Rejoignez-nous

Culture

Le fantastique neuchâtelois débarque à la Cinémathèque

Publié

,

le

"Old Boy" du Coréen Park Chan-wook s'est forgé une excellente réputation auprès des amateurs de films de genre.

Avant de fêter son 20e anniversaire cet été, le Festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF) se déplace pour une halte à la Cinémathèque suisse à Lausanne.

C'est une sélection de 13 long-métrages fantastiques que le Festival de Neuchâtel propose au public à la Cinémathèque suisse, des vingt dernières années, d'horizons et de styles divers. Des films devenus cultes - Old Boy du Coréen Park Chan-wook - aux pépites moins connues - le film helvétique Blue My Mind - la sélection fait la part belle aux différents styles du fantastique. Une sélection qui permet de faire le point sur l'évolution du genre durant les deux dernières décennies, comme l'explique Loïc Valceschini, directeur artistique du NIFFF.

Loïc Valceschini
Directeur artistique - NIFFF
Loïc ValceschiniDirecteur artistique - NIFFF

Le film suisse "Blue My Mind" de Lisa Brühlmann fait partie de la sélection du NIFFF. Le long-métrage avait notamment reçu trois récompenses aux Prix du cinéma suisse en 2018, dont celle de meilleur film de fiction.

Auparavant vu comme un genre de niche, le fantastique s’est démocratisé depuis quelques années pour finalement prendre une place importante actuellement dans la production mondiale : Game of Thrones, The Walking Dead ou encore les sagas de super-héros, de nombreux produits audiovisuels piochent désormais dans le fantastique, et le tout avec des records d'audience à la clé. Les explications avec Loïc Valceschini directeur artistique du NIFFF.

Loïc Valceschini
Directeur artistique - NIFFF
Loïc ValceschiniDirecteur artistique - NIFFF

"On s'amuse parfois à rappeler à certains professeurs qui sont un peu moins sensibles au fantastique que des auteurs comme Roald Dahl, voire même les contes, sont à la base des récits fantastiques" Loïc Valceschini, directeur artistique du NIFFF

Malgré cet engouement qui ne cesse de grandir pour le fantastique dans les films et les séries, il reste des préjugés concernant les films de genre. Pourtant, le fantastique est présent avec nous depuis bien longtemps, comme le précise Loïc Valceschini :

Loïc Valceschini
Directeur artistique - NIFFF
Loïc ValceschiniDirecteur artistique - NIFFF

Le programme du NIFFF à la Cinémathèque se déroule jusqu'au 30 avril, avant la 20e édition du Festival du 2 au 10 juillet. Plus d'informations sur le site du Festival ou sur le site de la Cinémathèque suisse.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

18'000 personnes au Caprices Festival à Crans-Montana (VS)

Publié

le

Le Caprices Festival et sa scène de jour à 2200 mètres d'altitude a réuni 18'000 fans de musique électronique. (© Keystone/aDee)

Plus de 18'000 personnes se sont réunies pour le Caprices Festival sur deux week-ends à Crans-Montana (VS). Un excellent bilan malgré la situation sanitaire, se réjouissent les organisateurs. Prochain rendez-vous en avril 2022.

Nichée au sommet de la station de Crans-Montana, à 2200 mètres d’altitude, la scène de jour du festival a offert au public une vue panoramique sur les alpes valaisannes. La météo était au rendez-vous, tout comme des djs internationaux de haute volée comme Luciano & Ricardo Villalobos, Who made who ou encore Solomun.

Le concept sanitaire introduit s'est avéré scrupuleusement respecté par toutes et tous, se félicitent les organisateurs dans un communiqué dimanche. Avec un budget de 2 millions de francs, le succès de cette année équilibre les comptes du festival.

Et les organisateurs de se projeter sur la prochaine édition, dès avril 2022, avec deux weekends du 8 au 10 et du 15 au 17. Vu l'engouement pour une version en septembre, un troisième weekend sera prévu pour la rentrée 2022, annoncent-ils.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Paris-Athènes": la première grande expo d'automne au Louvre

Publié

le

Die Statue "Nike de Samothrace" est un des nombreux bronzes grecs au Louvre. Les Zurichois avaient eu la chance d'en profiter en 2008, quand l'oeuvre avait été exposée à l'Université de la ville. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

Pour sa première grande exposition d'automne, le musée du Louvre met en lumière un pan méconnu de la culture et de l'histoire grecques. Les richesses antiques vont laisser la place à l'art contemporain.

Si la Grèce antique continue de fasciner les visiteurs du Louvre, adeptes aussi des Cyclades en été, "ils vont découvrir ce qui peuple son imaginaire contemporain et comment il s'est constitué", dit à l'AFP Jean-Luc Martinez, ancien président du Louvre et commissaire de l'exposition.

"C'est un pan méconnu de l'histoire d'amour entre la France et la Grèce", ajoute ce passionné qui a travaillé aux côtés des directrices de la Pinacothèque d'Athènes, Marina Lambraki-Plaka, et des musées archéologiques d'Athènes, Anastazia Lazaridou, également commissaires de l'exposition et à l'origine d'une vingtaine de prêts exceptionnels.

Intitulée "Paris-Athènes, Naissance de la Grèce moderne (1675-1919)", elle retrace, à travers 360 oeuvres (tableaux, statues, moulages, icônes, photos, dessins, aquarelles, costumes...), plus de 200 ans de liens artistiques, culturels et historiques entre les deux nations.

Avec des intrusions dans l'empire ottoman mais aussi dans les coulisses bavaroises de l'histoire grecque, parfois cocasses, à l'image du premier costume national de l'Etat indépendant (1821) dirigé par Othon Ier, prince de Bavière, et constitué d'un caraco byzantin et d'une jupe bavaroise traditionnelle en soie.

Premiers JO modernes, Venus de Milo

Parmi les éléments fondateurs de la Grèce moderne: la guerre d'indépendance (qui démarre le 25 mars 1821), soutenue militairement et financièrement par la France, le Royaume Uni et la Russie.

"A l'époque, l'événement fait la Une des journaux; artistes et intellectuels européens s'engagent auprès des Grecs, en vendant leurs oeuvres pour les soutenir", explique M. Martinez.

Le poète anglais Lord Byron s'engage même militairement et meurt au combat dans la ville de Missolonghi assiégée. Eugène Delacroix lui rend hommage en peinture avec un tableau emblématique intitulé "La Grèce sur les ruines de Missolonghi", qui compte parmi les oeuvres phares de l'exposition.

C'est aussi en 1821, que la célèbre Vénus de Milo, île la plus occidentale des Cyclades, entre au Louvre, après moult péripéties navales et militaires avec les Turcs et son acquisition par un ambassadeur français.

L'exposition fait la part belle aux apports successifs de l'archéologie et à ceux de la photographie dans la construction de l'identité grecque moderne au XIXème siècle, à laquelle ont aussi participé des artistes suisses implantés à Athènes, la famille Gilliéron. S'inspirant des oeuvres antiques, ils ont notamment créé les trophées sportifs des premiers Jeux olympiques modernes à Athènes en 1896.

Le voyage se conclut par la présentation de tableaux du groupe Techne (groupe "Art"), fondé à Athènes en 1917 par des peintres souhaitant rompre avec les tenants de l'académisme. Inconnues du public français, leurs oeuvres sont très célèbres en Grèce, tel "Le Baiser" de Niképhoros Lytras (1832-1904), "considéré comme la Joconde grecque", selon M. Martinez.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Elton John et une constellation de stars pour la planète

Publié

le

Elton John a plaidé au microphone pour que "personne ne soit laissé sur le bord du chemin" en cette période de crise sanitaire (archives). (© KEYSTONE/EPA/TAL COHEN)

Elton John, interprète de "Rocket Man" à Paris, a mis sur orbite samedi une série de concerts mondiaux pour sensibiliser aux menaces sur la planète, sous l'égide de l'ONG Global Citizen. Stevie Wonder à Los Angeles et Billie Eilish à New York ont pris le relais.

Seul au piano sur la scène du Champ-de-Mars, Elton John a donné le ton de cette journée événement en alternant tubes ("Tiny Dancer", "This Is Your Song", "Rocket Man", ainsi qu'un duo, "After All", avec Charlie Puth, single de son futur album) et messages humanitaires.

Sir Elton, 74 ans, a plaidé au microphone pour que "personne ne soit laissé sur le bord du chemin" en cette période de crise sanitaire, appelant à "un accès équitable" aux vaccins partout dans le monde.

Les concerts phares en direct et performances de stars pré-enregistrées comme celle de BTS à Séoul ont pour but de mobiliser un large public sur la planète autour de thèmes tels que "le changement climatique, l'équité en matière de vaccins et la famine", ciblés par les organisateurs.

Comme pour le Live Aid, spectacle caritatif donné en 1985 dans plusieurs villes du monde à l'initiative de Bob Geldof pour lutter contre la famine en Ethiopie, des concerts sont programmés dans d'autres mégalopoles.

Jennifer Lopez à Central Park

A New York, sont prévus Coldplay, Jennifer Lopez ou Lizzo. Le prince britannique Harry et son épouse Meghan sont montés sur scène à Central Park, appelant à considérer l'accès aux vaccins comme "un droit fondamental de base". "La façon dont vous êtes nés ne devrait pas dicter votre capacité à survivre", a déclaré le duc de Sussex, sous les applaudissements de milliers de personnes.

Le couple succédait à Alessia Cara et à Cyndi Lauper, qui a dédié aux femmes afghanes son interprétation de "Girls Just Want to Have Fun". Des annonces de financements ont rythmé les prestations.

L'administratrice de l'agence américaine d'aide internationale (USAID), Samantha Power, a notamment annoncé dans un message enregistré que les Etats-Unis "contribueraient pour plus de 295 millions de dollars" à la lutte contre la famine dans le monde, la violence sexiste et "répondre aux besoins humanitaires urgents" liés à la pandémie.

Tous les continents sont couverts. De son pays, le Brésil, le DJ Alok a lancé des messages sur les réseaux de Global Citizen, alertant sur la situation en Amazonie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le film roumain "Blue Moon" sacré au festival de Saint-Sébastien

Publié

le

L'Américaine Jessica Chastaina été récompensée à Saint-Sébastien pour le film "Dans les yeux de Tammy Faye". (© KEYSTONE/EPA/Juan Herrero)

Le film "Blue Moon", le premier long-métrage de la réalisatrice roumaine Alina Grigore, a remporté samedi le prix du meilleur film au cours de la 69e édition du festival de cinéma de Saint-Sébastien (Espagne). L'Américaine Jessica Chastain a également été primée.

"Je ne m'y attendais pas du tout", a déclaré très émue Alina Grigore, réalisatrice et actrice de 36 ans. Elle a remercié "toutes les femmes et tous les hommes qui ont permis d'emmener notre message si loin".

Le prix de la meilleure réalisation a été remporté par la Danoise Tea Lindeburg pour "As In Heaven", un film qui dépeint la vie au Danemark au XIXe siècle à travers le regard de trois femmes : Lise, âgée de 14 ans, sa tante et sa grand-mère.

L'actrice principale de ce long-métrage, la Danoise Flora Ofelia Hofmann Lindahl, a quant à elle obtenu le prix de la "meilleure interprétation", ex-aequo avec l'actrice américaine Jessica Chastain. Cette récompense était pour la première fois cette année mixte, pour ne pas faire de différences entre hommes et femmes.

"J'adore ce que je fais, et j'espère continuer pendant très longtemps", a dit l'actrice de 25 ans en recevant son prix, tenant la main de Jessica Chastain.

Jessica Chastain récompensée

De son côté, l'Américaine Jessica Chastain, deux fois nommée aux Oscars, a été récompensée pour le film "Dans les yeux de Tammy Faye". Elle y incarne la télé-évangéliste Tammy Faye Bakker, une personnalité américaine contestée qui a souvent été parodiée dans des émissions de télévision aux Etats-Unis.

L'actrice de 44 ans a décidé de faire ce film il y a sept ans après avoir vu un documentaire montrant une autre facette de cette femme.

"J'espère que ce film nous apprendra à dépasser nos premières impressions", a-t-elle déclaré au moment de la remise du prix.

Le festival international du film de Saint-Sébastien, créé à l'origine pour récompenser les films en langue espagnole, est devenu un évènement incontournable dans le monde du cinéma.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Sharon Stone: "Les échecs font partie de la vie"

Publié

le

Sharon Stone a reçu samedi soir le Golden Icon Award au Zurich Film Festival. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'actrice américaine Sharon Stone a reçu samedi soir le Golden Icon Award pour l'ensemble de sa carrière lors du 17e Zurich Film Festival (ZFF). En larmes et pleine de reconnaissance, elle a lancé: "Vous ne me connaissez pas, mais vous avez décidé de m'aimer".

Cette phrase a été suivie d'un discours dans lequel l'actrice et activiste a lié son travail devant la caméra à son engagement humanitaire. Tout comme elle rencontre des inconnus à chaque nouveau tournage, elle se retrouve également dans des situations nouvelles dans des régions en guerre, pauvres ou des orphelinats.

Elle a appris qu'il ne faut ni se connaître ni s'apprécier: "Il faut simplement s'aimer et tout va mieux". "Les échecs font partie de la vie", a concédé la star de 63 ans.

"Sans échouer, on ne peut connaître le succès", c'est le conseil que l'actrice hollywoodienne donnerait à toute jeune personne. Sharon Stone, décontractée devant la presse avant la remise de son Prix, a indiqué avoir connu de gros désastres dans sa carrière, qui lui ont permis de grandir.

Elle s'est dite très fière de la palette de rôles très différents qu'elle a interprétés, parmi lesquels "Casino" (1995), de Martin Scorsese, où elle donne la réplique à Robert De Niro. Le film est projeté samedi dans le cadre du ZFF, et Sharon Stone, qui ne l'a plus vu depuis sa sortie, se réjouissait de le revoir.

L'actrice a également évoqué son engagement féministe ou contre le racisme, le sida et les discriminations sexuelles, qui constituent une partie de sa vie mouvementée. Elle a aussi rappelé son AVC, survenu il y a 20 ans, qui a failli lui coûter la vie et l'a incitée à écrire son livre "La beauté de vivre deux fois".

"Ma leçon a alors été de découvrir le miracle de chaque jour qui passe", a-t-elle dit. Cela a aussi été le moment où elle a réalisé qu'elle allait cesser d'accepter certaines choses qu'elle tolérait auparavant contre sa volonté.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Acceptez les invitations ou prenez-en vous-même l'initiative, vous allez vivre des moments vraiment très divertissants.

Les Sujets à la Une

X