Rejoignez-nous

International

Enquête ouverte après des violences au meeting d'Eric Zemmour

Publié

,

le

Blessé au poignet après des violences lors de son premier meeting, Eric Zemmour s'est vu prescrire neuf jours d'interruption temporaire de travail. (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON)

La justice française a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête sur les violences qui ont éclaté lors du premier meeting de campagne pour l'élection présidentielle du polémiste d'extrême droite Éric Zemmour.

L'ancien polémiste et éditorialiste de la télévision de 63 ans s'est lancé mardi dans la course à la présidentielle. Il a tenu dimanche son premier meeting de campagne, au Parc des expositions de Villepinte, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Paris.

Une enquête a été ouverte sur "les faits de violences commis à l'intérieur du meeting" et confiée à la police du département de Seine-Saint-Denis, où se trouve Villepinte, a indiqué le parquet. Les investigations portent notamment sur des violences envers des militants de l'association SOS Racisme et sur l'empoignade de M. Zemmour par un individu, avant son entrée en scène.

L'homme a été aussitôt exfiltré puis interpellé par la police. L'entourage du candidat a indiqué dans la soirée qu'il souffrait d'une blessure au poignet et s'était vu prescrire neuf jours d'interruption temporaire de travail (ITT). Le parquet de Bobigny a indiqué de son côté que le certificat fourni n'a pas été établi par une unité médico-judiciaire (UMJ), habilitée à déterminer les ITT en vue de poursuites pénales.

Coups et jets de chaises

Des violences ont également éclaté au début du discours d'Eric Zemmour, condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, lorsqu'une dizaine de militants de SOS Racisme présents dans le public ont dévoilé des tee-shirts formant le slogan "non au racisme".

Ils ont reçu des coups et ont été visés par des jets de chaises, selon la vidéo diffusée par l'association antiraciste. Cinq personnes ont été blessées, dont deux ont été prises en charge par les pompiers, selon la même source.

Plusieurs courses-poursuites ont eu lieu à l'arrière de la salle pour les exfiltrer, dans une confusion qui a duré une dizaine de minutes. Un membre de la sécurité du candidat a évoqué "quelques militants antifas" exfiltrés, leur reprochant d'avoir voulu semer le trouble.

Journalistes aussi visés

M. Zemmour, qui s'est défendu dans son discours d'être "un fasciste, un raciste, un misogyne", affirme vouloir "sauver la France" et ses valeurs menacées, selon lui, par l'immigration et l'islam. La gauche a dénoncé sa responsabilité dans ces incidents violents, mais la droite et l'extrême droite ont qualifié de "provocation" l'action de SOS Racisme.

Des journalistes ont aussi été pris à partie lors du meeting notamment l'équipe de l'émission du "Quotidien", présentée par Yann Barthès sur TMC, et deux journalistes de Mediapart qui ont été frappés derrière la tête. Ces derniers ont déposé plainte lundi, selon un document consulté par l'AFP.

Au total 68 personnes ont été placées en garde à vue dimanche notamment pour "participation à un attroupement armé en vue de commettre des violences ou dégradations", "outrages" et "rebellions", a précisé le parquet de Bobigny. Lundi soir, seules six gardes à vue étaient prolongées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Des araignées livrées par la poste: un commerce sans réel contrôle

Publié

le

Des centaines d'espèces de mygales sont en vente sur Internet (archives). (© KEYSTONE/AP Athens Banner-Herald/JOSHUA L. JONES)

Le commerce mondial d'arachnides, mygales et scorpions empereur en tête, s'effectue sur Internet quasiment sans aucune visibilité ni contrôle, selon une étude. Elle pointe du doigt son caractère largement illégal et les menaces sur la biodiversité.

La popularité croissante du commerce d'"animaux exotiques" du groupe des invertébrés a "quasiment conduit des espèces diverses à l'extinction", remarque l'étude publiée jeudi dans Nature communications biology.

Ses auteurs, menés par Benjamin Marshall de l'université britannique de Sterling, ont recensé le commerce mondial de plus de 1200 espèces d'arachnides, à partir de 111 sites en ligne fonctionnant en neuf langues sur un mois à l'été 2021.

Les trois quarts des arachnides proposés en ligne étaient des araignées et le reste essentiellement des scorpions. Plus de 400 espèces de mygales étaient disponibles et plus de 200 espèces de scorpions Buthidae.

"Cool" et petits"

L'étude estime que la nouveauté et le caractère unique de certaines espèces sont souvent mis en avant pour faciliter leur vente, particulièrement s'agissant des mygales et araignées sauteuses. Certains sites proposent désormais des "boîtes mystères" d'araignées, dont le futur propriétaire découvrira le contenu en l'ouvrant.

Au manque de réglementation concernant les espèces commercialisées, s'ajoutent des effets propres aux caractéristiques de ces animaux. Ils sont considérés comme "cool", selon l'étude. Le peu d'espace qu'ils exigent les rend en outre particulièrement adaptés à des habitats urbains.

Leur commerce a connu un regain d'intérêt avec les périodes de confinement dues à l'épidémie de Covid-19, selon l'étude. Cet intérêt a été grandement facilité par la possibilité de se faire livrer, y compris illégalement, un animal par la poste.

Les trois quarts des espèces d'arachnides offertes à la vente en ligne ne sont pas répertoriées dans les registres de commerce de la CITES ou du LEMIS. Le phénomène est d'autant plus préoccupant pour la biodiversité que beaucoup d'espèces récemment répertoriées par la science sont déjà commercialisées, ce qui complique la possibilité d'étudier leur distribution.

Beaucoup d'arachnides étant prélevés directement dans la nature et non pas élevés, ses auteurs craignent que "nombre d'espèces d'araignées et de scorpions ne courent vers l'extinction".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

La pop star Harry Styles revient avec un album très intimiste

Publié

le

Harry Styles a connu la gloire à l'adolescence au sein de One Direction, l'un des groupes d'adolescents ayant vendu le plus de disques dans le monde (archives). (© KEYSTONE/AP/Charles Sykes)

Le phénomène de la pop musique anglaise Harry Styles a sorti vendredi son troisième album, le plus intimiste. "Harry's House", aux accents suaves et tendres, est un doux mélange de musique électronique et acoustique enrobant des textes très personnels.

Ex-idole de millions d'adolescents quand il triomphait au sein du "boys band" One Direction, le chanteur et acteur britannique de 28 ans est aujourd'hui une idole mondiale pour tous les publics.

Le disque aux treize titres évoque l'atmosphère d'un après-midi d'été lumineux en Californie, au bord d'une piscine.

"J'ai le sentiment qu'il s'agit d'une sorte d'échantillon de tout ce que je préfère et cela se rapproche beaucoup de l'album que j'ai toujours voulu faire, j'en suis vraiment heureux", a lancé Harry Styles après s'être produit jeudi dans l'émission matinale "Today", de la chaîne NBC, au Rockefeller Plaza de New York.

Influencé par la pandémie

"C'est à coup sûr le disque le plus personnel que je pense avoir fait", a-t-il assuré à propos d'une production influencée par "la pandémie et tout ce qui s'est passé".

Harry Styles, né le 1er février 1994 près de Birmingham, en Angleterre, a connu la gloire à l'adolescence au sein de One Direction, triomphe d'un "boys band" de 2010 à 2016, qui restera l'un de ces groupes d'adolescents ayant vendu le plus de disques dans le monde.

Son premier album solo en 2017 l'a propulsé au sommet des classements musicaux, suivi d'un succès commercial tout aussi retentissant avec "Fine Line" de 2019. Sa carrière solo explose alors.

En mars 2021, Harry Styles avait remporté un Grammy, haute récompense de l'industrie musicale américaine, pour la meilleure performance pop en solo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Starliner, la capsule de Boeing, atteint l'ISS, une première

Publié

le

La capsule Starliner a réussi à s'arrimer à l'ISS, qui filait à 28'000 km/h en orbite autour de la Terre. (© KEYSTONE/AP)

La capsule de Boeing, Starliner, s'est pour la première fois arrimée vendredi à la station spatiale internationale (ISS). Ce vol d'essai s'est toutefois déroulé sans passager et avec des années de retard sur sa rivale SpaceX.

L'arrimage à l'ISS a eu lieu à 20h28, heure de la côte est américaine (02h28 samedi en Suisse), avec plus d'une heure de retard sur l'horaire initialement prévu, en raison d'ultimes vérifications lors des manoeuvres, minutieusement scrutées à 400 km au-dessus de la Terre.

Starliner s'est d'abord stabilisée à environ 250 mètres de la station. Puis, après avoir avancé légèrement, la capsule a reculé afin de démontrer pouvoir battre en retraite en cas de besoin.

Enfin, après un nouvel arrêt maîtrisé quoique plus long que prévu à 10 mètres, la délicate manoeuvre finale, effectuée alors que la station file à 28'000 km/h, a été enclenchée. Le véhicule s'est doucement approché, jusqu'au contact.

L'écoutille de la capsule ne sera ouverte que samedi. Boeing transporte environ 230 kg de ravitaillement pour le compte de la NASA, dont de la nourriture.

Encore un test nécessaire

Starliner doit rester arrimée à l'ISS durant environ cinq jours, avant de redescendre vers la Terre pour atterrir dans le désert de l'Etat américain du Nouveau-Mexique, sur la base de White Sands.

Ce vol-test non habité avait déjà été tenté en 2019, mais la capsule avait alors rencontré plusieurs problèmes et avait dû rebrousser chemin sans pouvoir rejoindre la station.

Depuis, Boeing peine à rattraper SpaceX, pourtant nouveau venu dans le secteur aérospatial en comparaison, mais qui transporte déjà des astronautes pour la NASA depuis 2020, après la réussite des vols de qualification de sa propre capsule, Dragon.

Après le présent test à vide, un deuxième devra être effectué pour que le vaisseau obtienne l'homologation de la NASA, avec cette fois des astronautes à bord. Le calendrier dépendra des performances de Starliner cette semaine, mais Boeing envisage de le conduire d'ici à la fin de l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La COP15 s'engage sur la restauration d'un milliard d'hectares

Publié

le

La COP15 d'Abidjan sur la désertification a mis en avant les effets négatifs de la sécheresse et de la désertification pour l'Afrique et "l'urgence" d'y remédier (archives). (© KEYSTONE/AP/PETROS KARADJIAS)

La COP15 contre la désertification, qui s'est achevée vendredi à Abidjan, s'est engagée à "accélérer la restauration d'un milliard d'hectares de terres dégradées d'ici à 2030", indique la déclaration finale. Il y a urgence à agir, ont rappelé les participants.

Cet engagement fait partie d'une série de décisions prises après onze jours de travaux par la 15e conférence des parties (COP) de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), qui a rassemblé quelque 7000 participants.

Outre l'engagement sur les terres dégradées dans lequel est mis en avant "l'implication des femmes", la COP15 s'engage aussi à "renforcer la résilience face à la sécheresse en identifiant l'expansion des zones arides", à "combattre les tempêtes de sable et de poussière et d'autres risques de catastrophes croissantes" ou encore à "s'attaquer aux migrations forcées et aux déplacements provoqués par la désertification et la dégradation des terres".

Ibrahim Thiam, secrétaire exécutif de la CNULCD, a souligné l'importance de la restauration des terres dégradées dans la lutte contre le dérèglement climatique. "Si l'on restaure les terres, on réduit les émissions [de CO2] et on les ramène dans le sol", a-t-il dit lors d'une de la conférence de presse de clôture.

Pas irréversible

Alain Richard Donwahi, nouveau président de la COP15, s'est engagé "à accélérer la mise en oeuvre des décisions prises", car "il y a une obligation de résultats" de la part de toutes les parties prenantes.

Le premier ministre ivoirien, Patrick Achi, a pour sa part invité lors de la cérémonie de clôture "toutes les parties à faire preuve d'efficacité et de célérité dans la mise en oeuvre des projets déjà identifiés et de ceux qui émergeront demain".

La COP15 d'Abidjan sur la désertification s'était ouverte le 9 mai en présence de neuf chefs d'Etat africains, qui avaient mis en avant les effets négatifs de la sécheresse et de la désertification pour leur continent et "l'urgence" d'y remédier.

Dans un message vidéo, le président français Emmanuel Macron avait estimé que "la désertification a le visage de plus de 3,2 milliards de personnes qui vivent sur des terres dégradées, partout dans le monde. Il y a urgence à agir".

"La désertification et la dégradation des terres ne sont pas une fatalité. Ces crises ne sont pas irréversibles et des solutions existent", avait-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Trump paie 110'000 dollars d'amende pour "entrave" à une enquête

Publié

le

Donald Trump et la Trump Organization sont suspectés d'avoir surestimé la valeur de propriétés immobilières lorsqu'ils demandaient des prêts bancaires et de les avoir sous-estimées auprès du fisc pour payer moins d'impôts (archives). (© KEYSTONE/AP/Alex Brandon)

L'ex-président américain Donald Trump a payé 110'000 dollars d'amende pour "entrave" à une enquête pour fraude fiscale menée depuis 2019 à New York. Il avait été condamné le 25 avril à verser 10'000 dollars par jour tant qu'il refuserait de fournir des documents.

"Le 19 mai, Donald Trump a payé 110'000 dollars aux services de la procureure générale" de l'Etat de New York, a annoncé vendredi dans un courriel un porte-parole de cette dernière, Letitia James. La magistrate élue du parti démocrate le milliardaire républicain se livrent depuis des mois une bataille de procédures acharnée.

Le 17 février, la procureure avait obtenu qu'un juge de New York ordonne à M. Trump et à ses enfants Donald Jr. et Ivanka de témoigner sous serment dans le cadre de cette enquête, où elle soupçonne des pratiques fiscales "frauduleuses". Une décision contre laquelle les Trump, qui accusent Mme James de "chasse aux sorcières politique", ont fait appel.

Mais la justice new-yorkaise avait aussi réclamé avant le 31 mars des documents comptables et fiscaux de la Trump Organization. Face au refus de Donald Trump, Letitia James avait donc obtenu le 25 avril qu'il soit condamné pour "entrave".

Documents remis

Le 6 mai, toutefois, le juge new-yorkais avait suspendu le comptage des jours amende et décidé que M. Trump aurait jusqu'au vendredi 20 mai pour payer pour la période 25 avril - 6 mai, soit 110'000 pour 11 jours. Ce qu'il a fait jeudi.

Selon le porte-parole de Mme James, le camp Trump avait aussi jusqu'à vendredi pour soumettre des "déclarations sur l'honneur" relatives à la demande de documents comptables et fiscaux de la Trump Organization. Ces documents ont bien été rassemblés et produits par un cabinet tiers jeudi, selon la même source.

Le juge doit maintenant décider si le camp Trump a répondu à toutes les demandes. Mme James soupçonne la Trump Organization d'avoir, "de manière frauduleuse", surestimé la valeur de propriétés immobilières lorsqu'elle demandait des prêts bancaires et de les avoir sous-estimées auprès du fisc pour payer moins d'impôts.

Donald Trump est aussi confronté à une enquête pénale du procureur de Manhattan: la Trump Organization et son directeur financier Allen Weisselberg y ont été inculpés de fraude fiscale. Ils ont plaidé non coupable et le procès doit s'ouvrir cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X