Rejoignez-nous

Culture

Nyon: 40 ans de photos exposées à la galerie Focale

Publié

,

le

Des images de quatre photographes représentatifs de chacune des quatre décennies de la galerie Focale à Nyon (VD) sont particulièrement mises en évidence pour la grande rétrospective: Simone Oppliger, Luc Chessex (photo), Christian Lutz et Luca Zanier (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Pour marquer les 40 ans de son existence, la galerie Focale à Nyon (VD) présente une grande rétrospective. Du 15 septembre au 6 novembre, celle qui est l'une des plus anciennes galeries suisses entièrement dédiées à la photographie retrace "40 ans de photo" dans une nouvelle exposition.

Des images de quatre photographes représentatifs de chacune de ces quatre décennies sont particulièrement mises en évidence pour cette rétrospective: Simone Oppliger, Luc Chessex, Christian Lutz et Luca Zanier. Les dix lauréats du Prix Focale-Ville de Nyon décernés depuis 2011 ont également une place de choix dans l'exposition, expliquent dans un communiqué les responsables de la galerie.

"C'est aussi l'occasion de célébrer les activités de Focale durant ces 40 années contribuant au rayonnement d'une photographie documentaire comportant une recherche esthétique de qualité jouxtant le poétique, et génératrice de réactions émotionnelles", écrivent-ils.

A but non lucratif, la galerie Focale a été créée en 1982 par Daniel Baudraz et Constantin Fernandez dans la cave d'une charmante maison du 17e siècle. Ils voulaient privilégier une photo plutôt réaliste, de tendance reportage, comportant une recherche de qualité et d'originalité. "Focale a toujours eu à coeur de faire connaître la photographie émergente", rappellent volontiers ses responsables.

Une association (180 membres actifs) et une librairie spécialisée se sont ajoutées au fil des années. Une dizaine d'expositions en moyenne sont organisées chaque année, pour un total de 365 expos en 40 ans. Pour cet anniversaire, la galerie s'est offert cette année une librairie flambant neuve.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

DISNEY fête ses 100 ans - LE CONCERT ÉVÉNEMENT

Publié

le

Le concert événement Disney 100 ans actuellement en tournée en France et en Europe fera un détour par Genève le 23 décembre 2023. Si vous désirez faire la fête sur les mélodies de Disney - rendez-vous le 23 décembre 2023 et réservez les dernière places sur : https://www.ticketcorner.ch/fr/event/disney-100-ans-arena-de-geneve-16221648/

La célébration d’un siècle de magie Disney lors d’un concert exceptionnel et grandiose ! Vivez les classiques de Disney et ses mélodies de légende sublimées par un orchestre philharmonique de plus de 100 musiciens, danseurs, chanteurs solistes, voix officielles Disney…

Les grands classiques de Disney retentiront pour le plus grand bonheur des petits et grands à l’Arena de Genève 😍Les plus belles chansons de Cendrillon, Aladdin, la Petite Sirène, le Roi Lion, la Belle et la Bête, Mulan, Tarzan et tant d’autres… ainsi que celles des nouveaux incontournables comme Vaïana, la Reine des Neiges ou encore Encanto, sans oublier les musiques mythiques des univers Marvel, Pixar et Star Wars, seront interprétés en live sur scène.Les images des films Disney projetées sur écrans géants ainsi qu’une multitude d’effets spéciaux, de lumières, de lasers et de magie vous feront voyager lors de cet événement inoubliable. Que l’on soit nostalgique ou grand rêveur, entre amis ou en famille, les 100 ans de The Walt Disney Company est un rendez-vous unique à ne pas manquer.

Interprétation : Sinfonia Pop Orchestra

2h30 entracte inclus

Sylvain Lavey a pu s’entretenir avec Cerise Calixte (la voix français de Vaiana et de la Petite Sirène dans le film Live ), Charlotte Hervieux (la voix française d’Elsa depuis la Reine des Neiges 2) ainsi que Maxime Guény l’animateur de ce merveilleux spectacle.

Interview à retrouver ci-dessous : 

…… 

Continuer la lecture

Culture

La cheffe du Service des affaires culturelles part à la retraite

Publié

le

Nicole Minder (au centre) avait assuré l'intérim entre le départ de Tatyana Franck et l'arrivée de Nathalie Herschdorfer à Photo Elysee (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Nicole Minder, cheffe du Service vaudois des affaires culturelles, partira à la retraite au 31 juillet 2024. Avant d'entrer à l'Etat de Vaud en 2016, elle avait travaillé comme conservatrice au Cabinet cantonal des estampes puis directrice du Château de Prangins.

Le Conseil d'Etat vaudois a "pris acte" du souhait de Nicole Minder, née en 1962, de faire valoir ses droits à la retraite. Dans un communiqué publié jeudi, il salue "son engagement et sa détermination sans faille au service de la culture".

Sous sa direction, le Service des affaires culturelles (Serac) s'est réorganisé et étoffé pour mettre en oeuvre les nouvelles lois sur la culture et le patrimoine. Elle a également accompagné la mise en oeuvre d'une politique muséale d'envergure, avec la création de Plateforme 10, le nouveau quartier des arts, rappelle le canton.

Avec l'intégration du Musée monétaire au sein du Musée d'archéologie et d'histoire et, plus récemment, le regroupement des musées de botanique, géologie et zoologie au sein du nouveau Muséum des sciences naturelles, le paysage muséal vaudois est désormais consolidé en trois pôles: art, histoire et sciences naturelles.

Durant la crise Covid, Nicole Minder et son équipe ont su faire preuve d'une "grande agilité" pour assurer leurs missions fondamentales tout en accompagnant les milieux culturels dans la mise en oeuvre des ordonnances fédérales pour indemniser les pertes. Elle a également assuré en 2022 la direction par intérim de Photo Elysée, durant les mois précédant l'ouverture du musée, rappelle le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Sophie Ballmer remporte la Bourse vaudoise des arts plastiques 2023

Publié

le

Sophie Ballmer a reçu un prix pour son film "La Maison" lors du dernier festival Visions du Réel à Nyon (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

La plasticienne et réalisatrice Sophie Ballmer est la lauréate de la Bourse arts plastiques 2023 du Canton de Vaud. Elle décroche 20'000 francs pour réaliser un nouveau projet: une vidéo intitulée "Les bagnoles" qui explorera les récits biographiques de certains membres de sa famille et de celle de son partenaire l'artiste Tarik Hayward.

Diplômée de l'ECAL, Sophie Ballmer, 45 ans, travaille à Lausanne et vit au Sentier (VD). En 2015, elle a cofondé l'espace d'art indépendant Tunnel Tunnel à Lausanne qu'elle dirige toujours aujourd'hui, explique jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Ces dernières années, son travail artistique s'est concentré sur le genre cinématographique et les récits biographiques. Le projet proposé dans le cadre de la présente Bourse s'inscrit ainsi dans la continuité de sa précédente vidéo "La maison", qui a remporté une mention spéciale le printemps dernier au festival Visions du Réel.

Le projet "Les bagnoles" a été imaginé dans un premier temps grâce à une Bourse Covid octroyée par le Canton en 2021. Cette sorte de road-movie retracera les errances de la famille de l'artiste à bord de leur véhicule et se composera d'une suite de huis clos oscillant entre gravité et comique, détaille le communiqué.

L'aventure mènera les quatre protagonistes - l'artiste, son compagnon et leurs deux enfants - à la rencontre de différents membres des deux familles du couple. Ce projet de vidéo l'a emporté en raison de "sa singularité et de son originalité", le jury y voyant les prémices "d'une création de même envergure que l'oeuvre récemment primée", ajoute le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Québec pleure la mort du chanteur des Cowboys Fringants

Publié

le

Karl Tremblay, qui luttait depuis plusieurs années contre un cancer de la prostate, est décédé à 47 ans (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Tout le Québec a pleuré mardi soir la mort de Karl Tremblay lors d'une cérémonie d'hommage empreinte d'émotions. Le chanteur du célèbre groupe québébois les Cowboys Fringants est décédé il y a deux semaines.

"Au-delà du chanteur, c'est un grand être que le Québec a perdu", confie à l'AFP Marie-Josée Poirier, une fan de 58 ans qui a attendu plusieurs heures pour être la première dans la file d'attente.

Parmi les milliers de fans présents, certains distribuent des avions en papier pour rappeler l'une des chansons du groupe, d'autres jouant les grands classiques pour réchauffer la foule par un temps glacial. "Il chante la vie, chaque chanson représente un moment qu'on a vécu", raconte Katherine Daoust, 32 ans, ajoutant que son décès est un "choc pour la culture québécoise".

Elle ne compte plus le nombre de fois qu'elle a vu en concert ce groupe "qui rassemblait plusieurs générations". Pour Alex Pelletier, quarantenaire en cravate lumineuse noire et verte autour du cou rappelant celle du chanteur, Karl Tremblay n'est rien de moins qu'une "icône".

Drapeau en berne

"Sa voix rassemblait tous les Québécois, même la France, la francophonie au complet est touchée" par son décès, dit-il. Depuis l'annonce de sa mort le 15 novembre, toute la classe politique a salué l'héritage laissé par l'artiste de 47 ans. Le Premier ministre de la province a salué mardi un "homme qui a marqué le Québec".

"C'est toute la nation québécoise qui se reconnait dans Karl et dans les Cowboys", déclare François Legault, tout vêtu de noir, devant les journalistes. Les quelque 15'000 billets gratuits pour assister à la cérémonie à Montréal se sont envolés en moins d'une demi-heure jeudi.

Le drapeau du Québec a été mis en berne devant l'Assemblée nationale mardi, et un registre de condoléances mis à la disposition du public en ligne. Karl Tremblay luttait ces dernières années contre un cancer de la prostate.

Le groupe avait dû annuler plusieurs concerts ces derniers mois après une dernière tournée à l'été 2023 qui a culminé par un ultime concert à Québec, rassemblant plus de 90'000 fans. En 27 ans de carrière, les Cowboys Fringants étaient devenus un véritable phénomène de société dans la province francophone du Canada. Le groupe se produisait aussi régulièrement en France et en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X