Rejoignez-nous

International

Des milliers rendent hommage aux victimes de la fusillade

Publié

,

le

Des milliers de personnes ont rendu hommage mardi à Copenhague aux victimes d'une fusillade ce week-end. (© KEYSTONE/EPA/Emil Helms)

Des milliers de personnes ont rendu hommage mardi à Copenhague aux victimes d'une fusillade ce week-end dans un centre commercial de la capitale danoise qui a fait trois morts, dont deux adolescents, et 27 blessés.

"Trois vies nous ont été enlevées. Celles d'un homme et de deux jeunes gens. Plusieurs personnes ont été blessées, l'attaque a fait de nombreuses victimes", a déclaré la Première ministre Mette Frederiksen, qui s'adressait à la foule massée devant ce complexe commercial situé entre le centre de Copenhague et son aéroport.

"Cruel, injuste et insensé. Ce soir, nous pleurons tous", a ajouté Mme Frederiksen, appelant à l'unité face à la tragédie.

L'attaque, survenue dimanche en fin d'après-midi, a suscité une vive émotion au Danemark, au sortir d'un week-end estival marqué par le passage inédit du Tour de France et le grand retour du festival de rock géant de Roskilde, après des annulations dues à la pandémie de Covid-19.

"Et si cela avait été mon enfant ?"

"Ce n'est pas difficile à imaginer : 'Et si cela avait été mon enfant ?' Je suis la mère de deux adolescents", s'est exclamée Sophie Andersen, la maire de Copenhague, dans une allocution suivie d'une minute de silence. "Les enfants et les jeunes gens ne devraient pas mourir. Ils devraient être immortels", a ajouté Mme Andersen.

Le prince héritier du Danemark, Frederik, était également présent à la cérémonie, durant laquelle les discours ont été entrecoupés de prestations musicales. La foule comptait de nombreux jeunes et familles, dont certains étaient en pleurs.

"Je suis assez ambivalent. Bien sûr, c'est agréable de voir tous ces gens qui sont ici pour soutenir les personnes qui ont été blessées par cet acte, mais j'ai aussi un peu peur", a commenté Oliver Stoltz, qui travaille dans un magasin d'articles de sport à l'intérieur du centre commercial.

Cet homme de 24 ans a assisté au début de la fusillade, entendant les premiers coups de feu retentir.

"C'était un endroit où je pouvais aller travailler, être heureux et passer un bon moment. Maintenant, je redoute même de venir ici, dans cette partie de la ville", dit-il.

Car si la capitale danoise n'a pas échappé ces dernières années aux attentats, notamment jihadistes, un carnage dans un centre commercial a été un choc pour beaucoup. "Ca n'arrive pas au Danemark ce genre de choses, ça se passe aux Etats-Unis", a ainsi réagi Susanne Bulöw, une riveraine de 65 ans.

Le Tour de France, de retour sur le territoire français, a quant à lui rendu hommage aux victimes par une minute d'applaudissements avant le départ de la quatrième étape.

Une enfance difficile

L'auteur présumé de l'attaque, un Danois de 22 ans qui a, selon les autorités, des antécédents psychiatriques, a été placé en détention provisoire pour meurtres lundi.

En raison des interrogations sur son état mental, le juge a décidé qu'il serait détenu dans une unité psychiatrique.

Selon la radiotélévision nationale DR, citant plusieurs sources anonymes, il a essayé de joindre une ligne d'aide psychologique peu avant les faits, ce que les autorités n'ont pas voulu confirmer.

La police a prévenu mardi ne pas avoir de nouvelles informations à communiquer sur l'enquête.

Selon un ancien voisin interrogé par le quotidien Berlingske sous couvert d'anonymat, le suspect est une personne perturbée depuis l'enfance. "Il a fréquenté une école de quartier, mais a dû arrêter parce qu'il ne pouvait pas faire face à de nombreuses personnes réunies en un seul endroit", a-t-il ajouté.

Le mobile de la fusillade reste flou, mais la police a dit ne pas avoir d'éléments laissant penser à "un acte terroriste" ou ayant eu des cibles spécifiques. Sa principale hypothèse est que les victimes ont été choisies "au hasard".

L'assaillant est poursuivi pour trois meurtres, celui d'un Russe de 46 ans habitant au Danemark, d'une adolescente de 17 ans et d'un garçon du même âge, tous les deux danois. L'un d'entre eux travaillait dans le cinéma du centre commercial, a annoncé son employeur.

Le suspect est également poursuivi pour sept tentatives de meurtre.

Quatre des personnes atteintes par les tirs ont été grièvement blessées mais sont dans un état stable. Selon les autorités, il s'agit de deux Danoises de 19 et 40 ans, d'un Suédois de 50 ans et d'une Suédoise de 19 ans.

Trois autres personnes ont été légèrement blessées : deux Danoises de 15 et 17 ans et un Afghan de 45 ans vivant au Danemark.

Fermé depuis l'attaque, le centre commercial Fields devrait rouvrir le 11 juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Sam Kerr inculpée pour outrage à caractère raciste

Publié

le

Sam Kerr a été inculpée d'outrage à caractère raciste (© KEYSTONE/AP/TERTIUS PICKARD)

Sam Kerr a été inculpée d'outrage à caractère raciste sur un agent de police au Royaume-Uni. L'internationale australienne est l'une des stars féminines du football.

Les faits sont anciens et remontent au 30 janvier de l'année dernière à Twickenham, dans la banlieue sud-ouest de Londres, a précisé un porte-parole de la Metropolitan Police. Ils se sont produits alors qu'un agent de police intervenait en réponse à un litige sur le tarif d'une course en taxi, a-t-il poursuivi.

Agée de 30 ans, Sam Kerr, qui joue au FC Chelsea, a comparu devant un tribunal de Wimbledon le 1er février dernier. La Fédération australienne a indiqué dans un communiqué qu'elle était "au courant de la procédure impliquant Sam Kerr au Royaume-Uni".

"Puisqu'il s'agit d'une affaire judiciaire en cours, nous sommes dans l'incapacité de fournir d'autres commentaires à ce stade", a ajouté Football Australia dans un communiqué diffusé à Sydney.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le premier mariage homosexuel, sous protection policière

Publié

le

Le chef du parti de gauche Syriza, première force d'opposition au parlement, Stefanos Kasselakis (ci-contre) a annoncé qu'il épouserait son compagnon américain, Tyler McBeth, en Grèce cet été (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/AP/YORGOS KARAHALIS)

Le premier mariage entre personnes du même sexe a eu lieu ce week-end en Grèce, sous protection de la police qui a fait état lundi de "menaces" reçues par les amoureux.

"Notre mariage, qui a eu lieu en présence de nos trois enfants, s'est déroulé sans peur ni stress, comme il se doit", ont écrit les jeunes mariés dans une lettre publiée par la police sur X.

Le couple, qui a indiqué avoir reçu des "menaces pour leur sécurité", a remercié la police pour son assistance "pendant et après la cérémonie", selon le communiqué de la police.

La Grèce a adopté le 16 février une loi autorisant le mariage homosexuel et l'adoption d'enfants par des couples de même sexe.

Quelque 4000 opposants à la loi, emmenés notamment par Niki, le parti d'extrême droite proche de la Russie, avaient manifesté devant le Parlement brandissant des icônes de la Vierge et des croix chrétiennes.

Ce pays méditerranéen, dans lequel l'influente Eglise orthodoxe était farouchement opposée à la réforme, est devenu ainsi le 37e pays dans le monde, le 17e de l'Union européenne et le premier pays chrétien orthodoxe à légaliser l'adoption pour des parents de même sexe.

Le chef du parti de gauche Syriza, première force d'opposition au parlement, Stefanos Kasselakis a annoncé qu'il épouserait son compagnon américain, Tyler McBeth, en Grèce cet été.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un concours de pur-sangs arabes transcende les divisions

Publié

le

Le pur-sang arabe est au-dessus de tout, selon un éleveur, expliquant la trêve que la compétition a permise (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/ALI HAIDER)

Bais, alezans ou gris, plus de 70 chevaux ont participé ces derniers jours à Tripoli à une "Compétition nationale de pur-sangs arabes", un évènement transcendant les divisions en réunissant des éleveurs de l'est et de l'ouest de la Libye.

C'est "une grande fête du pur-sang arabe avec des chevaux magnifiques et de haut niveau", souligne à l'AFP, Ahmad al-Amami, propriétaire de l'écurie Al-Waha de Benghazi (est).

Poulains et étalons aux robes soyeuses et brillantes ont défilé pour un rare concours de beauté. "L'organisation est excellente et le niveau des chevaux incroyable", dit cet éleveur, présent vendredi et samedi en banlieue sud de Tripoli, à Qasr Bin Ghashir.

"Cela fait 14 ans que nous n'avons pas vu de tels concours à Tripoli", explique M. al-Amami, accompagné de six pouliches et juments qui ont raflé deux médailles.

Depuis la chute et mort du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à une instabilité politique qui a souvent dégénéré en conflit armé entre deux camps rivaux basés respectivement à Tripoli (ouest) et dans l'est à Benghazi.

L'amour des chevaux "a permis d'endurer toutes les épreuves", "nous mettons nos chevaux au-dessus de nous", souligne M. al-Amami.

Des arbitres internationaux, notamment de la World Arabian Horse Organisation (WAHO), étaient conviés pour juger l'allure et la morphologie de chaque animal: profil de tête convexe, queue attachée haut et museau fin.

L'un des clous de l'évènement était aussi la participation de Sima Othman Bubteina, une Libyenne de 18 ans, avec 14 poulains et pouliches du haras fondé par son père Othman, décédé récemment, une référence en Libye.

Elégamment coiffée d'un chapeau en feutre, cette cavalière a reçu un prix spécial en tant que première femme participant à un tel concours dans ce pays très conservateur.

"J'ai commencé à monter à l'âge de 4 ans et je suivais mon père dans les clubs pour tout apprendre sur les chevaux", confie-t-elle émue à l'AFP, son cheval Amir, médaillé d'or, à ses côtés.

"Elle est née sur le dos d'un cheval", opine le Marocain Mohamad Machmoum, arbitre international et conseiller du Centre national du développement du cheval libyen, pour qui cette compétition aidera à "redynamiser" la culture du pur-sang en Libye "après 14 ans de guerre".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Une affiche "surréaliste" et "foisonnante" en forme de diptyque

Publié

le

L'affiche des JO 2024 a été dévoilée lundi (© KEYSTONE/EPA AFP POOL/STEPHANE DE SAKUTIN / POOL)

Un diptyque "foisonnant" et "surréaliste": l'affiche des Jeux olympiques et paralympiques de Paris a été dévoilée lundi au Musée d'Orsay. Elle sera placardée cette semaine "partout dans Paris".

Dessinée par l'illustrateur Ugo Gattoni, coutumier des fresques et de "performances" dessinées comme il le dit lui-même, ces affiches lui ont demandé 2000 heures de travail. Elles ont été dévoilées en grand format dans la nef du Musée d'Orsay, l'un des principaux musées de Paris.

Chaque édition des JO, depuis 1912, a son affiche. Pour cette XXXIIIe édition, c'est un diptyque avec un volet olympique et un paralympique, aux couleurs de la charte graphique des JO.

Sur l'affiche de Paris-2024, figurent en bonne place la Tour Eiffel, que le Stade de France qui l'enserre telle une bouée, un terrain de tennis fauteuil au sommet de l'Arc de triomphe, et au premier plan un plongeur qui s'avance au-dessus de la Seine couleur vert clair: la fantaisie est au programme.

"J'avais envie de quelque chose d'épique, de grandiose, mais aussi d'un sentiment de fête joyeuse, qui grouille, hyper foisonnante", a expliqué le dessinateur lors d'une rencontre avec la presse en amont de la présentation officielle de son oeuvre. "Un pari surréaliste où on essaie de garder beaucoup de poésie et d'humour", résume-t-il.

Au fond, la rade de Marseille où se dérouleront les épreuves de voile et la vague de Teahupo'o, à Tahiti, qui accueillera le surf, et partout des milliers de petits personnages, "faits à la main" et "artisanalement", précise Joachim Roncin, directeur chargé du design au sein du comité d'organisation des JO, à l'heure ou l'intelligence artificielle génère images et dessins.

Les jardins de Versailles se retrouvent devant la Tour Eiffel. Huit mascottes, les "Phryges" des peluches rouges en forme de bonnet phrygien, sont cachées dans ce dessin très riche. Pas de drapeau français - contrairement à l'affiche des Jeux de 1924 où il apparaissait derrière des hommes torse nu -, mais une Marianne et le logo "Paris 2024".

Enfermé pendant quatre mois

"Pendant quatre mois, je me suis enfermé dans mon atelier, et ça été ça jour et nuit", a raconté Ugo Gattoni. "C'est une affiche qui doit fonctionner dans 100 ans", dit-il aussi.

Gattoni, dont les foulards Hermès comptent aussi au nombre de ses collaborations, a parsemé son affiche olympique d'une matière rosée "volante" qui se "multiplie": sa marque de fabrique qu'il nomme "blump" et insère dans tous ses dessins.

L'artiste, qui a fait sport étude natation et voulait être "nageur professionnel", a signé sa première fresque, 10 mètres de long dessinée au stylo rotring, en sortant de son école d'art. Son affiche officielle pour les JO (26 juillet - 11 août) et paralympiques (28 août - 8 septembre) sera proposée à la vente mais aussi en produits dérivés (affiche à colorier, puzzle...).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Vous mettez la touche finale à un projet qui vous a bien plu. Chaque étape achevée, chaque détail peaufiné vous ont apporté une satisfaction immense.

Les Sujets à la Une

X