Rejoignez-nous

International

Autriche: le chancelier Kurz visé par une enquête pour corruption

Publié

,

le

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz est soupçonné d'avoir utilisé des fonds gouvernementaux pour s'assurer une couverture médiatique favorable (archives). (© KEYSTONE/EPA/IGOR KUPLJENIK)

Nouveau déboire judiciaire pour Sebastian Kurz, désormais visé par une enquête pour corruption. Le chancelier autrichien est soupçonné d'avoir utilisé par le passé des fonds gouvernementaux pour s'assurer une couverture médiatique favorable.

"Sebastian Kurz et neuf autres suspects, ainsi que trois organisations" font l'objet d'une investigation pour diverses infractions liées à cette affaire, a annoncé le parquet dans un communiqué, après une série de perquisitions dans la matinée. Les locaux du ministère des Finances font partie des lieux ciblés, ainsi que le siège du parti conservateur ÖVP.

Entre 2016 et 2018, "des ressources du ministère ont été utilisées pour financer des sondages d'opinion partiellement manipulés qui servaient un intérêt politique exclusivement partisan", estiment les procureurs, qui basent leurs allégations sur l'obtention d'échanges de SMS.

A cette période, Sebastian Kurz n'était pas encore chancelier, mais participait au gouvernement en tant que ministre des Affaires étrangères.

Articles élogieux

Selon le parquet, des articles élogieux et des études d'opinion favorables à M. Kurz auraient été publiés en échange de l'achat d'un espace publicitaire par le ministère des Finances, géré à cette époque par les conservateurs. Le journal en question a été largement identifié dans les médias autrichiens comme étant le tabloïd Österreich.

M. Kurz fait déjà l'objet d'une enquête pour avoir fait de fausses déclarations à une commission parlementaire sur la corruption, mais il n'a pas été inculpé à ce stade.

"Accusations fabriquées"

Le dirigeant de 35 ans, qui participait mercredi à un sommet européen en Slovénie, a dénoncé, dans une déclaration transmise à l'AFP, des "accusations fabriquées" de toutes pièces.

"Quelques bribes de SMS ont été sorties de leur contexte ou déformées, et un dossier criminel a été bâti autour d'elles. Je suis convaincu que ces allégations seront bientôt démontées", a-t-il balayé.

Cette nouvelle affaire pourrait mettre à mal l'alliance entre les conservateurs et les écologistes, alors que les ennuis avec la justice se multiplient pour la droite au pouvoir.

"Groupuscules gauchistes"

Un député conservateur est allé jusqu'à imputer l'enquête à des "groupuscules gauchistes" au sein du bureau du procureur, ce qui a amené le président issu du parti écologiste Alexander Van der Bellen à réagir.

"Le soupçon général de partialité à l'égard du ministère public exprimé par un parlementaire est un franchissement inadmissible des limites", a-t-il prévenu.

Le vice-chancelier issu des Verts, Werner Kogler, a lui estimé que ces révélations n'affectaient pas, pour l'instant, le travail au quotidien de la coalition. Mais il a aussi déploré les attaques des conservateurs contre la justice, un ministère tenu par les écologistes, et assuré de l'indépendance complète des juges en Autriche.

Devenu chancelier une première fois en décembre 2017, Sebastian Kurz avait perdu son premier partenaire de coalition, le parti d'extrême droite FPÖ, déjà suite à un scandale de corruption en mai 2019 connu sous le nom de l'Ibizagate.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'ATP et la WTA ne distribueront pas de points à Wimbledon

Publié

le

Novak Djokovic perdra 2000 points à l'issue de Wimbledon (© KEYSTONE/AP/Alessandra Tarantino)

L'ATP et la WTA ne distribueront pas de points à Wimbledon si l'exclusion des Russes et Bélarusses se confirme. Les deux instances ont annoncé leur décision vendredi dans des communiqués distincts.

"Si rien ne change, c'est avec un immense regret et à contre-coeur que nous ne voyons pas d'autre possibilité que de retirer les points ATP à Wimbledon pour l'édition 2022", explique l'ATP, qui fut la première à communiquer à ce sujet.

"En raison de la position du All England Lawn Tennis Club (réd: organisateur de Wimbledon) qui n'honorera pas son obligation d'utiliser le classement WTA pour l'inscription à Wimbledon (...), la WTA a pris la difficile décision de ne pas accorder de points", souligne pour sa part la WTA.

La Fédération internationale (ITF) a par ailleurs pris la même décision en ce qui concerne les points attribués chez les juniors et dans les épreuves en fauteuil roulant qui se disputent sur le gazon londonien. Elle a également pris position vendredi.

Les points conquis en 2021 retirés

L'ATP et la WTA ont par ailleurs souligné que les points conquis lors de l'édition 2021 tomberont comme de coutume. Ainsi, le tenant du titre masculin Novak Djokovic perdra 2000 points au terme du prochain Wimbledon, ce qui pourrait lui coûter cher dans la lutte pour la place de no 1 mondial.

En revanche, l'ATP et la WTA attribueront bien des points lors des tournois ATP prévus sur herbe en préparation à Wimbledon. Elles estiment que Russes et Bélarusses ne sont pas victimes de discrimination dans ce cas puisqu'ils ont la possibilité de disputer d'autres épreuves. Ils n'auront en revanche pas d'autre option pendant la première semaine de Wimbledon.

Si les circonstances changent...

Wimbledon a annoncé le 20 avril son intention d'exclure les Russes et les Bélarusses de l'édition 2022 car "dans les circonstances d'une agression militaire injustifiée et sans précédent, il serait inacceptable que le régime russe tire le moindre bénéfice de la participation de joueurs russes ou bélarusses".

Les organisateurs du mythique tournoi londonien ont cependant précisé que cette décision, globalement très critiquée dans le monde du tennis, pourrait être revue si les "circonstances changent radicalement d'ici juin".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Une tornade fait 30 blessés dont 10 graves en Allemagne

Publié

le

La tornade a également causé d'importants dégâts matériels à Paderborn. (© KEYSTONE/AP/Lino Mirgeler)

Plus de trente personnes ont été blessées, "dont dix grièvement" à Paderborn. Cette ville de l'ouest de l'Allemagne a été traversée par une "tornade", a indiqué vendredi un porte-parole de la police à l'AFP.

Ce phénomène rare et localisé a frappé en fin d'après-midi cette ville moyenne de Rhénanie du nord-Westphalie, alors que des intempéries touchent l'ensemble du pays après plusieurs jours de températures anormalement élevées pour la saison.

La police a évalué à "plusieurs millions" d'euros les "ravages" provoqués par les intempéries à Paderborn. La colonne de la tornade progressant vers les habitations, emportant arbres et pans de bâtiments, était visible sur plusieurs photos postées sur les réseaux sociaux.

La ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres, a elle aussi probablement été touchée par une tornade, selon un porte-parole des pompiers, sans que des blessés soient à ce stade à déplorer.

Le clocher de l'église de cette ville a été emporté sous la violence des rafales de vent, selon des photos publiées sur les réseaux sociaux. Le porte-parole a fait état de "toits arrachés, de vitres brisées et de nombreux arbres arrachés dans toute la ville".

Trafic ferroviaire perturbé

Plus globalement, les intempéries ont provoqué de nombreux dommages dans cette région de l'ouest de l'Allemagne, les forces de l'ordre faisant état d'innombrables arbres déracinés. Des clichés mis en ligne montraient aussi des voitures retournées.

En Rhénanie-Palatinat des chutes de grêles de plusieurs centimètres de diamètre ont également été signalées.

Cette région, avec la Rhénanie du nord Westphalie, avait déjà été très touchée en juillet dernier par des pluies diluviennes qui avaient provoqué des inondations et coûté la vie à plus de 180 personnes.

Le trafic ferroviaire des trains à grande vitesse était fortement perturbé dans l'ouest, et la police a appelé les habitants à rester chez eux.

Au sud, à Nuremberg, en Bavière, le trafic régional était aussi fortement perturbé en raison d'arbres tombés sur les voies ferrées, a indiqué la Deutsche Bahn.

Déplacement vers l'est

Les services météorologiques allemands ont émis un avis de tempête pour la journée de vendredi, avec des rafales des vents qui pourraient atteindre jusqu'à 130 km/h par endroits. Les intempéries, qui ont touché en premier l'ouest du pays, se déplaçaient vers l'est en soirée.

La violence de la tempête est liée à l'arrivée en Allemagne d'air particulièrement chaud en provenance d'Espagne, qui traverse actuellement une canicule, et de France d'une part, et d'air froid venant du nord d'autre part, a estimé le météorologue Özden Terli à la télévision publique ZDF, qui a parlé d'un "mélange explosif".

La France a enregistré un record printanier de chaleur, battant la série de 37 jours consécutifs datant d'avril-mai 2020, selon les services météorologiques. En Allemagne, la barre des 30 degrés, parfois davantage, a été atteinte jeudi dans plusieurs communes de l'ouest et du sud du pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Troisième succès pour Démare sur le Giro 2022

Publié

le

Arnaud Démare a fêté vendredi son 3e succès sur le Giro 2022 (© KEYSTONE/EPA/MAURIZIO BRAMBATTI)

Arnaud Démare (Groupama-FDJ) a remporté la 13e étape du Giro, vendredi à Cuneo, décrochant son troisième succès depuis le départ.

Juan Pedro Lopez (Trek) a conservé le maillot rose après cette étape de 150 kilomètres marquée par l'abandon du 4e du général Romain Bardet.

Démare (30 ans) a mené un sprint long et a devancé de peu l'Allemand Phil Bauhaus pour enlever sa huitième victoire d'étape dans le Giro, auquel il participe pour la cinquième fois. Le Britannique Mark Cavendish a pris la troisième place devant le Colombien Fernando Gaviria.

Arnaud Démare a ouvert son palmarès sur le Giro en 2019 avant de gagner l'année suivante à quatre reprises et de ramener le maillot cyclamen du classement par points. Le Français de Groupama-FDJ, qui s'est imposé dans les 5e (à Messine) et 6e étapes (Scalea), a porté à 87 son total de succès depuis ses débuts professionnels en 2012.

Echappée reprise à 700 m de la ligne

Une échappée (Eenckhoorn, Maestri, Prodhomme, J. van der Berg) a pris les devants dès les premiers kilomètres et a porté son avantage à 6'40'' au sommet du seul col au programme, le colle di Nava, à 96 kilomètres de l'arrivée.

Le peloton a mené ensuite une longue et haletante course-poursuite pour réduire l'écart (3' aux 30 km). Les équipes Groupama-FDJ (Démare) et Israël PT (Nizzolo), relayées par les Quick-Step (Cavendish), n'ont repris le quatuor de tête qu'à 700 mètres de la ligne.

Un circuit accidenté samedi

Samedi, la 14e étape, courte (147 km) et intense, propose un circuit accidenté dans les alentours de Turin, avec les doubles ascensions du colle della Maddalena et Superga. L'arrivée est jugée en ville, dans l'ancienne capitale du royaume d'Italie au XIXe siècle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les aéroports européens plus optimistes sur la reprise en 2022

Publié

le

En 2021, les aéroports européens n'ont retrouvé que 41% de leurs passagers de 2019, une amélioration de 11 points par rapport à 2020. (archives) (© KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN)

La principale association européenne d'aéroports s'est dite plus optimiste vendredi pour la reprise du trafic de passagers en 2022, estimant qu'il atteindrait 78% du niveau de 2019 et retrouverait le niveau d'avant-crise dès 2024, tout en appelant à la prudence.

La branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe) escomptait jusqu'ici retrouver cette année 68% de ses passagers d'avant la pandémie de Covid-19, et un retour en 2025 à la fréquentation de 2019, soit 2,4 milliards de voyageurs.

Cet optimisme est nourri par la franche reprise du trafic aérien ces dernières semaines, à la faveur de la levée des restrictions de mouvement, et la libération d'une forte demande pour la saison estivale.

Attention au triple risque

Selon l'organisme de surveillance Eurocontrol, le trafic, en nombre de vols, a atteint ces derniers jours quelque 86% du niveau de la même période il y a trois ans.

ACI Europe, qui revendique fédérer 500 aéroports dans 55 pays, a toutefois mis en garde contre le "triple risque" pesant sur le retour du secteur à la normale.

Elle a ainsi évoqué "le retour du (risque) géopolitique", allusion à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, "la détérioration de la situation économique" et "la menace de nouveaux variants" du Covid-19 qui créent "une incertitude significative", le tout alors que le secteur doit déjà faire face à des problèmes de sous-effectifs après la crise.

En 2021, les aéroports européens n'avaient retrouvé que 41% de leurs passagers de 2019, une amélioration de 11 points par rapport à 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Macron nomme un nouveau gouvernement, une ambassadrice à la diplomatie

Publié

le

Le futur gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne a été annoncé vendredi. (© KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN / POOL)

Le président français Emmanuel Macron a nommé vendredi une diplomate chevronnée, Catherine Colonna, à la tête du ministère des Affaires étrangères. Il fait entrer au gouvernement des personnalités de la société civile, à trois semaines de la bataille des législatives.

Diplomate de carrière, Mme Colonna, 66 ans, est l'actuelle ambassadrice de France à Londres.

Parmi les autres membres du gouvernement dirigé par la Première ministre Elisabeth Borne, un fidèle soutien de M. Macron, Sébastien Lecornu, remplace Florence Parly au ministère des Armées. M. Lecornu faisait déjà partie du précédent gouvernement au poste des Outre-mer.

L'annonce surprise est venue de la nomination à l'Education de Pap Ndiaye, qui dirigeait jusqu'ici le Musée national de l'histoire de l'immigration.

Cet intellectuel universitaire de 56 ans, né en France d'un père sénégalais et d'une mère française, est spécialiste de l'histoire sociale des États-Unis et des minorités. Il est le frère de l'écrivaine à succès Marie Ndiaye. Il succède à ce poste traditionnellement très exposé et traversé par de vives tensions sociales à Jean-Michel Blanquer.

Critiques de l'extrême-droite

La nomination de Pap Ndiaye a suscité les foudres de l'extrême droite. Marine Le Pen, battue au deuxième tour de la présidentielle, a dénoncé la nomination d'un "indigéniste assumé", signe selon elle "de la dernière pierre de la déconstruction de notre pays, de ses valeurs et de son avenir". "Emmanuel Macron avait dit qu'il fallait déconstruire l'Histoire de France. Pap Ndiaye va s'en charger", a renchéri l'ancien candidat Eric Zemmour.

Autre nouvelle promue au gouvernement, Rima Abdul Malak, une conseillère franco-libanaise d'Emmanuel Macron, a été nommée ministre de la Culture. Une ascension remarquable pour cette quadragénaire spécialiste du spectacle vivant: elle a passé les dix premières années de sa vie à Beyrouth en pleine guerre civile, avant d'arriver à Lyon (centre-est) avec ses parents, son frère et sa soeur.

Le nouveau gouvernement, paritaire, avec 14 femmes (dont la Première ministre) et 14 hommes, comprend aussi plusieurs poids lourds qui ont été reconduits dont Bruno Le Maire à l'Economie, Gérard Darmanin à l'Intérieur ou Eric Dupond-Moretti à la Justice. Un transfuge de la droite, Damien Abad, ex-patron des députés du parti Les Républicains, a été nommé au ministère de la Solidarité.

Bataille des législatives

Formé plus de trois semaines après la réélection d'Emmanuel Macron le 24 avril, ce gouvernement devra mener la bataille des législatives des 12 et 19 juin au cours desquelles le parti présidentiel tentera d'obtenir une nouvelle fois une majorité à l'Assemblée nationale.

Le premier Conseil des ministres se tiendra lundi autour du président, un centriste libéral qui poursuit une vaste recomposition du paysage politique français.

Le nouvel exécutif va être confronté à un agenda national et international particulièrement chargé et difficile avec la guerre en Ukraine, une inflation inédite depuis l'introduction de l'euro et une croissance en berne.

"Maltraitance"

Dans l'opposition, le leader de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, qui avait obtenu 22% des voix à la présidentielle, a dénoncé "un gouvernement bien libéral". "Sous les apparences ternes et grises, sans audace, on y retrouve les principales figures de la maltraitance sociale et de l'irresponsabilité écologique du précédent gouvernement", a-t-il dit.

En nommant lundi Elisabeth Borne, technocrate issue de la gauche et plusieurs fois ministre, le chef de l'Etat a joué la continuité tout en s'efforçant d'envoyer un message à la gauche réformiste sans pour autant effrayer l'opposition de droite.

Mme Borne, 61 ans, a été successivement ministre des Transports, de l'Écologie et du Travail pendant le premier quinquennat de M. Macron, une des rares à siéger au gouvernement depuis le début de sa présidence en 2017.

Le chef de l'Etat a promis, pour ce second mandat, de répondre à la colère exprimée par de nombreux Français pendant le mouvement populaire des "gilets jaunes" et, plus récemment, lors de la présidentielle, et de changer de méthode.

Le contexte est tendu: selon un récent sondage de l'institut Ifop, une large majorité de Français (77%) dit craindre une explosion sociale dans les prochains mois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Actuellement, vous traversez une période extrêmement favorable pour prendre des engagements amoureux sérieux. A vous de faire !

Les Sujets à la Une

X