Rejoignez-nous

International

La Corée du Nord a lancé un missile balistique, selon Séoul

Publié

,

le

Aucun avion ou bateau n'a été endommagé par le missile nord-coréen, selon Tokyo (archives). (© KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON)

La Corée du Nord, poursuivant une série de tests commencée il y a quelques semaines, a lancé un missile balistique. Il aurait été tiré par un sous-marin, a annoncé mardi l'armée sud-coréenne.

"Notre armée a détecté un missile balistique à courte portée non identifié, il s'agirait d'un SLBM (missile balistique stratégique mer-sol, ndlr) tiré par la Corée du Nord", selon un communiqué des chefs d'état-major.

Le missile a été lancé depuis Sinpo vers la mer à l'est de la péninsule, ont-ils ajouté. "Les services de renseignement sud-coréens et américains procèdent à une analyse minutieuse afin d'obtenir des détails supplémentaires", ont poursuivi les chefs d'état-major.

Sinpo est une ville portuaire de l'est du pays où se situe un important chantier naval. Des images satellites y ont montré la présence de sous-marins.

Le Nord s'efforce actuellement de mettre au point le lancement d'un missile balistique depuis un sous-marin (SLBM), il a déjà procédé a un lancement depuis un engin immergé.

Missiles hypersoniques

Pyongyang, doté de l'arme nucléaire, a récemment effectué plusieurs tests, notamment un missile à longue portée, une arme tirée depuis un train et un missile présenté comme hypersonique par la Corée du Nord, suscitant l'inquiétude de nombreuses nations.

La semaine dernière, lors d'une exposition consacrée à la défense, un immense missile balistique intercontinental (ICBM), dévoilé l'an passé lors d'un défilé militaire, a été présenté.

"La raison fondamentale de cette provocation du Nord est que les États-Unis ne changent pas leur position sur les pourparlers", a déclaré à l'AFP Shin Beom-chul, chercheur à l'Institut coréen de recherche sur la stratégie nationale. Pour lui, le régime de "Pyongyang essaie ainsi de démontrer qu'il peut être encore plus provoquant".

La semaine dernière, lors de l'exposition, le dirigeant Kim Jong Un, sous le règne duquel le pays a réalisé d'immenses progrès en matière d'armement, a accusé les Etats-Unis d'être la "cause profonde" de l'instabilité dans la péninsule, estimant qu'il n'existe aucune raison "de croire qu'ils ne sont pas hostiles".

La péninsule coréenne semble lancée dans une course à l'armement. En septembre, Séoul a testé son premier SLBM, devenant l'une des rares nations à disposer de cette technologie avancée, et a dévoilé un missile de croisière hypersonique.

Réunion tripartite à Séoul

Après le tir de mardi, le bureau de la présidence sud-coréenne a annoncé la tenue d'une réunion du Conseil national de la sécurité sans préciser le sujet qui sera évoqué.

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a fait état de deux missiles balistiques tirés, qualifiant ce lancement de "très regrettable".

Ce nouveau tir intervient alors que la directrice des services de renseignement américains, Avril Haines, est à Séoul pour participer à une réunion tripartite avec ses homologues sud-coréen et japonais sur la Corée du Nord, selon des médias.

Il a été lancé au lendemain de l'appel au dialogue avec Pyongyang lancé par Sung Kim, représentant spécial de l'actuel président américain Joe Biden pour la Corée du Nord.

"Nous poursuivrons la voie diplomatique avec la Corée du Nord afin d'effectuer des progrès tangibles qui amélioreront la sécurité des Etats-Unis et de nos alliés", a affirmé lundi Sung Kim, à l'issue d'une rencontre son homologue sud-coréen Noh Kyu-duk à Washington.

"Nous n'avons aucune intention hostile envers la Corée du Nord et nous espérons les rencontrer sans conditions", a-t-il déclaré à la presse.

Mettre en oeuvre les résolutions

Le diplomate a cependant ajouté que les alliés avaient la "responsabilité de mettre en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", faisant référence aux sanctions internationales que Pyongyang tente de faire lever.

Kim Jong Un a rencontré à trois reprises le président américain Donald Trump mais les pourparlers sont au point mort depuis le deuxième sommet en 2019, faute d'accord sur l'allègement des sanctions internationales et sur les gestes que Pyongyang était prêt à concéder en retour.

Washington a répété à plusieurs reprises sa volonté de rencontrer des représentants nord-coréens à tout moment et en tout lieu, sans condition préalable.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Equateur: l'état d'urgence est déclaré dans sept provinces

Publié

le

Patrouilles de soldats à Quito. (© KEYSTONE/AP/Dolores Ochoa)

L'Equateur a déclaré l'état d'urgence dans sept des 24 provinces du pays, où la violence s'est aggravée ces dernières semaines avec plusieurs meurtres, a annoncé mercredi le gouvernement, engagé dans une lutte contre les gangs de narcotrafiquants depuis janvier.

Cette décision, qui permet le déploiement de l'armée dans les rues, a été décrétée pour 60 jours dans les provinces côtières de Guayas, El Oro, Santa Elena, Manabí et Los Ríos et les provinces amazoniennes de Sucumbíos et Orellana, en plus du canton de Camilo Ponce Enríquez (dans l'Azuay andin), selon le communiqué publié par la présidence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Arrivée d'Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie pour une visite

Publié

le

Le président Emmanuel Macron est arrivé pour une visite en Nouvelle-Calédonie. (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT / POOL)

Le président Emmanuel Macron est arrivé tôt jeudi matin en Nouvelle-Calédonie pour une visite éclair visant à rétablir le dialogue et accélérer le retour à l'ordre sur l'archipel français du Pacifique sud, a constaté un journaliste de l'AFP.

M. Macron a atterri autour de 23H20 heure suisse mercredi (08H20 jeudi en heures locales) à l'aéroport de Nouméa. Il doit notamment s'entretenir durant au moins deux heures avec les élus et acteurs économiques de l'archipel au haut-commissariat à partir de mercredi 10H00 heures locales.

Macron doit aussi installer une mission composée de trois haut fonctionnaires, qui restera sur place "autant qu'il faudra" et "aura pour objectif de faire émerger un dialogue politique local dans le but de parvenir à un accord politique global", a précisé mercredi le Premier ministre Gabriel Attal devant le Sénat.

Sur le terrain, après neuf jours de violences, "la nuit a été calme", a indiqué le Haut-commissaire Louis Le Franc à l'AFP. "Les réactions de la classe politique" à la venue du président "sont plutôt positives dans les deux camps. Il n'y a pas eu de dégâts supplémentaires mais il y a tellement de choses qui sont détruites", a-t-il encore fait valoir.

Depuis le début des violences, six personnes ont été tuées, dont deux gendarmes mobiles. Quelque 86 policiers et gendarmes ont été blessés, selon la ministre des Collectivités territoriales Dominique Faure qui a évoqué mercredi devant les députés le nombre de "320 interpellations" au total depuis le début de la crise. "Plusieurs dizaines de leaders violents ont été maîtrisés grâce aux assignations à résidence", a-t-elle précisé.

Les forces de l'ordre ont procédé à près de 300 interpellations, dont 269 menant à des gardes à vue, 35 à des déferrements et 17 à des mandats de dépôt, a également détaillé mercredi le procureur de Nouméa, Yves Dupas.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'ex-rivale républicaine de Trump, Nikki Haley, votera pour lui

Publié

le

La républicaine Nikki Haley va voter pour Trump. (© KEYSTONE/AP/Chris Carlson)

L'ex-candidate républicaine à la Maison Blanche Nikki Haley, qui a vertement critiqué Donald Trump par le passé, a annoncé mercredi qu'elle voterait pour lui à la présidentielle de novembre.

Le président Joe "Biden est une catastrophe. Je voterai donc pour Trump", a-t-elle dit lors d'une intervention dans un centre de recherche conservateur. Mais Donald Trump devrait "tendre la main aux millions de personnes qui ont voté pour moi et qui continuent à me soutenir, et ne pas partir du principe qu'elles vont se ranger derrière lui", a-t-elle averti.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'ex-candidate Nikki Haley annonce qu'elle votera pour Trump

Publié

le

Alerte Info (© )

L'ex-candidate à la Maison Blanche Nikki Haley annonce qu'elle votera pour Trump

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X