Rejoignez-nous

Culture

L'autrice de "Comment tuer son mari" condamnée pour meurtre

Publié

,

le

"Où est le mobile, je vous le demande? Un éditeur rirait et dirait 'je crois que tu dois travailler plus dur sur cette histoire, il y a un gros trou dedans'", a déclaré la romancière Nancy Crampton Brophy lors de son procès (archives). (© KEYSTONE/AP/Dave Killen)

Une romancière américaine ayant écrit un essai intitulé "Comment tuer son mari" a été condamnée mercredi pour le meurtre de son époux par un tribunal de l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Après huit heures de délibération, le jury a déclaré Nancy Crampton Brophy coupable du meurtre de Daniel Brophy.

L'écrivaine, spécialisée dans les romans sentimentaux aux titres aussi évocateurs que "L'enfer au coeur" ou "Le mauvais mari", a nié en bloc, assurant que les images de vidéo-surveillance où elle apparaît près de la scène du crime la montrent tout simplement en train de chercher de l'inspiration pour ses livres.

Quant à un pistolet manquant, qui est l'arme du crime selon les policiers, elle jure l'avoir acheté par souci de réalisme, comme accessoire pour l'écriture d'un livre. Elle rejette également l'accusation selon laquelle elle aurait tué son mari pour empocher des centaines de milliers de dollars d'assurance-vie.

Problèmes financiers

Les avocats de cette femme de 71 ans ont indiqué leur intention de faire appel, selon le journal local The Oregonian.

Selon les procureurs, Nancy Crampton Brophy avait des problèmes financiers quand elle a tué son mari de deux balles dans le coeur en juin 2018 dans l'école de cuisine où il officiait. Des élèves avaient trouvé Daniel Brophy, 63 ans, sur le sol d'une salle de classe. Sa femme avait été arrêtée en septembre de cette même année, et se trouvait en détention depuis.

Lors du procès, le procureur Shawn Overstreet a exposé les preuves montrant, selon lui, que l'accusée avait commis le meurtre. "Ce n'est pas seulement une question d'argent. C'est à propos du style de vie qu'elle désirait, et que Dan ne pouvait pas lui offrir", a-t-il dit pour expliquer son geste.

Allégations rejetées

A la barre, Nancy Crampton Brophy avait rejeté ces allégations, assurant que ses problèmes financiers étaient de l'histoire ancienne. "Financièrement, je m'en sors mieux si Dan est vivant que s'il est mort", avait-elle témoigné.

"Où est le mobile, je vous le demande? Un éditeur rirait et dirait 'je crois que tu dois travailler plus dur sur cette histoire, il y a un gros trou dedans.'"

La durée de la peine que l'écrivaine devra effectuer n'est pas encore connue.

L'essai "Comment tuer son mari" est consacré à l'art et la manière de se débarrasser d'un conjoint sans être inquiété par la justice. On y apprend ainsi que les armes à feu sont "bruyantes, mettent le désordre, et nécessitent quelques compétences". Mais, conclut l'essai, "la chose à savoir avec le meurtre, c'est que chacun d'entre nous en est capable, quand on le pousse suffisamment".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

L'ex-scénariste de "Scrubs" poursuivi pour agressions sexuelles

Publié

le

Selon le procureur, Éric Weinberg a utilisé sa réputation à Hollywood pour attirer des jeunes femmes à des séances photographiques, durant lesquelles il est soupçonné de les avoir agressées sexuellement. (© KEYSTONE/AP/Christopher Weber)

L'ancien scénariste et producteur de la série hospitalière "Scrubs", Éric Weinberg, est poursuivi pour des agressions sexuelles, a annoncé le parquet de Los Angeles. L'affaire éclate cinq ans après le début du mouvement #MeToo, qui a profondément bouleversé Hollywood.

Egalement producteur de la série "Californication", M. Weinberg "a utilisé sa réputation à Hollywood pour attirer des jeunes femmes à des séances photographiques, durant lesquelles il est soupçonné de les avoir agressées sexuellement", a expliqué mercredi le procureur de Los Angeles. L'enquête concerne cinq femmes pour des agressions entre 2014 et 2019.

Selon le parquet, M. Weinberg a approché des femmes par deux fois en 2014, en se présentant comme un photographe, avant de les agresser sexuellement à son domicile. "En 2017, le prévenu a utilisé la même ruse" sur une autre jeune femme, selon un communiqué.

Des dizaines d'appels

"Depuis son arrestation en juillet, des dizaines de victimes potentielles ont contacté les forces de l'ordre", a précisé le parquet. Il va examiner chaque nouveau cas en vue d'éventuelles poursuites supplémentaires. Contactés par l'AFP, les avocats de M. Weinberg n'étaient pas immédiatement disponibles.

Selon le Hollywood Reporter, sa défense a déjà réfuté ces accusations et indiqué que le scénariste s'expliquera "si nécessaire, dans le seul endroit qui compte: un tribunal public".

Ces poursuites ont été annoncées le jour anniversaire du mouvement #MeToo, exactement cinq après la publication par le New York Times d'une enquête sur les accusations de viol à l'encontre d'Harvey Weinstein, qui était alors un producteur incontournable d'Hollywood. Depuis lors, des millions de femmes ont repris ce mot clé dans de nombreux pays pour dénoncer les violences sexuelles et le sexisme ambiant.

Déjà condamné à 23 ans de prison lors d'un procès à New York, M. Weinstein, qui continue de clamer son innocence, doit également être jugé à partir de lundi lord d'un nouveau procès à Los Angeles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Les travaux de transformation de Porteous vont commencer

Publié

le

Le chantier de transformation d'un premier espace du bâtiment de Porteous, au bord du Rhône à Vernier (GE), va commencer dans le courant du mois d'octobre. L'ancienne station d'épuration, qui avait été squattée, va devenir un centre culturel et social (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le chantier de transformation d'un premier espace du bâtiment de Porteous, au bord du Rhône à Vernier (GE), va commencer dans le courant du mois d'octobre. L'ancienne station d'épuration, qui avait été squattée, va devenir un centre culturel et social.

Le Tribunal administratif de première instance a constaté l'absence de recours contre l'autorisation de construire le 26 septembre, a annoncé mercredi l'association Porteous. Celle-ci travaille depuis plus d'un an avec un bureau d'architecte, le canton de Genève et la Ville de Vernier sur le projet de transformation du bâtiment, qui est inscrit au patrimoine.

Le chantier comportera un volet participatif au printemps prochain, lors d'ateliers de construction collectifs. Une permanence sera ouverte à tout le monde pour expérimenter différents usages possibles et réfléchir à la gouvernance et à la programmation du centre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Isabelle Huppert concocte le programme du Plaza

Publié

le

A Genève, le cinéma Le Plaza programme de vendredi à dimanche une dizaine de films choisis par Isabelle Huppert et rendant hommage aux personnages féminins qui l'ont inspirée. Le cinéma sera ensuite fermé pour deux ans pour des travaux de rénovation (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le cinéma Le Plaza programme de vendredi à dimanche une dizaine de films choisis par Isabelle Huppert. La comédienne française rend ainsi hommage aux personnages féminins anticonformistes qui l'ont inspirée.

Le programme, qui précède la fermeture du cinéma pour deux ans de travaux de rénovation, propose de voir ou de revoir "Elle et lui", de Leo McCarey, "Roma città aperta", de Roberto Rossellini, ou encore "Le boucher", de Claude Chabrol. L'entrée est libre, mais la réservation est obligatoire. La soirée d'ouverture de vendredi, en présence d'Isabelle Huppert, est complète.

https://leplaza-cinema.ch/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Apple va sortir un film avec Will Smith, malgré sa gifle aux Oscars

Publié

le

Will Smith fait profil bas depuis la gifle qu'il avait donnée à Chris Rock lors des derniers Oscars (archives). (© KEYSTONE/AP Invision/CHRIS PIZZELLO)

Moins d'un an après le scandale provoqué par la gifle de Will Smith aux Oscars, Apple a annoncé lundi la sortie en décembre d'"Emancipation", avec l'acteur en tête d'affiche. Le dérapage a été largement condamné et lui a valu 10 ans d'exclusion de la cérémonie.

Les professionnels d'Hollywood misaient plutôt sur un report de ce long métrage historique sur l'esclavage, à cause du parfum de soufre qui émane de M. Smith depuis sa gifle en mars dernier sur l'animateur des Oscars, l'humoriste Chris Rock.

Malgré la polémique, Apple lancera "Emancipation" dans les salles obscures américaines le 2 décembre, avant une sortie sur sa plateforme de streaming Apple TV+ la semaine suivante.

Ce calendrier permet au groupe de proposer le film pour les prochains Oscars, juste après être devenu la première plateforme de streaming à être récompensée par la statuette du meilleur film lors de la dernière cérémonie, grâce à son long-métrage "CODA".

Profil bas

M. Smith fait profil bas depuis les derniers Oscars, lors desquels il a remporté le prix du meilleur acteur pour sa performance dans "La Méthode Williams", quelques minutes après avoir giflé Chris Rock, qui avait tourné en dérision l'alopécie de sa femme, Jada Pinkett Smith.

L'ancien "Prince de Bel-Air" s'est publiquement excusé peu après cet incident. En juillet, il a également posté une vidéo sur les réseaux sociaux, proposant une rencontre avec l'humoriste.

L'acteur de 54 ans a démissionné de lui-même de l'académie des Oscars. Celle-ci l'a interdit de cérémonie pendant 10 ans, mais rien ne s'oppose à ce qu'il soit nominé pour la compétition. Son Oscar du meilleur acteur ne lui a pas été retiré malgré le scandale.

Dans "Emancipation", il campe un esclave en fuite dans les marais de Louisiane, avec l'espoir d'atteindre le nord du pays, synonyme de liberté pour les Afro-Américains dans les Etats-Unis du XIXe siècle.

Le long métrage a été réalisé par Antoine Fuqua.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Woody Allen tourne à Paris pour la première fois en français

Publié

le

A 86 ans, Woody Allen tourne toujours. (© KEYSTONE/AP/LUCA BRUNO)

Le cinéaste américain Woody Allen a annoncé qu'il entamait lundi à Paris le tournage de son 50e long métrage, "Wasp22", le premier en français.

Il s'agit d'"une comédie noire dans l'esprit de +Match Point+", a déclaré dans un communiqué le metteur en scène de 86 ans qui a vu l'industrie lui tourner le dos lorsque sa fille adoptive Dylan Farrow l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement quand elle était enfant.

Woody Allen nie ces accusations pour lesquelles aucune des deux enquêtes lancées n'a abouti.

Ostracisé aux Etats-Unis depuis #MeToo, le New Yorkais quatre fois oscarisé a continué de trouver un public fidèle ces dernières années en Europe et notamment en France.

Mais son dernier film, "Rifkin's Festival", tourné en Espagne, à Saint-Sébastien, avec notamment l'acteur français Louis Garrel, n'y a réuni que 89'000 spectateurs à sa sortie en juillet.

Pour "Wasp22", Woody Allen travaillera pour la cinquième fois avec le directeur de la photographie italien Vittorio Storaro ("Apocalypse Now"), son partenaire depuis "Café Society".

Lors de la sortie de "Un jour de pluie à New York" dans les salles françaises, en 2019, Woody Allen avait essuyé de nombreuses polémiques, certains acteurs prenant publiquement leurs distances avec lui, tandis que d'autres, comme les actrices américaine Scarlett Johansson ou française Catherine Deneuve, le soutenaient et faisaient valoir la présomption d'innocence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X