Rejoignez-nous

International

Etats-Unis sous haute tension, couvre-feu dans plusieurs villes

Publié

,

le

(Mykal McEldowney/The Indianapolis Star via AP)
Plusieurs villes américaines, sous haute tension, ont imposé samedi des mesures exceptionnelles comme le couvre-feu ou le déploiement de militaires. Elles doivent tenter d'empêcher les manifestations liées à la mort de George Floyd de dégénérer à nouveau.

Le président Donald Trump a promis de "stopper la violence collective", après trois nuits d'émeutes à Minneapolis, où cet Afro-Américain de 46 ans est mort lundi aux mains de la police.

Dans cette ville du Minnesota, dans le Nord des Etats-Unis, la police a chargé des centaines de manifestants qui ont défié le couvre-feu, entrée à vigueur à 20h00. Les agents, en tenue anti-émeutes, ont tiré des fumigènes et des grenades assourdissantes pour les éloigner d'un commissariat.

Peu de temps avant, les manifestants affichaient leur détermination à rester sur place autant que possible. "Ils ne nous donnent pas le choix, il y a tellement de colère", expliquait Deka Jama, une femme de 24 ans venue "réclamer justice" pour George Floyd avec un groupe d'amies.

Eléments extérieurs

Des heurts entre policiers et manifestants ont également eu lieu à New York, Los Angeles ou Atlanta, conduisant les responsables de ces deux dernières villes, ainsi que ceux de Philadelphie ou de Chicago, à annoncer à leur tour un couvre-feu.

Donald Trump, qui a dénoncé à plusieurs reprises la mort "tragique" de George Floyd, a estimé que les émeutiers déshonoraient sa mémoire. "Nous ne devons pas laisser un petit groupe de criminels et de vandales détruire nos villes", a-t-il lancé en attribuant les débordements à "des groupes de l'extrême gauche radicale" et notamment "Antifa" (antifaschistes).

Le gouverneur du Minnesota Tim Walz, a lui aussi dénoncé des éléments extérieurs à sa ville, qui pourraient être selon lui des membres de groupes anarchistes, mais aussi des suprémacistes blancs ou des trafiquants de drogue. Parmi les dizaines de personnes interpellées la veille, 80% provenaient d'autres régions des Etats-Unis, selon les autorités locales.

"La situation à Minneapolis n'a absolument plus rien à voir avec le meurtre de George Floyd", a estimé le gouverneur. Il s'agit selon lui "d'instiller la peur et de déstabiliser nos grandes villes".

Police militaire

Pour reprendre le contrôle de la situation, M. Walz a annoncé la mobilisation générale des 13'000 soldats de la Garde nationale de l'Etat, une première, et indiqué avoir demandé l'aide du ministère de la Défense.

Des unités de la police militaire ont été mises en alerte pour pouvoir éventuellement intervenir à Minneapolis dans un délai de quatre heures, a précisé le Pentagone. La police militaire américaine ne peut légalement intervenir sur le territoire américain qu'en cas d'insurrection.

Vendredi soir, 2500 policiers et soldats de la Garde nationale et l'imposition d'un couvre-feu n'avaient pas empêché Minneapolis de s'embraser, avec de nombreux pillages et incendies volontaires. Mais face à eux, il y avait "des dizaines de milliers d'émeutiers", a souligné le responsable des forces de sécurité du Minnesota, John Harrington.

Dans la journée, les habitants de Minneapolis, armés de balais et de pelles, ont tenté de donner une autre image de leur ville, nettoyant tous les débris laissés par les émeutes. "Ma ville a mal, brûle", commentait Kyle Johnson, 28 ans. "Tout ce que je peux faire, c'est aider à faire le ménage."

D'autres se préparaient à une nouvelle nuit dangereuse. Des groupes de voisins se sont réunis pour mettre sur pied des stratégies de défense commune, des commerçants ont calfeutré leurs boutiques avec des planches de bois.

Autres villes

La tension est également montée samedi dans le reste du pays. Des foules de protestataires se sont rassemblées à New York, Dallas, Houston, ville d'origine de la victime, Las Vegas, Des Moines, Memphis et Portland, y compris à Washington sous les fenêtres du président Trump.

A New York, plus de 200 personnes ont été arrêtées après de violents incidents ayant fait plusieurs blessés au sein des forces de l'ordre. A Atlanta, des véhicules de patrouille de la police ont été brûlés. A Los Angeles, cinq policiers ont été blessés et plusieurs centaines de personnes arrêtées lorsqu'une manifestation pacifique a dégénéré, avec là aussi des commerces incendiés et des pillages.

Partout, les manifestants ont dénoncé les bavures policières et les disparités raciales. Et ils ont exigé justice pour George Floyd, dont l'arrestation mortelle a été filmée dans une vidéo devenue virale.

Le policier blanc Derek Chauvin qui, sur cette vidéo, maintient son genou pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire a été arrêté vendredi et inculpé pour "homicide involontaire" et "acte cruel et dangereux ayant causé la mort".

Mais pour les manifestants ce n'est pas assez: ils réclament son inculpation pour homicide volontaire et l'arrestation des trois autres agents impliqués dans le drame.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Serbie: blocage des routes pour protester contre un projet minier de Rio Tinto

Publié

le

Manifestants à Belgrade. Le président serbe Aleksandar Vucic a été très critiqué pour ce projet, son administration étant accusée d'ouvrir la voie à des appropriations de terrains illégales et de mettre de côté les préoccupations environnementales mises en avant par les activistes. (© KEYSTONE/AP/Darko Vojinovic)

Des milliers de manifestants ont bloqué de grandes routes en Serbie samedi. La colère monte contre le projet soutenu par le gouvernement d'autoriser le géant minier Rio Tinto à extraire du lithium dans ce pays des Balkans.

A Belgrade, des manifestants ont envahi une autoroute et un pont reliant la ville à ses banlieues périphériques en scandant des slogans antigouvernementaux pendant que certains brandissaient des pancartes critiquant le projet de mine.

De plus petites manifestations ont eu lieu dans des villes, avec de petites escarmouches à Belgrade et Novi Sad entre opposants et partisans du projet, selon la presse locale.

"Ils autorisent les sociétés étrangères à faire ce qu'elles veulent dans notre pays", dénonce Vladislava Cvoric, un économiste de 56 ans, venu manifester à Belgrade.

Des manifestations avaient déjà été organisées la semaine dernière. Des hommes masqués s'en étaient pris à un rassemblement à Sabac (ouest), suscitant l'indignation dans les médias sociaux, et des accusations selon lesquelles le gouvernement utilisait des hooligans pour réprimer le mouvement.

Composant des batteries de voiture

D'importants gisements de lithium, un composant essentiel pour les batteries de voitures, ont été découverts près de Loznica (ouest), où la société anglo-australienne a commencé à acheter des terres, mais attend le feu vert de l'Etat pour commencer l'exploitation.

Rio Tinto a découvert des gisements dans cette région en 2006. La société projette d'investir 2,4 milliards de dollars dans le projet, selon Vesna Prodanovic, directeur de Rio Sava, la société soeur de Rio Tinto en Serbie.

Le président serbe Aleksandar Vucic a été très critiqué pour ce projet, son administration étant accusée d'ouvrir la voie à des appropriations de terrains illégales et de mettre de côté les préoccupations environnementales mises en avant par les activistes.

Les manifestations interviennent quelques mois avant de probables élections nationales l'an prochain, les opposants aux mouvements de protestation accusant leurs organisateurs de susciter la polémique pour affaiblir M. Vucic et son administration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Indonésie: éruption du volcan Semeru, au moins un mort et des blessés

Publié

le

Une maison couverte par les cendres du volcan dans le district de Lumajang. (© KEYSTONE/AP)

Le volcan indonésien Semeru, dans l'est de Java, est entré en éruption samedi. Il a fait au moins un mort et des dizaines de blessés victimes de brûlures tandis que des milliers de riverains ont paniqué et pris la fuite.

Deux personnes étaient portées disparues et huit recherchées à Curah Kerobokan, village très touché où plus de 300 familles ont vu leurs maisons détruites par la lave et les cendres, selon les autorités.

C'est dans ce village de la région de Lumajang qu'un corps sans vie a été retrouvé. Par ailleurs, 41 personnes, dont deux femmes enceintes, souffraient de sévères brûlures après avoir été touchées par de la lave incandescente, a indiqué Indah Masdar, vice-gouverneur du Lumajang.

"Nous avons transféré les brûlés dans des dispensaires, et pour ceux dont les brûlures sont plus graves, ils ont été hospitalisés", a-t-il précisé.

Progression difficile

Les sauveteurs ont du mal à progresser en raison de la densité des décombres et de la lave froide leur arrivant jusqu'aux genoux, ce qui complique les efforts pour retrouver les deux disparus et évacuer huit personnes piégées dans un immeuble recouvert de boue.

L'accès à Lumajang est coupé par des coulées de lave froide qui ont détruit un pont, toujours selon M. Masdar.

Habitants pris de panique

Dans les villages environnants, des habitants ont été pris de panique et ont fui quand de la lave froide et des cendres du volcan ont atteint leurs localités, ont indiqué les autorités.

Celles-ci ont tenté de dépêcher une équipe pour venir en aide à la population mais elle n'est pas parvenue à destination en raison des débris de cendres volcaniques.

Peu après l'éruption, plusieurs régions avaient été plongées dans l'obscurité après avoir été recouvertes par les cendres volcaniques. Une vidéo diffusée par l'agence Abdul Muhari montrait des habitants, dont des enfants, courant pour se mettre à l'abri au moment de l'éruption du volcan, à 03h00 du matin samedi.

"Cercle de feu" du Pacifique

Le mont Semeru, le plus haut de Java, culmine à 3676 mètres. Des images de l'agence météorpologique et de géophysique d'Indonésie ont montré des cendres tombant dans l'océan Indien. Sa dernière éruption majeure date de décembre 2020. Elle avait aussi provoqué la fuite de milliers de personnes et couvert des villages entiers.

L'Indonésie se trouve sur le "cercle de feu" du Pacifique, où la rencontre des plaques continentales provoque une activité sismique élevée. Cet archipel du sud-est asiatique compte près de 130 volcans actifs sur son territoire.

Fin 2018, l'éruption d'un volcan entre les îles de Java et de Sumatra avait causé un glissement de terrain sous-marin et un raz-de-marée, tuant près de 400 personnes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Serie A: Freuler fait chuter Naples

Publié

le

Les joueurs de l'Atalanta contents de leur exploit (© KEYSTONE/AP/Alessandro Garofalo)

Remo Freuler a fait chuter Naples du fauteuil de leader de Serie A. L'international suisse a inscrit le but décisif pour Atalanta, qui a gagné 3-2 sur la pelouse napolitaine.

Freuler a conclu un contre bergamasque à la 71e pour donner les trois points à son équipe. Il a ainsi marqué son premier but de la saison en championnat.

L'AC Milan, vainqueur 2-0 contre Salernitana, prend les commandes avec 38 points. Les rossoneri comptent une longueur d'avance sur l'Inter Milan, qui s'est imposé 3-0 sur le terrain de l'AS Rome, et deux sur Naples. Atalanta est 4e avec 34 points.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Covid: dizaines de milliers de manifestants contre les mesures

Publié

le

Selon la police, certains manifestants ont jeté des "engins pyrotechniques" sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par l'usage de gaz poivre et une contre-manifestation a rassemblé 1500 personnes. (© KEYSTONE/APA/APA/FLORIAN WIESER)

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi en Autriche pour le troisième week-end consécutif contre les mesures gouvernementales de lutte contre le coronavirus, a annoncé la police. Notamment contre la vaccination, obligatoire à partir de février.

Plusieurs arrestations ont eu lieu pour troubles à l'ordre public, selon la police qui a recensé "plus de 40'000" manifestants à Vienne, après plusieurs rassemblements dans la capitale.

Selon la police, certains manifestants ont jeté des "engins pyrotechniques" sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par l'usage de gaz poivre et une contre-manifestation a rassemblé 1500 personnes.

L'Autriche vit depuis le 22 novembre un nouveau confinement partiel, en vigueur jusqu'au 11 décembre. Elle est le premier pays de l'Union européenne à avoir annoncé que la vaccination serait obligatoire, à partir du 1er février.

Les contaminations baissent

Des mesures que le gouvernement a défendues en invoquant une quatrième vague de cas de Covid-19 qui met sous pression les unités de soins intensifs des hôpitaux ainsi que par le taux de vaccination de 67%, parmi les plus faibles de l'Europe occidentale.

Depuis le reconfinement, le nombre des contaminations dans ce pays de 8,9 millions d'habitants a marqué le pas, passant de 13'000 par jour sous les 10'000, sans que la mesure parvienne à faire l'unanimité.

L'extrême-droite avance ses pions

Selon des médias, des familles entières avec enfants avaient fait le déplacement et traversé toute l'Autriche pour manifester à Vienne ce samedi.

L'hostilité au confinement partiel et à la vaccination obligatoire est encouragée par le parti d'extrême droite FPÖ qui accuse le gouvernement de coalition conservateurs/Verts de "dictature".

Des Identitaires d'extrême droite figuraient parmi les manifestants samedi, selon les médiaux. Plus tôt dans la semaine, le nouveau dirigeant de l'agence autrichienne du renseignement intérieur Omar Haijawi-Pirchner avait souligné que certains opposants aux mesures contre le coronavirus constituaient "en ce moment la plus importante menace pour nous".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Bundesliga: très bonne opération pour le Bayern

Publié

le

Lewandowski donne la victoire au Bayern sur penalty (© KEYSTONE/EPA/FRIEDEMANN VOGEL)

Le Bayern Munich a réussi un gros coup en allant s'imposer 3-2 sur la pelouse du Borussia Dortmund lors de la 14e journée de Bundesliga. Les Bavarois prennent ainsi quatre points d'avance.

Ce choc au sommet a tenu ses promesses. La phase initiale a été très animée avec l'ouverture du score pour le BVB (avec Kobel et Akanji) signée Brandt dès la 5e. Les visiteurs ont égalisé peu après par l'inévitable Lewandowski (9e).

Les Bavarois ont pris l'avantage juste avant le repos grâce à Coman (44e). Mais dès le retour des vestiaires, Haaland remettait les deux équipes à égalité (48e). La décision est tombée à la 78e sur un penalty sévère (main d'Hummels) transformé par Lewandowski.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X