Rejoignez-nous

International

Au moins 98 morts dans l'explosion d'un camion-citerne à Freetown

Publié

,

le

Selon des témoins, le camion-citerne a explosé dans une station-service après avoir été percuté par un autre poids-lourds. Le feu s'est ensuite propagé au quartier alentour. (© KEYSTONE/EPA/MOHAMED KONNEH)

Au moins 98 personnes ont été tuées et 92 blessées dans l'explosion d'un camion-citerne vendredi soir dans la zone industrielle de Freetown, capitale de la Sierra Leone. C'est ce qu'a annoncé samedi soir l'Agence nationale de gestion des catastrophes (NDMA).

"Les données fournies jusqu'à présent indiquent qu'au total 98 décès ont été enregistrés et 92 survivants sont actuellement admis dans divers hôpitaux de Freetown", indique la NDMA dans un communiqué.

Un précédent bilan, annoncé par le vice-président de ce pays d'Afrique de l'Ouest, Mohamed Juldeh Jalloh, faisait état de 92 morts et de "88 personnes gravement brûlées" admises en soins intensifs.

Selon des témoins, le camion-citerne a explosé dans une station-service après avoir été percuté par un autre poids-lourds. Le feu s'est ensuite propagé au quartier alentour. Contrairement à ce qu'avait indiqué initialement un secouriste à l'AFP, un dépôt de carburant situé près de l'accident n'a pas explosé, a constaté un journaliste de l'AFP.

La majorité des victimes sont des vendeurs ambulants et des motocyclistes piégés par les flammes alors qu'ils tentaient de récupérer le carburant s'échappant du camion-citerne, a raconté à l'AFP un témoin et secouriste volontaire, Jusu Jacka Yorma.

Un infirmier d'un hôpital où des victimes ont été évacuées a confirmé à l'AFP avoir reçu beaucoup de femmes, hommes et enfants avec "de graves blessures".

Plusieurs corps calcinés ont été découverts dans des carcasses de voitures encore fumantes sur le lieu de l'explosion et dans les rues adjacentes. Samedi matin, alors que les opérations de secours se poursuivaient sous la supervision des forces de l'ordre, de nombreux habitants se sont précipités sur le lieu du drame à la recherche de proches, a constaté un correspondant de l'AFP.

Images "déchirantes"

Dans un message posté samedi sur Twitter, le président Julius Maada Bio s'est dit "profondément bouleversé par l'incendie tragique et les horribles pertes en vies humaines". "Je tiens à exprimer ma profonde sympathie aux familles qui ont perdu des êtres chers et à ceux qui ont été mutilés", a-t-il ajouté, assurant que son gouvernement "fera tout pour soutenir les familles touchées".

Le bureau de l'ONU en Sierra Leone a assuré qu'en tant que partenaire du pays, il "surveille de près la situation et se tient prêt à activer la réponse nécessaire" pour aider le gouvernement.

De son côté, la maire de Freetown, Yvonne Aki-Sawyerr, s'est dit dans un communiqué publié sur Facebook "profondément attristée". "Les vidéo et photos qui circulent sur les réseaux sociaux sont déchirantes", a ajouté Mme Aki-Sawyerr, qui a regretté de ne pouvoir se rendre sur place car elle était en déplacement à l'étranger.

Accidents courants

La Sierra Leone, ancienne colonie britannique de 7,5 millions d'habitants, est un des pays les plus pauvres de la planète malgré un sol regorgeant de diamants. Son économie, gangrenée par la corruption, a été dévastée par une guerre civile (1991-2002) qui a fait quelque 120'000 morts.

Elle reste également fragile après l'épidémie d'Ebola qui a ravagé le pays en 2014-2016, la chute des cours mondiaux des matières premières et la pandémie de Covid-19.

Des accidents de ce genre sont courants en Afrique. En juillet, au Kenya, 13 personnes ont été tuées et d'autres gravement brûlées lorsqu'une "énorme boule de feu" a englouti des personnes siphonnant le carburant d'un camion-citerne renversé, quand celui-ci s'est embrasé.

En 2019, une centaine de personnes ont été tuées dans une tragédie similaire lorsqu'un camion-citerne a explosé en Tanzanie, et en 2015, plus de 200 personnes ont péri dans un autre accident du même genre au Soudan du Sud.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp / dpa / efe

Continuer la lecture

International

Dix-neuf arrestations dans une opération contre la mafia turque en Italie

Publié

le

Les forces de l'ordre italiennes ont arrêté Baris Bayun dans une maison de Viterbe, au nord de Rome (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI)

La police italienne a démantelé un réseau criminel dirigé par le chef présumé de la mafia turque, Baris Boyun. Dix-neuf personnes, dont le "boss" présumé, ont été arrêtées en Italie, en Suisse, en Allemagne et en Turquie. La Confédération a participé à l'opération.

Interrogé par Keystone-ATS, l'Office fédéral de la police (Fedpol) a confirmé avoir pris part à l'opération. Les suspects sont accusés notamment d'être membres d'une association criminelle à visée terroriste, selon les agences de presse transalpines.

Ils sont aussi soupçonnés de possession d'armes et d'explosifs, de trafic de drogue international, de meurtre et d'encouragement à l'immigration illégale. Baris Bayun a été arrêté dans une maison de Viterbe, au nord de Rome, par une task force conjointe des forces de l'ordre italiennes et d'Interpol.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / ans

Continuer la lecture

International

Espagne, Irlande et Norvège vont reconnaître un Etat palestinien

Publié

le

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a été le premier à annoncer cette reconnaissance à la date du 28 mai. (© KEYSTONE/EPA/ERIK FLAARIS JOHANSEN)

L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé mercredi leur décision coordonnée de reconnaître un Etat palestinien. Ils ont l'espoir d'entraîner d'autres pays à faire de même, alors que la solution à deux Etats est "en danger" en pleine guerre à Gaza.

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a été le premier à annoncer cette reconnaissance à la date du 28 mai, lançant par la même occasion "un appel fort" à l'adresse d'autres pays pour qu'ils fassent de même.

Saluant un "jour historique", son homologue irlandais Simon Harris a suivi peu de temps après, tout comme le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, l'une des voix les plus critiques envers l'opération militaire lancée par Israël dans la bande de Gaza en représailles à l'attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre en territoire israélien.

"Le Premier ministre (Benjamin) Netanyahu n'a pas de projet de paix pour la Palestine", a dénoncé devant les députés le leader socialiste espagnol.

Solution à deux Etats "en danger"

"Lutter contre le groupe terroriste Hamas est légitime et nécessaire après le 7 octobre, mais Netanyahu provoque tant de douleur, de destruction et de rancoeur à Gaza et dans le reste de la Palestine que la solution à deux Etats est en danger", a-t-il lancé.

La reconnaissance d'un Etat palestinien par Madrid interviendra également le 28 mai, date du prochain conseil des ministres, a précisé M. Sánchez.

D'après le décompte de l'Autorité palestinienne, 142 pays des 193 Etats membres de l'ONU ont jusqu'à présent annoncé qu'ils reconnaissaient un Etat palestinien. L'initiative conjointe de Madrid, Dublin et Oslo pourrait être rejointe par d'autres pays européens.

En mars à Bruxelles, les dirigeants slovène et maltais avaient signé un communiqué commun avec Madrid et Dublin dans lequel les quatre pays faisaient part de leur volonté de reconnaître un tel Etat.

Le gouvernement slovène a adopté le 9 mai un décret pour la reconnaissance d'un Etat palestinien, comptant l'envoyer au parlement pour approbation d'ici au 13 juin.

"Pions dans les mains de l'Iran"

Le ministère israélien des Affaires étrangères a immédiatement réagi en annonçant le rappel "pour consultations" de ses ambassadeurs en Irlande et en Norvège.

Mardi, dans un message vidéo à l'adresse de Dublin publié sur le réseau social X, il avait averti que "reconnaître un Etat palestinien risque de vous transformer en pion dans les mains de l'Iran" et du Hamas.

Cette mesure ne fera "que nourrir l'extrémisme et l'instabilité", avait-il ajouté.

Au début des années 1990, après une Conférence de paix israélo-arabe fin octobre 1991 à Madrid, la Norvège avait secrètement accueilli les premiers pourparlers de paix israélo-palestiniens qui avaient débouché sur les accords d'Oslo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

LVMH étend son partenariat avec Alibaba pour mieux vendre en Chine

Publié

le

La Chine est un marché clé pour le géant français du luxe (archives). (© KEYSTONE/EPA/JEROME FAVRE)

Le géant mondial du luxe LVMH a annoncé mercredi l'élargissement, pour une durée de cinq ans, de son partenariat avec le mastodonte chinois de la tech Alibaba pour "augmenter sa présence" en Chine, notamment avec l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA).

"A l'avenir, LVMH aura accès à un éventail encore plus étendu de solutions techniques" d'Alibaba "afin d'améliorer ses opérations commerciales, de mieux connaître ses clients et d'optimiser ses processus de gestion de distribution, de gestion de stocks, pour répondre aux enjeux du marché chinois", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Les deux groupes ont noué un partenariat en 2019. LVMH s'appuie notamment sur les services "cloud" (informatique dématérialisée) d'Alibaba pour "fournir des services personnalisés, adaptés à sa clientèle chinoise en pleine expansion".

Aucun détail financier n'a été dévoilé pour ce partenariat élargi, qui porte notamment sur l'IA et le site de vente en ligne Tmall d'Alibaba.

LVMH, qui détient les marques Louis Vuitton, Berluti, Fendi, Christian Dior ou encore Guerlain, "a déjà commencé à intégrer" les services d'IA générative du groupe chinois dans le but de créer des "applications et services" pour le marché chinois, stratégique pour le groupe.

Plusieurs marques du groupe français sont déjà présentes sur le portail de Tmall dédié au luxe.

LVMH avait annoncé en 2021 un partenariat avec Google Cloud pour "accélérer l'innovation et développer de nouvelles solutions d'intelligence artificielle", notamment dans le domaine de la "prévision de la demande et d'optimisation des stocks".

L'IA générative, capable de formuler des phrases cohérentes et souvent justes, à partir de simples questions ou demandes formulées par un utilisateur, s'est rapidement imposée dans le quotidien des plus grandes entreprises, en France et ailleurs.

"Notre perspective (...) c'est de couvrir l'ensemble de la chaîne de valeur", en utilisant de l'IA à toutes les étapes, du développement des produits jusqu'à la vente, en passant par la production, a expliqué mardi Franck Le Moal, directeur technologique du groupe français.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Japon: déficit commercial en avril, la faiblesse du yen pèse

Publié

le

Les exportations japonaises ont augmenté dans l'automobile en avril, mais cela n'a pas été suffisant pour hisser la balance commerciale en territoire positif (archives). (© KEYSTONE/EPA/ADAM DAVIS)

Les importations japonaises ont rebondi en avril (+8,3% en valeur sur un an), alourdies par la grande faiblesse du yen, faisant basculer la balance commerciale dans le négatif selon des données officielles publiées mercredi.

Le consensus Bloomberg s'attendait à une augmentation encore plus forte des importations (+8,9%), qui avaient reculé en mars. Les exportations nippones ont, elles aussi, progressé en avril (+8,3%), pour le cinquième mois de suite. Elles ont augmenté à destination de la Chine (+9,6%) et des Etats-Unis (+8,8%), mais quasiment stagné vers l'Europe occidentale (+0,8%), où la croissance reste très fragile.

Les exportations japonaises ont notamment augmenté dans l'automobile, alors que la production dans le secteur récupérait d'un vaste scandale qui a mis à l'arrêt les usines de Daihatsu, filiale de Toyota, pendant une bonne partie du premier trimestre. Le Japon a enregistré en avril un déficit commercial d'environ 462,5 milliards de yens (2,67 milliards de francs au cours actuel).

"Nous considérons que la faiblesse du yen est la principale raison de l'aggravation du déficit, car elle a davantage stimulé les importations que les exportations par rapport au mois précédent", a commenté Taro Kimura de Bloomberg Economics. La devise japonaise a atteint fin avril de nouveaux plus bas en 34 ans face au dollar, avant de se redresser brusquement par deux fois. Ces mouvements ont fait fortement soupçonner des interventions du Japon sur le marché des changes, ce que Tokyo n'a pas confirmé pour l'instant.

Cependant, "l'augmentation des exportations japonaises en avril est un bon signe pour la reprise du PIB au deuxième trimestre, après une baisse au premier trimestre due en grande partie à la faiblesse des expéditions" japonaises, a ajouté M. Kimura.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Vous ressentez le début d'une kyrielle de nouveautés dans votre vie. Gardez votre sérénité, les éléments s'assemblent peu à peu.

Les Sujets à la Une

X