Rejoignez-nous

Culture

Montreux Jazz: Zucchero, Woodkid ou Rag'n'Bone Man en vedette

Publié

,

le

Mathieu Jaton, directeur du Montreux Jazz Festival, a présenté mardi la programmation de l'édition 2021. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Même en version réduite, le Montreux Jazz Festival (MJF) va accueillir des grands noms de la musique cet été. Zucchero, Woodkid, Rag'n'Bone Man ou encore Ibrahim Maalouf font partie des artistes qui se produiront sur le Léman entre le 2 et le 17 juillet.

Ils y côtoieront de nouveaux talents et de nombreux artistes suisses dans une programmation "d'une grande mixité, fidèle à l'identité du festival", indique Mathieu Jaton, le directeur du MJF, interrogé par Keystone-ATS.

Ces artistes livreront pour la plupart des prestations adaptées à la configuration 2021 du MJF, repensée pour répondre aux normes sanitaires. "Nous aurons des concerts beaucoup plus intimistes, plus axés sur le jeu musical. C'est une sorte de retour aux sources", estime Mathieu Jaton.

Pour sa quatrième participation au festival, le chanteur italien Zucchero se produira par exemple en "trio rock" sur la scène érigée sur le lac, à 25 mètres du rivage et de gradins pouvant accueillir 500 spectateurs. Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf sera lui accompagné d'un seul guitariste.

"Nous serons en plein dans la magie montreusienne", se réjouit Mathieu Jaton. Il s'attend à voir émerger du Léman plusieurs "pépites", citant notamment des chanteuses de la nouvelle génération comme Yseult, Nathy Peluso ou Arlo Parks.

Des Suisses seront aussi à l'honneur dans cet écrin, à l'instar du rappeur lausannois Arma Jackson. Une soirée sera également consacrée au trio alémanique composé de Sophie Hunger, Dino Brandao et Faber, qui s'est formé durant le confinement.

Entre 70 et 150 francs la place

La deuxième scène payante de cette édition, située dans la salle Belle Epoque du Montreux Palace, a aussi été retenue pour offrir des moments d'intimité, poursuit le patron du MJF. Dotée de 200 places assises, elle sera dédiée aux musiques jazz et soul.

En tout, ce sont près de 60 artistes qui défileront sur ces deux scènes, dont un tiers de Suisses. "J'ai été surpris de voir qu'autant d'artistes, surtout parmi les grands noms, adhéraient à notre projet", remarque Mathieu Jaton.

La billetterie sera ouverte mardi 8 juin. Les billets coûteront entre 70 et 80 francs, sauf pour les quatre têtes d'affiche - Zucchero, Woodkid, Rag'n'Bone Man et Ibrahim Maalouf - pour lesquelles il faudra payer environ 150 francs. Des prix inférieurs à ceux pratiqués lors d'une édition normale du MJF. "Nous voulons des concerts accessibles au plus grand nombre", relève le directeur.

Deux autres scènes, gratuites celles-ci mais soumises à réservations, seront installées dans le grand hall et les jardins du Montreux Palace. Elles accueilleront notamment des artistes émergents et les jam sessions.

Penser à l'avenir

Avec ses quatre scènes, le MJF pense pouvoir attirer entre 1200 et 1500 personnes par jour, soit dix fois moins qu'avant le coronavirus. Onze bars et points de restauration seront à disposition des festivaliers. Le protocole sanitaire sera communiqué à l'approche du festival et s'adaptera à l'évolution de la situation.

Ce 55e Montreux Jazz, dont le budget se monte à 8 millions de francs, n'est pas une "édition sparadrap", insiste Mathieu Jaton. "Nous ne voulions pas faire dans la demi-mesure, en remplissant par exemple des moitiés de salle. Nous sommes repartis de zéro pour créer quelque chose de nouveau, tout en respectant les valeurs du festival."

A l'instar des autres initiatives lancées depuis le début de la crise, le MJF souhaite apprendre de cette édition 2021 pour imaginer son futur. Mathieu Jaton cite par exemple la retransmission en live streaming de certains concerts de la scène du lac, qui seront ensuite accessibles gratuitement durant la durée du festival.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Harry Styles remporte le Grammy de l'album de l'année

Publié

le

Harry Styles avait déjà remporté le prix du meilleur album de pop vocale en début de soirée. (© KEYSTONE/AP/Chris Pizzello)

Le chanteur britannique Harry Styles a remporté dimanche le prix du meilleur album de l'année aux Grammy Awards. Il s'agit d'une victoire surprise face aux grandes favorites Beyoncé, à qui la récompense échappe encore, ou Adele.

La sensation pop a raflé la récompense la plus convoitée de cet équivalent des Oscars pour la musique grâce à "Harry's House", son troisième opus. Un disque où les synthétiseurs et l'acoustique douce s'accompagnent de paroles très personnelles, pour en faire l'album le plus intime de la star britannique.

La jeune chanteuse américaine de jazz Samara Joy a quant à elle remporté le très prisé Grammy Award de la révélation de l'année. Cette Afro-américaine de 23 ans originaire du Bronx à New York a triomphé face à la pop-star brésilienne Anitta, au duo franco-américain DOMi & JD Beck ou encore aux rockers italiens de Maneskin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Lizzo remporte le Grammy du meilleur enregistrement de l'année

Publié

le

Lizzo prend sa revanche après avoir été devancée en 2020 par Billie Eilish dans cette catégorie. (© KEYSTONE/AP/Chris Pizzello)

La chanteuse américaine Lizzo a devancé les grandes favorites Beyoncé et Adele, en remportant dimanche le prix du meilleur enregistrement de l'année aux Grammy Awards. Ce grâce à son titre "About Damn Time".

Ce prix d'interprétation a un goût de revanche pour Lizzo. En 2020, elle était largement pressentie comme la grande gagnante de cet équivalent des Oscars de la musique, mais avait finalement dû s'incliner face au phénomène pop Billie Eilish.

La chanteuse américaine de blues, folk et country Bonnie Raitt a quant à elle remporté le prix de la chanson de l'année aux Grammy Awards, avec son titre "Just Like That", une surprise face aux poids lourds Beyoncé, Taylor Swift et Adele. La chanteuse de 73 ans compte déjà 10 gramophones à son actif.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Beyoncé, artiste la plus couronnée de l'histoire des Grammy Awards

Publié

le

L'artiste américaine a battu le record alors jusqu'à présent détenu par le chef d'orchestre Georg Solti. (© KEYSTONE/AP/Chris Pizzello)

Beyoncé est devenue dimanche soir l'artiste la plus couronnée de tous les temps aux Grammy Awards. Elle a remporté quatre récompenses, soit un total de 32 durant sa carrière, alors que la cérémonie à Los Angeles n'était toujours pas terminée.

La chanteuse américaine est encore en lice pour d'autres catégories, mais elle en a déjà remporté quatre dimanche: pour son album "Renaissance", sorti l'été dernier, et certaines de ses chansons. Le précédent record était détenu par le chef d'orchestre Georg Solti (31).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Beyoncé reine des Grammys, le meilleur album lui échappe encore

Publié

le

L'artiste américaine a remercié tour à tour ses parents, son "magnifique mari" et ses "trois beaux enfants" et "la communauté queer" au moment de recevoir son 32e grammy. (© KEYSTONE/AP/Chris Pizzello)

Beyoncé est devenue dimanche l'artiste la plus couronnée de tous les temps aux Grammy Awards, à Los Angeles. Mais le prix suprême du meilleur album lui a encore échappé, au profit de la popstar britannique Harry Styles.

Avec quatre nouveaux gramophones, dont la meilleure chanson R&B ("Cuff it") ou le meilleur album dance/électronique ("Renaissance") "Queen B" repartira les bras chargés et elle devra faire de la place sur son étagère pour y disposer les 32 récompenses de toute sa carrière, un record absolu, une de plus que le chef d'orchestre Georg Solti dans les années 1990.

"J'essaye de ne pas être trop émue", a-t-elle lancé, remerciant tour à tour ses parents, son "magnifique mari" Jay-Z, ses "trois beaux enfants" et "la communauté queer" qui l'a toujours soutenue.

Dans l'histoire

Beyoncé entre donc dans l'histoire. Mais une fois de plus, une récompense majeure lui échappe: comme en 2017 avec "Lemonade", devenu un classique, "Renaissance", son dernier opus house et dance, a échoué à obtenir le prix du meilleur album.

Sur la scène rougeoyante de la Crypto.com Arena, c'est la sensation pop Harry Styles qui a raflé le lot, grâce à "Harry's House", qui lui a aussi valu le Grammy du meilleur album de pop chantée.

Vêtu tout entier de franges scintillantes, il a interprété son tube "As It Was" lors d'une soirée qui a fait le plein de stars, de Jay-Z à Kendrick Lamar et Dr Dre, en passant par Stevie Wonder, Madonna, Lizzo et Mary J. Blige.

La surprise Bonnie Raitt

Autre surprise, la vétérane du blues, folk et country Bonnie Raitt, 73 ans, a gagné le prix de la chanson de l'année avec "Just Like That", une récompense que lui a remise la Première dame américaine Jill Biden. La concurrence était pourtant rude avec les tubes de Beyoncé ("Break my soul"), Adele ("Easy on me") ou Taylor Swift ("All too well").

Lizzo a de son côté remporté le prix de l'enregistrement de l'année pour "About Damn Time", tandis que la star britannique Adele a dû se contenter de la meilleure performance solo pop.

En 2017, l'interprète d'"Hello" avait écrasé ses concurrents dans les principales catégories, remportant cinq récompenses avec son album "25", au détriment de Beyoncé, dont l'album "Lemonade", avait dû se contenter du Grammy Award du "meilleur album de musique urbaine contemporaine".

L'Académie des arts et sciences de l'enregistrement, qui décerne les récompenses, avait été accusée une fois de plus d'un manque de diversité.

Bad Bunny, le succès hispanophone

La soirée, animée par l'humoriste sud-africain Trevor Noah, s'est ouverte sur une prestation du prince du reggaeton portoricain Bad Bunny, l'un des artistes au plus gros succès commercial dans le monde en 2022. Nommé dans trois catégories, il a remporté un gramophone.

L'histoire était déjà en marche pour Beyoncé: avec les nominations pour cette édition, elle avait égalé le record de son mari, Jay-Z, comme artiste le plus nommé de l'histoire de ces récompenses (88).

D'autres stars ont brillé, comme le rappeur Kendrick Lamar qui a engrangé trois récompenses avec la meilleure performance rap et la meilleure chanson rap pour "The Heart Part 5" et le meilleur album, avec "Mr. Morale & the Big Steppers".

"C'est l'un des disques les plus difficiles que j'ai faits", a lancé l'apôtre du rap social et politique, le seul artiste de hip-hop déjà récompensé d'un prix Pulitzer pour un de ses précédents albums.

"En revenant en arrière et en repensant à mes débuts dans le rap, au chemin parcouru, je voulais remercier la culture de m'avoir permis d'évoluer pour faire une chanson", a-t-il ajouté.

La star américaine de folk-rock Brandi Carlile, qui comptait sept nominations, en a transformées trois en gramophones, dont la meilleure chanson rock et meilleure performance rock avec "Broken Horses".

Révélation

Parmi les premières sensations de la pré-cérémonie, l'actrice Viola Davis est entrée dans le club très fermé des artistes ayant remporté les quatre grandes récompenses américaines, l'Oscar (cinéma), l'Emmy (télévision), le Tony (théâtre) et dimanche soir un Grammy, dans la catégorie "livre audio, narration" pour ses mémoires "Finding Me".

C'est la 18e artiste à accomplir cette performance exceptionnelle, baptisée "EGOT", après notamment Whoopi Goldberg, Mel Brooks, ou Rita Moreno.

La course était grande ouverte pour la révélation de l'année, entre la Brésilienne Anitta, les rockeurs italiens de Maneskin, la rappeuse Latto...

Mais, encore une surprise, c'est finalement la chanteuse de jazz originaire du Bronx, Samara Joy, 23 ans, qui a reçu le prix. Impressionnés par sa voix, des critiques la comparent déjà aux grandes chanteuses afro-américaines de jazz comme Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Sarah Vaughan ou Nina Simone.

Mme Biden, saluant "un appel fort et poétique à la liberté et aux droits des femmes" en Iran a remis un prix spécial de la "meilleure chanson pour un changement de société" au titre "Baraye" de l'artiste iranien Shervin Hajipour, qui avait été arrêté pour la diffusion de cette chanson en vidéo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Une exposition à Genève sur le patrimoine culturel en péril

Publié

le

Des mesures ont été prises dans les musées en Ukraine, comme ici au Musée de l'histoire de la religion à Lviv, pour protéger les trésors patrimoniaux. Une exposition de photos à Genève revient sur ce sujet (archives). (© KEYSTONE/AP/BERNAT ARMANGUE)

La guerre en Ukraine menace l'héritage culturel du pays. Afin de protéger ce patrimoine national, des mesures ont été prises par les autorités. Une exposition de photos présentée à l'Université de Genève à partir du 7 février illustre cette problématique. A voir jusqu'au 1er mars.

Les musées en particulier ont été contraints d’évacuer leurs trésors pour les protéger. Les images exposées à UniDufour montrent ainsi les galeries vides du Musée national des arts Bohdan et Varvara Khanenko de Kiev, le plus important musée d'art d'Ukraine.

L’exposition, proposée en partenariat avec l’International Council of Museums-Suisse et le Musée national suisse, porte aussi un regard d'espoir sur l'avenir. L'inauguration se fera avec Yuliya Vaganova, directrice du Musée national des arts Bohdan et Varvara Khanenko de Kiev qui sera présente en visioconférence.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Quand vous stressez trop, votre corps vous rappelle à l’ordre par de pénibles maux de dos ou de la peine à digérer. Et si lâchiez prise ?

Les Sujets à la Une

X