Rejoignez-nous

International

L'eau et l'électricité rétablies à Kiev, après les attaques russes

Publié

,

le

La région de Kherson est partiellement contrôlée par la Russie, qui a annexé le mois dernier la portion qu'elle a conquise, en même temps que trois autres zones d'Ukraine sous sa coupe (archives). (© KEYSTONE/AP/Leo Correa)

L'approvisionnement en eau et en électricité a été rétabli mardi matin dans la capitale ukrainienne, Kiev. Lundi, des bombardements russes sur des infrastructures essentielles avaient provoqué des coupures massives.

La Russie multiplie depuis début octobre les frappes de drones et de missiles contre les systèmes d'eau et d'électricité des villes ukrainiennes. Cela pousse les autorités à instaurer des restrictions par endroits qui font craindre un hiver difficile pour les Ukrainiens.

L'approvisionnement "a été entièrement rétabli", a déclaré le maire de Kiev Vitali Klitschko, alors que près de 80% des habitants de la capitale se trouvaient sans eau et 350'000 foyers sans courant.

Des coupures d'électricité programmées vont toutefois continuer dans la capitale "car le déficit du système électrique, après les attaques barbares de l'agresseur, est important", a prévenu M. Klitschko, alors que les sirènes anti-aériennes ont de nouveau retenti dans la ville mardi matin.

Pluie de missiles

Selon l'armée ukrainienne, la Russie a lancé lundi 55 missiles de croisière, 22 missiles anti-aériens S-300 et des drones de combat pour une vague de frappes à travers le pays, visant très souvent des infrastructures énergétiques.

Ces frappes ont été parmi "les plus massives sur notre territoire par l'armée russe", a accusé mardi un conseiller de la présidence ukrainienne, Oleksiï Arestovytch. Il s'est néanmoins félicité de l'amélioration de la défense anti-aérienne de l'Ukraine, grâce à laquelle "les destructions n'ont pas été aussi critiques qu'elles auraient pu l'être".

Les frappes russes du mois d'octobre ont détruit environ un tiers des capacités électriques à l'approche de l'hiver, selon les autorités ukrainiennes, qui ont exhorté la population à réduire la consommation d'énergie autant que possible.

Nouvelles évacuations à Kherson

Les autorités d'occupation russe de la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, ont de leur côté annoncé de nouvelles évacuations des habitants de cette ville, où les troupes de Moscou se préparent à une offensive ukrainienne prochaine. Après avoir évacué près de 70'000 personnes de la rive droite du fleuve Dnipro la semaine dernières, les responsables prorusses ont commencé mardi le déplacement de milliers d'habitants supplémentaires.

"Nous allons réinstaller et transférer jusqu'à 70'000 personnes" se trouvant actuellement dans une bande de 15 kilomètres de profondeur à l'est sur la rive gauche du fleuve, a déclaré le gouverneur installé par Moscou à Kherson, Vladimir Saldo. L'Ukraine dénonce ces évacuations comme une "déportation" des habitants de la région.

M. Saldo a affirmé que les nouvelles évacuations avaient été décidées face au risque d'une "possible attaque de missiles" sur un barrage situé sur le fleuve et dont la destruction entraînerait l'"inondation de la rive gauche".

Selon M. Saldo, l'évacuation de cette bande permettrait aussi à l'armée russe de mettre en place une "défense en profondeur pour repousser l'attaque ukrainienne". Les forces de Kiev ont pris plusieurs villages dans cette zone ces dernières semaines, après avoir déjà repoussé les Russes sur plusieurs milliers de kilomètres carrés dans le nord-est du pays.

"Guerre totale"

Ailleurs sur le front, la présidence ukrainienne a rapporté des attaques russes de drones dans les régions de Poltava et Dnipropetrovsk, dans le centre du pays, et de missiles sur plusieurs autres localités. Cinq civils ont été tués et neuf blessés ces dernières 24 heures en Ukraine, selon le chef adjoint de la présidence Kyrylo Tymochenko.

A Bakhmout, l'un des points chauds du front dans l'est de l'Ukraine, les journalistes de l'AFP ont constaté des tirs d'artillerie alors que les combats pour cette ville sans grande valeur stratégique font rage depuis plus de quatre mois. "C'est la guerre totale. Totale, car nous utilisons tout", a déclaré le sergent au nom de guerre "Petrokha", évoquant une intensité pas vue depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Sur le plan économique, les consultations se sont multipliées lundi entre responsables russes et turcs après la décision de Moscou de suspendre l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, vitales pour l'approvisionnement mondial. La Russie a justifié cette décision par une attaque ukrainienne ayant visé sa flotte en Crimée annexée. Kiev a de son côté dénoncé un "faux prétexte" et assuré être prêt à poursuivre les exportations.

Trois nouveaux cargos chargés de céréales ont quitté les ports d'Ukraine mardi matin. Ils se dirigeaient vers le corridor humanitaire en Mer Noire, selon le centre de coordination chargé de superviser ces exportations, basé à Istanbul.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Taïwan: nouveaux séismes mardi matin, dont un de magnitude 6,3

Publié

le

L'île de Taïwan est régulièrement la proie de secousses sismiques (archives). (© KEYSTONE/EPA/DANIEL CENG)

L'île de Taïwan a été frappée par de nouveaux séismes mardi à l'aube. Le plus important, survenu dans l'est, a atteint une magnitude de 6,3, selon l'agence météorologique locale.

Celle-ci a précisé qu'un tremblement de terre de magnitude 6 s'était produit mardi à 02h26 (20h26 en Suisse lundi) et qu'il avait été suivi six minutes plus tard d'un autre de magnitude 6,3 dans la région orientale de Hualien.

L'Institut de géophysique américain, l'USGS, a pour sa part évalué la magnitude du premier 6,1 et celle du deuxième à 6.

Des journalistes de l'AFP dans la capitale Taipei ont ressenti ces secousses. "Je me lavais les mains et j'ai soudain éprouvé ce que je pensais être un vertige", a de son côté raconté à l'AFP Olivier Bonifacio, un touriste séjournant dans la capitale taïwanaise, dans le quartier de Da'an.

"Je suis entré dans ma chambre et j'ai remarqué que le bâtiment basculait, j'ai entendu le bureau grincer", a-t-il déclaré.

Tôt mardi matin, les pompiers de Hualien ont déclaré que des équipes avaient été dépêchées sur place. A 02h54, ils ont diffusé un communiqué soulignant qu'aucune victime n'avait pour le moment été signalée.

Séismes fréquents

La veille, un premier séisme, de magnitude 5,5, s'était produit vers 17H08 (09H08 GMT) et avait également été ressenti à Taipei.

Il avait été suivi, d'après des journalistes de l'AFP, d'une série de répliques, la plus intense vers 22H15 (14H15 GMT).

L'agence météorologique de Taïwan a évalué la magnitude de cette dernière à 5,9 et sa profondeur de 8,6 km, tandis que l'USGS a parlé d'une magnitude de 5,8.

"On a eu l'impression d'assister à l'un des plus forts séismes ou à l'une des plus fortes répliques depuis le grand tremblement de terre du début du mois", celui de magnitude 7,4 du 3 avril dont l'épicentre se trouvait dans la région de Hualien et qui a fait au moins 17 morts et plus de 1100 blessés, a témoigné un employé de l'AFP, tandis qu'un autre journaliste a dit que l'immeuble avait oscillé.

A 22h30, aucun dommage dû au séisme n'avait été signalé, ont assuré les pompiers.

L'île de Taïwan est régulièrement la proie de secousses sismiques car elle se trouve à proximité de la jonction de deux plaques tectoniques. Celui du 3 avril avait été suivi de centaines de répliques qui avaient causé des éboulements dans les environs de Hualien.

Ce séisme avait été le plus grave depuis le tremblement de terre de magnitude 7,6 qui avait frappé Taïwan en septembre 1999 et fait 2400 morts - la pire catastrophe de l'histoire moderne de cette île.

Des réglementations antisismiques plus strictes, y compris dans les normes de construction, et une large sensibilisation de la population semblent avoir évité une catastrophe majeure le 3 avril.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Novak Djokovic égale Roger Federer

Publié

le

Novak Djokovic, ici avec sa femme Jelena, a remporté le Laureus Award pour la 5e fois (© KEYSTONE/EPA/Kiko Huesca)

Novak Djokovic a décroché pour la 5e fois le Laureus Award, qui récompense le meilleur sportif de l'année. Le Serbe rejoint le recordman Roger Federer.

Lors de la 25e édition à Madrid, la footballeuse espagnole Aitana Bonmati a été élue Sportive de l'année et a également triomphé avec sa sélection dans la catégorie Équipe de l'année. Les Espagnoles avaient remporté la Coupe du monde l'an dernier.

D'autres Laureus Awards ont été décernés, entre autres, au footballeur anglais du Real Madrid Jude Bellingham (Progession de l'année), à la gymnaste américaine Simone Biles (Comeback de l'année) et à la joueuse néerlandaise de tennis en fauteuil roulant Diede de Groot (Parasportive de l'année). Les prix ont été décernés par un jury composé de 69 sportifs de la Laureus Academy, dont fait partie le champion olympique Fabian Cancellara.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le chef du renseignement militaire israélien démissionne

Publié

le

Benjamin Netanyahu n'a de cesse de clamer sa détermination à lancer une offensive terrestre à Rafah, dans le sud du territoire. (© KEYSTONE/EPA/HAITHAM IMAD)

Le chef du renseignement militaire israélien a démissionné en assumant sa "responsabilité" dans l'attaque sanglante du Hamas, à l'origine de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza, a annoncé lundi l'armée.

Le même jour, un responsable de Gaza a affirmé qu'environ 200 corps avaient été exhumés depuis samedi de fosses communes à l'intérieur de l'hôpital Nasser de Khan Younès, dans le sud du territoire. Sollicitée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas réagi dans l'immédiat.

Le général Aharon Haliva est la première personnalité politique ou militaire à démissionner depuis l'attaque sans précédent du 7 octobre, menée par des commandos du mouvement islamiste Hamas infiltrés depuis Gaza.

"Le 7 octobre 2023, le Hamas a mené une attaque-surprise meurtrière contre l'Etat d'Israël (...) le service du renseignement placé sous mon commandement n'a pas rempli la mission nous ayant été confiée", a écrit le général Haliva, qui compte 38 ans de carrière militaire, dans sa lettre de démission publiée par l'armée.

Cette annonce intervient alors qu'Israël célèbre la fête de Pessah, pâque juive, parmi les plus importantes du calendrier hébraïque. Cette célébration est marquée cette année par l'absence des 129 otages retenus à Gaza depuis le 7 octobre.

A l'appel des familles, une chaise sera laissée vide autour de la table lors du repas rituel de Seder lundi soir, pour ne pas oublier les otages.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait promis de porter "de nouveaux coups durs" au Hamas, qu'il considère avec les Etats-Unis et l'Union européenne comme une organisation terroriste. Le chef d'état-major israélien, le général Herzi Halevi, a approuvé dimanche "les prochaines étapes de la guerre.

"Jour noir "

"Je porte avec moi ce jour noir depuis. Jour après jour, nuit après nuit. Je porterai pour toujours cette terrible douleur", a écrit M. Haliva dans sa lettre.

Sur le terrain, bombardements et combats se sont poursuivis lundi dans la bande de Gaza assiégée et menacée de famine. M. Netanyahu n'a de cesse de clamer sa détermination à lancer une offensive terrestre à Rafah, dans le sud du territoire, qu'il considère comme le dernier grand bastion du Hamas.

L'armée soutient que certains des otages enlevés le 7 octobre sont détenus à Rafah. Plus de 250 personnes ont été enlevées ce jour-là et 129 d'entre elles restent captives à Gaza, dont 34 sont mortes selon des responsables israéliens.

Mais les organisations humanitaires et de nombreuses capitales étrangères, dont l'allié américain, s'opposent à cette opération, craignant un bain de sang dans la ville frontalière avec l'Égypte, où s'entassent un million et demi de Gazaouis, habitants ou déplacés.

Corps en décomposition

Selon un correspondant de l'AFP, l'armée a bombardé lundi les camps palestiniens de Nousseirat et Maghazi, ainsi que le littoral à Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, et les villes de Rafah et Khan Younès.

Des drones ont aussi frappé la cour d'une école dans le camp d'al-Bureij, dans le centre du territoire. "À 1h15 du matin, nous avons soudain vu du feu, des débris et des destructions tout autour de nous. Nous avons commencé à courir et nous avons trouvé la mosquée détruite", a raconté à l'AFP Mousaad, un habitant de ce camp.

L'armée a, elle, annoncé avoir lancé une opération dans le centre de la bande de Gaza et "continuer à éliminer des terroristes et démanteler des infrastructures terroristes".

A Khan Younès, un responsable de Gaza a affirmé qu'environ 200 corps avaient été exhumés en trois jours de fosses communes à l'intérieur de l'hôpital Nasser. Comme d'autres complexes hospitaliers de Gaza, celui-ci avait précédemment fait l'objet d'un raid de l'armée israélienne. Elle accuse le Hamas d'utiliser les hôpitaux comme un centre de commandement militaire.

Un porte-parole de la Défense civile de Gaza a déclaré à l'AFP que plusieurs des corps retrouvés étaient en décomposition, rendant le processus d'identification des victimes plus complexe.

Le bilan pourrait encore être revu à la hausse, certaines sources à la Défense civile ainsi qu'au gouvernement du Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, avancent le chiffre de 283 corps.

L'armée israélienne s'est retirée de Khan Younès le 7 avril.

Aide américaine

Cette découverte macabre intervient au moment où les Etats-Unis ont approuvé une aide militaire de 13 milliards de dollars pour leur allié israélien. Pour le Hamas, Washington a donné à Israël le "feu vert" pour continuer à "agresser" les Palestiniens.

Les Etats-Unis insistent sur la nécessité d'un cessez-le-feu immédiat associé à la libération des otages. Mais les négociations menées par l'intermédiaire des pays médiateurs sont au point mort, les deux camps s'accusant de les bloquer.

Outre le lourd bilan humain et les destructions, la guerre a provoqué une grave crise humanitaire menaçant les quelque 2,4 millions d'habitants de famine. Rencontré par l'AFP, un habitant du centre du territoire, Naim al-Goaan, a raconté avoir transformé un parachute rempli d'aide humanitaire en un abri de fortune.

"Les gens ont pris l'aide, et nous avons récupéré le parachute pour en faire une tente où ma soeur dort la nuit, tandis que durant la journée, nous l'utilisons comme un magasin".

Par ailleurs, les violences se multiplient à la frontière nord d'Israël avec le Liban, entre l'armée et le Hezbollah libanais, allié du Hamas, ainsi qu'en Cisjordanie occupée où les forces israéliennes mènent des raids quasi quotidiens, disant vouloir lutter contre des groupes armés palestiniens.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Gaza: des "problèmes de neutralité persistent" à l'UNRWA

Publié

le

Israël doit encore fournir la "preuve" que des membres de l'UNRWA sont liés à des "organisations terroristes" (archvies). (© KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER)

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dans la bande de Gaza a des "problèmes persistants de neutralité" politique. Mais Israël doit encore fournir la "preuve" que ses membres sont liés à des "organisations terroristes", pointe lundi un rapport.

L'UNRWA demeure "irremplaçable et indispensable pour le développement humain et économique des Palestiniens", souligne ce groupe indépendant, présidé par l'ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna et chargé par le secrétaire général Antonio Guterres d'une mission d'évaluation de la "neutralité" de l'UNRWA.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Vous vous sentez dans une sorte de brouillard... Rester concentré sur votre travail, vous semble laborieux. Relâchez un peu la pression !

Les Sujets à la Une

X