose, Renaud, Chilly Gonzales, Clara Ysé, les soeurs Katia et Marielle Labèque et Brad Mehldau seront notamment de la partie.

La Geneva Camarata présentera "La Danse du soleil" où se mêleront musique classique, danse et théâtre. Parmi les autres propositions musicales de la saison, la salle du CUBE accueillera Noé Preszow, Flèche Love et Phanee de Pool pour un week-end spécial de concerts debout.

Les adeptes de danse auront aussi droit à plusieurs spectacles avec le Gala des étoiles de Cuba, Hervé Koubi, Beaver Dance Company, Queen Blood et le Béjart Ballet Lausanne.

Au chapitre humour, c'est le Vaudois Simon Romang qui ouvrira la saison avec son seul en scène "Poussette". Suivront Manu Payet, Panayotis Pascot, Philippe Lellouche, Isabelle Nanty, Christelle Chollet, Véronique Gallo ou encore Bérengère Krief.

Beausobre proposera également une gamme de spectacles familiaux, allant du cirque à la magie en passant par le théâtre et les marionnettes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Programmation plurielle et engagée au NIFFF à Neuchâtel

Publié

le

Pierre-Yves Walder, directeur général et artistique du Festival International du Film Fantastique de Neuchätel (NIFFF) a présenté une sélection 2024 diverse et contrastée. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF), qui se déroulera du 5 au 13 juillet, va proposer 124 oeuvres, dont 12 premières mondiales. La sélection sera "diverse et contrastée". Asia Argento est l'invitée d'honneur de cette 23e édition.

"Cette année, les récits féministes et écologiques ont dessiné une programmation plurielle et engagée. Ils passent de l’intime au spectaculaire, imposant plus que jamais le cinéma fantastique comme un vecteur crucial pour exprimer les bouleversements sociétaux et politiques qui secouent l’actualité", a déclaré jeudi Pierre-Yves Walder, directeur général et artistique.

Près de la moitié des films de la compétition internationale sont signés par des femmes ou des personnes non-binaires (dont Veronika Franz, Camila Beltrán, Shalini Ushadevi et Jane Schoenbrun). La carte blanche de l'invitée d’honneur, Asia Argento, ainsi que celle de la drag queen suisse Moon reflètent également la diversité et cet engagement, a ajouté le NIFFF.

En 2023, la fréquentation du festival était de 63'000 personnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Yverdon: une trentaine de projets au Festival le Castrum

Publié

le

Le Festival le Castrum se déroulera dans treize lieux d'Yverdon, du centre-ville au bord du lac (photo d'illustration). (© KEYSTONE/Valentin Flauraud)

La 24e édition du festival le Castrum aura lieu du 8 au 11 août à Yverdon-les-Bains (VD). Pendant quatre jours, 28 projets pluridisciplinaires réunissant 99 artistes mettront à l'honneur les arts vivants dans treize lieux de la ville, du château jusqu’aux rives du lac.

Attaché à faire vivre la ville autrement lors de chacune de ses éditions, le festival se déploie cet été dans de nouveaux lieux pour permettre de découvrir les ruelles, places et bâtiments emblématiques d'Yverdon sous un jour inédit. Comme l'an dernier, le Castrum investira également les rives du lac, ont indiqué mercredi les organisateurs.

Les projets présentés lors de cette édition 2024 flouteront les frontières entre les disciplines artistiques et viendront dialoguer avec l'architecture des lieux. lls prendront la forme de dix spectacles, neuf concerts, deux cinés-concerts, deux dj-sets ainsi que deux expositions-installations.

De mèches

A l'affiche notamment, le spectacle Bitbybit revisitera de manière contemporaine la technique de cirque traditionnelle de la mâchoire d'acier. Autre duo, Surcouf se déroulera sur l'eau et met en scène deux personnages tentant de garder le cap.

Elaborés autour des notions d'interdépendance et d'entraide, Bakana et Gravir sont deux spectacles portés par des collectifs de circassiennes. Le premier utilise la technique de la capilotraction (suspension par les cheveux) et, le second, la voltige.

Le lieu culturel "La Dérivée" proposera une variété d'activités durant toute la durée du festival. Parmi elles, la fresque participative Vortex Urbain.

Au centre, la place de l'Amitié accueillera la pièce "Splatsch!". L'Hôtel-de-Ville ouvrira ses combles aux publics lors du spectacle déambulatoire "Éloge de l'ombre", en collaboration avec le Théâtre Benno Besson. Le Castrum 2024 propose également un finissage de l'exposition "Fings" au Centre d'art contemporain Yverdon (CACY).

Besoin de soutien

Festival pluridisciplinaire gratuit depuis 1979, le Castrum fait face à un challenge financier conséquent en raison de l'augmentation générale des coûts d'organisation, explique-t-il dans son communiqué. Il a aujourd'hui besoin de soutien pour pouvoir pérenniser ses activités.

Et de souligner que toute personne souhaitant apporter son aide peut acheter un billet fictif via la billetterie de soutien, devenir membre de l'Association Castrum & Cie ou encore effectuer une donation libre.

www.lecastrum.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X