Rejoignez-nous

International

La Cour suprême semble tentée de restreindre le droit à avorter

Publié

,

le

Brandissant des pancartes "Avorter, c'est tuer", les opposants à l'avortement affichent l'espoir d'obtenir raison après 50 ans d'une lutte acharnée. (© KEYSTONE/AP/Parker Purifoy)

Une majorité des juges de la Cour suprême des Etats-Unis a semblé mercredi tenter de modifier le cadre légal qui, depuis près de 50 ans, garantit le droit des Américaines à avorter. Cela soit en le restreignant, soit en l'annulant purement et simplement.

Les neuf sages, dont six conservateurs, ont examiné pendant deux heures une loi du Mississippi qui interdit d'avorter après 15 semaines de grossesse. Bien que mesuré, le texte viole le cadre fixé par la Cour suprême.

Dans son arrêt historique "Roe v. Wade" de 1973, elle a estimé que la Constitution garantissait le droit des femmes à avorter et que les Etats ne pouvaient pas les en priver. En 1992, elle a précisé que ce droit était valable tant que le foetus n'est pas "viable", soit vers 22 à 24 semaines de grossesse.

La loi du Mississippi a donc été bloquée par les tribunaux avant d'entrer en vigueur, mais les autorités de cet Etat rural et religieux ont demandé à la Cour suprême d'intervenir. En acceptant leur recours, la haute juridiction a indiqué qu'elle était prête à revoir sa copie.

Droit pas remis en cause

Lors de l'audience, certains magistrats conservateurs ont semblé vouloir corriger uniquement le seuil fixé pour avorter, sans remettre en cause le droit à avorter.

"Une interdiction après 15 semaines ne me semble pas un changement énorme par rapport à la viabilité, c'est la règle adoptée par une majorité de pays", a noté le chef de la Cour, John Roberts. Mais le Mississippi leur a demandé d'aller plus loin et de profiter de ce dossier pour annuler totalement ses précédentes décisions.

"Elles n'ont pas de fondement dans la Constitution", et ont "maintenu la Cour pendant 50 ans au coeur d'une bataille politique", a plaidé son représentant, Scott Stewart. Mettre un terme à "Roe v. Wade" permettra à chaque Etat de décider d'autoriser ou non les avortements et de rendre "la décision au peuple", a-t-il ajouté.

"Obligée de choisir un camp"

Plusieurs magistrats conservateurs se sont montrés sensibles à ses arguments. "La Cour a été obligée de choisir un camp dans l'un des débats de société les plus clivants en Amérique", a relevé le juge Brett Kavanaugh. Mais ne devrait-elle pas "être scrupuleusement neutre" et laisser cette décision aux élus ?

Sa consoeur Amy Coney Barrett a pour sa part relevé qu'il était possible de confier un nouveau-né non désiré aux services d'adoption, disponibles dans tout le pays.

Défendant l'unique clinique du Mississippi qui pratique des avortements, l'avocate Julie Rinkelman a estimé que valider la loi de cet Etat reviendrait dans la pratique à annuler l'arrêt "Roe v. Wade", même sans le dire.

"Sans le critère de viabilité, il n'y aura aucune limite et les Etats se précipiteront pour interdire l'avortement à tous les stades de la grossesse", a-t-elle estimé.

Les trois juges progressistes lui ont apporté leur soutien, en mettant en garde leurs collègues contre un revirement de jurisprudence.

Changer de position à cause "de pressions sociales ou politiques" ou après l'arrivée "de nouveaux membres", pourrait porter atteinte à la "légitimité" de la Cour, a notamment relevé le juge Stephen Breyer en référence à l'arrivée de trois magistrats nommés par Donald Trump et choisis pour leur opposition à l'avortement.

"Si les gens pensent que tout est politique, comment la Cour pourrait-elle survivre ?", a renchéri sa consoeur Sonia Sotomayor, alors que la gauche américaine pousse déjà pour réformer l'influente institution.

Biden soutient la jurisprudence

Preuve de l'immense politisation des débats, des centaines d'élus ont écrit à la Cour, les républicains pour appuyer la position du Mississippi, les démocrates pour défendre "Roe v. Wade". Après l'audience, le président Joe Biden a d'ailleurs souligné publiquement qu'il "continuait de soutenir" cette jurisprudence, "la plus rationnelle" à ses yeux.

Des milliers de manifestants ont eux formé deux groupes rivaux devant le temple du droit, dans une ambiance électrique.

Sous les slogans "l'avortement est essentiel" ou "l'avortement relève de la santé", les défenseurs du droit des femmes à interrompre leur grossesse manifestaient un niveau d'inquiétude inédit. "C'est la plus forte attaque contre Roe v. Wade depuis des décennies", soulignait ainsi Cathy Renna.

Brandissant des pancartes "Avorter, c'est tuer", les opposants à l'avortement affichaient au contraire l'espoir d'obtenir raison après 50 ans d'une lutte acharnée. "Je pense qu'on aura, si ce n'est la fin de Roe, au moins une plus grande latitude pour les Etats", expliquait Herb Geraghty.

La Cour suprême doit rendre sa décision avant la fin juin 2022.

Elle doit également se prononcer sur une loi du Texas qui, depuis le 1er septembre, interdit les avortements dès six semaines de grossesse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Le Real conclut sa Liga sur un nul 0-0

Publié

le

Le Real de Carlo Ancelotti a concédé un 0-0 face au Betis (© KEYSTONE/AP/Jose Breton)

Le Real Madrid, sacré champion d'Espagne fin avril, a conclu sa Liga par un nul 0-0 vendredi au Bernabéu contre le Betis Séville.

Les Merengue, qui attendent la décision de Kylian Mbappé, affronteront Liverpool le 28 mai en finale de la Ligue des champions.

En lever de rideau de la 38e et dernière journée, les Madrilènes n'ont pas réussi à créer le danger dans ce match sans enjeu sous la chaude nuit madrilène. Ils ont été accrochés par les Sévillans, qualifiés pour la prochaine Europa League.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'ATP et la WTA ne distribueront pas de points à Wimbledon

Publié

le

Novak Djokovic perdra 2000 points à l'issue de Wimbledon (© KEYSTONE/AP/Alessandra Tarantino)

L'ATP et la WTA ne distribueront pas de points à Wimbledon si l'exclusion des Russes et Bélarusses se confirme. Les deux instances ont annoncé leur décision vendredi dans des communiqués distincts.

"Si rien ne change, c'est avec un immense regret et à contre-coeur que nous ne voyons pas d'autre possibilité que de retirer les points ATP à Wimbledon pour l'édition 2022", explique l'ATP, qui fut la première à communiquer à ce sujet.

"En raison de la position du All England Lawn Tennis Club (réd: organisateur de Wimbledon) qui n'honorera pas son obligation d'utiliser le classement WTA pour l'inscription à Wimbledon (...), la WTA a pris la difficile décision de ne pas accorder de points", souligne pour sa part la WTA.

La Fédération internationale (ITF) a par ailleurs pris la même décision en ce qui concerne les points attribués chez les juniors et dans les épreuves en fauteuil roulant qui se disputent sur le gazon londonien. Elle a également pris position vendredi.

Les points conquis en 2021 retirés

L'ATP et la WTA ont par ailleurs souligné que les points conquis lors de l'édition 2021 tomberont comme de coutume. Ainsi, le tenant du titre masculin Novak Djokovic perdra 2000 points au terme du prochain Wimbledon, ce qui pourrait lui coûter cher dans la lutte pour la place de no 1 mondial.

En revanche, l'ATP et la WTA attribueront bien des points lors des tournois ATP prévus sur herbe en préparation à Wimbledon. Elles estiment que Russes et Bélarusses ne sont pas victimes de discrimination dans ce cas puisqu'ils ont la possibilité de disputer d'autres épreuves. Ils n'auront en revanche pas d'autre option pendant la première semaine de Wimbledon.

Si les circonstances changent...

Wimbledon a annoncé le 20 avril son intention d'exclure les Russes et les Bélarusses de l'édition 2022 car "dans les circonstances d'une agression militaire injustifiée et sans précédent, il serait inacceptable que le régime russe tire le moindre bénéfice de la participation de joueurs russes ou bélarusses".

Les organisateurs du mythique tournoi londonien ont cependant précisé que cette décision, globalement très critiquée dans le monde du tennis, pourrait être revue si les "circonstances changent radicalement d'ici juin".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Une tornade fait 30 blessés dont 10 graves en Allemagne

Publié

le

La tornade a également causé d'importants dégâts matériels à Paderborn. (© KEYSTONE/AP/Lino Mirgeler)

Plus de trente personnes ont été blessées, "dont dix grièvement" à Paderborn. Cette ville de l'ouest de l'Allemagne a été traversée par une "tornade", a indiqué vendredi un porte-parole de la police à l'AFP.

Ce phénomène rare et localisé a frappé en fin d'après-midi cette ville moyenne de Rhénanie du nord-Westphalie, alors que des intempéries touchent l'ensemble du pays après plusieurs jours de températures anormalement élevées pour la saison.

La police a évalué à "plusieurs millions" d'euros les "ravages" provoqués par les intempéries à Paderborn. La colonne de la tornade progressant vers les habitations, emportant arbres et pans de bâtiments, était visible sur plusieurs photos postées sur les réseaux sociaux.

La ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres, a elle aussi probablement été touchée par une tornade, selon un porte-parole des pompiers, sans que des blessés soient à ce stade à déplorer.

Le clocher de l'église de cette ville a été emporté sous la violence des rafales de vent, selon des photos publiées sur les réseaux sociaux. Le porte-parole a fait état de "toits arrachés, de vitres brisées et de nombreux arbres arrachés dans toute la ville".

Trafic ferroviaire perturbé

Plus globalement, les intempéries ont provoqué de nombreux dommages dans cette région de l'ouest de l'Allemagne, les forces de l'ordre faisant état d'innombrables arbres déracinés. Des clichés mis en ligne montraient aussi des voitures retournées.

En Rhénanie-Palatinat des chutes de grêles de plusieurs centimètres de diamètre ont également été signalées.

Cette région, avec la Rhénanie du nord Westphalie, avait déjà été très touchée en juillet dernier par des pluies diluviennes qui avaient provoqué des inondations et coûté la vie à plus de 180 personnes.

Le trafic ferroviaire des trains à grande vitesse était fortement perturbé dans l'ouest, et la police a appelé les habitants à rester chez eux.

Au sud, à Nuremberg, en Bavière, le trafic régional était aussi fortement perturbé en raison d'arbres tombés sur les voies ferrées, a indiqué la Deutsche Bahn.

Déplacement vers l'est

Les services météorologiques allemands ont émis un avis de tempête pour la journée de vendredi, avec des rafales des vents qui pourraient atteindre jusqu'à 130 km/h par endroits. Les intempéries, qui ont touché en premier l'ouest du pays, se déplaçaient vers l'est en soirée.

La violence de la tempête est liée à l'arrivée en Allemagne d'air particulièrement chaud en provenance d'Espagne, qui traverse actuellement une canicule, et de France d'une part, et d'air froid venant du nord d'autre part, a estimé le météorologue Özden Terli à la télévision publique ZDF, qui a parlé d'un "mélange explosif".

La France a enregistré un record printanier de chaleur, battant la série de 37 jours consécutifs datant d'avril-mai 2020, selon les services météorologiques. En Allemagne, la barre des 30 degrés, parfois davantage, a été atteinte jeudi dans plusieurs communes de l'ouest et du sud du pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Troisième succès pour Démare sur le Giro 2022

Publié

le

Arnaud Démare a fêté vendredi son 3e succès sur le Giro 2022 (© KEYSTONE/EPA/MAURIZIO BRAMBATTI)

Arnaud Démare (Groupama-FDJ) a remporté la 13e étape du Giro, vendredi à Cuneo, décrochant son troisième succès depuis le départ.

Juan Pedro Lopez (Trek) a conservé le maillot rose après cette étape de 150 kilomètres marquée par l'abandon du 4e du général Romain Bardet.

Démare (30 ans) a mené un sprint long et a devancé de peu l'Allemand Phil Bauhaus pour enlever sa huitième victoire d'étape dans le Giro, auquel il participe pour la cinquième fois. Le Britannique Mark Cavendish a pris la troisième place devant le Colombien Fernando Gaviria.

Arnaud Démare a ouvert son palmarès sur le Giro en 2019 avant de gagner l'année suivante à quatre reprises et de ramener le maillot cyclamen du classement par points. Le Français de Groupama-FDJ, qui s'est imposé dans les 5e (à Messine) et 6e étapes (Scalea), a porté à 87 son total de succès depuis ses débuts professionnels en 2012.

Echappée reprise à 700 m de la ligne

Une échappée (Eenckhoorn, Maestri, Prodhomme, J. van der Berg) a pris les devants dès les premiers kilomètres et a porté son avantage à 6'40'' au sommet du seul col au programme, le colle di Nava, à 96 kilomètres de l'arrivée.

Le peloton a mené ensuite une longue et haletante course-poursuite pour réduire l'écart (3' aux 30 km). Les équipes Groupama-FDJ (Démare) et Israël PT (Nizzolo), relayées par les Quick-Step (Cavendish), n'ont repris le quatuor de tête qu'à 700 mètres de la ligne.

Un circuit accidenté samedi

Samedi, la 14e étape, courte (147 km) et intense, propose un circuit accidenté dans les alentours de Turin, avec les doubles ascensions du colle della Maddalena et Superga. L'arrivée est jugée en ville, dans l'ancienne capitale du royaume d'Italie au XIXe siècle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les aéroports européens plus optimistes sur la reprise en 2022

Publié

le

En 2021, les aéroports européens n'ont retrouvé que 41% de leurs passagers de 2019, une amélioration de 11 points par rapport à 2020. (archives) (© KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN)

La principale association européenne d'aéroports s'est dite plus optimiste vendredi pour la reprise du trafic de passagers en 2022, estimant qu'il atteindrait 78% du niveau de 2019 et retrouverait le niveau d'avant-crise dès 2024, tout en appelant à la prudence.

La branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe) escomptait jusqu'ici retrouver cette année 68% de ses passagers d'avant la pandémie de Covid-19, et un retour en 2025 à la fréquentation de 2019, soit 2,4 milliards de voyageurs.

Cet optimisme est nourri par la franche reprise du trafic aérien ces dernières semaines, à la faveur de la levée des restrictions de mouvement, et la libération d'une forte demande pour la saison estivale.

Attention au triple risque

Selon l'organisme de surveillance Eurocontrol, le trafic, en nombre de vols, a atteint ces derniers jours quelque 86% du niveau de la même période il y a trois ans.

ACI Europe, qui revendique fédérer 500 aéroports dans 55 pays, a toutefois mis en garde contre le "triple risque" pesant sur le retour du secteur à la normale.

Elle a ainsi évoqué "le retour du (risque) géopolitique", allusion à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, "la détérioration de la situation économique" et "la menace de nouveaux variants" du Covid-19 qui créent "une incertitude significative", le tout alors que le secteur doit déjà faire face à des problèmes de sous-effectifs après la crise.

En 2021, les aéroports européens n'avaient retrouvé que 41% de leurs passagers de 2019, une amélioration de 11 points par rapport à 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Moments de grande complicité avec la personne de votre cœur. Organisez un week-end amoureux et sortez-lui le grand jeu !

Les Sujets à la Une

X