web web web web
Le nouveau James Bond dévoilé la semaine prochaine | LFM la radio
Rejoignez-nous

Culture

Le nouveau James Bond dévoilé la semaine prochaine

Publié

,

le

Daniel Craig incarne pour la dernière fois James Bond. (© KEYSTONE/AP/LEO HUDSON)

Fin d'une attente interminable pour les fans de l'espion le plus célèbre du monde: retardé par la pandémie, le nouveau James Bond, "Mourir peut attendre", est présenté à Londres la semaine prochaine, dernière occasion de sauver la planète pour Daniel Craig.

Avant de ranger son smoking au placard, l'acteur britannique de 53 ans va être mis à rude épreuve: courses poursuites, explosions, fusillades... la bande-annonce laisse entrevoir un épisode intense, riche en cascades et gadgets, dans la pure tradition des 007.

Avec un an et demi de retard en raison de la pandémie, le film sera dévoilé en avant-première mondiale mardi au Royal Albert Hall à Londres, ainsi qu'au Festival du film de Zurich, avant sa sortie dans les salles de cinéma britanniques deux jours plus tard, puis le 30 septembre ailleurs en Suisse et le 6 octobre en France.

A cette occasion, les producteurs Michael G. Wilson, Barbara Broccoli et le réalisateur Cary Joji Fukunaga ("Beasts of No Nation", "True Detective") rejoindront sur le tapis rouge les acteurs Daniel Craig, Rami Malek et Léa Seydoux ainsi que la chanteuse Billie Eilish qui interprète la chanson officielle du film, également intitulé "No Time To Die".

Aux côtés de ces stars, et des princes Charles et William, des soignants ont été invités à découvrir le film dans la prestigieuse salle de spectacle pour les remercier pour leur travail pendant la pandémie.

"Animal blessé"

Dans le film, le personnage inventé par l'écrivain Ian Fleming a quitté ses activités au sein des services secrets et profite d'un repos bien mérité en Jamaïque. Une tranquillité interrompue lorsque son vieil ami de la CIA, Felix Leiter, vient lui demander de l'aide pour sauver un scientifique qui vient d'être kidnappé.

De retour au travail, le plus célèbre agent au service de Sa Majesté doit travailler avec une nouvelle et "désarmante" collègue, jouée par la Britannique Lashana Lynch. Celle-ci le prévient d'emblée: "Si vous me barrez la route, je vous mets une balle dans le genou".

Face à eux, un mystérieux ennemi doté d'armes high-tech, incarné par l'Américain d'origine égyptienne Rami Malek, Oscar du meilleur acteur en 2019 pour son interprétation du chanteur Freddie Mercury.

La conquête de Bond depuis "Spectre", la psychologue Madeleine Swann, interprétée par la Française Léa Seydoux, semble aussi avoir des choses à cacher.

Dans cet opus, tourné notamment en Italie et en Jamaïque, 007 "est une sorte d'animal blessé en lutte avec son passé d'agent secret", a décrit l'an dernier le réalisateur Cary Joji Fukunaga dans une vidéo du distributeur Universal Pictures.

Selon le réalisateur, c'est une "course" pour James Bond, "non seulement pour sauver le monde mais ceux qu'il aime".

L'actrice et scénariste Phoebe Waller-Bridge ("Fleabag") a été mise à contribution pour améliorer la représentation des femmes dans le film, une façon de répondre aux critiques sur le sexisme de certaines oeuvres de la franchise.

Initialement prévue en mars 2020, la sortie de ce 25e épisode des aventures de l'agent secret a été repoussée plusieurs fois en raison de la pandémie. Sa sortie est donc très attendue par les fans mais aussi par les exploitants de cinémas qui cherchent à remplir leurs salles après les confinements.

"Nous savons qu'il s'est fait attendre mais il était important pour nous de sortir ce film à un moment où les fans pouvaient voir James Bond comme il se doit: sur grand écran", a assuré le mois dernier Michael De Luca, le responsable des films des studios MGM, récemment rachetés par Amazon pour 8,45 milliards de dollars (8 milliards d'euros).

Le dernier volet des aventures de James Bond, "Spectre", sorti fin 2015, avait rapporté plus de 880 millions de dollars de recettes dans le monde, selon la presse spécialisée.

La même année, Daniel Craig avait déclaré qu'il préférerait se "tailler les veines" que de jouer de nouveau James Bond.

L'acteur a affirmé dans une interview à Radio Times cette semaine qu'il s'agissait d'une plaisanterie. Il a expliqué qu'à l'époque il venait d'achever un tournage éprouvant pendant lequel il s'était cassé la jambe et "avait besoin de faire une pause".

Le mystère demeure entier sur le choix du prochain ou de la prochaine 007.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Décès de la diva slovaque Edita Gruberova, "reine de la colorature"

Publié

le

Edita Gruberova, qui résidait en Suisse, est décédée lundi à Zurich, selon un communiqué l'agence allemande Hilbert Artists management, de Munich. (© KEYSTONE/EPA/ULI DECK)

La chanteuse d'opéra slovaque Edita Gruberova est décédée à l'âge de 74 ans, après un demi-siècle de carrière sur les scènes du monde entier, a-t-on appris mardi auprès de son agent. Sa technique et sa puissance de soprano avaient fait d'elle une référence,

Edita Gruberova, qui résidait en Suisse, est décédée lundi à Zurich, selon un communiqué l'agence allemande Hilbert Artists management, de Munich.

Connue comme la "reine de la colorature", pour son timbre et son agilité vocale, cette infatigable travailleuse s'est produite dans le monde entier, devenant une familière des Opéras de Bavière, Vienne, Zurich ou Barcelone, où elle a donné des centaines de représentations.

La Reine de la nuit, rôle fétiche

Née à Bratislava, Edita Gruberova s'était formée dans plusieurs chorales et au conservatoire de la ville slovaque, avant d'arriver dans la capitale autrichienne où sa carrière avait véritablement été lancée en 1970.

Elle y avait fait ses débuts dans "La Flûte enchantée" de Mozart, interprétant la Reine de la nuit, qui deviendra l'un de ses rôles fétiches et qu'elle reprendra près de 70 fois sur la scène du Staatsoper de Vienne.

"Dévotion sans compromis à la musique"

Ce dernier lui a rendu un vibrant hommage: Edita Gruberova "n'était pas seulement une légende, mais elle a aussi laissé son empreinte sur cette maison et ses représentations dans plus de 700 spectacles", a salué Bogdan Roscic, directeur du Staatsoper dans un communiqué.

"Sa perfection vocale tant vantée n'a jamais été une fin en soi, mais toujours au service d'une dévotion sans compromis à la musique et de la meilleure interprétation possible", a-t-il souligné.

La soprano a triomphé notamment dans les rôles de Zerbinetta (Ariane à Naxos, de Strauss), Rosine (Le Barbier de Séville, de Rossini) ou Lucia (Lucia di Lammermoor, de Donizetti), faisant de ses interprétations "des points de référence pour les générations futures" et "des moments phares de l'expression humaine", selon le Staatsoper.

"Cette diva combative, qui n'a pas toujours facilité la tâche des directeurs artistiques, s'est toujours battue pour que la musique et les émotions occupent le devant de la scène", lui a rendu hommage l'adjointe à la Culture de la ville de Vienne, Veronica Kaup-Hasler.

Sa voix "reste en nous"

Elle avait fait ses adieux à l'Opéra de Vienne avec un concert de gala en juin 2018, avant de se retirer de la scène lyrique fin 2019.

"Elle était l'une des meilleures sopranos du monde. Elle disait que son destin était de servir des génies tels que Mozart, Bellini, Schubert ou Donizetti", a déclaré mardi la présidente slovaque Zuzana Caputova. "La voix d'Edita Gruberova reste en nous pour toujours", a ajouté la cheffe de l'Etat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Kanye West prend légalement le nom de "Ye"

Publié

le

Kanye West avait sorti en 2018 un album intitulé "Ye" (archives). (© KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS)

L'artiste précédemment connu sous le nom de Kanye West s'appelle désormais officiellement "Ye". Un juge de Los Angeles a accédé à la demande du rappeur américain de 44 ans.

"Ye" tout court, sans nom de famille ni deuxième prénom, a confirmé lundi un porte-parole du tribunal de la ville de Californie. L'artiste avait formulé sa demande à la fin août, citant des "motifs personnels".

En instance de divorce d'avec la vedette américaine de téléréalité Kim Kardashian, il souhaitait substituer "Ye", son surnom de longue date, à l'intégralité de son état civil, Kanye Omari West, tirant ainsi un trait définitif sur son nom de famille.

Troubles bipolaires

Le rappeur avait sorti en 2018 un album intitulé "Ye". Cet été, il a diffusé, après un long retard, un album de deux heures et 27 titres, intitulé "Donda", le prénom de sa mère décédée en 2007.

Ye a beau être l'un des rappeurs les plus connus au monde, ses troubles bipolaires et sa séparation très médiatisée ont récemment éclipsé ses oeuvres.

De l'avis de plusieurs médias américains, citant des sources proches du couple, la candidature de Kanye West à la présidence des Etats-Unis, l'an passé, aura été l'un des éléments déclencheurs de cette séparation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Des personnes posent nues près de la mer Morte pour Spencer Tunick

Publié

le

Avec plus de 200 figurants, Spencer Tunick a exprimé son art près de la Mer morte. (© KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN)

Quelque 200 personnes ont posé nues dimanche le corps peint en blanc pour le dernier projet du photographe américain Spencer Tunick, en Israël près de la mer Morte, menacée d'assèchement. A ce rythme, elle pourrait avoir disparu d'ici 2050.

Il s'agit du troisième projet de ce genre sur les bords de la mer Morte pour le photographe de 54 ans, invité par le ministère du Tourisme israélien et la ville d'Arad (est), où s'est déroulée la séance.

Posté sur un camion, M. Tunick, connu pour ses compositions formées de foules nues, donnait ses instructions avec un mégaphone aux personnes posant sur les collines rocheuses surplombant la mer aux couleurs turquoise.

Il a expliqué avoir recouvert de peinture blanche ses modèles pour évoquer l'épisode biblique de la femme de Loth, transformée selon la tradition en statue de sel à cet endroit.

Nissan Ben Hamo, le maire d'Arad, a émis l'espoir que ce tournage aide à collecter des fonds pour un nouveau musée sur la mer Morte. Cette dernière a perdu un tiers de sa surface depuis 1960 et continue de baisser de plus d'un mètre par an.

A ce rythme, cette merveille de la nature, située au point le plus bas du monde (moins 420 mètres) entre Israël, la Jordanie et les Territoires palestiniens, pourrait avoir disparu d'ici à 2050, selon des experts.

L'assèchement a commencé dans les années 1960 avec l'exploitation économique des eaux du Jourdain, principale source d'approvisionnement de la mer Morte, la plus salée du monde.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Découverte d'une ébauche d'histoire d'Astérix non achevée

Publié

le

La vingtaine de pages découvertes par la fille de feu René Goscinny étaient destinées à un album portant le titre "Astérix au cirque". (© KEYSTONE/AP ARCHIV/JENS MEYER)

La fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny, a révélé dans une interview publiée ce week-end la découverte d'une ébauche d'histoire non achevée du plus célèbre des Gaulois. Son père l'avait réalisée avant sa mort.

"J'y pense souvent, il s'agit de 20 pages, une moitié d'album", a indiqué celle qui gère l'oeuvre de son père à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Le scénario tapé à la machine par René Goscinny porte le titre d'"Astérix au cirque" et aurait dû paraître chronologiquement après l'album "Astérix chez les Belges". Il a été trouvé selon le Spiegel dans les archives familiales.

Anne Goscinny a estimé qu'une finition posthume de l'album serait une entreprise "très compliquée".

"De très nombreuses personnes devraient s'asseoir autour de la table, se plonger dans l'histoire et retrouver sa voix", dit-elle en référence à son père, "c'est comme une peinture de Goya qui aurait un trou".

"Mais un jour nous essaierons, ce serait une aventure extraordinaire", ajoute-t-elle.

Décédé en 1977, René Goscinny est avec Albert Uderzo, mort l'an dernier, le créateur de l'irréductible Gaulois en 1959, dont les aventures se sont vendues à plusieurs centaines de millions d'exemplaires dans le monde.

Il a joué un rôle capital pour la création du métier de scénariste de bandes dessinées, qui n'existait pas avant lui.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

L'équipe ayant tourné le 1er film dans l'espace de retour sur Terre

Publié

le

L'actrice Ioulia Peressild et le réalisateur Kim Chipenko (au centre) sont restés 12 jours à bord de la Station spatiale internationale (archives). (© KEYSTONE/AP)

L'actrice et le réalisateur russes qui ont séjourné pendant 12 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pour y tourner le premier film dans l'espace ont atterri dimanche matin sur Terre.

Le vaisseau Soyouz MS-18 transportant Ioulia Peressild, Klim Chipenko et le cosmonaute Oleg Novitski est arrivé dans les steppes du Kazakhstan à 04h36, l'heure prévue, selon les images retransmises en direct par l'agence spatiale russe.

"Le véhicule de descente du vaisseau spatial habité Soyouz MS-18 se tient verticalement et est sécurisé. L'équipage se sent bien!", a indiqué Roscosmos sur Twitter.

Le patron de l'agence spatiale russe, Dmitri Rogozine, a pour sa part publié avant le retour sur Terre des photographies de son équipe en route sur les lieux de l'atterrissage à bord de dix hélicoptères.

Devançant un projet américain concurrent avec Tom Cruise, l'actrice Ioulia Peressild, 37 ans, et le réalisateur Klim Chipenko, 38 ans, avaient décollé le 5 octobre du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, aux côtés du cosmonaute chevronné Anton Chkaplerov. Leur film, intitulé provisoirement "Le Défi", mettra en scène une chirurgienne se rendant à bord de l'ISS avec pour mission de sauver la vie d'un cosmonaute.

Dans un contexte de rivalité russo-américaine, cette aventure cinématographique prend aussi des allures de nouvelle course aux exploits dans l'espace, 60 ans après la mise en orbite du premier homme par l'URSS, Iouri Gagarine.

Cette initiative intervient en pleine ruée non-scientifique vers l'espace, avec la multiplication ces derniers mois des vols de loisir, comme ceux des milliardaires britannique Richard Branson et américain Jeff Bezos.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X