Rejoignez-nous

International

Benoît XVI, mort à 95 ans, sera inhumé le 5 janvier

Publié

,

le

La renonciation du théologien allemand en 2013 à la fonction de souverain pontife avait pris le monde entier par surprise. (© KEYSTONE/dpa-Pool/Sven Hoppe)

Brillant théologien et fervent gardien du dogme, le pape émérite Benoît XVI, dont la renonciation en 2013 avait pris le monde entier par surprise, s'est éteint samedi à 95 ans.

Les funérailles de l'ancien pontife bavarois se tiendront jeudi matin place Saint-Pierre à Rome sous la présidence du pape François, un événement inédit dans l'histoire deux fois millénaire de l'Eglise catholique.

"J'ai la douleur de vous annoncer que le pape émérite, Benoît XVI, est décédé aujourd'hui à 09h34, au monastère Mater Ecclesiae, au Vatican", au coeur des jardins du Vatican où il s'était retiré, a annoncé le directeur du service de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni.

Le corps de Joseph Ratzinger sera exposé à partir de lundi matin sous les ors de la basilique Saint-Pierre pour permettre aux fidèles de lui rendre hommage.

Santé dégradée

La cérémonie des funérailles du 265e pape, "solennelle mais sobre" selon Matteo Bruni, se tiendra en présence de dizaines de milliers de fidèles, ainsi que de responsables d'Etat et de gouvernement.

La santé du théologien allemand - qui fut à la tête de l'Eglise catholique de 2005 à 2013 - s'était dégradée ces derniers jours, le pape François étant lui-même allé à son chevet mercredi après avoir appelé à une "prière spéciale".

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a salué son "engagement pour la non-violence et la paix".

Le président français Emmanuel Macron a estimé qu'il avait oeuvré "avec âme et intelligence pour un monde plus fraternel" tandis que son homologue polonais Andrzej Duda a rappelé que Joseph Ratzinger avait été "un proche collaborateur de Saint Jean Paul II", le pape polonais mort en 2005 auquel il avait succédé.

Le président russe Vladimir Poutine et le patriarche de l'Eglise orthodoxe russe Kirill ont loué samedi "un défenseur des valeurs chrétiennes traditionnelles".

Renonciation

L'annonce de sa mort a pris par surprise les fidèles se trouvant samedi place Saint-Pierre. "Nous sommes vraiment anéantis", a ainsi confié à l'AFP un Italien âgé de 30 ans, Davide Di Tommaso.

Son décès met fin à la cohabitation insolite de deux hommes en blanc: d'un côté Benoît XVI, l'Allemand Joseph Ratzinger, brillant théologien peu à l'aise avec les bains de foule, de l'autre son successeur François, l'Argentin Jorge Bergoglio, jésuite doté d'une parole incisive qui a voulu remettre les pauvres et les migrants au centre de la mission de l'Eglise.

Après ses huit ans d'un pontificat marqué par de multiples crises, Benoît XVI avait été rattrapé début 2022 par le drame de la pédocriminalité dans l'Eglise. Mis en cause par un rapport en Allemagne sur sa gestion des violences sexuelles lorsqu'il était archevêque de Munich, il était sorti de son silence pour demander "pardon" mais avait assuré n'avoir jamais couvert de pédocriminel.

L'association SNAP de défense des victimes de religieux pédocriminels l'a en revanche accusé samedi d'avoir été "plus préoccupé par la détérioration de l'image de l'Eglise (...) que par la prise de conscience de l'importance d'excuses sincères suivies de vraies réparations pour les victimes d'agressions".

La renonciation de Benoît XVI, annoncée en latin le 11 février 2013, fut une décision personnelle liée à ses forces déclinantes et non à la pression de scandales, avait-il assuré en 2016.

Pour Marco Politi, vaticaniste italien interrogé samedi par l'AFP, Benoît XVI "a été important en tant que théologien mais il n'avait pas le profil mental du rôle pour faire le pontife".

"C'est une partie du passé de l'Eglise qui disparaît avec lui. Les conservateurs mènent, en agitant sa bannière, une guerre civile depuis dix ans contre François. (Avec sa mort), ils perdent un symbole vivant, ils ne peuvent plus dire +voici le vrai pape, voici le faux+", a-t-il estimé.

VIH et Vatileaks

Par sa démission, inédite en six siècles, le premier pape allemand de l'Histoire moderne a ouvert la voie à ses successeurs dont les forces viendraient à décliner. François, âgé de 86 ans et souffrant de douleurs au genou, a lui-même laissé "ouverte" cette possibilité.

Né en 1927, Joseph Ratzinger a enseigné la théologie durant 25 ans en Allemagne avant d'être nommé archevêque de Munich.

Il est ensuite devenu le strict gardien du dogme de l'Eglise durant un autre quart de siècle à Rome à la tête de la congrégation pour la doctrine de la foi, puis pape pendant huit ans, succédant à Jean Paul II.

Dernier pape à avoir participé au Concile Vatican II, il a toutefois défendu une ligne conservatrice à la tête de l'Eglise, notamment sur l'avortement, l'homosexualité ou l'euthanasie.

Ses déclarations ont parfois choqué, comme sur l'islam ou l'utilisation du préservatif contre le VIH.

Son pontificat fut également marqué en 2012 par la fuite de documents confidentiels ("Vatileaks") orchestrée par son majordome. Le scandale avait mis en évidence une Curie romaine (gouvernement du Vatican) minée par les intrigues et dénuée de rigueur financière.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

UE: l'Italie réclame une vice-présidence de la Commission européenne

Publié

le

"Je crois que l'Italie ne peut pas ne pas avoir un poste de vice-président de la Commission et ne pas avoir un commissaire avec un portefeuille important, c'est le minimum auquel notre pays peut prétendre", a déclaré Antonio Tajani, ministre italien des affaires étrangères. (© KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET)

L'Italie réclame "au minimum" une vice-présidence de la Commission européenne, a indiqué lundi à Luxembourg son ministre des Affaires étrangères Antonio Tajani. Cela à quelques jours d'un nouveau sommet européen devant décider des postes-clés de l'UE.

"Je crois que l'Italie ne peut pas ne pas avoir un poste de vice-président de la Commission et ne pas avoir un commissaire avec un portefeuille important, c'est le minimum auquel notre pays peut prétendre", a déclaré M. Tajani devant la presse, à son arrivée à une réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept.

"Nous voulons avoir une vice-présidence, un commissaire fort pour avoir une bonne politique européenne en faveur de l'industrie et de l'agriculture, bien sûr engagée sur le changement climatique, mais pas d'une façon fondamentaliste", avait-il déjà expliqué ce week-end à des médias français.

Première discussion sans accord

Une première discussion sur les postes clés au sein de l'Union européenne a eu lieu entre les dirigeants des 27 le 17 juin à Bruxelles. Aucun accord n'avait été trouvé, et l'Italie avait manifesté son agacement après avoir été tenue à l'écart de ces négociations, en dépit du bon résultat obtenu par l'extrême droite après les élections européennes du 9 juin.

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni est aussi la cheffe du parti Fratelli d'Italia, principale composante du groupe des Conservateurs et réformistes (ECR), qui rassemble une partie de l'extrême droite eurosceptique au Parlement européen.

Situation "surréaliste"

Le groupe ECR est en passe de ravir aux centristes de Renew Europe la place de troisième force politique au sein du Parlement de Strasbourg.

Or, les négociations au sommet de lundi dernier ont exclusivement eu lieu entre les dirigeants du PPE (droite), première force représentée au Parlement européen, les socio-démocrates de S&D, deuxième groupe le plus important à Strasbourg et les représentants de Renw (centristes, libéraux).

Une situation "surréaliste" avait alors dénoncé Mme Meloni en rappelant la poussée de l'extrême droite après le 9 juin.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Allemagne: Rüdiger blessé et incertain en 8e de finale

Publié

le

Rüdiger (à droite) est incertain pour les 8es de finale (© KEYSTONE/AP/Frank Augstein)

Antonio Rüdiger est incertain pour le huitième de finale de l'Euro que l'Allemagne disputera samedi à Dortmund.

Le défenseur du Real Madrid souffre d'une élongation musculaire à l'arrière de la cuisse droite, a précisé la Fédération allemande lundi.

Rüdiger a disputé dimanche les 90 minutes du match contre la Suisse (1-1), qui a permis à l'Allemagne de s'assurer la 1re place de son groupe. Le sélectionneur Julian Nagelsmann avait indiqué après la rencontre que Rüdiger avait ressenti un problème en fin de match.

Nagelsmann devra reconstruire au moins la moitié de sa défense centrale pour le huitième de finale, puisque Jonathan Tah sera suspendu après un deuxième carton jaune dans le tournoi contre la Suisse dimanche à Francfort.

Nico Schlotterbeck est rentré en milieu de seconde période à la place de Tah. Waldemar Anton, homme fort de la défense de Stuttgart cette saison, est l'autre possibilité qui s'offre à Nagelsmann. En cas de forfait de Rüdiger, le sélectionneur pourrait titulariser Schlotterbeck et Anton.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Fabian Rieder prêté au VfB Stuttgart

Publié

le

Fabian Rieder jouera à Stuttgart la saison prochaine (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Fabian Rieder jouera la saison prochaine pour le VfB Stuttgart. Le Stade Rennais a prêté l'international suisse de 22 ans pour une saison au club souabe, qui a confirmé le transfert lundi.

Titulaire surprise contre l'Allemagne dimanche à l'Euro (1-1), Rieder "nous convient très bien avec ses qualités de footballeur et aussi avec l'expérience qu'il a déjà acquise malgré son jeune âge", a déclaré le directeur sportif Fabian Wohlgemuth.

Fabian Rieder a marqué trois buts en 21 apparitions avec le Stade Rennais la saison dernière. Il aura l'opportunité de jouer la Ligue des Champions avec le VfB Stuttgart, dont il a déjà découvert le terrain d'entraînement la semaine dernière en raison des problèmes de pelouse du Waldau-Stadion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Frappes sur Gaza, la phase "intense" touche à sa fin, dit Netanyahu

Publié

le

La phase "intense" des combats est "sur le point de se terminer" à Rafah, selon Tsahal (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/AP/Jehad Alshrafi)

Des bombardements ont visé lundi la bande de Gaza, après l'annonce par le premier ministre israélien que la phase "intense" des combats était "sur le point de se terminer", notamment à Rafah. Mais la guerre contre le Hamas se poursuit, ajoute-t-il.

Le mouvement islamiste a répondu lundi que tout accord devait "inclure un cessez-le-feu permanent et un retrait complet" israélien de Gaza, des conditions qu'Israël a toujours rejetées.

L'armée israélienne a lancé début mai à Rafah, une ville frontalière avec l'Egypte, une offensive terrestre dans le but de détruire le Hamas, auteur le 7 octobre d'une attaque sanglante contre Israël, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

Le premier ministre, Benjamin Netanyahu, sous très forte pression de son opinion publique, a répété dimanche que "l'objectif" était "de récupérer les otages" retenus à Gaza et de "déraciner le régime du Hamas", en place depuis 2007, dans une interview à la chaîne israélienne Channel 14.

"La phase intense des combats contre le Hamas est sur le point de se terminer (...) Cela ne signifie pas que la guerre est sur le point de se terminer mais la guerre dans sa phase intense est sur le point de se terminer à Rafah", a affirmé M. Netanyahu.

Liban

La guerre a aussi provoqué une escalade militaire à la frontière nord d'Israël avec le Liban, entre l'armée israélienne et le Hezbollah libanais, qui fait craindre une extension du conflit.

"Après la fin de la phase intense, nous serons en mesure de redéployer certaines forces vers le nord, et nous le ferons, principalement à des fins défensives, mais aussi pour ramener les habitants (déplacés) chez eux", a ajouté dimanche le premier ministre.

Les échanges de tirs entre l'armée et le Hezbollah, un puissant mouvement islamiste allié du Hamas, armé et financé par l'Iran, ont entraîné le déplacement de dizaines de milliers d'habitants des zones frontalières du sud du Liban et du nord d'Israël.

"Il y aura une guerre", prédit Helene Abergel, une habitante de Kiryat Shmona, dans le nord d'Israël, qui séjourne dans un hôtel de Tel Aviv. "Une guerre doit avoir lieu pour repousser le Hezbollah loin de la frontière", ajoute cette femme de 49 ans rencontrée par l'AFP.

"Aucun lieu sûr"

Alors que la relation entre M. Netanyahu et les Etats-Unis connaît un épisode de crispation après des critiques israéliennes sur des retards de livraisons d'armes américaines, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, est arrivé à Washington pour des entretiens qu'il a qualifiés de "cruciaux" pour la suite de la guerre.

Dimanche, M. Netanyahu a déclaré que ce "différend" avec Washington serait "résolu dans un avenir proche".

Dans la bande de Gaza, assiégée par Israël, des tirs d'artillerie ont visé lundi Rafah ainsi que le camp palestinien de Nousseirat, dans le centre, et le quartier de Zeitoun de la ville de Gaza, dans le nord, où des combats ont été signalés, selon des témoins.

Selon le porte-parole de la Défense civile, Mahmoud Basal, deux professionnels de santé ont été tués dans une frappe aérienne sur l'hôpital Al-Daraj, dans la ville de Gaza, dont Hani Al-Jafarwari, le directeur du service des ambulances et des urgences au ministère de la Santé de Gaza.

Selon ce ministère, au mois "500 professionnels de santé ont été tués directement" depuis le début de "l'agression israélienne".

L'armée a annoncé poursuivre ses "opérations ciblées" dans le secteur de Rafah et y avoir "éliminé des terroristes armés" et "démantelé des entrées de tunnels".

"Chasser ce gouvernement"

Dans son pays, le premier ministre est de plus en plus critiqué pour sa conduite de la guerre et son échec à obtenir la libération des derniers otages.

Samedi à Tel-Aviv, plus de 150'000 personnes, selon les organisateurs, ont manifesté pour réclamer des élections anticipées et le retour des otages, lors du plus grand rassemblement depuis le début de la guerre.

"Le seul moyen de parvenir à un changement ici est de chasser ce gouvernement, de chasser les extrémistes", a déclaré Maya Fischer, une manifestante de 36 ans. "Il est temps de mettre fin à la guerre, de ramener les otages et de sauver des vies, tant du côté israélien que du côté palestinien".

Dizaines de milliers de morts

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par une attaque menée par des commandos du Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1194 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours retenues en otages à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Son armée a lancé une offensive dans le territoire palestinien qui a fait jusqu'à présent 37'598 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

La guerre a aussi provoqué un déplacement massif de population dans le territoire de 2,4 millions d'habitants. Plus d'un million de personnes se déplacent constamment dans l'espoir de trouver un refuge dans la bande de Gaza alors qu'"aucun lieu n'y est sûr", a souligné l'Organisation mondiale de la Santé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X