Rejoignez-nous

Culture

"L'Innocent" et "La nuit du 12" en tête des nominations aux César

Publié

,

le

Jean Dujardin fait partie des nominés pour le César du meilleur acteur, pour le film "Novembre". (© KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

Une comédie policière réjouissante signée Louis Garrel et une enquête impossible sur un féminicide: "L'Innocent" et "La Nuit du 12" sont en tête des nominations pour les César.

Présenté à Cannes où il a séduit la critique, avant de réunir plus de 700'000 spectateurs en salle, "L'Innocent" mêle comédie et film de braquage en s'inspirant de l'histoire familiale de Louis Garrel.

Le film fait la course en tête pour la soirée du 24 février, avec 11 nominations, dont le meilleur film et le meilleur acteur pour Garrel, et fait figure de favori pour succéder à "Illusions Perdues", le vainqueur de l'an passé avec sept trophées.

L'enfant de la balle devenu tête d'affiche du cinéma d'auteur français côtoie dans la catégorie meilleur acteur ses aînés Jean Dujardin (pour "Novembre" sur les attentats de fin 2015), mais aussi Benoît Magimel (pour "Pacifiction" d'Albert Serra), en lice pour un doublé après son César de l'an dernier.

Côté actrices, Virginie Efira, nommée pour "Revoir Paris" où elle partage d'ailleurs l'affiche avec lui, en témoin d'un attentat dans une brasserie parisienne, a toutes ses chances, face notamment à Adèle Exarchopoulos ("Rien à foutre") ou Laure Calamy ("A plein temps").

Deux actrices suisses, Souheila Yacoub et Kayije Kagame ont quant à elles été nommées dans la catégorie des révélations.

Thématique contemporaine

"La Nuit du 12", avec 10 nominations dont le meilleur film et la meilleure réalisation lui aussi, ainsi que le meilleur espoir masculin (Bastien Bouillon, dans un rôle de policier), est également très bien placé.

Un prix permettrait à son réalisateur, Dominik Moll, de revenir sur le devant de la scène 22 ans après son César du meilleur réalisateur pour "Harry, un ami qui vous veut du bien", et célèbrerait une fiction sur une question très contemporaine, le machisme et les violences faites aux femmes.

Parmi les autres long-métrages en lice pour le meilleur film, "En Corps", signé Cédric Klapisch, l'histoire d'une danseuse classique (Marion Barbot, sélectionnée pour le meilleur espoir féminin) qui se reconstruit après une blessure.

Les César, régulièrement pointés pour leur entre-soi, ne feront pas forcément taire ces critiques cette année: "En Corps" est le seul film parmi les favoris à avoir réuni plus d'un million de spectateurs (1,3 million). "Novembre" et "Simone, Le Voyage du Siècle", plus populaires avec plus de 2 millions d'entrées, doivent se contenter de sept et deux nominations chacun.

Absence de polémiques?

Sauf révélation de dernière minute, l'Académie devrait par contre s'épargner une nouvelle crise sur l'attitude à adopter face aux artistes soupçonnés ou impliqués dans des affaires de violences sexuelles ou sexistes.

Gérard Depardieu ou Ary Abittan, présumés innocents par la justice mais mis en examen pour des viols qu'ils nient, ne sont pas nommés, pas plus que Sofiane Bennacer.

Son cas était le plus radioactif, depuis sa révélation dans "Les Amandiers", le film de sa compagne Valéria Bruni-Tadeschi. La sortie du film a été accompagnée de révélations sur ses mises en examen pour viols, et la réalisatrice a admis en avoir été au courant pendant le tournage.

M. Bennacer n'est finalement pas nommé parmi les espoirs masculins, et les Césars ne devraient donc pas avoir besoin de dégainer la règle adoptée en dernière minute, selon laquelle aucune personne mise en cause "par la justice pour des faits de violence" ne sera "mise en lumière".

Le long-métrage, retraçant l'aventure du théâtre des Amandiers de Patrice Chéreau, récolte tout de même 7 nominations, dont le meilleur film.

Après ce premier tour, auquel ont participé 67% des 4705 membres de l'Académie, le cinéma français va retourner aux urnes pour décerner les prix, qui seront remis lors d'une soirée présidée par Tahar Rahim sur la scène de l'Olympia.

La présentation sera assurée collégialement par neuf maîtres et maîtresses de cérémonie, d'Emmanuelle Devos à Eye Haïdara, en passant par Alex Lutz et Ahmed Sylla, avec la lourde tâche de remonter des audiences encore catastrophiques l'an dernier (1,3 million de téléspectateurs).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Culture

Lausanne: 17e édition du festival Chocolate du 31 mai au 1er juin

Publié

le

Le Chocolate Festival, le rendez-vous des fans de l'électro et de la techno, se tient au D!Club (photo) et aux Pyramides de Vidy à Lausanne (archives). (© Keystone/VALENTIN FLAURAUD)

La 17e édition du Chocolate Festival, manifestation de musique électronique, se tiendra le week-end prochain du 31 mai au 1er juin à Lausanne. Le rendez-vous des fans de l'électro et de la techno se tient au D!Club et aux Pyramides de Vidy, avec des DJs venant des quatre coins d'Europe et de Suisse.

Les organisateurs annoncent plusieurs têtes d'affiche: Rebüke (Irlande), Mha Iri (Ecosse), Konstantin Sibold (Allemagne), Elif (Turquie), Lee Ann Roberts (Pays-Bas), Dax J (Allemagne), Djeff (Portugal) ou encore Patrisha (Suisse). La programmation mêle artistes de renom et talents émergents, soulignent-ils.

Un concours (DJ Contest) est aussi organisé pour soutenir la scène électronique suisse en offrant une plateforme d'expression aux nouveaux talents. Plus de 6000 festivaliers participent généralement à l'événement. "Un nombre qui ne cesse de croître et qui témoigne de la place prépondérante du Festival dans le paysage local", se félicitent les responsables.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Des dessins inédits d'Irène Zurkinden au Musée d'art et d'histoire

Publié

le

Le Musée d'art et d'histoire à Genève présente dès samedi des dessins inédits de l'artiste suisse Irène Zurkinden, liée au mouvement surréaliste. (© )

Le Musée d’art et d’histoire de Genève (MAH) consacre du 1er juin au 29 septembre une exposition à l'artiste suisse Irène Zurkinden (1909-1987). Des oeuvres tirées d'un fonds de dessins inédit, découvert dans le cadre d'une recherche sur le surréalisme, seront montrées pour la première fois.

Irène Zurkinden a gravité dans le milieu surréaliste parisien dès 1929, tout en menant une carrière de peintre plus conventionnelle dans sa ville natale de Bâle, où elle retourne en 1939, en raison de la guerre. L'artiste reste dans l’ombre de Meret Oppenheim, son amie de jeunesse avec laquelle elle a échangé toute sa vie.

Le fonds de dessins, découvert récemment, permet de réévaluer sa place dans la scène artistique et les échanges qu'elle a eus avec des personnalités telles que Man Ray, Marcel Duchamp et Salvador Dali. L'exposition présente en trois volets 49 dessins, deux peintures et quatre carnets de croquis, se concentrant sur la période 1929-1939.

Les deux premiers volets portent sur la vie avant-gardiste parisienne, avec des figures comme Kiki de Montparnasse, et sur le milieu surréaliste, avec des dessins caractéristiques du mouvement. Le dernier propose des scènes plus intimes, voire érotiques, dans lesquelles apparaît son compagnon, le jazzman germano-brésilien Kurt Fenster, qu'elle a rencontré à Paris en 1934, et avec qui elle a deux fils, Nicolas (1937) et Stephan (1943).

Maîtrise du trait

Ces ½uvres graphiques témoignent d’une maîtrise du trait originale et décomplexée, note le MAH. Elles sont souvent accompagnées de textes poétiques faisant allusion au monde onirique: "Le retour à la réalité comme un rêve dissipé. (...) Laisser le temps partir seul, ne même pas le suivre du regard ni du regret".

Organisée à l'occasion du centième anniversaire du "Manifeste du surréalisme" (1924) par André Breton, cette exposition, qui se tiendra dans les cabinets du premier étage du MAH, donne l’occasion de rappeler les aspirations de liberté et de rêve du mouvement surréaliste. Elle fait partie d’un projet de recherche qui aboutira à la publication, en mai 2025, d'une importante monographie d'Irène Zurkinden.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Deux musées fribourgeois emblématiques fêtent leur bicentenaire

Publié

le

Le Musée d'histoire naturelle de Fribourg (MHNF) a déménagé en 1897 à son emplacement actuel sur le plateau de Pérolles, dans un bâtiment partagé avec l’Université de Fribourg (archives. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Musée d'histoire naturelle (MHNF) et le Musée d'art et d'histoire (MAHF) de Fribourg fêtent cette année leur bicentenaire. Chaque institution a développé sa propre exposition pour marquer l'anniversaire, mais des événements partagés reflètent leur histoire commune.

En faisant don de sa vaste collection à l'Etat de Fribourg, le chanoine Charles-Aloyse Fontaine n'a pas seulement été le fondateur du Musée d'art et d'histoire (MAHF), mais également du Musée d'histoire naturelle (MHNF). Les deux musées cantonaux ont ainsi pris racine en 1824.

Les institutions ont d'abord été hébergées au même endroit, dans les locaux de l'actuel Collège St-Michel, qui a alors abrité le premier musée fribourgeois. En 1849, les deux musées ont été séparés, a indiqué il y a quelques jours le MHNF en revenant sur sa riche histoire.

Exposition du MHNF

Pour célébrer le bicentenaire du MHNF, 100 personnes ont posé avec leur objet coup de c½ur des collections du musée et raconté pourquoi cet objet était important à leurs yeux. A travers des photographies originales et des textes rédigés sur la base d'interviews, le public découvre 100 témoignages qui reflètent ce qui en fait l'essence.

Les portraits de ces personnes, avec leur objet favori et les souvenirs qu'elles y associent, sont à découvrir dans l'exposition "100+100, 200 ans d'histoire en 100 duos inédits" ainsi que dans un livre du même nom. Le MHNF accueille en moyenne 65'000 visiteurs par an, ce qui en fait un des musées les plus fréquentés de Suisse.

L'exposition retraçant la rencontre des collections scientifiques avec les personnes pour qui elles comptent s'est ouverte le 17 mai et durera jusqu'au 9 février 2025. Le MHNF a traversé les époques et s'apprête à profiter dès 2028 d'un nouvel écrin, suite à l'aval donné par le peuple en juin dernier d'un crédit de 65,5 millions.

Exposition du MAHF

Pour sa part, l'exposition du MAHF s'intitule "Le Musée qui ne voulait pas mourir". Du 17 mai au 22 septembre prochain, elle interroge la notion de mémoire et le rapport de la population aux objets et aux oeuvres d'art, ainsi qu'à leur contextualisation. L'événement propose aussi un reflet du riche patrimoine fribourgeois.

"Le musée offre un espace calme, propice à l'introspection et à la réflexion". Il permet de prendre du recul par rapport à la vie quotidienne, estiment les organisateurs. "C'est en même temps, aussi, un lieu de rencontre, de débats et d'échanges". L'exposition est accompagnée de conférences, de visites guidées et d'ateliers.

Fort de ses 200 ans, le musée s'interroge pour savoir comment continuer son "voyage", entre lieu de science et d'ouverture aux imaginaires. Il se demande s'il doit suivre les tendances et les modes pour survivre et comment répondre aux mutations sociales et technologiques, aux expériences collectives et individuelles.

Démarrage en janvier

L'année du jubilé a déjà commencé par une présentation des deux entités à l'occasion du Festival des Lumières de Morat au mois de janvier. Par ailleurs, le vernissage des deux expositions a eu lieu le 16 mai, en deux parties, dans les deux musées, rappelle un communiqué.

En septembre, le MAHF et le MHNF organiseront, en collaboration avec le Collège St-Michel, un week-end de fête avec une journée spéciale au collège, le samedi 14 septembre, ainsi que plusieurs manifestations dans les musées, le dimanche 15 septembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

MCBA: Gina Proenza expose à l'Espace Projet

Publié

le

Gina Proenza, gagnante du Prix Culturel Manor Vaud 2024, expose au MCBA (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lauréate du Prix Culturel Manor Vaud 2024, Gina Proenza investit l'Espace Projet du Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) jusqu'au 1er septembre. Avec cette nouvelle exposition, la Lausannoise d'adoption, née en Colombie, se penche sur les procès médiévaux intentés contre des animaux, et plus particulièrement sur ceux de vers blancs accusés de dévaster les récoltes dans la région de Lausanne.

Dans les procès imaginés par Gina Proenza, les humains n'ont la parole que pour la prêter aux insectes. Les voix diffusées dans l'espace sont celles de trois avocats, invités à plaider l'acquittement des vers.

Ces plaidoyers "redessinent les dynamiques" entre les personnes qui accusent et les accusés et "posent la question des responsabilités qui nous incombent", écrit le MCBA dans son communiqué de presse. L'artiste remet aussi en question la parole judiciaire elle-même, en choisissant de l'énoncer avec des gargouilles qui tirent des langues de bois.

Dans cette exposition, Gina Proenza travaille également la question des territoires et de leurs délimitations. De grands rideaux motorisés réalisés à partir de chutes de tissus se meuvent doucement, ouvrant et fermant des espaces. Ces rideaux "brouillent la délimitation entre ici et là-bas, entre un espace et un autre, mais également entre le temps présent et celui à venir", poursuit le communiqué.

Passée par l'ECAL et la Manufacture

Formée notamment à l'ECAL et à la Manufacture (la Haute Ecole des arts et de la scène), Gina Proenza est aujourd'hui investie dans l'activité des scènes artistiques de Suisse romande. Elle enseigne la sculpture et anime un atelier sur les écritures contemporaines à l'ECAL.

Lauréate de plusieurs prix, elle a notamment bénéficié d'expositions personnelles à la Kunst Halle de St-Gall, au CAN–Centre d'art Neuchâtel et au Centre culturel suisse à Paris.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Bienfaits célestes porteurs de confort professionnel avec des projets qui prennent l’ascenseur en direction des sommets !!! Rien ne vous semble impossible.

Les Sujets à la Une

X