Rejoignez-nous

Football

Eliminé en C1 et sous pression, Nagelsmann n'a "pas peur"

Publié

,

le

Coach du Bayern, Julian Nagelsmann n'a pas peur pour son poste (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

Sans inspiration, avec des stars fatiguées, le Bayern est sorti mardi sans gloire de la Ligue des champions, surpris par Villarreal.

L'entraîneur Julian Nagelsmann assure n'avoir "pas peur" pour l'avenir mais doit reconstruire avec un effectif pas aussi riche que les autres géants européens.

Pour sa première saison sur le banc du "Rekordmeister", l'ancien technicien prodige du RB Leipzig (34 ans) a chuté dès les quarts de finale de la C1, résultat surprise contre le modeste "Sous-marin jaune" (0-1, 1-1) mais conclusion logique d'une saison trop irrégulière.

"Le jeune entraîneur a apporté beaucoup d'élan, mais il a hérité d'un groupe plus faible après les départs de David Alaba et Jérôme Boateng, et l'année précédente de Thiago, Ivan Perisic et Philippe Coutinho", tous présents lors de la finale gagnée en 2020 contre le PSG (1-0), constate mercredi le magazine allemand Kicker.

"La pression (sur Nagelsmann) la saison prochaine va peu à peu devenir énorme", prédit pour sa part le quotidien populaire Bild, qui rappelle qu'au Bayern, la mission d'un entraîneur est de gagner tous les titres.

"Je suis responsable"

Mardi dans la nuit, un journaliste a pour la première fois demandé à Nagelsmann s'il se sentait menacé: "Je ne sais pas ce qui m'attend', a-t-il répondu d'une voix lasse. "Je n'ai pas peur, il y a des choses plus graves..."

Visiblement très affecté, Julian Nagelsmann a d'abord cherché à protéger ses joueurs: "Je suis responsable et je ne vais pas essayer de renvoyer la faute sur quelqu'un d'autre", a-t-il dit: "Nous sommes éliminés en Ligue des champions, éliminés en Coupe d'Allemagne. C'est le même bilan que la saison dernière (réd: avec Hansi Flick) et pour le Bayern Munich je pense que ce n'est pas suffisant".

Le dixième titre consécutif de champion d'Allemagne qui se profile ne changera pas l'impression générale: le club termine de nouveau la saison en dessous de ses ambitions.

Un duel supposé désiquilibré

Ce Villarreal-Bayern était pourtant présenté, au moment du tirage au sort, comme le plus déséquilibré des duels des quarts de finale. Et même après la défaite 1-0 à l'aller, le Bayern semblait en mesure de retourner la situation.

Au-delà du manque d'inspiration, d'efficacité, de rigueur défensive, les observateurs allemands se penchent désormais sur les raisons structurelles des lacunes bavaroises. Premier constat: les tauliers sont fatigués. Serge Gnabry, Thomas Müller, Leroy Sané, Leon Goretzka, Joshua Kimmich... la liste est longue des cadres à court de forme en ce mois d'avril, soit par surmenage, soit par manque de rythme après des pauses forcées.

"Trop de ratés"

Pourtant, toutes ces stars en méforme se retrouvent titulaires match après match, simplement parce que Nagelsmann ne dispose pas de remplaçants de valeur égale. Au total, on peut considérer que le Bayern joue cette saison avec 15 joueurs de classe internationale. Les autres sont là pour boucher les trous.

Conséquence: un manque de concurrence dommageable et une accumulation de fatigue. Très loin des standards d'autres grands d'Europe, dont la profondeur de banc fait souvent la force.

Soucieux d'une gestion rigoureuse de leur budget, les dirigeants n'envisagent pas de casser leur tirelire pour attirer des stars. Les deux seuls joueurs visés pour l'instant sont deux espoirs de l'Ajax, Noussair Mazraoui et Ryan Gravenberch. Pas forcément de quoi donner à Nagelsmann les armes pour régner de nouveau sur l'Europe...

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

La France s'en contentera

Publié

le

Mike Maignan a effectué une parade décisive devant Christoph Baumgartner, juste avant que la France ne prenne les devants grâce à un autogoal autrichien. (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

Loin de convaincre pleinement, la France a entamé l’Euro par le bon bout. Elle s’est imposée 1-0 à Düsseldorf devant l’Autriche sur un autogoal du malheureux Maximilian Wöber (38e).

Le sort est bien cruel pour les Autrichiens. Deux minutes seulement avant la déviation fatale dans sa propre cage du défenseur du Borussia Mönchengladbach, Mike Maignan avait sauvé son camp. Le gardien a eu le bon réflexe devant Christoph Baumgartner. Buteur contre la Suisse à St. Gall neuf jours plus tôt, l’attaquant de Leipzig a sans doute manqué de conviction dans son dernier geste.

Mais sans la parade de Maignan, l’histoire de ce match n’aurait pas été la même avec des Français trop souvent bousculés dans l’impact physique. Les Bleus doivent impérativement élever le curseur pour être au rendez-vous de la finale de Berlin le 14 juillet.

Au lendemain de sa prise de position contre les extrêmes en France, Kylian Mbappé fut l’acteur majeur de cette rencontre. Le capitaine des Bleus a tout d’abord sonné la charge avec une première occasion à la 8e minute avant d’être à l’origine de l’autogoal de Wöber grâce à un débordement imparable. Sa fin de match fut plus rocambolesque avec une sortie sous les sifflets des supporters autrichiens pour une réaction trop théâtrale après un choc dans un duel aérien avec le Lensois Kevin Danso

Didier Deschamps a vraiment donné les clés de l’équipe à Kylian Mbappéavec un système de jeu tourné exclusivement pour lui avec l’espoir que le retour de l’extraordinaire Ngolo Kanté veillera à l’équilibre de l’équipe. Le calcul est risqué. Mais pour l’instant il est gagnant.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La Belgique trébuche face à la Slovaquie

Publié

le

Amadou Onana (en rouge) et la Belgique sont tombés sur un os pour leur premier match de l'Euro. (© KEYSTONE/AP/Themba Hadebe)

Deuxième surprise dans le groupe E de l'Euro. Après la victoire de la Roumanie contre l'Ukraine (3-0), la Slovaquie a battu la Belgique à Francfort lundi (1-0).

Ce sont pourtant les Belges qui ont réalisé un départ canon, emmené par un Jérémy Doku bien décidé à faire des différences sur son côté droit. Romelu Lukaku a toutefois raté la balle du 1-0 après une percée décisive de l'ailier de Manchester City.

Un peu trop en confiance, Doku a ensuite tenté un dribble dangereux près de son poteau de corner. Juraj Kucka a hérité du cuir dans la surface et son tir, renvoyé par Koen Casteels, le suppléant de Thibaut Courtois devant le but belge, est tombé dans les pieds d'Ivan Schranz. L'attaquant slovaque, du plat du pied, a plongé les Diables Rouges en plein doute (7e).

La VAR contre Lukaku

Muet lors de la phase de groupes du dernier Mondial qui avait vu la Belgique sortir prématurément, Romelu Lukaku ne s'est pas remis en confiance. Après son raté initial, il a perdu un face-à-face avec Martin Dubrovka (42e), avant de voir son but égalisateur être annulé par la VAR pour une position de hors-jeu (56e).

Et lorsque le buteur de l'AS Rome a repris victorieusement un bon service de l'entrant Loïs Openda en fin de match (86e), la VAR est à nouveau intervenue pour sanctionner une main du passeur décisif. Si elle veut éviter un nouveau camouflet dans une grande compétition, la Belgique devra se ressaisir samedi contre la Roumanie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La furia roumaine assomme l'Ukraine

Publié

le

Les joueurs roumains ont régalé leurs supporters venus en nombre à Munich. (© KEYSTONE/AP/Antonio Calanni)

La Roumanie a déjoué les pronostics lundi à Munich face à une équipe d'Ukraine pourtant séduisante sur le papier. Les "Tricolori" l'ont emporté 3-0 au terme d'une partie qu'ils ont largement dominée.

Très solides défensivement pendant une demi-heure, les Roumains ont ensuite accentué leur pressing jusqu'à forcer une mauvaise relance d'Andriy Lunin. Le capitaine Nicolae Stanciu ne s'est pas fait prier pour punir cette erreur du portier du Real Madrid (29e).

Décevant, le trident offensif ukrainien composé de Mudryk (Chelsea), Dovbyk et Tsygankov (Girona) n'a tout simplement rien pu faire face au bloc mis en place par le sélectionneur roumain Edward Iordanescu.

La Roumanie a même mis K.O. son adversaire en deuxième mi-temps en quatre minutes. Une frappe lointaine de Razvan Marin (53e), sur laquelle Lunin n'a de loin pas été irréprochable, et une déviation de Denis Dragus (57e) après un corner joué à deux ont permis aux Roumains d'assurer leur première victoire dans ce groupe E.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

"On devrait laisser la politique aux autres", estime Unai Simon

Publié

le

Le gardien espagnol Unai Simon estime que les footballeurs n'ont pas à s'occuper de politique (© KEYSTONE/EPA EFE/MIGUEL ANGEL MOLINA)

Interrogé sur la prise de position de Kylian Mbappé "contre les extrêmes" dimanche, le gardien espagnol Unai Simon a estimé lundi que les joueurs "devraient laisser la politique aux autres".

"Kylian est un joueur qui a beaucoup d'influence dans le monde et dans la société. Les joueurs en général, nous avons beaucoup d'influence. Mais c'est un sujet politique, et je crois que nous avons la tendance à parler de certains sujets dont je ne sais pas si on devrait parler" a déclaré le gardien de l'Athletic Bilbao en conférence de presse au camp de base de l'Espagne pour l'Euro 2024.

"Moi je suis un joueur de football, et je pense que c'est la seule chose dont je devrais parler et laisser les sujets politiques aux autres", a-t-il ajouté en réponse à une question sur la prise de position de Kylian Mbappé dimanche à propos des élections législatives anticipées en France.

Le capitaine des Bleus a appelé "les jeunes à aller voter" car "les extrêmes sont aux portes du pouvoir", estimant que la jeune génération avait "l'opportunité de choisir l'avenir de notre pays". Il a défendu son coéquipier Marcus Thuram qui "n'a pas été trop loin" en expliquant samedi qu'il fallait "se battre pour que le RN ne passe pas", en assurant se "ranger" de son côté.

"Je suis contre les idées qui divisent. (...) J'espère qu'on sera encore fier de porter ce maillot le 7 juillet", a ajouté Mbappé.

Cette prise de position, largement commentée dans les médias français, fait aussi parler en Espagne. Le journal AS titrait ainsi lundi matin "Mbappé contre l'extrême droite", avant l'entrée en lice des Bleus contre l'Autriche (21h).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Vous avez tendance à négliger les envies de votre amoureux donc, vous allez avoir droit au cahier des doléances ! Va falloir que chacun ajuste ses attitudes !

Les Sujets à la Une

X