Rejoignez-nous

Culture

"Parasite" entre dans la légende des Oscars

Publié

,

le

Le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho est entré dans la légende des Oscars avec son film "Parasite". (AP/Invision/Jordan Strauss)

Le film "Parasite" du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho est entré dimanche dans la légende des Oscars. Il est devenu le premier long-métrage en langue étrangère à obtenir le prix du "meilleur film", récompense phare d'Hollywood.

"On dirait qu'un moment très important dans l'histoire est en train de se jouer", s'est exclamée sur scène la productrice du film, Kwak Sin-ae, applaudie par le gratin de l'industrie du cinéma.

"Parasite" a déjoué de façon fracassante les pronostics qui voyaient un couronnement pour "1917", du Britannique Sam Mendes. Signe de l'engouement des professionnels, le film a aussi reçu l'Oscar du meilleur scénario original, tandis que Bong Joon-ho a été sacré "meilleur réalisateur".

Mélange de thriller, de comédie familiale déjantée et de satire sur les inégalités sociales, il a également été primé dans la catégorie du "meilleur film international", auparavant baptisée "meilleur film en langue étrangère".

Déjà primé à Cannes

"Je suis très heureux d'être le premier lauréat sous cette nouvelle appellation. J'applaudis et je soutiens la nouvelle orientation que ce changement de nom symbolise", a déclaré le réalisateur, qui s'exprimait en coréen via une interprète.

En recevant son Golden Globe le mois dernier, Bong Joon-ho avait lancé avec humour aux professionnels réunis pour l'occasion: "Quand vous aurez surmonté la barrière des deux centimètres de sous-titres, vous découvrirez des films étonnants".

L'Académie des Oscars, vivement critiquée pour le manque de diversité dans ses choix, a manifestement entendu le réalisateur sud-coréen, qui avait déjà reçu la Palme d'or au festival de Cannes l'an dernier.

Pas de grand soir pour "1917"

Donné comme le grand favori de cette 92e édition, "1917", film sur l'équipée de deux jeunes soldats dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, construit comme un plan séquence long de deux heures, doit se contenter de trois prix: l'Oscar de la meilleure photographie pour Roger Deakins, et deux autres dans des catégories techniques (son et effets spéciaux).

Vive déception également pour le très respecté Martin Scorsese dont le thriller politico-mafieux produit par Netflix, "The Irishman", repart bredouille malgré dix nominations, parmi lesquelles Al Pacino et Joe Pesci, sans oublier le réalisateur lui-même. Martin Scorsese a tout de même reçu un hommage appuyé et émouvant de Bong Joon-ho, rappelant comment il avait "étudié ses films à l'école".

Maigre moisson enfin pour Quentin Tarantino, qui jouait pourtant à domicile avec "Once Upon a Time... in Hollywood", ode à son enfance à Los Angeles et au cinéma. Le film repart avec seulement deux Oscars au total, dont un à Brad Pitt en tant que second rôle aux côtés de Leonardi DiCaprio.

Phoenix et Zellweger

Si "Parasite" a créé la surprise, l'Académie a privilégié les grands favoris du côté des comédiens. C'est Joaquin Phoenix qui a été désigné meilleur acteur pour son rôle choc de "Joker" sombrant dans la folie et le meurtre, tandis que Renée Zellweger a reçu comme prévu la statuette dorée dans la catégorie meilleure actrice pour son incarnation de Judy Garland dans "Judy".

Très ému, Joaquin Phoenix, végétarien et militant écologiste de longue date, a une nouvelle fois consacré une partie de son discours à regretter une "vision du monde égocentrique" qui aboutit à la destruction de l'environnement.

Plus prosaïque mais tout aussi larmoyante, Renée Zellweger a quant à elle dédié sa statuette à Judy Garland qui "n'a jamais reçu cet honneur de son vivant".

L'Américaine Laura Dern a enfin été primée pour son rôle d'avocate impitoyable dans le divorce tumultueux mis en scène par "Marriage Story", le cadeau rêvé à la veille de son 53e anniversaire.

La diversité en question

Le triomphe de "Parasite" fera peut-être oublier les vives critiques adressées à l'Académie des Oscars pour le manque de diversité ethnique et culturelle dans sa sélection, un reproche récurrent.

La cérémonie s'était ainsi ouverte avec un numéro mené par la chanteuse noire Janelle Monae, iconoclaste assumée qui a souligné les absences criantes du millésime 2020: hormis la Britannique Cynthia Erivo ("Harriet"), tous les acteurs et actrices en lice cette année étaient blancs et aucune femme n'a été retenue chez les réalisateurs.

Pour protester à sa manière, la star oscarisée Natalie Portman avait fait broder sur sa cape le nom d'une demi-douzaine de réalisatrices qui ont selon elle été injustement snobées cette année.

Dans la catégorie du meilleur film d'animation, c'est le quatrième et dernier épisode de "Toy Story", favori des pronostics, qui l'a emporté, s'imposant notamment face au candidat français "J'ai perdu mon corps".

La cérémonie des Oscars a aussi été l'occasion pour le gratin d'Hollywood l'occasion de saluer la mémoire de Kirk Douglas, un des derniers monstres sacrés de l'âge d'or du cinéma, décédé mercredi à l'âge de 103 ans, et la légende du basket Kobe Bryant, décédée fin janvier avec sa fille et sept autres personnes dans un accident d'hélicoptère près de Los Angeles.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Une soixantaine de spectacles pour la saison 2022-2023 à Beausobre

Publié

le

Il y aura du beau monde sous les projecteurs du Théâtre de Beausobre à Morges pour la saison 2022-2023 (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Théâtre de Beausobre à Morges (VD) lève le voile sur sa saison 2022-2023. Une soixantaine de spectacles seront proposés dans toutes les disciplines des arts vivants. Au niveau musical, le public pourra venir écouter Julien Clerc, Olivia Ruiz, Arthur H ou encore Véronique Sanson.

"S'évader, découvrir, rêver, se rencontrer: telles sont les promesses que le théâtre fait à son public avec sa nouvelle saison qui s'ouvre sur une programmation de choix: du théâtre, de l'humour, de la musique, du cirque, de la magie, de la danse et du jeune public", ont annoncé vendredi ses responsables dans un communiqué.

C'est la chanteuse française Olivia Ruiz qui ouvrira le bal le 6 octobre prochain. Défileront ensuite sur la scène morgienne à tour de rôle Louis Cheddid & Yvan Cassard, Arthur H, Véronique Sanson, Julien Clerc, Imany, Fatoumata Diawara, The Two ou encore Chucho Valdès & Ylian Canizares.

Théâtre parisien sur la Côte

Beausobre met également à l'honneur les pièces de théâtre parisiennes les plus cotées du moment avec des comédiens connus tels que Stéphane Plaza, Valérie Mairesse, Thierry Lhermitte, Vanessa Paradis, Samuel Benchetrit, Michel Leeb, François Berléand, Gérard Darmon, Clotilde Courau, Michel Boujenah, Edouard Baer ou encore Nils Arestrup.

Côté danse, sept spectacles seront à l'affiche cette saison: le Béjart Ballet Lausanne, la troupe Danza Contemporanea de Cuba, le Ballet Jazz de Montréal, le Xiexin Dance Theatre, It Dansa, Danse Macarbre ainsi que François Alu, danseur étoile de l'Opéra de Paris.

Comme chaque année, le théâtre réserve une place de choix aux artistes suisses. Les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois, Cuche & Barbezat, Laurent Deshusses et Joseph Gorgoni monteront notamment sur scène cette saison.

www.beausobre.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une nouvelle directrice pour le festival de la Cité

Publié

le

Le festival de la Cité aura une nouvelle directrice dès le mois de septembre en la personne de Martine Chalverat (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Martine Chalverat est la nouvelle directrice du festival de la Cité à Lausanne. Elle entrera en fonction le 1er septembre à la place de Myriam Kridi, en poste depuis sept ans.

Née en 1981 et formée entre Lausanne et Genève, Martine Chalverat est actuellement codirectrice de Visions du Réel à Nyon. Elle a auparavant travaillé pour le festival Images à Vevey, la salle de concerts Fri-Son à Fribourg, le Cully Jazz, mais encore pour l'Office fédéral de la culture (OFC). Elle préside également depuis 2018 le conseil de fondation du Sinfonietta de Lausanne.

"Au-delà de son solide parcours professionnel dans le domaine culturel et de sa grande aptitude de conduite d'équipe, Martine Chalverat est une personne passionnée et engagée", se réjouit vendredi le festival de la Cité dans son communiqué.

La prochaine édition, la dernière sous la direction de Myriam Kridi, est programmée du 5 au 10 juillet. Pour son 50e anniversaire, la manifestation dévoilera 100 propositions artistiques, soit 60 concerts et 40 spectacles d'arts vivants. Elle investira 18 lieux de la capitale vaudoise, essentiellement à la Cité, mais aussi le site muséal de Plateforme 10.

Lors de sa dernière édition normale en 2019, soit avant l'arrivée du Covid-19, le festival avait accueilli quelque 100'000 personnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Bons Plans LFM

Le Red Pigs 2022 investit la place du Marché de Payerne

Publié

le

Red Pigs Festival Payerne
Le Red Pigs Festival de Payerne / @fribourgregion.ch

Le Red Pigs Festival est de retour, ce jeudi 23 juin, sur la place du Marché de Payerne, au pied de l'Abbatiale, pour une nouvelle édition à vivre jusqu'à samedi.

Après 2 ans d'absence, le festival des Cochons rouges reprends ses droits dans son format habituel et Christian Friedli, Président du Comité d'organisation, s'en réjouit.

Christian FriedliPrésident du Comité d'organisation du Red Pigs Festival

Une 13ème édition qui a lieu, à nouveau, sur la place du Marché de Payerne, au pied de l'Abbatiale. Un lieu déjà expérimenté de 2008 à 2014, comme le rappelle Christian Friedli.

Christian FriedliPrésident du Comité d'organisation du Red Pigs Festival

Parmi les concerts gratuits proposés le vendredi 24 et le samedi 25, Michel Fugain mentionné par Christian Friedli. Un concert en exclusivité suisse. Un joli coup pour le Red Pigs et son édition 2022. Michel Fugain qui n'est autre que la locomotive du festival cette année.

Christian FriedliPrésident du Comité d'organisation du Red Pigs Festival

Le festival propose toujours, propre à son adn, des shows gratuits, comme mentionné précédemment et des concerts payants pour la soirée du 23 juin. Un modèle en vigueur cette année encore, malgré les deux éditions précédentes annulées pour cause de covid. Un concept non remis en question par l'équipe du Red Pigs.

Christian FriedliPrésident du Comité d'organisation du Red Pigs Festival

Concernant la programmation, le Red Pigs a fait le choix, cette année, de valoriser les artistes suisses, comme nous l'explique Christian Friedli.

Christian FriedliPrésident du Comité d'organisation du Red Pigs Festival

Le programme du Red Pigs Festival : www.redpigsfestival.ch ou en vidéos, ci-dessous, détaillant le programme de chaque soirée :

Continuer la lecture

Culture

Vol d'un Banksy au Bataclan: huit hommes condamnés

Publié

le

Le Banksy volé au Bataclan à Paris avait été retrouvé en 2020 en Italie. Huit hommes ont été condamnés jeudi. (archives) (© KEYSTONE/AP/ANDREA ROSA)

Huit hommes ont été condamnés jeudi à Paris à des peines allant jusqu'à deux ans d'emprisonnement ferme pour avoir volé ou transporté jusqu'en Italie une porte du Bataclan ornée d'une oeuvre de Banksy en hommage aux victimes des attentats du 13-Novembre.

Trois trentenaires qui ont reconnu le vol, réalisé en huit minutes dans la nuit du 25 au 26 janvier 2019, ont été condamnés pour l'un à quatre ans de prison dont deux ans ferme, pour les deux autres à trois ans de prison dont 18 mois ferme.

Contrairement aux réquisitions du ministère public, qui avait demandé un maintien ou un retour immédiat en détention, le tribunal a décidé qu'ils purgeraient la partie ferme de leur peine sous bracelet électronique.

Un autre prévenu de 41 ans, millionnaire après un gain au loto et amateur de street-art, s'est vu infliger trois ans de prison dont 20 mois ferme, à purger là aussi sous bracelet. Le tribunal n'a pas suivi l'accusation qui le considérait comme le commanditaire du vol, le condamnant uniquement pour le recel de la porte.

Cette décision intervient alors que se déroulent, à quelques kilomètres, les dernières plaidoiries de la défense au procès des attentats meurtriers du 13 novembre 2015, où le verdict est attendu le 29 juin.

"Symbole de recueillement"

La "jeune fille triste", revendiquée par le street-artist à l'identité mystérieuse, avait été peinte au pochoir en juin 2018 dans le passage Saint-Pierre-Amelot, ruelle par laquelle de nombreux spectateurs avaient fui l'attentat ayant visé la salle de spectacle.

Sa disparition avait suscité une "profonde indignation", selon les mots mêmes de l'équipe du Bataclan. Ce "symbole de recueillement et appartenant à tous, riverains, Parisiens, citoyens du monde, nous a été enlevé", avait-elle déploré.

Les investigations avaient permis de retrouver la porte métallique en juin 2020 dans une ferme en Italie, sans la vitre de plexiglas qui la protégeait.

Trois hommes qui ont participé au transport de l'oeuvre à différentes étapes ont été condamnés à 10 mois de prison ferme. Enfin, un Italien de 58 ans, propriétaire d'un hôtel des Abruzzes où le Banksy a un temps été stocké, s'est vu infliger une peine de six mois avec sursis.

L'accusation a dépeint derrière ce vol une "organisation structurée" et y a vu un "comportement de charognard"; la défense a décrit une bande de "pieds nickelés" n'ayant pas mesuré la portée mémorielle de la porte.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le concept "Null Stern" débarque à Saillon en mode anti-idyllique

Publié

le

Les artistes Frank et Patrik Riklin ainsi que l'hôtelier Daniel Charbonnier veulent proposer des suites qui se font "le miroir de la société". Pour leur première installation en Suisse romande, ils proposent une chambre anti-idyllique coincée ente une station essence et la route cantonale à Saillon. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Dormir à la belle étoile en pleine nature avec tout le confort d'une chambre d'hôtel: l'installation artistico-touristique "Null Stern" est bien connue dans le monde germanophone. Cet été, le concept zéro-immobilier débarque à Saillon (VS) mais en mode anti-idyllique.

Un lit double aux draps immaculés déposé sur une plateforme, deux tables de nuit surmontées par deux lampes de chevet, cette suite sans toit ni murs installée à Saillon pourrait ressembler à toutes les autres proposées par les deux artistes Frank et Patrik Riklin depuis 2016. Mais la chambre est coincée entre une station essence et la route cantonale. Ici, on ne dort que d'un oeil, tenu en éveil par le bruit et le décor si peu idyllique. La vision paraît irréelle.

"Au vu de la situation mondiale actuelle, ce n'est pas le moment de dormir", expliquent les deux frères. Cette année, ils ont donc décidé de développer une suite "anti-idyllique". Qu'est-ce que la sécurité? Qu'est-ce que le luxe? Comment pouvons-nous préserver les ressources et réduire notre consommation d'énergie? Soit autant de questions que les artistes espèrent inspirer aux hôtes qui choisiront d'y dormir. "Plusieurs réservations ont déjà été faites", confirment jeudi à Keystone-ATS les acolytes.

"Cette suite anti-idyllique nous renvoie à nos doutes et incertitudes, j'espère qu'elle inspirera les hôtes à réfléchir et à partager leurs idées que nous compilerons pour développer des actions locales dans le futur", précise Charles-Henri Thurre, président de Saillon, cité dans un communiqué.

"Miroir de la société"

Les deux artistes et l'hôtelier Daniel Charbonnier veulent proposer des suites qui se font "le miroir de la société" qui l'interpelle sur ses contradictions et ses folies. "Il s'agit d'amener une vue critique et seul l'art permet de le faire aussi frontalement", estiment Frank et Patrik Riklin.

Les trois fondateurs n'en sont pas à leur coup d'essai. En 2009, un premier hôtel ouvre dans un abri antiatomique à Teufen (AR) en pleine crise financière et alors que les premiers hôtels 7 étoiles font leur apparition. Le concept est baptisé Null Stern - la seule étoile c'est vous.

En 2016, les trois partenaires proposent Null Stern en plein air dans le Safiental (GR) avec une suite sans toit ni murs alors que l'urgence climatique se fait entendre. Cette expérience est réitérée dans différentes régions de Suisse orientale comme un appel lancé à un retour à la nature, à la décroissance.

Cette nouvelle version à Saillon, leur première incursion en Suisse romande, "offre un espace de réflexion sur les incertitudes économiques, sociales ou environnementales du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui", relève Daniel Charbonnier. Elle est aussi une déclaration artistique sur l'urgence et la nécessité d'un changement radical dans la société afin d'éviter qu'il y ait à l'avenir davantage d'endroits anti-idylliques qu'idylliques, ajoutent les deux frères saint-gallois.

Aussi trois suites idylliques

Au total, cette année quatre suites zéro-immobilier ont été réalisées en complicité avec la commune de Saillon, dont trois en version idyllique, "au vu de la forte demande": la liste d'attente pour tester ces trois chambres compte plus de 6000 personnes. Les quatre sites sont ouverts du 1er juillet au 18 septembre. Une nuitée y compris le service d’un majordome coûte 325 francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X