Rejoignez-nous

Culture

L'art et le cinéma à l'honneur à l'Hermitage

Publié

,

le

La Fondation de l'Hermitage rouvre ses portes vendredi avec l'exposition "Arts et cinéma". (©Fondation de l'Hermitage)

La Fondation de l'Hermitage à Lausanne rouvre ses portes vendredi en explorant la modernité artistique. Jusqu'au 3 janvier, elle s'intéresse aux liens entre les beaux-arts et l'une des grandes révolutions visuelles du 20e siècle, le cinéma.

Adaptant un projet montré au CaixaForum de Madrid et de Barcelone (2017) et au musée des Beaux-Arts de Rouen (18 octobre 2019 – 10 février 2020), l’exposition illustre les échanges et les influences réciproques entre cinéastes et plasticiens. Elle traverse l'époque des premiers films de la fin du 19e siècle jusqu'à la Nouvelle Vague.

Mettant l'accent sur les arts plastiques, l’étape lausannoise fait dialoguer des extraits, des affiches et des maquettes de films avec des sculptures, des dessins, des photographies et des peintures de premier plan.

Mise en regard inédite

Les créations des frères Lumière, de Fernand Léger, Fritz Lang, Charlie Chaplin, Pablo Picasso, Luis Buñuel, Nicolas de Staël et Jean-Luc Godard – pour ne citer que les plus célèbres – se font ainsi écho, dans une mise en regard inédite.

Construite sur une idée originale de Dominique Païni, l’exposition s’articule de manière chronologique autour de thématiques éclairant le dialogue entre arts et cinéma: Avant le cinéma, Les frères Lumière et l’impressionnisme, Charlot et le cubisme, Rythmes formels, Expressionnisme allemand, Expressionnisme russe, Surréalisme, Filmer l’art, Vagues modernes, ainsi que Le cinéma politique et militant.

Rétrospective

L'exposition a été réalisée en collaboration avec La Cinémathèque française et la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie. Elle sera suivie de "chefs-d'œuvre de la collection Bemberg" du 22 janvier au 30 mai 2021. Puis, en première Suisse romande, d'une importante rétrospective consacrée au peintre lucernois Hans Emmenegger (1866-1940) du 25 juin au 31 octobre 2021.

Le port du masque est vivement recommandé dès douze ans; il est obligatoire lors des activités de groupe.

RHT et subvention

La Fondation de l’Hermitage avait fermé ses portes le 14 mars dernier, suite aux mesures prises par les autorités pour limiter la propagation du Covid-19. L'institution muséale privée a bénéficié des RHT et d'une subvention suite à la fermeture de l’exposition "Le Canada et l’impressionnisme", prévue à l'origine jusqu'au 24 mai, son équilibre financier reposant principalement sur les recettes de billetterie et la recherche de fonds auprès de partenaires privés.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Six photographes récompensés par le prix "Swiss Press Photo"

Publié

le

En sport, la Zougoise Alexandra Wey a été récompensée pour sa série "des silhouettes en carton dans les gradins". (©KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Six photographes ont été récompensés dans autant de catégories du prix "Swiss Press Photo" 2021. Le nom du photographe ou de la photographe suisse de l'année sera dévoilé le 28 avril, indique mardi la Fondation Reinhardt von Graffenried.

Le Tessinois Pablo Gianinazzi, qui travaille pour l'agence Ti-Press, partenaire de Keystone-ATS, est le lauréat dans la catégorie Actualité pour sa série de clichés "Premier hôpital Covid en Suisse".

En sport, le prix va à la Zougoise Alexandra Wey, elle aussi photographe pour Keystone-ATS, pour sa série "des silhouettes en carton dans les gradins" du Letzigrund à Zurich, à l'occasion de la reprise du championnat sans supporters.

Toujours sur le thème du coronavirus, la Zurichoise Sarah Cap, qui réside à Yverdon-les-Bains, est récompensée dans la catégorie "Vie quotidienne" pour son travail sur son propre quotidien intitulé "Parenthèse - Rester à la maison" et publié dans le Matin Dimanche.

L'Helvético-Brésilien Dom Smaz, résidant à Lausanne, est primé dans la catégorie "Histoire suisse" pour des clichés pour le quotidien Le Temps sur un groupe qui s’entraîne à la résistance passive en vue de l’occupation de la Place fédérale à Berne.

La Zurichois Karin Hofer est récompensée dans la catégorie Portrait pour une série sur Christine Hug, devenue une femme après avoir été un homme durant 40 ans. Ce travail a été publié dans la NZZ.

Enfin, dans la catégorie Etranger, le Genevois Niels Ackermann est le lauréat pour ses clichés de la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga à l'occasion d'un voyage en Ukraine, repris par le journal dominical SonntagsBlick.

Continuer la lecture

Culture

Le Venoge Festival reporte sa 26e édition à 2022

Publié

le

Le Venoge Festival n'aura à nouveau pas lieu en 2021. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Il n’y aura pas de Venoge Festival cette année. A l’instar de nombreux projets suspendus en raison de la pandémie de Covid-19, le Venoge Festival a décidé de jeter l’éponge. Dans un communiqué diffusé ce matin, le comité du Venoge annonce re-reporter la 26e édition du Festival du 17 au 22 août 2022 à Penthaz. Les billets achetés l’année dernière resteront valables.

Le comité du Venoge dit n'avoir aucune vue ou perspective pour le mois d’août 2021, notamment sur la forme que pourrait avoir la manifestation cet été. Il estime toutefois évident "qu’une manifestation comptabilisant autant de public que d’accoutumée semble irréaliste en août, ou alors avec des conditions et contraintes sanitaires allant à l’encontre de l’ADN du festival". Il n'y a aussi aucune garantie financière en cas d’annulation de dernière minute par les autorités (tant est qu’autorisation soit accordée).

Pour le Venoge Festival, ce report n’est pas sans conséquences, mais il estime que c’est la solution la plus sage pour limiter la casse et les frais inhérents à l’organisation. Afin de survivre à ce deuxième report et faire vivre le festival, plusieurs actions et manifestations de taille réduite seront probablement mises en place cet été.

venogefestival.ch

Continuer la lecture

Culture

La Fête du Slip se tiendra du 13 au 16 mai à Lausanne

Publié

le

Contrairement aux précédentes éditions (ici en 2018), la Fête du Slip, consacrée à la diversité sexuelle, se resserre cette année sur son bastion lausannois, le quartier de Sévelin (Archives © Keystone/LAURENT GILLIERON)

La 9e édition de La Fête du Slip aura lieu du 13 au 16 mai à Lausanne. Contraintes sanitaires obligent, la manifestation consacrée à la diversité sexuelle se resserre sur son bastion lausannois, le quartier de Sévelin.

Une exposition pluridisciplinaire sur le genre et le graphisme aura lieu au Musée de design et d'arts appliqués contemporains (mudac) dans le cadre du festival et fera l'objet pour la première fois d'un programme de médiation scolaire, ont aussi annoncé jeudi les organisateurs.

"Subversi·ive·s - graphisme, genre et pouvoir" s'adressera au jeune public avec des visites spécialement organisées pour les élèves des classes de la région, du 10 au 12 mai 2021. Le festival proposera des outils pédagogiques aux enseignants afin de thématiser ces questions d'actualité avec les élèves, précisent les organisateurs.

En journée, en petit comité, dans la rue ou dans l'espace virtuel, le programme complet de La Fête du Slip sera dévoilé le 29 avril prochain. "La 9e édition s'annonce certes plus intime et plus sage que les années précédentes, mais toujours aussi coquine", promettent ses responsables.

www.lafeteduslip.ch

Continuer la lecture

Culture

Une édition digitale pour les rencontres du 7e Art

Publié

le

Si les cinémas peuvent rouvrir, une sélection de chefs-d'oeuvre seront diffusés en salle (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Rencontres du 7e Art Lausanne se tiendront du 26 avril au 2 mai sous une forme essentiellement digitale. A l'affiche, des rencontres en ligne avec des personnalités comme Roland Joffé et Bertrand Blier. Des films seront projetés en salle si la situation le permet.

Les salles de cinéma sont encore fermées et les dernières annonces du Conseil fédéral offrent peu de visibilité pour les semaines à venir. Dans ces conditions, il n'est pas possible d'organiser une 4e édition du festival "dans sa globalité et dans les meilleures conditions", annonce jeudi le festival.

Les organisateurs proposent tout de même une série de rencontres avec des personnalités du monde du cinéma, dont les réalisateurs Roland Joffé et Bertrand Blier et les actrices Irène Jacob et Marthe Keller. Ces rencontres et masterclass se dérouleront dans des écoles (ECAL et EJMA) et à la Fondation Michalski, si possible devant un public restreint d'étudiants. Elles seront diffusées en ligne sur les réseaux sociaux et sur le site internet du festival.

Peut-être sur grand écran

Outre les rencontres, l'ADN du festival créé par Vincent Perez repose sur la projection de chefs-d'oeuvre sur grand écran. Si la réouverture des salles est possible, une série de films seront diffusés à la Cinémathèque et dans les cinémas Pathé.

"Citizen Kane" d'Orson Welles et le "Salaire de la peur" d'Henri-Georges Clouzot feront notamment partie de cette sélection. La programmation complète sera dévoilée après les annonces du Conseil fédéral du 14 avril.

Continuer la lecture

Culture

Le Montreux Jazz aura lieu cet été en version réduite

Publié

le

Pour l'édition 2021 du Montreux Jazz, Mathieu Jaton veut installer une scène sur le lac (Archives © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Montreux Jazz Festival (MJF) aura bien lieu cet été du 2 au 17 juillet, mais en version réduite et inédite. Une scène sera construite sur le lac, à 25 mètres du rivage. Le Montreux Palace accueillera trois autres scènes de petite capacité.

Le festival mise sur la beauté du site et sur des salles intimistes. "Il nous est apparu plus raisonnable de partir sur de petites capacités quitte à les faire évoluer par la suite", a expliqué mercredi à Keystone-ATS Mathieu Jaton, le directeur du MJF.

Dans les circonstances actuelles, il est plus prudent de privilégier les concerts à l'extérieur ou dans de petites salles à l'intérieur. Sur la scène du lac, deux artistes par soir joueront face à une terrasse en gradins pouvant accueillir jusqu'à 600 spectateurs assis.

Une deuxième scène payante, de 300 places assises, sera située dans la salle des Fêtes - au décor Belle Epoque - du Montreux Palace. Le Grand Hall et les jardins de l'hôtel accueilleront de petites scènes dédiées à des jam sessions, des découvertes et des DJ sets. L'accès à ces deux derniers espaces sera gratuit.

Dix fois moins

Dans cette configuration, le MJF pourra accueillir "entre 1200 et 1500 personnes par jour, contre les 10'000 à 15'000 personnes par jour des années précédentes, soit environ dix fois moins", a calculé Mathieu Jaton. Le festival tenait à maintenir un projet pour les artistes, pour le public ainsi que pour Montreux et sa région.

Le format et les modalités de cette 55e édition s'adapteront aux contraintes sanitaires qui évoluent constamment. Si les concerts peuvent être suivis debout, il serait envisageable d'augmenter les capacités. D'autres lieux de Montreux pourraient être investis, comme le Stravinski. "C'est de la musique d'avenir", selon M. Jaton.

Vieux rêve

Installer une scène sur le Léman est un vieux rêve. "Cela fait des années qu'on se demande comment mieux exploiter le lac. En cette année difficile, nous avons essayé de créer quelque chose d'exceptionnel qui sublime la création artistique", a dit M. Jaton.

Les concerts seront filmés et diffusés sur des plateformes digitales, contre rémunération pour le festival. "Le public pourra les suivre gratuitement à distance", a expliqué M. Jaton. Le MJF entend développer ce modèle économique, afin que sa rentabilité soit moins dépendante des deux semaines de festival. Le budget 2021 tourne autour des 7-8 millions, contre 27 millions habituellement.

Programmation en mai

La programmation sera annoncée au mois de mai. Mathieu Jaton promet des artistes internationaux, avec une part belle pour la scène helvétique. "Tous les festivals sont en train d'annuler. Des artistes nous appellent pour nous dire qu'ils ont envie de faire quelque chose avec nous, hors tournée", a ajouté le directeur.

Quelque 20'000 billets seront mis en ligne à une date qui sera précisée plus tard. Les prix seront plus bas. "De l'ordre de 40 à 50 francs sur la scène du lac. Cela dépendra des projets artistiques", a précisé Mathieu Jaton. Il n'y aura pas de stands de nourriture et de boissons sur les quais.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Vos idées sont indécises, trop imprégnées de vos états d’âme moroses. Isolez-vous et faites le point calmement.

Publicité

Les Sujets à la Une

X