Rejoignez-nous

International

France - 4 policiers en garde à vue après le passage à tabac d'un producteur

Publié

,

le

Quatre policiers ont été placés vendredi en garde à vue après le violent passage à tabac d'un producteur à Paris, qui répond ici aux journalistes..(AP Photo/Thibault Camus)

Quatre policiers ont été placés vendredi en garde à vue après le violent passage à tabac d'un producteur noir à Paris. L'affaire a "choqué" le président Emmanuel Macron et relancé le débat récurrent en France sur le racisme et les violences policières.

Les quatre fonctionnaires, suspendus jeudi, ont été placés en début d'après-midi en garde à vue dans les locaux de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale), la police des polices. Ils sont visés par une enquête pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" et "faux en écriture publique".

La vidéo du passage à tabac, diffusée jeudi sur les réseaux sociaux et largement partagée (plus de dix millions de vues), a déclenché une onde de choc jusqu'au sommet de l'Etat, en passant par plusieurs grands noms du sport ou la chanteuse originaire du Mali, Aya Nakamura.

Le président Emmanuel Macron a été "très choqué" par les images montrant Michel Zecler, un producteur noir, roué de coups dans l'entrée de son studio de musique à Paris. Il s'agissait de la première réaction officielle du chef de l'Etat sur cette affaire qui faisait vendredi les gros titres de la presse nationale.

"La nausée", titrait le quotidien de gauche Libération, sur une photo du visage ensanglanté de Michel Zecler. "Violences policières: l'exécutif mis en cause", affichait le journal Le Monde en Une. Les footballeurs vedettes Antoine Griezmann ou Kylian Mbappé se sont aussi indignés sur les réseaux sociaux.

Sanctions "très claires"

Gerald Darmanin, le clivant ministre de l'Intérieur, incarnation d'une stratégie sécuritaire sans état d'âme, a été reçu jeudi soir par M. Macron. Ce dernier lui a demandé de prononcer des sanctions très claires contre les policiers, selon une source gouvernementale.

Après cette rencontre, le ministre a annoncé sur la chaîne France 2 qu'il demandait la révocation des quatre policiers (le quatrième mis en cause est accusé d'avoir jeté une grenade lacrymogène dans le studio). Il les a accusés d'avoir "sali l'uniforme de la République".

Le secrétaire général du syndicat des commissaires de police, David Le Bars, a souhaité que "la justice agisse vite". Il a aussi demandé à sortir de la polémique consistant à "laisser croire" que l'ensemble de la police était violente.

Violences, racisme et vidéos

Selon Michel Zecler, qui a porté plainte, les policiers l'ont traité de "sale nègre" à plusieurs reprises. Ce témoignage relance les interrogations sur un racisme et une violence "structurels" au sein de la police française, catégoriquement démentis par les autorités, mais alimentées par une série d'affaires ces dernières années.

"La police française a un problème structurel de violence", a déclaré à l'AFP le sociologue Fabien Jobard, affirmant ne connaître "aucun pays d'Europe occidentale qui connaisse une telle ampleur du problème policier".

Le passage à tabac de M. Zecler intervient quelques jours après le démantèlement brutal lundi d'un camp de migrants installés lundi en plein centre de Paris dans le cadre d'une action médiatique des associations leur venant en aide.

Les images de cette évacuation, filmée par des journalistes et des militants, ont choqué et donné lieu à un rapport de l'IGPN, qui a notamment dénoncé "un usage disporportionné de la force" de la part d'un commissaire ayant fait un croche-pied à un migrant.

Loi controversée

Ces affaires, révélées par les images diffusées sur les réseaux sociaux, surviennent en pleine polémique sur une proposition de loi visant à restreindre le droit à filmer des policiers en opération. Cette mesure est dénoncée par les journalistes et les défenseurs des droits qui y voient une atteinte à la liberté d'informer, et a donné lieu depuis deux semaines à des manifestations qui ont souvent dégénéré. Un nouveau rassemblement est prévu samedi à Paris.

Le texte, qui a été adopté mardi par l'Assemblée nationale et doit être encore examiné par le Sénat, a cristallisé ces derniers jours passions et antagonismes.

Plébiscité par les syndicats policiers, soutenu par la droite et l'extrême droite, son article 24 réprime d'un an de prison et 45'000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" de membres des forces de l'ordre en intervention, quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique".

La gauche et les défenseurs des libertés publiques y voient "une atteinte disproportionnée" à la liberté d'informer et le signe d'une dérive autoritaire de la présidence Macron. "Sans images, pas d'affaires", ont insisté plusieurs journalistes après la révélation du passage à tabac de Michel Zecler.

Pour calmer cette colère, le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi la création d'une "commission indépendante chargée de proposer une nouvelle écriture" de l'article litigieux. Mais cette initiative a déclenché le courroux des parlementaires, qui ont dénoncé une ingérence de l'exécutif dans leurs prérogatives.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Violences à Washington: plus de 150 personnes inculpées

Publié

le

Des partisans de l'ancien président américain Donald Trump s'étaient jetés à l'assaut du Capitole, au moment où les élus étaient en train de certifier la victoire de son rival démocrate Joe Biden à la présidentielle (Archives © KEYSTONE/AP/Manuel Balce Ceneta)

Plus de 150 personnes ont été inculpées par la justice fédérale américaine pour leur rôle dans les violences le 6 janvier au Capitole à Washington. Une cinquantaine d'autres fait l'objet de poursuites devant les tribunaux de la capitale fédérale.

Ce bilan devrait encore augmenter, les enquêteurs ayant recueilli des informations sur environ 400 participants à ce coup de force. "Au moment où nous parlons, la liste s'allonge", a ajouté mardi le procureur fédéral Michael Sherwin.

Dans un premier temps, la justice a retenu des chefs d'inculpation assez simples, comme "intrusion" ou "port illégal d'armes", afin d'avancer vite. Mais des accusations plus lourdes, notamment pour violences contre des policiers, ont été ajoutées à certains dossiers et certains prévenus encourent des peines pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison, a précisé M. Sherwin.

Cinq morts

Des partisans de l'ancien président américain Donald Trump s'étaient jetés à l'assaut du siège du congrès, au moment où les élus étaient en train de certifier la victoire de son rival démocrate Joe Biden à la présidentielle.

Cinq personnes sont mortes au cours de cette attaque, dont un policier tué par les manifestants et une protestataire abattue par un agent. Des bombes artisanales avaient par ailleurs été découvertes à proximité du Capitole, près des bureaux des partis démocrate et républicain.

Les enquêtes sur ces faits les plus graves se poursuivent, selon M. Sherwin.

L'ancien président a pour sa part été renvoyé en procès devant le Sénat, qui le jugera en février pour "incitation à l'insurrection". Pendant des semaines, il a nié sa défaite à la présidentielle, se présentant contre toute évidence comme victimes de "fraudes" massives. Juste avant l'assaut, il s'était adressé à ses partisans en leur demandant de monter leur "force".

Continuer la lecture

International

Accord d'indemnisation de 37 victimes présumées d'Harvey Weinstein

Publié

le

Condamné à 23 ans de prison pour viol, Harvey Weinstein n'a jamais reconnu avoir agressé sexuellement ou violé une femme, évoquant seulement des relations sexuelles consenties (Archives © KEYSTONE/EPA/JASON SZENES)

Une juge américaine a validé le plan d'indemnisation des victimes présumées du producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein, que 37 d'entre elles ont accepté. L'enveloppe globale se monte à 17 millions de dollars (15 millions de francs).

L'accord, validé lundi par un tribunal du Delaware, représente une nouvelle étape importante dans les suites judiciaires de l'affaire Weinstein, née de révélations du New York Times en octobre 2017, et qui ont déclenché le mouvement #MeToo.

Les avocats des créanciers de la Harvey Weinstein Company, la société de production de l'ancien magnat d'Hollywood, ont considéré comme recevables les accusations de 45 femmes au total.

Seuls les faits présumés intervenus après juin 2005 pouvaient être pris en compte. Des dizaines de femmes ont affirmé publiquement avoir été harcelées ou agressées sexuellement avant cette date.

Condamné à 23 ans de prison

Selon les termes de l'accord, les victimes qui s'engageront à abandonner toutes poursuites ultérieures recevront la totalité de leur part. Celles qui accepteront l'accord mais ne renonceront pas à des poursuites judiciaires n'auront qu'un quart.

Les huit femmes qui n'ont pas accepté les termes de l'accord validé par la juge du tribunal fédéral des faillites du Delaware pourront poursuivre l'ex-producteur en justice ultérieurement. Plusieurs victimes ou leurs avocats avaient dénoncé publiquement les termes de cet accord, jugés très insuffisants.

À l'issue de son procès au pénal à New York, l'ancien pape du cinéma indépendant a déjà été condamné à 23 ans de prison pour viol et agression sexuelle. Il a indiqué avoir l'intention de faire appel.

Le cocréateur du studio Miramax, âgé de 68 ans et en mauvaise santé, est aujourd'hui détenu dans une prison dans le nord de l'Etat de New York. Il a également été inculpé à Los Angeles de viol et agression sexuelle sur cinq femmes, des chefs d'accusation passibles de 140 années d'emprisonnement au total.

Harvey Weinstein n'a jamais reconnu avoir agressé sexuellement ou violé une femme, évoquant seulement des relations sexuelles consenties.

Continuer la lecture

International

Retour au calme après trois soirées d'émeutes aux Pays-Bas

Publié

le

Une forte présence policière dans différentes villes des Pays-Bas semblait mardi soir avoir empêché de nouveaux troubles, après trois nuits de violentes émeutes.( © EPA/MEDIA TV)

Une forte présence policière dans différentes villes des Pays-Bas semblait mardi soir avoir empêché de nouveaux troubles, après trois nuits de violentes émeutes. Des violences secouent le pays depuis l'instauration d'un couvre-feu samedi.

De nombreux policiers avaient été déployés notamment à Amsterdam, Rotterdam et La Haye, craignant la présence d'autres émeutiers venus défier le couvre-feu, imposé pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Un "grand groupe de jeunes hommes" s'est brièvement rassemblé dans un quartier de la capitale néerlandaise, allumant des feux d'artifice, a indiqué la police. Le groupe a toutefois été rapidement dispersé, selon les médias néerlandais.

Plusieurs villes avaient accordé des pouvoirs supplémentaires aux forces de l'ordre après un nouvel appel sur les réseaux sociaux à manifester mardi soir contre le couvre-feu, le premier aux Pays-Bas depuis la seconde guerre mondiale, alors que le gouvernement a prévenu qu'il ne ferait pas marche arrière sur cette mesure.

400 arrestations

La police néerlandaise avait annoncé plus tôt mardi avoir procédé à au moins 184 arrestations au cours de la nuit, portant à plus de 400 le nombre de personnes en détention pour leur participation aux émeutes.

Au moins dix policiers ont été blessés dans les derniers affrontements avec les émeutiers, qui ont pillé des magasins et incendié des voitures dans plusieurs villes dont Rotterdam, Amsterdam et La Haye lundi soir, les pires troubles dans le pays depuis quatre décennies.

Les autorités néerlandaises ont annoncé à la mi-décembre une nouvelle série de mesures pour lutter contre le Covid-19, les plus strictes jamais imposées depuis le début de la pandémie aux Pays-Bas, où plus de 13'600 personnes sont mortes du coronavirus.

Le gouvernement a assuré mardi qu'il ne renoncerait pas au couvre-feu malgré les émeutes. Le premier ministre Mark Rutte enjoignant sur Twitter à cesser "la violence criminelle". Il avait assuré la veille que "99%" des Néerlandais soutenaient les restrictions.

Les actions de protestation avaient commencé à une petite échelle samedi soir et un centre de dépistage du Covid-19 avait été incendié dans le village d'Urk, dans la région conservatrice protestante dite de la "ceinture de la Bible", dans le nord. Elles se sont étendues dimanche et les forces de l'ordre ont eu recours aux canons à eau, au gaz lacrymogène et à la police montée à Eindhoven (sud), Rotterdam ou encore Amsterdam.

D'après les médias, la plupart des émeutiers sont un mélange de militants opposés au confinement et de jeunes frustrés par des mesures de plus en plus dures dans un pays où, jusqu'à récemment, le dispositif pour faire face au coronavirus était parmi les plus laxistes d'Europe.

Continuer la lecture

International

Conte démissionne et plonge l'Italie dans l'incertitude

Publié

le

Giuseppe Conte, avocat et professeur de droit de 56 ans qui n'a jamais été candidat à une élection, était un illustre inconnu lorsqu'il a pris la tête d'un premier gouvernement en juin 2018. (©KEYSTONE/EPA/ROBERTO MONALDO/POOL)

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, dont la coalition a été lâchée par un parti pivot, a présenté mardi sa démission. Il tentera dans la foulée de former un nouveau gouvernement pour sortir le pays de la double crise économique et sanitaire.

Le deuxième gouvernement formé en septembre 2019 par Giuseppe Conte - une coalition entre le PD (centre-gauche) et le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème avant son arrivée au pouvoir) - est arrivé mardi à son terme au bout de 509 jours d'existence.

Le président de la République Sergio Mattarella a reçu en milieu de journée M. Conte "qui a remis la démission de son gouvernement". "Le président (...) a invité le gouvernement à rester en fonction pour gérer les affaires courantes", précise un communiqué de la présidence de la République.

Giuseppe Conte a présidé mardi matin un conseil des ministres pour informer son gouvernement de sa démission imminente, sonnant le coup d'envoi d'une énième crise dans l'histoire politique italienne. Il avait pris acte lundi de l'impossibilité de trouver une nouvelle majorité parlementaire après la défection du petit parti de l'ex-chef du gouvernement Matteo Renzi.

Espoir

M. Conte espère néanmoins obtenir un mandat du président Sergio Mattarella pour tenter de former un nouveau gouvernement, son troisième depuis 2018, et mettre en oeuvre un plan de plus de 200 milliards d'euros censé relancer le moteur de la troisième économie de la zone euro, refroidi par la pandémie qui a fait plus de 85.000 morts dans le pays.

Il devrait lancer rapidement des consultations tous azimuts avec les partis politiques, une chasse au consensus qui s'annonce des plus compliquées.

Car le chef du gouvernement - un avocat et professeur de droit très proche du Mouvement 5 Etoiles, tombé dans la marmite politique un peu par hasard en 2018 - a anticipé une gifle politique cinglante qui se profilait au Sénat mercredi.

Les sénateurs devaient se prononcer sur des réformes du ministre de la Justice Alfonso Bonafede (M5S), qui prévoyait notamment l'adoption de nouvelles règles en matière de procès civils et pénaux, ou encore l'abolition de la prescription après la première condamnation.

Un vote qui se profilait comme un référendum contre le gouvernement.

Elargir ou partir

La crise politique avait été déclenchée par l'ex-Premier ministre Matteo Renzi (2014-2016), qui a retiré son petit parti Italia Viva de la coalition au pouvoir le 13 janvier, après des semaines de critiques sur la gestion de la crise sanitaire et les plans de dépenses économiques de M. Conte.

Pour pouvoir rester au pouvoir et éviter la démission, M. Conte a dû se présenter devant le Parlement la semaine dernière pour un vote de confiance des deux chambres.

Facile à la chambre basse, le vote au Sénat a été remporté de justesse, avec seulement une majorité relative après l'abstention des sénateurs d'Italia Viva.

M. Conte a été forcé de constater qu'il ne rallierait pas suffisamment de parlementaires indépendants ou dissidents pour rester au pouvoir avec un simple remaniement ministériel.

"Le calcul de Conte, c'est qu'en prenant les devants, et donc en évitant une défaite humiliante au Sénat, il augmentera ses chances d'obtenir de Mattarella un mandat pour former un nouveau gouvernement", analyse Wolfango Piccoli, du cabinet d'études Teneo.

Mais si M. Conte pourra offrir de nouveaux fauteuils ministériels en monnaie d'échange, la difficulté d'élargir sa majorité reste entière. En cas d'échec, il devra prendre définitivement la porte.

Et ses soutiens actuels - le secrétaire général du PD, Nicola Zingaretti, et le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio (M5S)- seraient contraints de le lâcher et chercher un autre poulain pour former un gouvernement.

Reste l'hypothèse de la convocation de nouvelles élections législatives. Une perspective à haut risque pour le gouvernement de centre-gauche: selon les enquêtes d'opinion, la victoire reviendrait au bloc formé par la droite de Silvio Berlusconi (Forza Italia) et l'extrême droite (la Ligue de Matteo Salvini et le parti Fratelli d'Italia).

Continuer la lecture

International

Janet Yellen confirmée première femme à diriger le trésor américain

Publié

le

Janet Yellen a été présidente de la Fed de 2014 à 2018 (Archives © KEYSTONE/EPA/JIM LO SCALZO)

Janet Yellen, l'ancienne présidente de la banque centrale américaine (Fed), a été confirmée lundi par le Sénat pour devenir la première femme secrétaire au trésor. Elle est la troisième membre du gouvernement à avoir été acceptée par la chambre haute du Parlement.

La nomination du chef du Pentagone Lloyd Austin et celle de la directrice du renseignement Avril Haines avaient déjà reçu le feu vert. Le vote sur la nomination du secrétaire d'Etat Antony Blinken devrait avoir lieu mardi.

Démocrate et économiste respectée de 74 ans, l'ex-patronne de la Fed a été choisie par le président Joe Biden pour remplacer Steven Mnuchin à la tête du ministère de l'économie et des finances. Elle sera le visage de la politique économique du pays en proie à une crise économique causée par la pandémie de Covid-19.

Lors d'un grand oral au congrès la semaine dernière, celle qui va tenir les cordons du budget américain avait vigoureusement appuyé le plan de relance proposé par le nouveau président américain Joe Biden. Il faut "voir grand", avait plaidé Mme Yellen.

Le gouvernement Biden veut faire passer un gigantesque plan d'aide d'urgence à l'économie de 1900 milliards de dollars. Celui-ci comprend des aides d'urgence pour les ménages les plus vulnérables et les petites entreprises.

Flou sur les impôts

"Il y a un consensus à présent: sans nouvelle action, nous risquons une récession plus longue et plus dure et des cicatrices sur l'économie à long terme", avait justifié Janet Yellen devant les sénateurs.

La pandémie et son cortège de restrictions à l'activité a mis le marché du travail américain à genoux. Près de seize millions d'Américains vivent actuellement grâce aux allocations chômage.

Sur la question des ressources de l'Etat et des impôts, la future secrétaire au trésor a indiqué qu'elle était d'accord d'augmenter le taux d'imposition des entreprises à 28%. En 2017, le gouvernement Trump l'avait fait tomber de 35% à 21%.

Les objectifs de réforme pour imposer les plus riches sont moins clairs. Mme Yellen a indiqué que ce ne serait pas "une taxe sur la richesse", mais qu'il s'agirait d'un surcroît d'impôts sur les revenus issus d'investissements pour les foyers qui dégagent un revenu supérieur à un million de dollars.

S'agissant de la politique commerciale, Mme Yellen a annoncé sans surprise que, vis-à-vis de la Chine, les États-Unis d'Amérique allaient s'inscrire dans le sillage du précédent exécutif, en déployant un large arsenal d'outils pour contrer les pratiques "abusives", "injustes" et "illégales" de Pékin.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X