Rejoignez-nous

International

Le CICR a pu voir davantage de prisonniers ukrainiens et russes

Publié

,

le

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) présidé par Mirjana Spoljaric demandait depuis longtemps de pouvoir à nouveau rendre visite à des prisonniers de guerre liés au conflit ukrainien (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pu voir davantage de prisonniers de guerre ukrainiens et russes ces dernières semaines. D'autres visites sont prévues à la fin du mois, a annoncé jeudi l'organisation à Genève.

Le CICR était au centre d'une polémique provoquée par l'Ukraine ces derniers mois, Kiev l'accusant de ne pas en faire suffisamment pour les proches des familles de détenus. Même le président Volodymyr Zelensky s'en était pris récemment de manière virulente à lui. Il avait parlé de "l'autodestruction de la Croix-Rouge en tant qu'organisation autrefois respectée", soulignant un manque de soutien.

Face à ces accusations, l'organisation avait rétorqué qu'elle ne pouvait pas mener de visites si l'accès ne lui est pas garanti. Le directeur général Robert Mardini avait lui-même rejeté tout manque d'engagement de la part de ses collaborateurs.

La semaine dernière, le CICR a pu voir des détenus ukrainiens lors d'une visite de deux jours. Une autre a été organisée cette semaine. Pendant la même période, plusieurs ont également été menées auprès des prisonniers de guerre russes.

Messages aux proches

Les collaborateurs du CICR cherchent à contacter tous les proches. Les détenus leur ont demandé de relayer de courts messages d'affection, les enjoignant de ne pas s'inquiéter. Certains souhaitent recevoir des cigarettes, des vêtements ou des sucreries.

La présidente du CICR Mirjana Spoljaric salue "un pas en avant important car ces visites permettent de préserver de l'humanité au sein de la brutalité du conflit armé". Les délégués ont pu évaluer les conditions dont les prisonniers font l'objet et relayer à leurs proches des indications.

Ils ont également pu distribuer des livres, du matériel d'hygiène personnelle, des couvertures ou encore des vêtements chauds. Et la présidente d'appeler à "un accès plus régulier à tous les prisonniers de guerre". L'organisation relaie depuis des mois cette demande de pouvoir voir régulièrement et sans entrave ces personnes, conformément aux Conventions de Genève.

"Les familles des prisonniers de guerre doivent savoir que leurs êtres chers sont au tout premier rang" de nos activités, insiste Mme Spoljaric, qui est arrivée jeudi pour quatre jours en Ukraine. Et "nous poursuivrons sans cesse nos efforts pour accéder à tous les prisonniers de guerre", dit-elle.

Accusations mutuelles

L'organisation ne précise pas dans quels sites elle s'est rendue. En octobre, elle avait affirmé vouloir rendre visite à des milliers de personnes, mais n'avait pu dialoguer jusque-là qu'avec des centaines d'entre elles.

Le CICR n'avait notamment pas pu voir de détenus à Olevnika depuis des mois. Fin juillet, des dizaines de prisonniers ukrainiens étaient décédés dans un bombardement dans ce site contrôlé par les pro-Russes.

Moscou avait affirmé qu'une visite, prévue en août, avait été annulée en raison de la situation sécuritaire. Des garanties ne pouvaient alors être données au CICR. Plus largement, la Russie demandait une réciprocité pour les prisonniers russes, victimes selon elles de tortures. Des accusations que les deux parties ne cessent de se lancer mutuellement depuis le début de l'offensive russe en Ukraine en février dernier.

Outre le CICR, l'ONU a également fait l'objet de critiques ces derniers mois sur la situation des détenus. Elle avait reçu des appels à des investigations sur les incidents observés à Olevnika.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

International

Volvo Cars progresse en 2022, malgré de "fortes turbulences"

Publié

le

Pour 2023, Volvo prévoit une croissance "à deux chiffres" de ses ventes au détails à condition que la chaînes d'approvisionnement ne souffre plus de perturbations. (archives) (© KEYSTONE/AP TT NEWS AGENCY/JONAS EKSTROMER)

Le constructeur automobile Volvo Cars a annoncé jeudi un bénéfice net en hausse en 2022. Le groupe suédois, en mains du chinois Geely, a notamment été porté par une demande solide, malgré une année "remplie de défis pour l'industrie automobile globale".

"Nous avons fait face à un mélange de difficultés interconnectées, de l'inflation grandissante à des taux d'intérêts plus élevés, en passant par des perturbations sur la chaîne d'approvisionnement et la logistique", a déclaré le directeur général de Volvo Cars Jim Rowan, cité dans le rapport. Sur l'ensemble de l'année 2022, le groupe a vu son bénéfice net progresser de près de 20%, à 17 milliards de couronnes (1,46 milliards de francs).

Le chiffres d'affaires annuel s'établit quant à lui à 330 milliards de couronnes (29,1 milliards d'euros), soit une hausse de 17%. Le groupe dépasse les attentes des analystes qui tablaient sur un bénéfice net annuel de 15,8 milliards de couronnes (1,3 milliards d'euros) et un chiffres d'affaires de 322,13 milliards de couronnes (28,4 milliards d'euros), selon Factset.

Sur le seul quatrième trimestre, le constructeur a enregistré un bénéfice net de 2,8 milliards de couronnes (252 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires de 105,2 milliards de couronnes (9 milliards d'euros). Le constructeur note d'ailleurs de bons résultats de vente au détails sur cette période, stimulés par une amélioration des taux de production grâce à la levée des restrictions sanitaires en Chine.

Pour 2023, le groupe prévoit une croissance "à deux chiffres" de ses ventes au détails à condition que la chaînes d'approvisionnement ne souffre plus de perturbations. Volvo Cars, qui ambitionne de sortir du moteur à combustion pour passer au tout-électrique d'ici 2030, a également noté une demande "particulièrement forte" pour les voitures électriques au quatrième trimestre avec un total de plus de 34.000 véhicules entièrement électriques vendus, soit 18% du total de voitures vendues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Kevin Durant va signer à Phoenix

Publié

le

Kevin Durant: son transfert à Phoenix va redistribuer toutes les cartes. (© KEYSTONE/FR36811 AP/PAUL BEATY)

Kevin Durant repasse à l'Ouest ! Selon ESPN, le joueur de Brooklyn est sur le point d'être transféré à Phoenix.

Champion de NBA avec Golden State avant de rejoindre Brooklyn, l'ancien coéquipier de Thabo Sefolosha à Oklahoma City va rejoindre les Suns qui occupent la cinquième place de la Conférence Ouest. Si ce transfert est officialisé ces prochaines heures, Phoenix deviendra l'équipe à battre.

Quant aux Nets, le départ de Kevin Durant (34 ans) ferme la parenthèse du Big Three qu'il composait avec James Harden et Kyrie Irving. Le trio sera vite parti vers d'autres cieux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Kim Jong-un a supervisé une grande parade militaire

Publié

le

Kim Jong-un était accompagné de sa femme et de sa fille. (© KEYSTONE/EPA/JEON HEON-KYUN)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a supervisé une grande parade militaire célébrant le 75e anniversaire de la fondation de l'armée de son pays, a rapporté jeudi l'agence KCNA. L'événement s'est déroulé mercredi soir dans le centre de la capitale Pyongyang.

Il était destiné à présenter l'arsenal et les armes les plus avancés du pays. Vêtu d'un manteau noir, Kim Jong-un était accompagné de sa femme Ri Sol-ju et de sa fille Ju Ae, selon des photographies de KCNA.

D'autres images l'ont montré, flanqué de ses généraux, marcher sur un tapis rouge, inspectant et saluant les rangs de soldats armés de baïonnettes, pendant que des missiles et des troupes défilaient plus loin.

Dotée de l'arme nucléaire, la Corée du Nord organise ce type de parade pour marquer des dates importantes, comme des jours fériés. Pour les observateurs, c'est une occasion de voir à quel stade de progrès militaire en est ce pays reclus, visé par des sanctions interdisant le développement de ses programmes balistiques et nucléaires.

Une "unité d'opération nucléaire tactique" composée de soldats et de missiles aux "puissantes capacités de dissuasion et de contre-attaque" a aussi été présentée, selon KCNA.

Parmi les missiles présentés se trouvait la dernière génération du missile balistique intercontinental (ICBM) nord-coréen, a affirmé cette source.

Mercredi soir à 22h05, des images de satellites commerciaux avaient montré un grand drapeau nord-coréen déployé et des milliers de personnes rassemblées sur la place Kim-Il-sung.

C'est la quatrième parade nocturne organisée ces dernières années par Pyongyang. Elle intervient après que le régime a dit vouloir élargir et intensifier ses manoeuvres militaires pour s'assurer d'être prêt en cas de guerre.

En 2022, la Corée du Nord a mené un nombre record de tests d'armements, dont le premier lancement de son missile balistique intercontinental le plus développé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Biden juge que Xi Jinping rencontre "d'énormes problèmes"

Publié

le

Joe Biden a rencontré Xi Jinping en personne pour la première fois de son mandat de président en novembre, lors du sommet du G20 à Bali. (© KEYSTONE/EPA/TANNEN MAURY)

Le président américain Joe Biden a estimé mercredi que son homologue chinois Xi Jinping rencontrait "d'énormes problèmes" notamment sur le plan économique. Mais le dirigeant chinois "a aussi beaucoup de potentiel", a ajouté le démocrate.

"Trouvez-moi un seul dirigeant mondial prêt à échanger sa place avec Xi Jinping... moi je n'en trouve pas", a asséné M. Biden lors d'un entretien accordé à la chaîne télévisée PBS.

Notant que le soutien chinois à la Russie avait été relativement discret, Joe Biden a souligné que, contrairement à ce que "chacun supposait" au début de l'invasion russe de l'Ukraine, Pékin n'était pas "pleinement" engagé derrière Moscou.

Cette réserve, selon lui, est liée à la volonté de Xi Jinping de ne pas subir le même sort que la Russie, qui s'est notamment vue imposer de dures sanctions économiques par l'Occident. "Je l'ai appelé cet été pour lui dire: 'Ce n'est pas une menace, juste une observation. Regarde ce qui est arrivé à la Russie!'", a raconté M. Biden.

Ballon chinois

Le locataire de la Maison-Blanche a encore assuré "ne pas chercher le conflit" avec la Chine, alors que les Etats-Unis viennent de détruire un ballon chinois qui avait survolé leur territoire.

Selon lui, les relations avec Pékin n'ont pas subi "un coup dur". "Nous allons rivaliser pleinement avec la Chine, mais nous ne cherchons pas le conflit", a-t-il assuré.

La Chine a vivement condamné la destruction du ballon. C'était, selon elle, un aéronef "civil utilisé à des fins de recherche, principalement météorologique", qui était entré de manière "involontaire" dans l'espace aérien américain.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a dans ce contexte annulé à la dernière minute une visite prévue en Chine.

Le Pentagone a par ailleurs révélé mardi que Pékin avait refusé samedi la proposition américaine d'un appel téléphonique entre le ministre américain de la défense Lloyd Austin et son homologue Wei Fenghe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X