Rejoignez-nous

International

Décès du paléontologue kenyan Richard Leakey à 77 ans

Publié

,

le

Richard Leaky s'est notamment investi dans la lutte contre le trafic de l'ivoire (archives). (© KEYSTONE/AP/SAYYID AZIM)

Le charismatique chasseur de fossiles, défenseur de l'environnement et homme politique kényan Richard Leakey est décédé, a annoncé la présidence kenyane. Il était alors âgé de 77 ans.

Il avait joué un rôle fondamental dans la compréhension des origines de l'Humanité et musclé la lutte contre les braconniers d'éléphants. Les causes de sa mort n'ont pas été divulguées mais sa santé était très fragile ces dernières années.

"Cet après-midi, j'ai appris avec une profonde tristesse la nouvelle du décès du Dr Richard Erskine Frere Leakey, l'ancien chef du Service public du Kenya", a déclaré le président Uhuru Kenyatta dans un communiqué dimanche soir.

Fils de Louis et Mary Leakey, deux des plus célèbres découvreurs de squelettes d'hominidés, Richard, né au Kenya le 19 décembre 1944, était semble-t-il destiné à la paléoanthropologie. Un destin qu'il tente pourtant de fuir dans ses jeunes années, en travaillant comme guide de safari.

Il marche toutefois sur les traces de ses parents lorsqu'il obtient à 23 ans, sans formation académique, une bourse de la National Geographic Society pour des recherches archéologiques sur les rives du lac Turkana, dans le nord du Kenya, la première d'une longue liste de fouilles dans cette contrée semi-désertique inhospitalière.

Dans les années 70, il mène plusieurs expéditions couronnées de découvertes majeures et inédites, dont les premiers crânes d'Homo habilis (vieux de 1,9 million d'années) en 1972 et Homo erectus (1,6 million d'années) en 1975.

Le "Garçon du Turkana"

Sa notoriété est faite: le magazine Time lui consacre sa Une, puis en 1981, la BBC publie un documentaire en sept épisodes, dont il est le narrateur et présentateur, sur l'évolution de l'humanité. Mais sa plus importante découverte intervient en 1984: il déterre un squelette quasi complet d'Homo erectus qui sera baptisé le "Garçon du Turkana".

M. Leakey n'a jamais obtenu le moindre diplôme, mais s'est vu décerner plusieurs doctorats honoris causa durant son éminente carrière, et a été nommé professeur d'anthropologie à l'université Stony Brook de New York. Il a également fondé l'institut du Bassin du Turkana, qui soutient les scientifiques africains et coordonne les fouilles dans la région, et la plateforme Wildlife Direct, qui sensibilise à la protection de la faune sauvage.

Ivoire en flammes

Dans les années 80, alors que le massacre des éléphants d'Afrique connaît une croissance exponentielle, nourri par la demande d'ivoire, Richard Leakey s'affirme comme une des figures de proue de la guerre contre le trafic des défenses de pachydermes. En 1989, le président kényan Daniel arap Moi le place à la tête de l'agence nationale de protection de la faune sauvage, plus tard renommée Service kényan de la faune (KWS).

La même année, il organise une opération de communication sans précédent en brûlant, devant les caméras du monde entier, 12 tonnes d'ivoire saisi, avec pour message que les défenses d'éléphants n'ont aucune valeur en tant que telles.

C'est également sans sourciller qu'il muscle la protection des éléphants en armant lourdement les rangers de KWS, désormais secondés par des hélicoptères de repérage et autorisés par le président Moi à "tirer pour tuer".

En 1993, le petit avion Cessna le transportant s'écrase dans la vallée du Rift. Il survit mais perd ses deux jambes.

"J'ai choisi de continuer à vivre"

"A l'époque, il y avait régulièrement des menaces contre moi et je vivais avec des gardes armés, mais j'ai pris la décision de ne pas dramatiser et de ne pas me dire 'on a essayé de me tuer'", dit-il en 2015 au Financial Times. "J'ai choisi de continuer à vivre".

Il est contraint de quitter le KWS un an plus tard et se lance en politique en rejoignant les nombreuses voix critiques du régime corrompu de l'autocrate Moi. Sa carrière d'opposant est de courte durée et Daniel arap Moi le convainc en 1998 de diriger la lutte contre la corruption. La tâche s'avère impossible et il jette l'éponge deux ans plus tard.

En 2015, face à une nouvelle crise du braconnage, un autre président, Uhuru Kenyatta, fait appel à lui pour reprendre les rênes du KWS, cette fois comme président du conseil d'administration, un poste qu'il occupera jusqu'en 2018.

Un cancer avait ravagé sa peau, ses cheveux épars témoignaient du poids des ans, il avait aussi souffert de maladies du foie et des reins à répétition. Mais à plus de 70 ans, il produisait encore son vin dans une ferme de la vallée du Rift.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Murat Yakin ne veut pas sous-estimer la Hongrie

Publié

le

Murat Yakin: son équipe est prête à entrer dans l'Euro 2024 (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Il a son équipe en tête et mesure la difficulté de la tâche qui attend la Suisse contre un adversaire de valeur. "L’important est d’être prêt", dit Murat Yakin.

Le sélectionneur assure que ses joueurs le sont. "Même si Denis Zakaria et Streven Zuber sont encore un peu ménagés, les vingt-six joueurs du cadre sont à ma disposition, se félicite Murat Yakin. Maintenant, il convient surtout de ne pas sous-estimer la Hongrie. Ses derniers résultats parlent pour elle. Mais je veux croire que mon équipe sera capable de jouer sur ses qualités."

A ses côtés lors de la traditionnelle conférence de presse à J-1, Granit Xhaka n’est pas tombé dans le piège, celui de crier sur les toits que la Suisse sera sacrée Championne d’Europe le 14 juillet prochain. "Mais on me connait. Tout le monde sait que je vois très large au moment de faire mes valises avant un tournoi, sourit le capitaine. Cela commence enfin demain pour nous. A nous d’annoncer clairement la couleur !"

Immense aura

Après une saison presque parfaite avec le Bayer Leverkusen - "elle l’aurait été si nous n’avions pas perdu la finale de l’Europa League", dit-il -, le Bâlois aborde cet Euro avec une immense aura. "J’accepte volontiers tous les compliments, poursuit-il. Mais ce n’est pas à moi de dire si je suis aujourd’hui l’un des meilleurs joueurs du monde. Je suis juste là pour aider l’équipe, pour la pousser vers l’avant."

Le capitaine est, à nouveau, revenu sur sa relation avec son sélectionneur. "Je suis heureux de me retrouver sous les ordres d’un entraîneur aussi ouvert, explique-t-il. Entre Murat Yakin et moi, il n’y a jamais eu le moindre problème. Ces derniers mois, il est venu souvent à Düsseldorf. Nous avons partagé de bons repas avec du bon vin. Tout ce qui a pu être écrit sur nous deux est ridicule." Comme si tout le monde avait rêvé...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: la Hongrie est prête pour affronter la Suisse

Publié

le

Marco Rossi, le sélectionneur italien de la Hongrie (© KEYSTONE/AP/Tibor Illyes)

C’est une équipe de Hongrie qui regorge de confiance que la Suisse défiera samedi à Cologne. "Elle n’a cessé de grandir au fil des mois", affirme son sélectionneur italien Marco Rossi.

"Notre premier but est d’apporter de la joie et du bonheur à nos supporters, dit-il. Nous y étions parvenus il y a trois ans même si nous n’étions pas sortis de la phase de poules." A la lutte avec le Portugal, la France et l’Allemagne, les Hongrois avaient échoué sur le fil.

Cette année, au sortir d'une série vertueuse de 14 matches sans défaite, ils espèrent un autre destin dans un groupe plus abordable. "Mais la Suisse est une équipe très forte. Très solide en défense. Parfaitement armée en ligne médiane avec Granit Xhaka. Et percutante en attaque, souligne le technicien italien. Nous avons étudié son jeu. Mes joueurs savent ce qu’ils doivent faire demain sur le terrain. La pression sur leurs épaules sera très grande. Mais je veux croire qu’ils sauront comment l’évacuer."

Cette confiance presque sans limite, on la retrouve dans les propos de Loïc Nego. Né à Paris il y a 33 ans et international hongrois depuis l’automne 2020, le défenseur du Havre lâche tout simplement qu’il "veut aller au bout dans cet Euro". "La Suisse impose un immense respect en raison de ses résultats depuis dix ans et en raison de la présence dans ses rangs de grands joueurs, dit-il. Mais nous avons également des atouts. Nous avons beaucoup travaillé sur nos forces, sur ce que nous devons faire pour gagner ce premier match."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Poutine exige la capitulation de l'Ukraine, refus de Zelensky

Publié

le

Le président russe a réclamé que Kiev renonce à rejoindre l'Otan et se retire des régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia. (© KEYSTONE/EPA/STRINGER)

Le président russe Vladimir Poutine a de facto fixé vendredi une capitulation de l'Ukraine comme condition pour des pourparlers. Son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky a aussitôt rejeté un "ultimatum" à la "Hitler", à la veille du sommet du Bürgenstock (NW).

L'Ukraine, les Etats-Unis et l'Otan ont immédiatement rejeté ces conditions du maître du Kremlin. "Ces messages sont des messages d'ultimatum (...) Hitler faisait la même chose, quand il disait 'Donnez-moi une partie de la Tchécoslovaquie et on en reste là', mais non, ce sont des mensonges", a commenté Volodymyr Zelensky dans un entretien à la chaîne d'information italienne SkyTG24.

Le président russe, dont l'armée a repris depuis plusieurs mois l'initiative sur le front face à des forces ukrainiennes en manque d'hommes et de munitions, a réclamé que Kiev renonce à rejoindre l'Otan et se retire des régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia que la Russie occupe déjà partiellement et prétend annexer en plus de la Crimée.

"Dès que Kiev (...) commencera le retrait effectif des troupes et notifiera l'abandon de son projet d'adhésion à l'Otan, nous donnerons immédiatement, à la minute même, l'ordre de cesser le feu et d'entamer des négociations", a dit M. Poutine face aux cadres du ministère russe des Affaires étrangères.

Reddition

Remplir ces conditions constituerait de facto une reddition de l'Ukraine, dont l'objectif est de rétablir son intégrité territoriale et sa souveraineté dans les frontières internationalement reconnues.

Si l'armée russe a l'initiative sur le front, elle y a subi des pertes considérables depuis deux ans et ne parvient pas à prendre un avantage décisif.

Le Kremlin avait proclamé dès septembre 2022 l'annexion de quatre régions de l'est et du sud de l'Ukraine, en plus de celle de la Crimée en 2014.

"Manipulation"

Vladimir Poutine a insisté vendredi sur le fait que l'Ukraine devait remettre à la Russie la totalité de ces territoires, alors même que Moscou ne les occupe que partiellement et que les combats y font toujours rage.

Le président russe a dénigré également le sommet pour la paix, dont la Russie a été exclue, prévu en Suisse les 15 et 16 juin à l'initiative de l'Ukraine. Kiev espère que les quelque 90 délégations présentes, malgré l'absence notamment de la Chine, y aboutiront à un consensus pour accroître la pression sur le Kremlin.

M. Poutine a dénoncé un "stratagème pour détourner l'attention de tout le monde" des vraies responsabilités dans le conflit à savoir, dans sa lecture, celles de l'Ukraine et des Occidentaux.

Mykhaïlo Podoliak, conseiller à la présidence ukrainienne, a martelé, lui, que les revendications russes se "heurtent au bon sens" et constituent "une offense au droit international".

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a dénoncé des "déclarations manipulatrices", et estimé que Vladimir Poutine avait tenu ces propos à la veille du sommet en Suisse car "la Russie a peur d'une véritable paix".

"Pas de bonne foi"

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, dont le pays est le principal soutien militaire et financier de Kiev, a jugé que M. Poutine n'était "pas en position de dicter à l'Ukraine ce qu'elle doit faire pour parvenir à la paix".

Enfin, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a estimé que le dirigeant russe n'agissait pas de "bonne foi".

Le chef de la diplomatie russe y est allé de sa pique, en disant que ceux qui "ont des oreilles entendront (Poutine) et ceux qui ont un cerveau le comprendront".

"Mais je ne suis pas sûr que ces organes du corps humain fonctionnent correctement " en Occident, a lâché Sergueï Lavrov à la télévision russe.

"Vol" des actifs russes

Vladimir Poutine a aussi dénoncé la décision jeudi du G7 de garantir un prêt de 50 milliards de dollars à l'Ukraine avec les futurs intérêts des actifs russes gelés depuis le début de l'offensive russe "Même si on enjolive les choses, le vol ça reste du vol et ça ne restera pas impuni", a t-il dit.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui réclamé la confiscation pure et simple des 300 milliards d'euros d'actifs de la banque centrale russe gelés par les Occidentaux depuis deux ans, ce à quoi ils se refusent pour des raisons juridiques.

L'Ukraine résiste

Sur le terrain, les forces ukrainiennes continuent de résister aux multiples assauts, en particulier dans l'est du pays, où Moscou grignote du terrain depuis le début de l'année.

"Presque quotidiennement, nous repoussons deux, trois attaques", a dit cette semaine à l'AFP Maxime, commandant d'une compagnie de tankistes dans la 59ème brigade qui combat dans la zone de Pokrovsk.

"Il y a eu une nette augmentation du nombre de soldats ennemis et ils ont apporté des véhicules blindés ainsi que de l'artillerie à longue portée", a ajouté ce militaire de 38 ans.

Enfin, l'Ukraine continue d'être contrainte de rationner l'électricité, son infrastructure énergétique ayant été ravagée par les frappes russes. Vendredi, des coupures sont prévues de 14H à 22H à travers le pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Borussia Dortmund: Nuri Sahin nommé entraîneur

Publié

le

Nuri Sahin célèbre un but avec Dortmund en 2016 (© KEYSTONE/EPA DPA/BERND THISSEN)

Borussia Dortmund n'a pas tardé pour trouver son nouvel entraîneur. Au lendemain de l'annonce du départ d'Edin Terzic, le BVB a annoncé que Nuri Sahin reprenait la direction de l'équipe.

Sahin (35 ans), ancien joueur du club (223 matches, 21 buts), était depuis le début 2024 assistant de Terzic. Il a signé un contrat jusqu'à fin juin 2027. "C'est un grand honneur pour moi de pouvoir entraîner Borussia Dortmund", a-t-il déclaré dans un communiqué du club.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Des quiproquos risquent de gâcher une séance de travail qui commençait bien… Evitez de vous braquer et choisissez immédiatement une voie parallèle !

Les Sujets à la Une

X