Rejoignez-nous

Culture

Le Grand Théâtre de Genève annule trois productions

Publié

,

le

Le Grand Théâtre de Genève a dû annuler trois productions suite aux décisions du Conseil fédéral de mercredi (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Grand Théâtre de Genève (GTG) annule trois productions. Un opéra, un ballet et un récital ne pourront se dérouler suite aux annonces du Conseil fédéral de mercredi qui empêchent toute activité culturelle publique jusqu'au 1er avril au moins.

Opéra de Wagner, le "Parsifal" revisité dans une nouvelle production par le grand metteur en scène allemand Michael Thalheimer est annulé, sans date de report décidée pour le moment. Le projet scénique tel que présenté avec d'importants effectifs dans l'orchestre et le choeur ne permet pas au Grand Théâtre de maintenir cette impressionnante production en l'absence d'horizon clair.

Le GTG doit donc annuler cet opéra pour 2021, écrit-il jeudi. Un éventuel concert (et/ou streaming) est à l'étude pour début avril, à l'occasion de Pâques.

Signé de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, le spectacle "Drumming" sur des musiques du compositeur minimaliste Steve Reich, est également annulé sans possibilité de report cette saison. Enfin, le récital de Matthias Goerne autour de Schubert et Beethoven est déprogrammé.

"La Clémence de Titus" revisitée par le metteur en scène du Milo Rau sera pour sa part jouée vendredi sans public, mais diffusée en direct sur la plateforme GTG Digital et Mezzo Live HD. L'opéra sera ensuite diffusé sur divers canaux, dont le site du Grand Théâtre de Genève, ainsi que la RTS. Un report de cette production afin de la jouer en public en salle est prévu.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un homme précipite sa voiture sur l'immeuble de Taylor Swift

Publié

le

Taylor Swift a déjà été plusieurs fois victime de harcèlement (archives). (© KEYSTONE/EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA)

La police de New York a annoncé vendredi l'arrestation d'un trentenaire qui avait précipité dans la nuit sa voiture contre l'immeuble de la super star de la musique pop Taylor Swift. ll a ensuite tenté sans succès de forcer l'entrée d'une porte sécurisée.

L'homme de 31 ans, de l'Etat de Virginie, a été interpellé après s'être engagé en voiture à contre-sens dans une rue du quartier de Tribeca, dans le sud de Manhattan, la résidence new-yorkaise de la chanteuse américaine de 32 ans.

D'après le rapport de police consulté par l'AFP, vers 03h00 vendredi (09h00 en Suisse), "des témoins affirment avoir vu un homme en voiture roulant dans le mauvais sens rue Franklin et percuter un immeuble résidentiel", là où habite Taylor Swift. Le suspect est ensuite "sorti de son véhicule, s'est approché de l'immeuble et a tenté sans succès de forcer l'entrée d'une porte sécurisée".

Il a été hospitalisé pour y être examiné, selon la police qui n'a pas confirmé des propos hostiles envers la star qu'il aurait proférés.

Plusieurs fois harcelées

Ce n'est pas la première fois que cette star de la pop multirécompensée est la cible de ceux qu'elle a qualifiés de "harceleurs", "l'une de ses plus grandes peurs", et contre lesquels elle veut se protéger.

En 2019 dans le magazine Elle, elle avait écrit qu'il existait "assez de harceleurs essayant de s'introduire chez" elle, pour qu'elle se sente forcée de se "préparer à ce que quelque chose de mauvais arrive".

Un autre homme à New York a été arrête plusieurs fois ces dernières années pour tentative d'effraction chez Taylor Swift à Manhattan.

En juin 2019, un cambrioleur présumé de l'Iowa avait été interpellé dans le Rhode Island, où la chanteuse a une maison, avec une batte de baseball pour lui "rendre visite".

La superstar a gagné en 2017 un procès contre David Mueller, un DJ qu'elle accusait d'agression sexuelle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Au pied d'une fusée, défilé hommage à Pierre Cardin

Publié

le

Les créations de ce défilé-hommage sont toutes l'oeuvre de Pierre Cardin, dont l'événement célébrait la mort vendredi il y a un an. (© KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

La collection "Cosmocorps 3022" au pied d'une vraie fusée: des robes inédites dessinées par Pierre Cardin ont été dévoilées vendredi au Bourget, près de Paris, dans un défilé hommage au couturier pionnier de la mode "spatiale" dans les années 60 décédé il y a un an.

Plusieurs centaines d'invités se sont réunis sur le tarmac du Musée de l'Air et de l'Espace, autour d'un podium installé au pied d'une Ariane 5 qui a décollé dans un jeu de lumières.

Le compte a rebours est lancé une demi-heure avant le défilé qui commence à l'heure - chose impossible dans le milieu de la mode aujourd'hui - et qui est suivi dans des cinémas à Moscou, Mexico, Dallas et Tirana.

Des images de Pierre Cardin jeune et des pièces de ses collections des années 60-70 sont projetées sur deux écrans géants qui encadrent la fusée.

"On a voulu le faire sur le thème de l'espace pour évoquer les années 60, quand Pierre Cardin voulait habiller l'homme qui va dans les vaisseaux spatiaux", a déclaré à l'AFP son neveu, Rodrigo Basilicati-Cardin, PDG de la griffe.

"Il a été le premier, avec André Courrèges, à oser faire ça, critiqué par tout le monde à l'époque".

Démesure

Robes trapèzes, petites robes noires ou longues robes droites avec des ornements géométriques, robes drapées en couleurs vives: la première partie de ce défilé de 50 minutes est consacrée aux créations que Pierre Cardin avait dessinées avant sa mort, le 29 décembre 2020.

Défilent ensuite les tenues conçues par le Studio de création de la maison Pierre Cardin, qui reprennent les coupes de Pierre Cardin en accentuant légèrement la ligne des épaules et dans les couleurs pop des années 80.

Le spectacle se termine avec une danseuse en longue robe blanche qui tourne sur elle-même comme un derviche sur fond des tenues de la collection.

Le défilé est dans la démesure qu'aimait Pierre Cardin, qui avait créé les 25 dernières années en électron libre, refusant de suivre le calendrier des Fashion weeks de la Fédération de la mode.

Karl Lagerfeld avait lui aussi fait décoller une fusée pour Chanel, mais la sienne était factice, sous la verrière du Grand Palais.

Défilés sur la Grande Muraille en Chine en 2018, à Moscou en 2016, à Astana (Kazakhstan) en 2017, au Palais Bulles en Provence - résidence préférée du créateur -, présentation de modèles au théâtre du Châtelet à Paris à l'occasion de la projection d'un film consacré au couturier en 2020... Les shows improbables ne manquaient pas du vivant de Pierre Cardin.

"Rajeunir" la marque

"Pierre voulait être libre. A l'approche de ses 80 ans, il a dit qu'il y avait plein de jeunes créateurs qui (avaient) besoin d'intégrer cette Semaine de la mode" et qu'il ne voulait pas prendre leur place, se souvient Rodrigo Basilicati-Cardin.

"Il a dédié la dernière partie de sa vie à la créativité, pas à la distribution", ajoute-t-il.

Lui veut "relancer" et "rajeunir" la marque, en profitant du cadre officiel de la Fédération de la haute couture et de la mode et intégrer la Fashion week.

Rodrigo Basilicati-Cardin, qui remplit également les fonctions de directeur artistique de la maison, puise pour l'instant dans la créativité du Studio, mais réfléchit toutefois à "monter un groupe de designers" venus de l'extérieur pour apporter un souffle nouveau à la marque.

Il prévoit également d'organiser un évènement le 2 juillet pour les 100 ans de Pierre Cardin, "qui aura peut-être lieu à Venise", ville natale du couturier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

L'enquête visant l'ex-ministre Jean-Michel Baylet est classée

Publié

le

L'enquête contre Jean-Michel Baylet (au centre, avec la cravate, en 2012) est classée. (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT)

L'enquête ouverte par le parquet de Paris sur les accusations de viols visant l'ancien ministre PRG Jean-Michel Baylet a été classée sans suite. ll y a prescription des faits, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier, confirmée par le parquet parisien.

Le patron de la Dépêche du Midi est accusé par Nathalie Collin, fille de l'ancien sénateur PRG Yvon Collin, de viols et d'agressions sexuelles lorsqu'elle avait entre 12 et 14 ans, au début des années 1980, ce qu'il conteste.

"Ce qui est important, c'est que le parquet ne dit pas qu'il a classé parce que les faits sont insuffisamment caractérisés", a souligné auprès de l'AFP Me Zoé Royaux, avocate de Mme Collin.

Sollicité par l'AFP, le parquet de Paris a confirmé avoir classé la procédure sans suite du fait de l'acquisition de la prescription de l'action publique.

Les faits que dénonce Mme Collin auraient débuté lors de vacances en Grèce avec ses parents dans la villa de Jean-Michel Baylet, puis se seraient poursuivis.

Sur sa dénonciation, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "viols" et "agressions sexuelles" sur mineur de moins de 15 ans le 9 juin 2020.

Après avoir été entendu par les policiers en audition libre en février 2021, l'ancien ministre, âgé de 75 ans, avait été confronté pendant cinq heures à son accusatrice en octobre dans les locaux de la Brigade de protection des mineurs à Paris.

"J'en ressors comme je suis rentré, libre comme l'air", avait déclaré à l'issue de cette confrontation M. Baylet, qui a toujours contesté les faits.

Amis puis rivaux

Pour Nathalie Collin, aujourd'hui âgée de 53 ans, cette confrontation lui a permis de "dire tout ce qu'elle avait besoin de lui dire (...) et qu'elle a retenu pendant ces années", avait expliqué Me Zoé Royaux.

Amis de longue date, M. Baylet et M. Collin sont devenus des rivaux politiques et se livrent depuis plusieurs années une guerre virulente avec accusations de part et d'autre.

L'ancien président du Parti radical de gauche (1996-2016) et ex-sénateur a participé à quatre reprises à des gouvernements de gauche sous la présidence de François Mitterrand puis de François Hollande, pour lequel il a été ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

Jean-Michel Baylet est également un des propriétaires et le président du groupe de presse La Dépêche du Midi et est vice-président de l'Alliance de la presse d'information générale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Karine Meylan prend la tête du Musée romain de Lausanne-Vidy

Publié

le

Karine Meylan entrera le 15 juin prochain dans sa fonction de nouvelle directrice du Musée romain de Lausanne-Vidy. (© Ville de Lausanne)

Une femme va prendre la direction du Musée romain de Lausanne-Vidy. La Municipalité lausannoise a nommé vendredi Karine Meylan, actuelle conservatrice à l'ArchéoLab de Pully. Elle remplacera dès le 15 juin Laurent Flutsch à la suite de son départ à la retraite.

"Son expertise dans les disciplines de la muséologie, de l'archéologie et de la médiation culturelle lui permettra de poursuivre l'excellent travail mené par M. Flutsch au musée ces vingt dernières années et de faire face aux futurs enjeux notamment en matière d’accès à la culture", écrit la Ville dans un communiqué.

Née en 1981, Karine Meylan est titulaire d'un Master à l'Université de Lausanne en archéologie gallo-romaine, histoire ancienne et histoire ainsi que d'un certificat en pratique muséale de l'International Council of Museums (ICOM). Elle termine actuellement un doctorat en archéologie à l'Université de Lausanne, spécialisée dans le domaine de la médiation des sciences historiques.

Elle dispose d'une grande connaissance du domaine muséal de l'archéologie pour avoir travaillé plus de dix ans commeconservatrice à l'ArchéoLab et comme commissaire d'exposition, notamment à la Villa romaine d'Orbe-Boscéaz, au Musée des Arts et des Sciences de Sainte-Croix et à l'UNIL, détaille la Municipalité.

Hommages à Laurent Flutsch

La Municipalité de Lausanne témoigne aussi à Laurent Flutsch sa vive reconnaissance pour avoir, depuis plus de vingt ans, permis au Musée romain de Lausanne-Vidy de se positionner comme une institution de premier plan dans le domaine de l'archéologie en Suisse romande.

"Les nombreuses expositions présentées sous sa direction ont attiré et émerveillé des générations d'écoliers et marqué un public de tous âges par le caractère unique de l'expérience qui leur était offerte, en alliant intelligence, humour, originalité et rigueur scientifique", salue-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Un rare tableau de Botticelli vendu 45 millions de dollars

Publié

le

Selon Sotheby's, le tableau, bien conservé et entouré d'un cadre ornementé doré, avait appartenu au 19e siècle à une célèbre cantatrice anglaise de l'époque, Adelaide Kemble Sartoris, puis chez ses héritiers. (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Un tableau du maître de la Renaissance italienne Sandro Botticelli, dont les oeuvres sont rares dans les collections privées, a été vendu plus de 45 millions de dollars jeudi lors d'enchères chez Sotheby's à New York.

Au bout d'un duel qui a duré sept minutes, entre deux acheteurs donnant leurs ordres au téléphone et renchérissant plusieurs fois de 100'000 dollars supplémentaires, le lot numéro 14 de la vente, "Le Christ en tant qu'homme des douleurs" ("The man of sorrows") , a été adjugé à 39,3 millions de dollars, auxquels s'ajoutent les frais et commissions, soit un total de 45,41 millions de dollars.

Le prix se situe au-dessus de l'estimation donnée par Sotheby's (40 millions de dollars), mais c'est plus de deux fois moins que le record établi l'année dernière (92,2 millions de dollars) pour un tableau du maître de la Renaissance italienne, le "Jeune homme tenant un médaillon".

Selon Sotheby's, il s'agit du troisième tableau d'un peintre de la Renaissance le plus cher vendu aux enchères, si l'on compte le fameux Salvator Mundi, attribué à Leonard de Vinci, qui avait explosé tous les compteurs en novembre 2017 chez Christie's à New York (450 millions de dollars).

Record historique en 2021

"Le Christ en tant qu'homme des douleurs" est un portrait sur fond noir de Jésus, au regard profond, couronne d'épines autour de la tête entourée d'anges. Ses mains, scarifiées, sont entravées par des cordes.

D'après les experts cités par Sotheby's, le tableau remonterait au début des années 1500, à la fin de la vie de Sandro Botticelli (1445-1510), connu pour ses oeuvres exposées aux Offices à Florence ("Printemps", "Naissance de Vénus") et dont les fresques ornent aussi la Chapelle Sixtine au Vatican.

Selon Sotheby's, le tableau, bien conservé et entouré d'un cadre ornementé doré, avait appartenu au 19e siècle à une célèbre cantatrice anglaise de l'époque, Adelaide Kemble Sartoris, puis chez ses héritiers. Lors de sa dernière vente, aux enchères, en 1963, il avait été racheté pour 10'000 livres sterling.

Les maisons d'enchères ont profité d'un marché de l'art dynamique en 2021, après une année 2020 où la pandémie de Covid-19 avait pesé sur l'offre. Sotheby's a ainsi réalisé en 2021 le plus haut chiffre de vente de son histoire, à 7,3 milliards de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

La nouveauté est favorisée. Mais peut-être devrez-vous en passer par une formation ou quelques journées de séminaire…

Les Sujets à la Une

X