Rejoignez-nous

International

Le parlement péruvien ignore sa dissolution, destitue le président

Publié

,

le

Le parlement du Pérou a voté mercredi la destitution du président Pedro Castillo, peu après l'annonce par le dirigeant de gauche de la dissolution du Congrès (archives). (© KEYSTONE/AP/MARTIN MEJIA)

Le Parlement du Pérou, dominé par l'opposition, a voté mercredi la destitution du président de gauche Pedro Castillo, ignorant l'annonce de sa dissolution et l'instauration de l'état d'urgence.

Pedro Castillo, au pouvoir depuis juillet 2021, fait l'objet de six enquêtes pour corruption présumée, dont sont également accusés sa famille et son entourage politique.

Sa destitution pour "incapacité morale", retransmise en direct à la télévision, a été approuvée par 101 des 130 parlementaires, dont 80 dans l'opposition. Le débat sur cette motion, initialement prévu à 15H00 (21H00 en Suisse), a été avancé après les annonces du président Castillo.

Sa vice-présidente, élue à ses côtés en 2021 et issue du même parti d'inspiration marxiste (Peru libre), Dina Boluarte, doit être investie à 20H00 GMT (21H00 en Suisse). Elle a dénoncé "un coup d'Etat" du président.

Gouvernement d'exception

Dans un message à la nation prononcé depuis le palais présidentiel et également retransmis à la télévision, Pedro Castillo a déclaré "dissoudre temporairement le Congrès de la République et établir un gouvernement d'urgence exceptionnel", visant à "rétablir l'Etat de droit et la démocratie".

Il a également assuré qu'il voulait "convoquer dans les plus brefs délais un nouveau Congrès doté de pouvoirs constituants pour rédiger une nouvelle Constitution dans un délai ne dépassant pas neuf mois".

Jusqu'à la cmise en place d'un nouveau Parlement, "le gouvernement agira par décrets-lois", a-t-il poursuivi, annonçant également un "couvre-feu national à partir d'aujourd'hui" entre 22h00 et 04h00.

"Le système judiciaire, le pouvoir judiciaire, le ministère public, le conseil national de la justice, la cour constitutionnelle sont déclarés en réorganisation", a-t-il annoncé également, demandant "à toutes les personnes en possession d'armes illégales" de les "remettre à la police nationale dans un délai de 72 heures".

La police nationale "consacrera tous ses efforts à la lutte réelle et efficace contre le crime, la corruption et le trafic de drogue, ce pour quoi elle sera dotée des ressources nécessaires", a-t-il ajouté, appelant les institutions de la société civile "à soutenir ces décisions qui nous permettront de mettre notre pays sur la voie du développement".

"Auto-coup d'Etat"

La vice-présidente Dina Boluarte a dénoncé sur Twitter "un coup d'Etat qui aggrave la crise politique et institutionnelle que la société péruvienne devra surmonter en respectant strictement la loi".

"C'est un coup d'Etat voué à l'échec, le Pérou veut vivre en démocratie", a également réagi Francisco Morales, président de la Cour constitutionnelle, auprès de la radio RPP. "Personne ne doit obéissance à un gouvernement usurpateur", a-t-il ajouté.

Le président Castillo "a violé l'article 117 de la Constitution péruvienne et est dans l'illégalité. C'est un auto-coup d'Etat", a également noté auprès de l'AFP Augusto Alvarez, un analyste politique indépendant.

"Les Etats-Unis exhortent avec force le président Castillo à revenir sur sa tentative de dissoudre le Congrès et à permettre aux institutions démocratiques de fonctionner conformément à la constitution", a écrit sur Twitter l'ambassadrice américaine à Lima, Lisa Kenna.

L'ambassadeur du Pérou auprès de l'Organisation des Etats américains (OEA), Harold Forsyth Mejia, a annoncé sa démission lors d'une réunion du Conseil permanent de l'OEA à Washington. Il a dénoncé "une rupture, pour le moins technique, de l'ordre constitutionnel, ce qui est naturellement un affront très grave au processus constitutionnel au Pérou, à la démocratie au Pérou et à la démocratie dans tous les pays qui font partie de cette organisation".

Deux motions similaires

M. Castillo avait auparavant échappé à deux motions similaires, dont la dernière en mars 2022.

A l'époque, l'opposition l'accusait d'être intervenu dans une affaire de corruption présumée opérée par son entourage et d'avoir commis une "trahison" en se déclarant ouvert à un référendum sur un débouché sur l'océan Pacifique pour la Bolivie voisine, privée d'accès à la mer. Elle lui reprochait également les crises ministérielles à répétition et la formation de quatre gouvernements en huit mois, fait inédit au Pérou.

Il s'agissait alors de la sixième motion de destitution du Parlement péruvien pour "incapacité morale" contre un président en exercice depuis 2017, après Pedro Pablo Kuczynski (droite) en 2018 et Martin Vizcarra (centre) en 2020.

L'éviction de M. Vizcarra avait déclenché des manifestations violemment réprimées qui avaient fait deux morts et une centaine de blessés. Son départ avait conduit le Pérou à avoir trois présidents en cinq jours.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Kevin Durant va signer à Phoenix

Publié

le

Kevin Durant: son transfert à Phoenix va redistribuer toutes les cartes. (© KEYSTONE/FR36811 AP/PAUL BEATY)

Kevin Durant repasse à l'Ouest ! Selon ESPN, le joueur de Brooklyn est sur le point d'être transféré à Phoenix.

Champion de NBA avec Golden State avant de rejoindre Brooklyn, l'ancien coéquipier de Thabo Sefolosha à Oklahoma City va rejoindre les Suns qui occupent la cinquième place de la Conférence Ouest. Si ce transfert est officialisé ces prochaines heures, Phoenix deviendra l'équipe à battre.

Quant aux Nets, le départ de Kevin Durant (34 ans) ferme la parenthèse du Big Three qu'il composait avec James Harden et Kyrie Irving. Le trio sera vite parti vers d'autres cieux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Kim Jong-un a supervisé une grande parade militaire

Publié

le

Kim Jong-un était accompagné de sa femme et de sa fille. (© KEYSTONE/EPA/JEON HEON-KYUN)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a supervisé une grande parade militaire célébrant le 75e anniversaire de la fondation de l'armée de son pays, a rapporté jeudi l'agence KCNA. L'événement s'est déroulé mercredi soir dans le centre de la capitale Pyongyang.

Il était destiné à présenter l'arsenal et les armes les plus avancés du pays. Vêtu d'un manteau noir, Kim Jong-un était accompagné de sa femme Ri Sol-ju et de sa fille Ju Ae, selon des photographies de KCNA.

D'autres images l'ont montré, flanqué de ses généraux, marcher sur un tapis rouge, inspectant et saluant les rangs de soldats armés de baïonnettes, pendant que des missiles et des troupes défilaient plus loin.

Dotée de l'arme nucléaire, la Corée du Nord organise ce type de parade pour marquer des dates importantes, comme des jours fériés. Pour les observateurs, c'est une occasion de voir à quel stade de progrès militaire en est ce pays reclus, visé par des sanctions interdisant le développement de ses programmes balistiques et nucléaires.

Une "unité d'opération nucléaire tactique" composée de soldats et de missiles aux "puissantes capacités de dissuasion et de contre-attaque" a aussi été présentée, selon KCNA.

Parmi les missiles présentés se trouvait la dernière génération du missile balistique intercontinental (ICBM) nord-coréen, a affirmé cette source.

Mercredi soir à 22h05, des images de satellites commerciaux avaient montré un grand drapeau nord-coréen déployé et des milliers de personnes rassemblées sur la place Kim-Il-sung.

C'est la quatrième parade nocturne organisée ces dernières années par Pyongyang. Elle intervient après que le régime a dit vouloir élargir et intensifier ses manoeuvres militaires pour s'assurer d'être prêt en cas de guerre.

En 2022, la Corée du Nord a mené un nombre record de tests d'armements, dont le premier lancement de son missile balistique intercontinental le plus développé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Biden juge que Xi Jinping rencontre "d'énormes problèmes"

Publié

le

Joe Biden a rencontré Xi Jinping en personne pour la première fois de son mandat de président en novembre, lors du sommet du G20 à Bali. (© KEYSTONE/EPA/TANNEN MAURY)

Le président américain Joe Biden a estimé mercredi que son homologue chinois Xi Jinping rencontrait "d'énormes problèmes" notamment sur le plan économique. Mais le dirigeant chinois "a aussi beaucoup de potentiel", a ajouté le démocrate.

"Trouvez-moi un seul dirigeant mondial prêt à échanger sa place avec Xi Jinping... moi je n'en trouve pas", a asséné M. Biden lors d'un entretien accordé à la chaîne télévisée PBS.

Notant que le soutien chinois à la Russie avait été relativement discret, Joe Biden a souligné que, contrairement à ce que "chacun supposait" au début de l'invasion russe de l'Ukraine, Pékin n'était pas "pleinement" engagé derrière Moscou.

Cette réserve, selon lui, est liée à la volonté de Xi Jinping de ne pas subir le même sort que la Russie, qui s'est notamment vue imposer de dures sanctions économiques par l'Occident. "Je l'ai appelé cet été pour lui dire: 'Ce n'est pas une menace, juste une observation. Regarde ce qui est arrivé à la Russie!'", a raconté M. Biden.

Ballon chinois

Le locataire de la Maison-Blanche a encore assuré "ne pas chercher le conflit" avec la Chine, alors que les Etats-Unis viennent de détruire un ballon chinois qui avait survolé leur territoire.

Selon lui, les relations avec Pékin n'ont pas subi "un coup dur". "Nous allons rivaliser pleinement avec la Chine, mais nous ne cherchons pas le conflit", a-t-il assuré.

La Chine a vivement condamné la destruction du ballon. C'était, selon elle, un aéronef "civil utilisé à des fins de recherche, principalement météorologique", qui était entré de manière "involontaire" dans l'espace aérien américain.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a dans ce contexte annulé à la dernière minute une visite prévue en Chine.

Le Pentagone a par ailleurs révélé mardi que Pékin avait refusé samedi la proposition américaine d'un appel téléphonique entre le ministre américain de la défense Lloyd Austin et son homologue Wei Fenghe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Dernières heures pour trouver des survivants en Turquie et en Syrie

Publié

le

Les secouristes sont engagés dans une course contre la montre pour sauver des survivants dans un froid mordant, notamment à Golbasi. (© KEYSTONE/AP/Emrah Gurel)

Les secours en Turquie et en Syrie poursuivaient jeudi leurs efforts dans un froid glacial pour rechercher des rescapés dans les décombres, les chances de survie s'amenuisant trois jours après le séisme qui a déjà fait plus de 16'000 morts.

Les 72 premières heures sont cruciales pour retrouver des survivants, plus de 90% des rescapés étant secourus au cours de cette fenêtre, rappelle Ilan Kelman, chercheur en catastrophes naturelles à l'University College de Londres (UCL).

Alors que les excavatrices s'affairent jour et nuit, la nouvelle chute des températures rend les conditions de vie infernales pour ceux des rescapés qui n'ont nulle part où aller.

Dans la ville turque de Gaziantep, les températures ont chuté jeudi à -5°C tôt dans la matinée.

Des gymnases, des mosquées, des écoles et des magasins ont accueilli des rescapés pour la nuit. Mais les lits restent rares, et des milliers de personnes passent leurs nuits blotties à l'intérieur d'une voiture ou dans des abris de fortune.

"Nos enfants sont gelés", s'indigne Ahmet Huseyin, père de cinq enfants, qui a été obligé de construire un tel abri près de sa maison détruite à Gaziantep, ville turque proche de l'épicentre du séisme de 7,8 qui a frappé la région.

"Brûler des bancs"

"Nous avons dû brûler les bancs du parc et même certains vêtements des enfants. Il n'y avait rien d'autre", a ajouté ce père de famille. "Ils auraient pu au moins nous donner des tentes", maugrée-t-il en désignant les autorités turques.

En visite dans la région, le président Recep Tayyip Erdogan a esquissé mercredi un mea culpa face à la montée des critiques."Bien sûr qu'il y a des lacunes, il est impossible d'être préparé à un désastre pareil", a-t-il estimé.

Depuis le tremblement de terre de lundi, la police turque a arrêté une douzaine de personnes pour des publications, sur les réseaux sociaux, critiquant la manière dont le gouvernement a géré la catastrophe.

A Antakya, dans la province d'Hatay, Rania Zaboubi slalome entre les corps déposés sur le bitume. Dans l'obscurité et le froid, elle ouvre un à un les sacs mortuaires à la recherche de son oncle, disparu dans le puissant séisme qui a fait lundi d'Antakya une ville martyre.

"Nous avons retrouvé ma tante, mais pas mon oncle", lâche-t-elle d'une voix étranglée.

Cette réfugiée syrienne, voile sombre et sabots aux pieds, a perdu huit membres de sa famille dans la tragédie.

Sur le parking du principal hôpital de la ville, d'autres rescapés vérifient aussi les corps alignés, de dépouilles en dépouilles, parfois à la limite de l'évanouissement.

Au moins 3356 personnes sont mortes dans la province d'Hatay, soit plus du tiers des morts en Turquie retrouvés à ce stade, où le séisme a fait 12'873 morts, selon les derniers bilans.

Pour la Turquie, il s'agit du pire bilan depuis le séisme de 1999, d'une magnitude de 7,4 et qui avait fait 17'000 morts dont un millier à Istanbul.

Lenteur de l'aide en Syrie

Au total, en comptant la Syrie, 23 millions de personnes sont "potentiellement exposées, dont environ cinq millions de personnes vulnérables", a mis en garde l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En Syrie, 3162 corps ont pour le moment été extraits des décombres, selon les autorités ainsi que les secouristes dans les zones rebelles.

Dans les zones où l'aide tarde à arriver, des survivants se sentent bien seuls. A Jandairis, en zone rebelle en Syrie, "même les immeubles qui ne se sont pas effondrés ont été très endommagés", explique Hassan un de ses habitants qui veut rester anonyme.

"Il y a environ 400 à 500 personnes piégées sous chaque immeuble effondré avec seulement dix personnes qui tentent de les sortir. Et il n'y a pas de machines", ajoute-t-il.

Dans le village de Besnaya, à la frontière avec la Turquie, Malik Ibrahim déblaie sans relâche les décombres, à la recherche de trente membres de sa famille, tous ensevelis sous les ruines. Dix corps sans vie en ont déjà été retirés.

"Il reste vingt personnes sous les décombres. Je n'ai pas de mots, c'est une catastrophe. Nos souvenirs sont enterrés avec eux. Nous sommes un peuple sinistré dans tous les sens du terme", confie cet homme de 40 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Quelques états d’âme vous déstabilisent. Depuis le Signe ami des Gémeaux, Mars vous insuffle l’énergie pour vous remettre debout !!!

Les Sujets à la Une

X