Rejoignez-nous

International

Etats-Unis - Couvre-feu à Minneapolis, policier arrêté et inculpé

Publié

,

le

(AP Photo/Julio Cortez)
Des manifestations ont éclaté dans plusieurs grandes villes américaines vendredi soir après la mort en début de semaine d'un Américain noir lors de son interpellation à Minneapolis. Le policier a été arrêté et inculpé pour homicide involontaire.

Des centaines de personnes se sont rassemblées à travers le pays, comme devant la Maison Blanche à Washington mais aussi à New York, Dallas, Houston, ville d'origine de la victime, ou encore Las Vegas, Des Moines, Memphis et Portland. A Atlanta, des véhicules de patrouille de la police ont été brûlés.

Un couvre-feu est en vigueur depuis vendredi à Minneapolis, bravé par des manifestants qui ont subi des tirs de gaz lacrymogènes.

La famille de cet homme de 46 ans, à qui le président Donald Trump a annoncé avoir parlé, a salué l'arrestation du policier comme un premier pas sur "la voie de la justice", mais l'a jugée "tardive" et insuffisante.

"Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir les autres agents (impliqués) arrêtés", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Garde nationale et couvre-feu

Pour l'instant, seul le policier Derek Chauvin "a été placé en détention", a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la Sécurité civile du Minnesota. Le visage de cet agent a fait le tour du monde, depuis qu'une vidéo devenue virale le montre interpellant violemment lundi pour un délit mineur George Floyd, et placer son genou sur son cou. George Floyd supplie et se plaint: "Je ne peux plus respirer", l'entend-on dire.

Derek Chauvin et les trois autres agents impliqués dans le drame ont été licenciés et des enquêtes fédérales et locales ont été ouvertes pour établir leurs responsabilités.

M. Chauvin est accusé d'avoir commis un acte cruel et dangereux ayant causé la mort et d'homicide involontaire, a précisé le procureur du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis.

Ce développement judiciaire fait suite à une troisième nuit d'émeutes dans cette grande ville du Minnesota, dans le nord du pays, où les manifestants réclament que justice soit rendue.

La Garde nationale a été déployée pour tenter de ramener le calme et un couvre-feu décrété à partir de vendredi soir, de 20h00 locales jusqu'à 06h00 le lendemain, alors qu'un commissariat a été incendié dans la nuit et plusieurs commerces pillés.

Douleur et colère

Le président Donald Trump, qui a dénoncé à plusieurs reprises un crime "tragique", s'en est pris aux "casseurs". "Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles", a-t-il ajouté dans un tweet, que le réseau social a décidé de signaler comme une "apologie de la violence".

Sur un ton diamétralement opposé, son prédécesseur démocrate Barack Obama a dit partager "la détresse" des millions d'Américains noirs, pour qui "être traités différemment sur la base de la race est tragiquement, douloureusement et de façon enrageante 'normal'". "Cela ne devrait pas être 'normal' dans l'Amérique de 2020", a ajouté le premier président noir des Etats-Unis.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, pour la troisième fois, les manifestations ont tourné à l'émeute aux abords du commissariat où travaillaient les quatre hommes. Confrontées à l'avancée des manifestants, les forces de l'ordre avaient abandonné les lieux vers 22h00. Certains manifestants ont alors réussi à forcer les barrières de sécurité, à briser les vitres et à mettre le feu au bâtiment.

Plusieurs boutiques des alentours ont connu un sort comparable et les violences ont également gagné certains quartiers de la ville voisine de Saint-Paul, avec des heurts sporadiques entre policiers et habitants.

Militaires et policiers lourdement armés patrouillaient dans un climat tendu. Une équipe de journalistes de CNN, qui couvrait la scène, a été arrêtée en direct par des policiers, et relâchée après deux heures.

Réseaux sociaux en ébullition

La colère a gagné plusieurs autres villes américaines, et des centaines de personnes ont notamment manifesté devant la Maison Blanche à Washington en brandissant des pancartes barrées de slogans comme "Arrêtez de nous tuer".

A New York, ce sont près d'un millier de manifestants qui se sont rassemblés pour fustiger la police, tandis qu'à Denver, une autoroute a été bloquée.

A Louisville, dans le Kentucky, des affrontements ont eu lieu alors que des habitants demandaient justice pour Breonna Taylor, une femme noire tuée par la police dans son appartement en mars.

L'émotion a dépassé les frontières américaines, et des appels à rendre justice à George Floyd se multipliaient sur les réseaux sociaux dans plusieurs pays.

L'affaire rappelle notamment la mort d'Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs. Lui aussi avait dit "Je ne peux pas respirer", une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte").

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Le créateur de Mafalda est décédé

Publié

le

Le créateur de la fameuse Mafalda, la petite fille espiègle aux questions dérangeantes, est décédé. (Image d'archive - ©KEYSTONE/AP/VICTOR R. CAIVANO)

Le dessinateur argentin Joaquin Salvador Lavado, dit Quino, le créateur de Mafalda, la petite fille espiègle à la tignasse noire, est décédé mercredi à l'âge de 88 ans, a annoncé son éditeur, Daniel Divinsky.

"Quino est mort. Toutes les bonnes personnes du pays et du monde entier le pleureront", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Entré à l'école des Beaux-Arts de Mendoza à 13 ans, la région argentine qui l'a vu naître le 17 juillet 1932, ce fils d'Andalous avait tôt arrêté ses études pour se consacrer à sa passion: illustrateur d'humour.

Sa plus célèbre création, l'irrespecteuse Mafalda (publiée pour la première fois en 1964), deux points pour les yeux et une petite boule en guise de nez, est la fille d'une femme au foyer et d'un agent d'assurances argentins totalement dépassés par sa maturité.

Ses demandes d'explication sur la condition féminine, la dictature, la surpopulation, la guerre atomique ou encore Fidel Castro sont en réalité l'expression d'une indignation constante contre le monde des années 60.

A sa sortie en Espagne, alors sous Franco, Mafalda est réservée aux adultes. Elle est censurée en Bolivie, au Chili et au Brésil. Après le coup d'Etat de 1976 en Argentine, Quino s'exile en Italie, puis en Espagne.

Continuer la lecture

International

Swiss accélère les remboursements de vols

Publié

le

Le transporteur national Swiss a déjà remboursé pour plus de 585 millions de francs de billets d'avion. (Image d'archive - ©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La compagnie aérienne Swiss accélère le processus de remboursement des vols, suite à la crise pandémique qui a mis un frein brutal au trafic aérien et au tourisme international. Le transporteur national a déjà remboursé pour plus de 585 millions de francs.

Swiss a assuré se conformer aux exigences des autorités fédérales en la matière, d'après un communiqué publié mercredi.

La compagnie affirme en effet avoir traité à fin septembre la plupart des demandes déposées jusqu'à fin juillet par les voyagistes et les particuliers. Le délai de traitement des demandes de remboursement sera revenu au niveau pré-pandémique à partir d'octobre.

Ainsi cette année, Swiss a traité "au total plus de 1,1 million de demandes dans le monde entier et a effectué des remboursements pour une valeur de plus de 585 millions de francs".

S'il y a donc un retour à la normale en ce qui concerne les délais, le groupe prévient que le volume des demandes restera important. Les mesures de lutte contre l'expansion de la pandémie évoluent chaque jour d'un pays à l'autre, et en particulier les obligations de quarantaine après avoir voyagé dans une zone à risque.

"Le nombre de demandes en suspens continuera donc à se développer et à diminuer de manière dynamique, mais n'atteindra pas zéro", d'après le communiqué.

Continuer la lecture

International

Le feu ravage le Nord de la Californie

Publié

le

Plusieurs incendies ravagent le nord-ouest de la Californie. (©AP PHOTO/NOAH BERGER)

Des incendies dévastaient lundi les célèbres vignobles de la Napa Valley au nord-ouest de la Californie, en proie à une nouvelle vague de chaleur, des milliers de personnes ayant dû évacuer leurs habitations en pleine nuit.

Plus au nord, dans une zone boisée et escarpée du comté de Shasta, le "Zogg Fire", qui s'est lui aussi déclaré dimanche, a fait trois morts et continuait à se propager lundi soir.

Ciel incandescent, arbres et vignes calcinés, maisons ravagées par les flammes: le brasier nommé "Glass Fire", qui s'est déclenché dimanche, a dévoré selon les pompiers près de 4500 hectares dans le comté de Napa, l'une des zones de production de vin les plus prestigieuses des États-Unis.

Certains domaines viticoles sont partis en fumée, comme le Château Boswell dans la ville de St. Helena tandis que d'autres étaient fortement menacés par les flammes tels le Merus Wines vineyards et le Davis Estates.

Evacuations

Quelque 34'000 personnes avaient reçu l'ordre d'évacuer lundi et 14'000 autres devaient se tenir prêtes. En pleine nuit, 4500 habitants d'une zone résidentielle pour personnes âgées du comté viticole de Sonoma, voisin de celui de Napa et menacé par un autre feu baptisé "Shady Fire", avaient ainsi dû embarquer dans des cars municipaux afin d'être transportés en lieu sûr.

Résidente de St. Helena, Susan Fielder a eu les larmes aux yeux lorsqu'elle a roulé pour rejoindre un refuge de Napa, laissant derrière elle sa maison en emportant seulement un petit sac et une photo de ses grands-parents.

"Ce matin, je me disais: 'qu'est-ce que tu vas faire si tu perds tout?", confie-t-elle à l'AFP. Elle a pu retrouver sa maison, intacte mais recouverte d'une couche de cendres, à la mi-journée.

Courant coupé

Par précaution, le fournisseur d'énergie Pacific Gas and Electric (PG&E) a coupé dimanche le courant à près de 65'000 foyers au nord de la Californie, notamment dans les comtés de Napa et Sonoma.

Plus de 1000 soldats du feu, aidés d'hélicoptères et de bombardiers d'eau, combattaient lundi le Glass Fire, alimenté par une énième vague de chaleur et des vents secs, et qui n'était toujours pas maîtrisé.

Les comtés de Napa et Sonoma avaient déjà été frappés par des feux dévastateurs en 2017, faisant au total 44 morts et détruisant plusieurs milliers de bâtiments.

La Californie s'embrase depuis des mois, les feux, qui intervenaient habituellement entre août et novembre, sont devenus plus fréquents et plus importants dans cet Etat au cours des dernières années, en raison notamment du changement climatique.

Continuer la lecture

International

Montréal et Québec passent en "alerte rouge" pendant 28 jours

Publié

le

Les bars, restaurants, cinémas, musées et bibliothèques notamment seront fermés pour un mois, notamment dans la capitale Québec. (©AP PHOTO/CP/JACQUES BOISSINOT)

Le Premier ministre du Québec a annoncé lundi de nouvelles restrictions pour les régions de Montréal et Québec. Elles passent au plus haut niveau d'alerte pendant 28 jours, alors que les cas de coronavirus ont fortement grimpé dans cette province.

Les Québécois sont appelés à ne pas recevoir d'invités à leur domicile. Les bars, restaurants, cinémas, musées et bibliothèques notamment seront fermés du 1er au 28 octobre dans trois régions dont la métropole Montréal et la capitale Québec, passées au seuil d'alerte rouge.

"Les chiffres sont sans appel: on doit prendre nos responsabilités, on doit prendre des décisions difficiles", a prévenu le Premier ministre François Legault lors d'une conférence de presse en annonçant, "le coeur gros", la fermeture de plusieurs secteurs de l'économie durant le mois d'octobre. Le gouvernement travaille à "une formule pour aider financièrement" les propriétaires de ces commerces, a-t-il promis.

Le Québec, qui compte plus de huit millions d'habitants, a annoncé lundi 750 nouveaux cas en une journée. La province la plus durement touchée par l'épidémie, notamment dans ses maisons de retraite lors de la première vague, est entrée "dans la deuxième vague", avait prévenu la semaine dernière, le directeur national de la santé publique.

Situation "critique"

Le nombre de nouveaux malades, autour de la centaine fin août, n'a cessé de grimper depuis pour approcher le millier le week-end dernier, mais le nombre de décès restait stable (entre zéro et six par jour).

"Ce qu'on voit pour l'instant, c'est une augmentation importante des cas et on peut penser que dans plusieurs semaines, ça va vouloir dire des augmentations importantes des hospitalisations et des décès", a expliqué M. Legault, ajoutant que la situation était "critique".

Les écoles et les commerces, salons de coiffure et hôtels resteront ouverts. "Notre objectif c'est d'abord de protéger les écoles", a indiqué M. Legault. Le Québec "recommande fortement" d'éviter les déplacements entre les régions de la province.

Province voisine et deuxième la plus touchée par la pandémie, l'Ontario a enregistré plus de 700 nouveaux cas, un record depuis le début de la pandémie qui a conduit les autorités à parler, elles aussi, de "deuxième vague". Au total, le Canada recensait lundi plus de 155'000 cas et 9318 morts.

Continuer la lecture

International

Plus d'un million de décès dus au Covid-19 recensés dans le monde

Publié

le

Le SARS-CoV-2 a fait officiellement plus d'un million de morts en sept mois (archives). ©KEYSTONE/EPA NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH/NIAID- RML/NATIONAL INST)

Plus d'un million de décès liés au nouveau coronavirus ont été recensés dimanche dans le monde depuis sa détection en Chine en décembre 2019, selon un comptage établi par l'AFP à partir de sources officielles. L'Amérique latine est la région la plus touchée.

Au total, 1'000'009 décès ont été officiellement comptabilisés dans le monde, pour 33'018'877 cas. 22'640'048 personnes sont, elles, considérées comme guéries par les autorités.

Les régions les plus touchées en nombre de décès sont l'Amérique latine et les Caraïbes (341'032 décès pour 9'190'683 cas), l'Europe (229'945/5'273'943) et les Etats-Unis et le Canada (214'031/7'258'663).

"Un million est un nombre terrible", avait déclaré dès vendredi le directeur des situations d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Michael Ryan, estimant un doublement "très probable". Les perspectives sont sombres, en effet, avec une courbe qui repart à la hausse en Europe, au Moyen-Orient et en Asie, renforçant la crainte d'une seconde vague.

Et on ne peut pas "sauver les gens aujourd'hui simplement en priant ou en travaillant sur des vaccins qui ne viendront que plus tard", a prévenu vendredi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Cinq vaccins (trois occidentaux et deux chinois) sont en phase III de tests. Un candidat-vaccin russe, Spoutnik V, a donné des résultats préliminaires encourageants. Mais ces recherches ne peuvent pour l'instant pas prendre de vitesse le virus.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Plusieurs planètes vous rendent la vie familiale assez difficile… Si vous voulez qu’on vous comprenne, exprimez-vous clairement.

Publicité

Les Sujets à la Une

X