Rejoignez-nous

International

La France prend la présidence tournante de l'UE sous un ciel chargé

Publié

,

le

Emmanuel Macron a placé la barre très haut pour la présidence française de l'UE. Il peut compter sur le soutien du nouveau chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche, archives). (© KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

La France a pris samedi pour six mois la présidence tournante de l'Union européenne, avec un programme ambitieux, une Europe "puissante" et "souveraine". Ce programme risque toutefois d'être bousculé par la nouvelle flambée de Covid-19 et la présidentielle d'avril.

Paris a pris à minuit le relais de la Slovénie, qui présidait le Conseil de l'UE depuis le 1er juillet, et cèdera son tour au second semestre à la République tchèque. Symbole de ce relais, la Tour Eiffel et l'Elysée se sont illuminés au même moment en bleu, couleur de l'Europe. Des dizaines d'autres monuments emblématiques le seront à travers tout l'Hexagone durant la première semaine de janvier.

Le Conseil de l'UE représente les intérêts des 27 Etats membres face à la Commission et au Parlement européens. La présidence semestrielle convoque les réunions des ministres, fixe l'agenda et conduit les négociations.

Pouvoir d'influence

Pendant six mois, la France va donc disposer d'un important pouvoir d'influence pour faire avancer certains sujets et trouver des compromis à 27 même si l'exercice, très encadré, implique neutralité et doigté.

Le président Emmanuel Macron a placé la barre très haut. "2022 doit être l'année d'un tournant européen", a-t-il lancé vendredi soir lors de ses voeux de Nouvel An. Il s'agit de rendre "l'Europe puissante dans le monde, pleinement souveraine, libre de ses choix et maître de son destin", avait-il déroulé le 9 décembre.

Des ambitions qu'il ne cesse d'afficher depuis son élection en 2017, non sans crisper certains de ses partenaires, notamment est-européens. Lui-même ne présidera pas les sommets ou Conseils européens - un rôle dévolu au Belge Charles Michel - mais il pourra peser sur les discussions et intervenir en cas de crise.

Or l'UE se trouve à la croisée des chemins sur une série de sujets, de la sécurité en Europe - des dizaines de milliers de soldats russes sont massés aux portes de l'Ukraine - à la crise sanitaire qui obscurcit de nouveau l'horizon économique européen.

Berlin au rendez-vous

Emmanuel Macron peut compter sur le soutien du nouveau chancelier alllemand, le social-démocrate Olaf Scholz, qui présidera de son côté le G7 en 2022. Dans sa première allocution du Nouvel An, le successeur d'Angela Merkel a plaidé pour une "Europe plus souveraine et forte". "Nos amis français peuvent compter sur notre soutien", a renchéri la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock.

Paris s'est fixé trois chantiers prioritaires pour sa présidence: l'instauration de salaires minimum dans toute l'UE, la régulation des géants du numérique et la création d'une taxe carbone sur les produits importés en Europe en fonction de leur impact environnemental.

Emmanuel Macron prône aussi une réforme de l'espace Schengen afin de mieux "protéger les frontières" européennes face aux crises migratoires, un sujet qui sera au coeur de la campagne présidentielle française.

Il entend aussi mettre sur la table une révision des règles budgétaires - les fameux critères de Maastricht - qui encadrent les déficits européens afin de pouvoir financer plus d'investissements européens et de croissance. Et continuer à faire avancer l'Europe de la défense, malgré les réticences de certains partenaires, soucieux avant tout de la protection de l'Otan.

Programme "sportif"

Il s'agit de la treizième présidence semestrielle tournante exercée par Paris depuis 1958. L'élection présidentielle de mai et les législatives de juin en France vont toutefois la percuter de plein fouet, réduisant d'autant l'espace temps pour agir. "Trois mois, c'est très, très bref. Ça va être très sportif", observe Claire Demesmay, chercheuse au centre Marc-Bloch à Berlin.

La déferlante du variant Omicron va en outre contrarier l'agenda de la présidence française de l'UE - quelque 400 rendez-vous sont prévus en France - au moins en janvier où nombre de réunions passeront en distanciel.

"Un atout et un risque"

L'opposition dénonce quant à elle une instrumentalisation de cette présidence par Emmanuel Macron, très probable candidat à sa réélection même s'il s'est gardé jusqu'ici de toute annonce.

"Ça peut être un atout pour le président français en lui permettant de réaffirmer son engagement européen auprès de son électorat, mais aussi présenter un risque" si ses adversaires politiques choisissent de l'attaquer de front "sur sa politique européenne", relève Thierry Chopin, professeur de science politique à l'Université catholique de Lille.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Nadal affrontera Cobolli pour son retour

Publié

le

Nadal affrontera Flavio Cobolli à Barcelone pour son retour aux affaires (© KEYSTONE/EPA/Enric Fontcuberta)

Rafael Nadal (37 ans), qui n'a plus joué en compétition depuis plus de trois mois, fera son retour sur la terre battue du tournoi ATP 500 de Barcelone la semaine prochaine.

Le gaucher espagnol affrontera au 1er tour l'Italien Flavio Cobolli (ATP 63), selon le tirage au sort effectué samedi. Il s'agira de leur premier face-à-face.

Le Majorquin aux 22 titres du Grand Chelem, redescendu à la 646e place mondiale, n'a plus joué sur le circuit depuis sa défaite en quart de finale à Brisbane le 5 janvier. Il a depuis déclaré forfait successivement à Doha, Indian Wells et Monte-Carlo, invoquant à chaque fois la même raison: "Mon corps ne me le permet pas."

A Barcelone, où il s'est imposé douze fois sur un court central qui porte son nom, Nadal tentera de se rassurer quant à ses capacités à tenir la distance au fil des matches, à un peu plus de deux mois de Roland-Garros (20 mai-9 juin), Majeur dont il est le roi incontesté avec 14 sacres et qui apparaît comme son objectif prioritaire pour ce qui pourrait bien être son ultime saison.

L'ex-no 1 mondial est apparu souriant, samedi, lors de la conférence de presse aux côtés des organisateurs, en voyant son patronyme sur le tableau de la compétition. Un 2e tour face à l'Australien Alex De Minaur (11e) l'attendrait ensuite, avant éventuellement de retrouver en demi-finale son compatriote Carlos Alcaraz, qui est lui aussi bien présent en Catalogne.

En début d'après-midi, des vidéos d'une séance d'entraînement sont apparues sur les réseaux sociaux, au cours de laquelle Nadal a semblé jouer sans retenue, au service comme au coup droit ou sur ses courses, infligeant un 6-1 au Russe Andrey Rublev face à lui.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'Iran affirme avoir saisi un navire "lié" à Israël dans le Golfe

Publié

le

Le porte-conteneurs battant pavillon portugais "a été saisi par les forces spéciales maritimes" au cours "d'une opération menée avec un hélicoptère près du détroit d'Ormuz (archives). (© KEYSTONE/EPA MIZAN NEWS AGENCY/HASAN SHIRVANI)

Les forces spéciales maritimes des Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont saisi samedi un porte-conteneurs "lié" à Israël dans le Golfe, a annoncé l'agence officielle Irna.

"Un porte-conteneurs baptisé MCS Aries a été saisi par les forces spéciales maritimes" au cours "d'une opération menée avec un hélicoptère près du détroit d'Ormuz", a indiqué Irna.

L'agence a précisé que le navire "battant pavillon portugais (est) géré par la société Zodiac, qui appartient au capitaliste sioniste Eyal Ofer". Le porte-conteneur était en train d'être "dirigé vers les eaux territoriales" de l'Iran.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

La situation sur le front Est s'est "considérablement détériorée"

Publié

le

Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clé de l'Est se trouvant désormais "sous un feu constant", selon Kiev (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP)

La situation sur le front Est s'est "considérablement détériorée au cours des derniers jours", a affirmé samedi l'armée ukrainienne. Elle a constaté une "intensification significative" de l'offensive de l'armée russe, qui pousse notamment en direction de Tchassiv Iar.

"La situation sur le front Est s'est considérablement détériorée ces derniers jours. Ceci est principalement dû à une intensification significative de l'offensive de l'ennemi après l'élection présidentielle en Russie" de la mi-mars, a écrit le commandant en chef ukrainien Oleksandre Syrsky sur Telegram.

L'armée russe attaque les positions ukrainiennes dans les secteurs de Lyman et de Bakhmout "avec des groupes d'assaut soutenus par des véhicules blindés", ainsi que dans celui de Pokrovsk, a-t-il ajouté. "Cela est rendu possible par le temps chaud et sec, qui a rendu la plupart des aires ouvertes accessibles aux tanks".

"Nouvelles unités blindées"

Malgré les pertes, l'armée russe déploie "de nouvelles unités blindées", ce qui lui permet d'engranger des "succès tactiques". Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clé de l'Est se trouvant désormais "sous un feu constant", selon Kiev.

Cette cité, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien et important noeud ferroviaire et logistique pour l'armée ukrainienne.

Besoin d'armes

Oleksandre Syrsky a affirmé que les zones "les plus problématiques" avait été renforcées, notamment avec des moyens de défense antiaérienne. "La question de la supériorité technique sur l'ennemi dans le domaine des armes de haute technologie se pose à nouveau", a-t-il dit.

"Ce n'est que comme cela que nous pourrons battre un ennemi plus grand", a ajouté le commandant ukrainien, jugeant qu'il fallait aussi "améliorer la qualité de la formation du personnel militaire".

Kiev réclame depuis des mois à ses alliés occidentaux davantage de munitions et de systèmes de défense aérienne. Mais l'aide s'épuise en raison de blocages politiques à Washington, ce qui contraint les soldats ukrainiens à économiser leurs munitions. L'armée ukrainienne peine aussi à recruter, face à des forces russes plus nombreuses et mieux équipées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Au moins six morts dans une attaque au couteau à Sydney

Publié

le

Le centre commercial était bondé en cette fin d'après-midi. (© KEYSTONE/AP/Rick Rycroft)

Une attaque au couteau a fait au moins six morts et plusieurs blessés samedi dans un centre commercial bondé de Sydney. La police n'a pas écarté la piste "terroriste". Selon les autorités, l'assaillant semble avoir agi seul.

"On m'informe que cinq victimes sont décédées", a indiqué Anthony Cooke, commissaire adjoint de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud. Un porte-parole de la police a ensuite informé l'AFP du décès d'une personne à l'hôpital.

Cette agression a fait également plusieurs blessés dont huit, y compris un enfant, ont été transportés à l'hôpital. "Ils ont tous des blessures traumatiques", a indiqué le porte-parole des services de secours de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud.

Le motif de l'agression n'a pas été précisé dans l'immédiat, mais M. Cooke a affirmé que la piste "terroriste" ne pouvait être écartée à ce stade.

Enquête complexe

"Je ne sais pas encore qui il est (l'assaillant, NDLR). Vous comprendrez qu'il s'agit d'une affaire très complexe. Les enquêtes sont très récentes et nous continuons à tenter d'identifier le coupable", a-t-il ajouté.

Les services d'ambulance de Nouvelle-Galles du Sud ont indiqué à l'AFP qu'un homme avait été abattu par la police et qu'il s'agissait vraisemblablement de l'agresseur.

La tragédie s'est produite dans le vaste complexe commercial Westfield Bondi Junction, qui était bondé de clients samedi après-midi. Les lieux ont été bouclés par la police qui a appelé la population à éviter le secteur.

Seul

L'assaillant semble avoir agi seul, a déclaré le Premier ministre australien Antony Albanese lors d'une conférence de presse. "Pour nous tous ce soir, les scènes effroyables de Bondi Junction dépassent les mots et la compréhension", a-t-il ajouté.

Des images de caméras de surveillance diffusées par des médias australiens ont montré un homme muni d'un grand couteau courant dans le centre commercial et des personnes blessées gisant au sol.

"C'était effrayant"

Pranjul Bokaria sortait du travail et faisait quelques courses lorsque l'agression a eu lieu. Elle a couru jusqu'à un magasin voisin et s'est réfugiée dans une salle de repos. "C'était effrayant, il y avait des gens qui pleuraient", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Elle s'est ensuite échappée par une sortie de secours avec d'autres clients et employés, donnant sur une rue à l'arrière. "Je suis vivante et reconnaissante", dit-elle.

D'autres témoins ont raconté qu'il y avait eu un mouvement de panique, des personnes cherchant à se mettre à l'abri tandis que la police tentait de sécuriser la zone.

A la tombée de la nuit, des dizaines de policiers et d'ambulances se trouvaient encore à l'extérieur du centre commercial, les civières prêtes à transporter les blessés vers des hôpitaux voisins.

Ce type d'attaque est extrêmement rare en Australie. En novembre 2018, un individu armé d'un couteau avait tué une personne et en avait blessé deux autres dans une rue de Melbourne avant d'être abattu par la police. Le crime avait été revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Ne laissez pas vos anxiétés du travail prendre le dessus et revitalisez-vous en vous adonnant à une activité ludique en bonne compagnie.

Les Sujets à la Une

X